Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

urbanisme

  • GRAND CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG : ENCORE UN PROJET DE VINCI NUISIBLE, INUTILE ET IMPOSÉ

    GRAND CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG :
    ENCORE UN PROJET DE VINCI NUISIBLE, INUTILE ET IMPOSÉ


    C'est avec colère et dégoût que nous avons découvert dans le Journal officiel du 30 janvier 2016 le décret validant le contrat de concession pour la construction et l'exploitation du Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO). Réactions de France Nature Environnement et Alsace Nature.


    GCO : la défense de l’intérêt privé prime sur l’intérêt public

    Après deux ans de travail souterrain, sans aucune communication, ni sur le cahier des charges de cette autoroute à péage ni sur les conditions d'attribution de la concession au géant du BTP Vinci, l'Etat donne les clés de cet ouvrage destructeur et inutile à une multinationale dont le seul objet est de faire fructifier son investissement de 700 millions d'euros, et ce, pour 54 ans.

    FNE et Alsace Nature ainsi que leurs associations fédérées regrettent amèrement le choix des pouvoirs publics de persévérer dans la mauvaise voie. Ces derniers préfèrent une vieille vision du tout routier plutôt que de développer les  alternatives à la voiture individuelle pour les déplacements domicile/travail autour de Strasbourg. Au lieu de créer une voie dédiée sur l’A351 pour le Transport en Site Propre de l'Ouest strasbourgeois ou encore de sortir des cartons les projets d'extension de tramway vers l'ouest et le nord de la ville, les pouvoirs publics se fourrent dans une impasse en créant une nouvelle autoroute, en supprimant l’écotaxe…

    Pourtant, les solutions à la pollution atmosphérique, au sacrifice de 300 hectares de terres agricoles, à la destruction de la biodiversité, au cauchemar des automobilistes coincés dans les bouchons aux heures de pointe, existent. Nous les avons maintes fois développées, avec, à nos côtés, des associations d'usagers des transports collectifs, des agriculteurs, des élus et des riverains des vingt communes impactées.

    Malgré de multiples appels au débat public et ces propositions concrètes, les pouvoirs publics ont choisi l'autisme et l’affairisme. Adieu cohérence politique. Ici, ils ont pris fait et cause pour le lobby du BTP, au détriment des citoyens.


    Une démocratie du « cause toujours… »

    Face à ce mépris, nous ne baisserons pas les bras. Lors de l’ouverture de la troisième conférence environnementale (en 2014) et au lendemain de la mort du jeune Rémi Fraisse sur le site de Sivens, le chef de l’Etat avait assuré que le débat public « est la seule manière de garantir dans la transparence et la responsabilité, aussi bien la préservation de la nature que les poursuites de nos projets de développement économique ». Il donnait six mois alors au gouvernement pour dresser les conditions de ce renouveau du dialogue démocratique tout en simplifiant les procédures.

    Ces « simplifications »désormais menées ne désignent en réalité qu’une vaste dérèglementation qui bafoue les mesures de protection de la nature, les droits sociaux et les procédures démocratiques chèrement acquis. Pas dupes, les citoyens attendent toujours le débat démocratique qui aurait dû être le préambule à tout changement.

    Le choix fait aujourd’hui, sur ce projet vieux de plus de 40 ans qui fait l’objet d’une vive contestation, va à l’encontre des belles paroles de François Hollande. Imposer ainsi la violence d’Etat et le mépris du citoyen à la place de la démocratie n’est pas selon nous la meilleure des solutions.

    Pour Denez L’Hostis, président de FNE « Alors que tous les acteurs régionaux de la société civile ont réussi à animer un véritable débat démocratique expliquant l’inutilité totale du projet de GCO, les responsables politiques continuent à promouvoir les projets routiers des années 1960. Quand donc des solutions adaptées au 21ème siècle, dans la droite ligne de la COP 21, donnant plus de place aux transports collectifs seront elles enfin mises en place ? »
    source Alsace Nature

    Contacts Presse :
    Marie Marty - Secrétaire régionale Alsace Nature : 06 70 48 98 63
    Michel Dubromel - Vice-président de France Nature Environnement : 06 82 52 11 81

  • Point clef de notre dernier Conseil Municipal du 22 Février 2016 ; Avis sur le futur Plan Local d'Urbanisme..

    Redéfinir la ville de demain en 2030 et 2040...avec 2 lignes nouvelles :

    - échelle de l'intercommunalité depuis 2010 (et non plus au niveau de la seule ville de Strasbourg) qui s'impose

    - remplacement du Plan d'Occupation des Sols (POS) en regroupant le  Plan de Déplacement Urbain (PDU) et le Plan Local de l'Habitat (PLH) avec 5 enjeux :

    1. habitat et droit au logement : soit 3000 log jusqu'en 2030 soit 50 000 habitants en plus à cette date
    2. emploi : limiter la multiplication des centres commerciaux et industriels de manière désordonnée
    3. mobilité : PDU, Tram, Bus à Haut Niveau de Service) BHNS, SNCF TER, avec la Région, le schéma Directeur de déplacement sur la 2ème couronne en limitant la part modale de la voiture au profit des transports en communs et le vélo.
    4. Environnement et espaces verts : 800 Hectares à reclasser en zone agricole et en zone naturelles en développant et mise en valeur des trames vertes et bleues.
    5. Agglomération sur le Rhin pour éviter étalement urbain

    Au plan du calendrier, il faut noter les prochaines étapes :

    • Ouverture enquête publique ouvert au public dès  le 4 avril 2016
    •  décembre 2016 approbation de ce PLU Intercommunal avec l'intégration prochaine de la Communauté de Communes des Châteaux à l'ouest de l'Eurométropole... car s'il n'est pas adopté dans ces délais, il n'y aura plus de règles du tout dès le 1er janvier 2017...avec tous les risques que cela suppose.

    voir la vidéo pour le débat au sein du Conseil Municipal

    http://www.strasbourg.eu/fr/fonctionnement-ville-cus/mairie-de-strasbourg/conseils-municipaux/conseil-municipal-du-lundi-22-fevrier-2016

  • Location sans agence à la robertsau d'un 2-3 pièces au printemps à préciser Avril/Mai 2016

    un appartement au 31 rue de l'angle à la Robertsau va se libérer ce printemps, à préciser Avril/Mai 2016.

    il s'agit d'un 2-3 pièces
    cuisine, douche, chauffage individuel gaz,
    r.d.chaussée - 45 m2 environ dans maison ancienne
    loyer 460 euros + 30 de charges

    Avis aux amateurs.

    infos  en se référant au site http://robertsau.hautetfort.com/

    Tel : 03 88 31 63 65
    ou par mail à
    claudine.malraison@laposte.net

  • ATTENTION Derniers jours pour l'Enquête publique relative au projet du Quartier d'Affaires International Wacken Europe

    Par arrêté du Maire de la Ville de Strasbourg, une enquête publique est prescrite sur le projet du Quartier d'Affaires International Wacken Europe à Strasbourg.

    Les pièces du dossier ainsi qu'un registre d'enquête, à feuillets non mobiles, côté, paraphé et ouvert par le commissaire enquêteur, seront déposées au siège de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg – Mission Wacken Europe ( 5e étage – bureau 530), 1 Parc de l'Etoile à STRASBOURG, pendant 31 jours consécutifs du 13 avril 2015 au 13 mai 2015 inclus, afin que chacun puisse en
    prendre connaissance pendant les jours ouvrables, sauf les samedis, dimanches et jours fériés :

    • au siège de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg :
      • du lundi au vendredi de 8h00 à 17h30

    et consigner éventuellement ses observations sur le registre d'enquête ou les adresser par écrit au commissaire enquêteur à l'adresse suivante : wacken.europe@strasbourg.eu.

    Le Président du Tribunal Administratif de Strasbourg a désigné M. Jean-Paul DELPEINT en qualité de commissaire enquêteur titulaire et Mme Danièle DIETRICH en qualité de commissaire enquêteur suppléant.

    Le commissaire enquêteur se tiendra à la disposition du public pour recevoir les observations :

    • au siège de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg – Centre administratif – 1 parc de l'Etoile à Strasbourg :
      • le 13 avril 2015 de 9h00 à 12h00  – 3ème étage salle 372
      • le 21 avril 2015 de 14h00 à 17h00 – 4ème étage salle 462
      • le 29 avril 2015 de 16h00 à 19h00 – 4ème étage salle 462
      • le 5 mai 2015 de 11h00 à 14h00 – 1er étage salle 1114
      • le 13 mai 2015 de 14h00 à 17h00 – 4ème étage salle 462

    A l'expiration du délai d'enquête prévu à l'article 1, le registre d'enquête sera clos et signé par le commissaire enquêteur. Il fera part de sa demande de mémoire en réponse, le cas échéant dans les 5 jours à compter de la clôture de l'enquête. Le responsable du projet disposera d'un délai de 15 jours maximum pour produire ses observations éventuelles. A compter de la clôture de l'enquête
    publique, le commissaire enquêteur disposera d'un délai de 30 jours maximum pour transmette à M. le Maire de la Ville de Strasbourg, le dossier avec son rapport et ses conclusions motivées.

    Le rapport et les conclusions motivées du commissaire enquêteur seront tenus à la disposition du public au Siège de la Ville de Strasbourg – Centre Administratif – Mission Projet Wacken-Europe (5e étage – bureau 530) aux jours et heures habituels d'ouverture au public, et ce pendant une durée d'une année à compter de la remise du rapport et des conclusions motivées par le commissaire enquêteur.

    Des informations relatives au projet de Quartier d'Affaires International peuvent être demandées à M. Eric DUSSIER – tél. +33 (0)3 68 98 63 12 – eric.dussier@strasbourg.eu

    Aller à la page du Projet Wacken Europe

    > Télécharger le dossier de l'enquête publique relatif au projet du Quartier d'Affaires International Wacken Europe - ZIP - 320 Mo

    > Télécharger le document "Avis d'enquête publique relatif au projet du Quartier d'Affaires International Wacken Europe" - PDF - 23 Ko

    > Poser une question ou faire part d'observations

  • Le vélomobile : 80 fois plus efficace que la voiture électrique

    À mi-chemin entre le vélo couché et la voiture de course, voici le véhicule propre par excellence. Équipé d'un habitacle et d'une assistance électrique, il pourrait concurrencer le vélo. Et même la voiture électrique... si la loi le permettait.

     

    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Rouler à vélo plutôt qu'en voiture : tout le monde est pour, mais qui le fait ? En pratique, le vent, la pluie et la proximité des autres véhicules ont souvent raison de nos convictions écologistes. Surtout quand il s'agit d'aller loin. Même aux Pays-Bas, paradis de la bicyclette, 77 % des trajets à vélo s'effectuent sur moins de 5 km et seulement 1 % sur plus de 15 km.

    Alors qu'en France, 26 km séparent en moyenne notre domicile de notre travail, nos Titine seraient-elles donc irremplaçables ? Pas forcément. Un véhicule alternatif propre existe déjà et il ne requiert pas des millions d'euros d'investissement comme la voiture électrique.
     
    Ce véhicule, c’est le vélomobile. Venu d'Europe du Nord, il est apparu dans les années 1980 et n'a cessé de s'améliorer depuis. Cette étrange voiture à pédale est composée d’un vélo couché à trois roues, protégé par une coque aérodynamique.

    Cette dernière réduit jusqu’à 30 fois la résistance de l'air. Ajoutez à cela le pédalage en position couchée, et voici que le cycliste dépense trois à quatre fois moins d'énergie qu'au guidon d'un vélo traditionnel. Cela lui permet de rouler sur de plus longues distances, mais aussi d’aller plus vite. Et ce, sans sacrifier au confort : la carrosserie le protège des intempéries et des collisions, alors que les trois roues lui assurent la stabilité.

     

    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl
    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl

    PEDALER A 40 KM/H

    Un vélo-mobiliste sans entrainement peut ainsi atteindre facilement les 40 km/h sur du plat. Il n’est donc pas rare, dans le nord de l'Europe, de voir l'un de ces véhicules flashé pour excès de vitesse. Une source de fierté plus que d'amertume dans le petit monde des cyclistes.
     
    Cependant, ce tricycle a quelques défauts. Son prix tout d’abord : comptez entre 2 500 et 10 000 euros pour en acquérir un. Ce coût s’explique par une production encore artisanale et l’emploi de matériaux haut de gamme (carbone, kevlar, fibre de verre...). Un prix important certes, mais inférieur à celui d’une voiture et de son carburant. Vient ensuite son poids : pesant entre 24 et 40 kg, il est plus lent au démarrage et dans les côtes qu’un vélo classique. Voilà qui ne facilite pas son utilisation en ville.

     


    80 FOIS PLUS EFFICIENT QU’UNE VOITURE ELECTRIQUE

     

    Kris De Decker, auteur du blog Lowtech magazine, affirme détenir la solution : l’assistance électrique. Pour le démontrer, il a comparé le vélomobile assisté « e-WAW » et la voiture électrique Nissan Leaf, deux véhicules affichant une autonomie comparable de 150 kilomètres.

    Avec un poids d’à peine 30 kilos, le vélomobile est 46 fois plus léger que sa concurrente. Cela lui permet de n’embarquer qu’une petite batterie de 288 Wh, contre 24 kWh pour la voiture. Il est donc 80 fois plus efficient.

    D'autant que, selon ses calculs, si tous les américains troquaient leur voiture traditionnelle pour des Nissan Leaf, il faudrait multiplier par 20 la production du parc éolien (soit 7200 gWh) pour les recharger de façon écologique. À l’inverse, en utilisant des e-WaW, un quart de la puissance éolienne déjà installée suffirait largement (86,4 gWh).

     


    Le seul mode de transport réellement durable

    Côté autonomie, le vélomobile est encore gagnant. Pour que l’e-WaW atteigne une autonomie de 450 km, il suffirait de lui rajouter 6 kg de batteries. Pour en faire autant, il faudrait équiper la Nissan Leaf de 400 kg de batteries supplémentaires. De quoi remplir tout son coffre et sa banquette arrière. Même sans ses pédales, le vélomobile est toujours 20 fois plus efficient que la voiture, ne consommant que 0,7 kWh aux 100 km contre 15 kWh pour la Nissan Leaf.

    Selon l'auteur, le vélomobile assisté n'est autre que le seul mode de transport réellement durable. Mais pour que ce mode de transport alternatif se développe, il faudrait que la législation évolue. Aujourd'hui considérés comme des vélos électriques, les vélomobiles assistés sont en effet bridés à 25 km/h en France. Précisément le seuil à partir duquel leur aérodynamisme les rend plus performants que le vélo...

    Aux États-Unis, un prototype tout électrique filant à 110 km/h existe déjà, la Raht Racer....Extraits wedemain

     

  • Le Conseil municipal de la Ville de Strasbourg aura lieu demain 26 janvier à 15h00 en la Salle des Conseils du Centre Administratif.

     

    Parmi les points Robertsau :Point 11 Programmation des travaux pour 2015 portant sur le

    patrimoine bâti du domaine privé de
    la Ville de Strasbourg et de certains immeubles adm
    inistrés par la Ville au terme de legs
    ainsi que de la Fondation Ungemach.
    Point 12
    Avis préalable (Article L5211-57 du Code général de
    s collectivités territoriales) à la
    mainlevée de servitudes de passage et respectivement d’aqueduc Rue Himmerich/Rue
    Lamproie et Rue Constant Strohl et mainlevée d'une
    servitude de passage rue Constant
    Strohl à Strasbourg Robertsau.
    + de détails en cliquant ci-dessous :

    > Télécharger l'ordre du jour complet au format PDF.

  • Dernier Conseil Municipal : pt 17Quartier d’Affaires International Wacken Europe (QAI) - Consultation de promoteurs pour l’attribution et la cession des lots 1 et 2 et point 18 Quartier d’Affaires International Wacken Europe (QAI) - Marché de prospection

    Cliquez ICI  pour le point 17 et 18

    source strasbourg

     

  • Fonroche a présenté son projet de géothermie profonde pour la communauté urbaine de Strasbourg

    Début décembre, la société Fonroche a organisé une conférence de presse afin de présenter son projet de géothermie profonde pour la communauté urbaine de Strasbourg, et pour lequel elle avait obtenu en juin 2013 un permis exclusif de recherche.

    Celui-ci a pour objectif de construire 4 centrales géothermiques à cogénération (éléctricité et chauffage) de 6 MW électriques et 40 MW thermiques qui pourraient founir 80 % des besoins en chaleur de l'agglomération.

    Deux forages profonds de 5 km doivent être réalisés : les enquêtes publiques sont prévues en début d'année 2015 et le premier forage est prévu pour fin 2015 à Strasbourg (port-aux-pétroles) ou à Eckbolstein, en fonction des résultats des prochaines études (campagnes d'acquisition géophysique (link is external)) qui seront réalisées en 2015. Des essais en grandeur nature (forages exploratoires) commenceront en janvier prochain.

    Les forages doivent être réalisés par la société Foragelec que Fonroche a crée en partenariat avec le fabricant de foreuses allemand Herrenknecht Vertical gmbh (link is external) et le foreur H. Anger's Sohne (link is external).

    La première centrale pourrait ainsi entrer en service fin 2017 ou début 2018.

    Pour informer régulièrement les riverains sur l'avancé de ce projet, la société Fonroche a annoncé la mise en service d'un site web dédié.

    Ce projet fait partie du projet Geostras, qui a été l'un des lauréats du deuxième appel à projets du programme européen NER300.

    Source : Fonroche via DNA (link is external).

  • La SERS, la ville et la Communauté urbaine de Strasbourg ont le plaisir de vous inviter le samedi 11 octobre à partir de 10h00 aux portes ouvertes (du quartier) qui se dérouleront sur site

    Lancé en 2010, l'éco-quartier Danube voit aujourd'hui la finalisation de la 1ère phase opérationnelle portant sur environ 300 logements, une résidence étudiante, 5700m² de commerces et bureaux et 4 projets d'habitat participatif.
    Afin de découvrir (ou de redécouvrir) le projet de cet éco-quartier, les 10 programmes immobiliers déjà engagés et les premières constructions, La SERS, la ville et la Communauté urbaine de Strasbourg ont le plaisir de vous inviter aux portes ouvertes (du quartier) qui se dérouleront sur site le samedi 11 octobre à partir de 10h00.

    Lors de cette journée, vous pourrez rencontrer les différents acteurs du projet, prendre connaissance des programmes immobiliers à partir des plans, maquettes et vidéos, visiter le chantier de l'opération ECOTERRA réalisée par Habitat de l'Ill et participer à une table ronde autour des questions de transition énergétique.

    De nombreuses animations (brocante sur les quais, animation musicale, atelier culinaire et fabrication de nichoirs à oiseaux…) permettront d'égayer cette journée.

    Vous pourrez retrouver tout le programme de la journée et les animations sur le site
    http://www.ecoquartierdanube.sers.eu

    Programme de la Journée :   

    10h00 : Accueil du public
    Ouverture de la journée par M. Roland RIES – Maire de Strasbourg
    11h00 : Pose de la première botte de paille de la résidence ECOTERRA par Habitat de l'Ill
    12h30 : Pause déjeuner avec concert de la Fanfare de poche
    15h00 : Ronde sur le thème de la transition énergétique : la ville à énergie positive, c'est pour quand ?

    Animations

    Rencontres & échanges avec les acteurs immobiliers et les groupes d'habitat participatif
    Grande brocante sur les quais

    • A partir de 11h00 : Atelier culinaire avec le chef Pierre-Paul Zeiher de Fenêtre sur Cour et l'AMAP du Schluthfeld
    • A partir de 14h00 : Atelier bricolage de nichoirs à oiseaux et d'hôtels à insectes animé par l'association Palettes de Solutions.
    • Animations pour les petits et les grands avec les groupes d'habitat participatif et l'Association des Amis de l'Arche
  • Projet de géothermie à la Robertsau : on ne vous dit pas tout !

    Alsace Nature vient d'informer que la géothermie profonde est envisagée à la Robertsau dans le port aux pétroles. Ce projet serait mis en oeuvre par la société Franroche.

    Principe : on fore à différentes profondeurs pouvant aller jusqu'à 5 000 mètres pour récupérer de l’eau à 170/195°

    On fore  également à quelques centaines de mètres plus loin et on réinjecte l’eau à 70° à haute pression.

    Fonctionnement prévu sur 30 ans.

    La chaleur récupérée sert à faire de l’électricité et la chaleur résiduelle en chauffage urbain


    Gros problèmes : des dizaine de milliers de micro-séismes dont quelques unes supérieure à 2 sur échelle de Richter et la  remontée d’eau fait remonter des éléments radioactifs dont notamment le RADON.

    Exemple : à Soultz, le plus fort séisme induit s'est produit en juin 2003 avec une magnitude de 2,9 sur l'échelle de Richter. Des études géotechniques cherchent à mieux comprendre les phénomènes physiques à l'origine de cette sismicité induite. extraits wikipédia

    Suite aux problèmes de Lochwiller...., le député Patrick Hetzel demande maintenant une loi..... à ce sujet.

     

  • Strasbourg : un concours international photo pour tous doté d'un prix de 2 000 €

    Vous avez jusqu'au 31 août pour participer à un concours photo international proposé par l'association strasbourgeoise La Chambre et La Maison européenne de l'architecture du Rhin supérieur.

    ARCHIFOTO 14
    Les couleurs de l'architecture
    Prix : 2000 €
    Clôture du concours : 31 août 2014 - minuit
     
    Archifoto a pour ambition de devenir le prix de référence récompensant les photographes dont le regard aide à la compréhension de l’architecture, du paysage urbain, du monde…
    Créative et documentaire, la sélection d’Archifoto deviendra à terme la base d’un corpus original sur la complexité et l’ampleur de l’architecture de notre temps, vue par ceux qui l’habitent.

    Le président du jury de cette édition 2014 sera Patrick Tourneboeuf, lauréat de la première édition du concours.
     
    La sélection Archifoto fera l'objet d'une exposition à La Chambre - Espace d'exposition et de formation à l'image, du 17 octobre au 30 novembre 2014.
     
    Lors de votre inscription, il vous sera demandé :
    - de 1 à 5 photos au format minimum 13X18 cm 300 DPI en JPEG
    Poids maximum par image : 4Mo
    - Un texte de présentation de la démarche
    - 25 € de frais de gestion de dossier, payables en ligne
     
  • Il s'en passe des choses du côté de la Paroisse catholique ST LOUIS de la Robertsau

    C'est fait!

    Un projet immobilier lourd de près de40 appartements va être construit sur l’actuel terrain derrière le foyer Saint-Louis où se situent les garages et la zone scout. 

    Le foyer Saint-Louis va être ainsi partiellement détruit par cette opération où ne seront conservés que les logements actuels.

    Les rentrées financières liées à cette vente des terrains devrait certainement concourir au projet de construction d’un nouveau foyer jouxtant l’église Saint-Louis dans les prochains mois. encore un nouveau dossier épineux  de circulation à prévoir....

    Les habitants de la Robertsau regretteront qu'aucune concertation n'ait été voulue par les édiles de la Paroisse, alors même que cette opération va fortement impacter le centre de la Robertsau....

    Il semble que des recours soient devant le tribunal de Strasbourg concernant ce dossier emmené par le collectif de sauvegarde du jardin Saint-Louis.

    Tout ce dossier démontre une nouvelle fois et certainement une fois de trop que la démocratie locale reste vraiment lettre morte et ne sert que de faire-valoir aux élus.....quand ils s'en saisissent !

  • Concerto pour sonnettes Rendez vous le samedi 21 juin 2014 à 10h terminus tram Bœcklin Strasbourg Robertsau

    Action proposée par le collectif "Vite une piste cyclable" et le groupe "Veläuch"
    Cortége de cyclistes à travers la rue Boecklin et la route de La Wantzenau ponctué de haltes "musicales".

    Nous voulons commencer la fête de la musique de manière originale tout en défendant la cause du vélo et encourager la municipalité de Strasbourg à donner un nouvel élan aux aménagements cyclables.
    En prélude à la fête de la musique du 21 juin prochain, il est proposé aux cyclistes de participer à un “concerto pour sonnettes” pour demander une meilleure prise en compte des déplacements des cyclistes dans le quartier et vers le centre ville:aménagements cyclables dans la partie nord de la route de La Wantzenau, rue Boecklin en zone 30 entre le collège et la place du marché,… il reste beaucoup à faire pour sécuriser les déplacements des cyclistes. Si l’objectif de la municipalité est vraiment d’atteindre bientôt 20% de déplacements cyclistes dans notre ville, il faut qu’elle se donne les moyens d’encourager ce mode de locomotion… même à la Robertsau.
    Favoriser le vélo, c’est favoriser le commerce de proximité, c’est moins de bruit et de pollution pour tous, c’est partager l’espace pour plus de convivialité.

  • revoir la vidéo récente EUROPE 1 élection municipale Strasbourg sur le transport, le logement social...

    en cliquant sur le transport (une ville sans voitures ?) et voir à partir de la 37 minutes en cliquant ICI

    et en cliquant sur le logement social ICI

  • Lieu d’Europe

    « Habitante du quartier des XV, je tiens à dire combien je suis sidérée par la tournure que prennent les événements s’agissant du Lieu d’Europe.......

    Après avoir tenté de porter atteinte au Lieu d’Europe en attaquant son emplacement qui est pourtant stratégique car à proximité immédiate des institutions européennes, après s’en être pris au concept qui a pourtant été validé par l’ensemble des partenaires du projet, les attaques portent à présent sur la réalisation des travaux. Jusqu’où va-t-on aller pour faire feu de tout bois et essayer de mettre à mal ce projet pour la seule et unique raison qu’il constitue un engagement du mandat de Roland Ries ?

    En ce qui me concerne, peu m’importe qui porte ce projet. Je sais seulement qu’il correspond à un besoin et à une attente forte des Strasbourgeois depuis de nombreuses années.

    Puisque l’on parle de rénovation du patrimoine, doit-on rappeler que grâce au Lieu d’Europe, la Villa Kayserguet, qui était littéralement à l’abandon et se dégradait depuis des années dans l’indifférence générale, est en cours de rénovation et qu’elle aura ainsi une seconde vie ? Que la préservation du patrimoine historique de notre ville semble tenir à cœur à Roland Ries grâce auquel Strasbourg vient d’être labellisée ville d’art et d’histoire et grâce auquel également la procédure pour classer le quartier de la Neustadt au patrimoine mondial de l’UNESCO a été lancée ?

    Suite à la publication des photos du chantier, je me suis rendue sur place pour constater de visu. Il est vrai que l’on peut observer quelques dégradations. Mais les entreprises ont déjà pris l’engagement de les restaurer selon les dires même des personnes rencontrées sur place.

    S’agissant de la serre, il faut raison garder. Comme tout le monde a pu le constater, elle n’est vraiment plus en état d’être conservée.

    Il convient de revenir à l’essentiel concernant le Lieu d’Europe à savoir qu’il s’agit d’un équipement structurant pour le renforcement de la vocation européenne de Strasbourg. » Extraits courrier lecteur dna 15/02/14

  • nouveau : La Géoplateforme CIGAL propose de multiples services cartographiques pour faciliter et sécuriser les échanges de données géographiques et statistiques en Alsace.

    A l'occasion de la conférence de presse de lancement  (tenue le 17/02/2014) une présentation interactive de la plateforme (accessible gratuitement à tous) a été présentée, s'appuyant sur des démonstrations et exemples concrets d'utilisation pour les collectivités, les entreprises et les particuliers.

    Deux structures utilisatrices de la plateforme témoigneront également: le Parc naturel régional des Vosges du Nord (PNRVN) et le Pôle Archéologique Interdépartemental Rhénan (PAIR)

     

    Découvrez dès à présent l'intérêt d'un tel outil partagé pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord en cliquant ICI

     

    Source: 
    CIGAL
  • Gare au démarchage par téléphone : Arnaque au thermique

    Des démarcheurs téléphoniques font actuellement miroiter des éco-rénovations remboursées à 80 %. Pas de chance, ils sont tombés sur un spécialiste.

    Des arnaques, il en a déjà débusqué « à la pelle », bien souvent en pelletant lui-même. Mais quand ce soir-là M. X décroche son téléphone, il n’est pas au travail à la chambre de consommation d’Alsace où il s’occupe particulièrement d’éco-rénovation. Non non, nous sommes le 2 janvier, et Gilles Didier est chez lui, à Betschdorf, en congés.

    « Bonjour, nous avons des solutions pour faire des économies d’énergie dans votre maison », dit la voix qui surnage dans le brouhaha ambiant d’un plateau téléphonique. Amusé,  M. X joue le jeu, et répond à toutes les questions : surface de la maison, type de chauffage, situation familiale, salaires… – ne faites pas ça chez vous !

    « J’ai répondu la vérité aux questions sur ma maison, tout en sachant que de toute façon ils me diraient qu’il faut la rénover », raconte l’expert. .......

    « Et là, elle me promet des subventions à 80 % et me dit qu’elle va envoyer gratuitement un technicien chez moi. À partir du moment où je dis “thermique”, elle me met du “thermique” dans toutes ses phrases », raconte M. X, qui tique fortement sur la gratuité. « Nous, quand on fait une étude thermique sérieuse, ça coûte 500 euros au bureau d’études, qui est neutre, pas là pour vendre quelque chose, contrairement à ces entreprises qui font du démarchage ciblé. »

    Et il y a ces 80 %, aussi… Seule l’ANAH, l’Agence nationale de l’habitat, délivre des subventions à cette hauteur-là, mais rarement et sous strictes conditions. Or, l’interlocutrice de Gilles Didier, l’ANAH, elle ne sait pas ce que c’est…

    Le spécialiste de la chambre de consommation ne donne pas suite, mais entreprend des recherches sur la société. Jusqu’à ce que jeudi, un particulier habitant Vendenheim, passé par le site du gouvernement dédié aux aides de ce type (*) l’appelle pour se renseigner sur les soutiens financiers. Problème : il a déjà signé. Les deux hommes font vite le lien : la société est la même que celle qui avait démarché Gilles Didier.

    Montant de la facture : 26 000 euros pour un ballon thermodynamique et une pompe à chaleur. Et rien pour l’isolation. « Deux fois trop cher, et, vu ce qu’il me dit de sa maison, pas du tout adapté ! Il aurait chauffé les oiseaux ! », s’émeut M. X, qui s’étonne que le « thermicien » dépêché à Vendenheim se soit contenté d’étudier les factures de son « pigeon » plutôt que d’inspecter la maison du sol au plafond…

    Quant aux 60 % (l’entreprise a ensuite un peu baissé ses promesses), la démarche conseillée est totalement inappropriée, résume M. X, qui parvient à un calcul de 1 350 euros d’aides et 4 000 euros de crédit d’impôt : 20 %. Un coup de fil à l’ANAH lui permet de vérifier qu’elle n’a aucun dossier au nom de l’homme concerné. Mais l’entreprise a finement joué : le délai de rétractation est passé.

    ..... Et même si faire mieux isoler son logement peut être une très bonne idée, « rien ne sert de se précipiter. » extraits dna

    (*) www.renovation-info-service.gouv.fr

  • Campagne Municipale 2014 à Strasbourg : L'association Objectif Climat a lancé le débat hier soir avec les têtes de listes

    A l'exception du Front National qui n'a pas été invité, ils étaient tous présents sur la Tribune : de gauche à droite Alain Jund pour les Verts, Fabienne Kelle pour l'UMP, François Loos pour l'UDI, M. VAL pour le Front de Gauche et M. BEZU candidat indépendant qui s'est aussi invité au débat.

    La plupart des candidats ont remercié Objectif Climat de lancer le débat « Comment favoriser la transition énergétique en ville ? » le tirage au sort a donné la parole en 1er à

    • Alain Jund qu souhaite la création d'une haute  autorité locale pour piloter la question de l'énergie 1500 rénovations thermiques par an dans le privé  et la création  d'un fonds d'investissement de l'énergie cus pour aider au financement; de plus il faut encourager les énergies renouvelables et la sobriété énergétique

     

    • Fabienne Keller a parlé d'exemplarité collective, d'autopartage, de politique d'achats durable et de l’aménagement vert pour mieux respirer dans la ville ainsi que de la pollution de l'air...du manque de parking au Zénith, du manque de transparence des résultats du plan climat ...des écoquartiers, d'une garantie pour pouvoir réaliser les travaux d'économie d'énergie, du  développement des transp doux vélo.... de l'autopartage voiture, intermodularité des transports, de la qualité air non conforme selon les nomes OMS à strasbourg ...i nouveaux véhicules, de la démarche volontaire écolo à vivre ...ressource taxe carbone appuyée sur la pollution

     

    • François Loos a évoqué le facteur 4  de réduction du CO2, la lutter tous ensemble sur la pollution de l'air des garantie existantes au niveau des espaces énergie, les aides de l'anah, de la promotion emploi mobilité 2030, le covoiturage Citizen, 5% du bdu tps économie en Bretagne mobilité augmentée innovant, de la  consommation bio  et des effets agricoles comme modèle les cantine suisse groupées pour l'achat de denrées locales
    • Roland Ries a évoqué la transition énergétique depuis 1990  avec la mobilité urbaine avec l'arrivée du tram en rappelant le modèle de la ville de Fribourg en Allemagne. Il remercie Objectif Climat d'avoir organisé ce débat. Il insiste sur le fait que l'on doit raisonner sur l'origine des flux de déplacement à prendre à la racine. Il faut recréer une ville "ramassée ou intense avec un foncier disponible  pour éviter l’étalement... urbain, source de pollution urbaine. Le diagnostic 2008 de l'Aspa plan climat Cus avait 3 objectifs chiffrés : réduire 30% d'économie d'énergie, 30 % de baisse de consommation de gaz à effet de serre,et 30% d'énergies renouvelables Pour répondre à Mme Keller, les résultats du Plan climat sont e  éclairage public -9% grâce aux led -8% consommation énergie à effet de serre...On vient de créer une agence centrée sur le bâtiment voir la futur tour en construction élitis à  énergie positive aux 2rives, c'est toute une culture à redéfinir avec le développement des circuits amap.

    Demain nous rendrons compte de la fin des débats.....

  • Retrouvez les débats sur le Budget 2014 ville de Strasbourg et sur la vente de l'immeuble 1 rue de la Carpe Haute robertsau

    Voici les principaux points débattus  qui peuvent vous intéresser :

    • budget 2014 de la Ville de Strasbourg en cliquant ci-dessous :

    Questions et Réponses

    •  ainsi que l'aspect immobilier de la vente de l'immeuble de la Robertsau en fin de la vidéo en cliquant ICI

    extraits Strasbourg

     

  • Dernier Conseil municipal de Strasbourg du 25 Novembre 2013la vidéo utile qui concerne la Robertsau

    Point 11
    Approbation de la modification N°36 du Plan d'Occupation des Sols de Strasbourg : avis du conseil municipal.
    Cliquez ICI source strasbourg

  • Robertsau : Une maison détruite hier midi dans un incendie rue Médiane

    Un incendie a détruit aujourd’hui une maison de la Robertsau à Strasbourg. Un blessé est à déplorer.

    Le sinistre s’est déclaré hier à la mi-journée, vers midi . Dès l’arrivée des pompiers, un important panache de fumée noire s’élevait déjà au-dessus de cette maison à un étage située au 11 rue Médiane, au cœur du quartier de la Robertsau.

  • Communiqué : 3e FORUM DU PATRIMOINE Vendredi 25 octobre à 14h, Salle Pasteur, Palais Universitaire

    Temps d’échange autour de l’actualité des projets strasbourgeois et de la politique patrimoniale, le Forum 2013, organisé par la Ville de Strasbourg, est consacré cette année à la parution de l’ouvrage :

     

     

    Strasbourg, de la Grande-île à la Neustadt, un patrimoine urbain exceptionnel,

     

     

    qui accompagne le projet de candidature d’extensionde la Grande-île à la Neustadtde Strasbourg au patrimoine mondial de l’Unesco.

     

    Le Forum du patrimoine permettra aux auteurs de restituer leurs travaux et d’échanger avec le public, mais aussi de faire un point d’étape sur le dossier de candidature Unesco.

     

     

     

    Une dédicace de l’ouvrage est prévue à 15h45, en partenariat avec la librairie Quai des Brumes.

     

     

     

    En savoir plus et consulter le programme sur www.strasbourg.eu/patrimoine

     

     

  • Le CoQ de la Robertsau-Wacken invite les habitants le 26 septembre pour une réunion bilan. Au menu, une présentation de ses réflexions sur le projet d’agroquartier ce soir à 19 H à l'Escale. Venez nombreux !

    Présenter l’organisation du conseil de quartier, revenir sur les grands dossiers concernant la Robertsau, via une projection (le Lieu d’Europe, l’école européenne, le gymnase, l’île aux sports, la régulation de la chasse, la remise en eau du canal des Français…) : la réunion publique du 26 septembre sera l’occasion de faire un premier bilan de l’action du CoQ dans sa version actuelle, en place depuis environ deux ans. extraits dna

  • Enfin le meilleur pour nos habitants : L’AgroquartierPlus Européen après l’écoquartier

    Le projet d'Agro Quartier Mélanie Pourtales - Image ADIR

    Le projet d’Agro Quartier Mélanie Pourtales – Image ADIR

     

     

     

    Enfin le meilleur pour nos habitants : L’AgroquartierPlus Européen après l’écoquartier

     

    1/Constat 

     

    Une étude qui vient d’être publiée par Navigant Research nous révèle que le nombre de citadins augmentera de 75 % dans le monde d’ici 2050 et passera de 3,6 à 6,3 milliards d’individus. Au milieu de ce siècle, deux terriens sur trois seront donc devenus urbains, ce qui supposera de relever à une échelle inédite de nouveaux défis dans les domaines de l’énergie, de l’urbanisme, de l’environnement, des transports ou encore de la sécurité (Voir rapport) .Ce rapport précise qu’en 2025 la planète comptera 37 mégalopoles, dont chacune aura une population supérieure à 10 millions d’habitants. Sans surprise, 22 de ces villes se trouveront en Asie. (extraits 20 minutes du 15 juillet 2013)

     

    Parmi les défis à relever, le premier consistera à se nourrir quotidiennement sainement et en quantités suffisantes et avec des produits variés

     

    Il s’agit donc de trouver des solutions pour rendre la ville plus supportable pour les  habitants-citadins qui vivront majoritairement en zone urbaine. Qui veut donc encore habiter  aujourd’hui,

     

    • soit dans des logements bruyants, vétustes, sans confort et énergivore, …. Rappelons pour mémoire les fameuses  immeubles sous forme de  gigantesques barres rectangulaires en béton qui sont en train d’être démolies…clapiers tours-laboratoire comme à Marseille avec la « Cité radieuse » où des architectes des années 50  dite « génération Le Corbusier »  et ses émules tellement encensés en leur temps ont construit ces horreurs sous couvert de modernité et de solution à la reconstruction rapide de l’après-guerre. Non,  ces soi-disant experts en habitat n’avaient vraiment rien compris. On peut dire qu’ils ont franchement « tapé à côté de la plaque »….

     

    • soit dans des nouveaux logements trop chers avec des surfaces de plus en plus petites au point de ne pouvoir se mouvoir dans une chambre, ni d’y installer une armoire de rangement, voire de vivre avec une cuisine américaine ouverte avec toutes les odeurs de cuisine ? De plus, l’aménagement de ces nouveaux logements tend à la convivialité  proche de zéro…Chacun est calfeutré dans son isolement et sa solitude, ne fréquentant pas son voisin ou l’ignorant.

     

    Actuellement, les habitants aspirent à autre chose qu’habiter dans des clapiers ou des maisons individuelles ou en bandes sans charme la plupart du temps  à des distances de plus en plus lointaines de leur travail.. La galère des « banlieusards » à l’image de Cayenne  ne disposent pas de répit,  avec le temps de à rallonge, d’où le fameux slogan « Métro-Boulot-Dodo ».

     

    Les gens se sentent de plus déracinés, isolés, sans lien social ni au travail ni sur leur lieu de résidence. Ils veulent à nouveau fouler, toucher la terre, en être imprégnés, bref la travailler.

     

    2/ Une première réponse donnée : créer des écoquartier

     

    On trouve de nombreuses réalisations des écoquartiers dans de grandes métropoles comme :

     

     

    En France, selon le ministère français de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ce mot d’écoquartier désigne un projet d’aménagement urbain visant à intégrer des objectifs dits « de développement durable » et à réduire l’empreinte écologique du projet. Cette notion insiste sur la prise en compte de l’ensemble des enjeux environnementaux en leur attribuant des niveaux d’exigence ambitieux. Pour simplifier, nous dirons qu’ils sont construits pour faire des économies d’énergie et de réduction des déchets.

     

    Rappelons que 394 projets ont postulé au second appel à projet Écoquartiers (2011) pour la France uniquement dont une grande partie est en cours de réalisations. Extraits wikipédia

     

    De fait, le principal objectif de l’Écoquartier est d’économiser l’énergie tout en associant les futurs habitants dès la conception du porjet de cet Écoquartier.

     

    Sous forme  de schéma, l’écoquartier peut se représenter simplement ci-dessous :

     

    NB : les signes + donnent le niveau d’intensité de chaque domaine représenté  :

     

    • + intensité faible
    • ++ intensité moyenne
    • +++ intensité forte

     

    aq1

     

     Figure 1 : Schéma classique de l’Ecoquartier  protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    Une volonté d’harmonie et de contact avec la terre et plus d’humain, voilà ce que recherchent maintenant les habitants. Les gens veulent des produits frais en circuit court dans tous les domaines et pas seulement pour leur alimentation. Ils devraient prendre conscience de la quantité inutile d’emballages et de transports dans toute l’Europe pour confectionner ou produire les aliments. Différentes formes d’urbanisme, mêlant jardins et habitation de manière diverse ont commencé à émerger depuis quelques années : Carrot city, Ville-jardin, Agroquartier, etc. Mais seul le modèle d’AGROQUARTIER  nous intéresse à ce stade car il nous parait plus avancé, mariant production agricole et habitat.

     

    Figure 2 : Schéma du modèle Suisse d’Agroquartier protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    3/ Les modèles Suisses d’Agroquartier

     

    Ces modèles ciblent  2 axes : la production Alimentaire et le lien social

     

    Sous forme de schéma, les modèle Suisses d’Agroquartier peut se représenter simplement ci-dessous :

     

    aq2 copie

     

    Figure 2 : Schéma du modèle Suisse d’Agroquartier protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    A ce jour, il n’existe aucun Agroquartier de modèle suisse réalisé au monde. Si l’idée a germé dans l’esprit des Genevois suisses, il n’a pas encore pris de forme concrète. Cependant, des étudiants…Suisses ont cependant cherché à en approfondir le concept.  Ils ont sérié et analysé 3 types d’Agroquartier possibles :

     

    • 3.1 Modèle Suisse d’Agroquartier appelé « Des carottes et des hommes » avec des surfaces vertes minimum (< à 20 % du total des surfaces )  Ce modèle «mêle étroitement du bâti de type urbain (majoritairement de l’habitat, mais aussi des infrastructures publiques, des commerces,       etc.), des surfaces non bâties de type classique pour un quartier (parcs, places, cours intérieures, jardins privatifs, plantages communautaires) et des surfaces agricoles exploitées par des professionnels …..  c’est-à-dire que l’on peut imaginer des bandes ou des parcelles rectangulaires non construites dont certaines seraient dédiées à l’agriculture.»Le type de culture se porte sur le maraichage.

     

    • 3.2 Modèle Suisse  d’Agroquartier appelé « Mon voisin l’agriculteur » avec des surfaces vertes moyennes  (> à 20 à  < à 50% du total des surfaces)…« Avec une superficie agricole qui occuperait la plupart de la superficie totale du quartier et desinstallations de production, transformation et vente des produits, c’est la fonction de production qui est la plus importante pour ce modèle. Une deuxième fonction qui serait remplie dans ce modèle est celle du lien social….nous considérons que le plus important pour le lien social….créer les conditions les plus favorables au développement du lien et de laisser que les acteurs le tissent par eux-mêmes, d’une façon spontanée. »              Le type de culture est mixte (maraichage/grande culture/élevage).

     

    • 3.3 Modèle Suisse d’Agroquartier appelé « Terre commune » avec des surfaces de cultures importantes (>à 50% du total des surfaces )  « Dans ce dernier modèle, il n’y a pas de proximité physique entre la production agricole et l’habitat. C’est-à-dire que les cultures se trouvent à l’extérieur du quartier. Les habitants du quartier ont la possibilité d’avoir un lien avec la production alimentaire qui passe par un professionnel et/ou par une production non professionnelle qui est gérée par les habitants eux-mêmes. »Le type de culture est mixte (maraichage/grande culture/élevage).

     

    Ci-dessous, une présentation simplifiée des 3 modèles (extraits du mémoire) sous forme urbanistique où, « En jaune nous avons les superficies bâties, en brun les superficies agricoles et en vert les espaces publics ou de loisir »

     

    aq3

     

    modèle 1                         modèle 2                                modèle 3
    peu de surfaces vertes    surfaces vertes moyennes  grandes surfaces culture

     

    Figure 3 : Schéma urbanistique des 3 modèles Suisse d’Agroquartier

     

    source Mémoire en Master ’Université de Lausanne (Suisse) Aurélie Daiz, Pauline François et Luciano Villalba

     

     Pour plus de détails, vous êtes invités à consulter le mémoire de Master en géosciences de l’environnement rédigé  par 3 étudiants de l’Université de Lausanne (Suisse) Aurélie Daiz, Pauline François et Luciano Villalba  que vous trouverez en lien ICI Dessine-moi un agroquartier

     

     

     

    4/ le modèle d’AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    Ce modèle est complet et ciblent  3 axes : ExcédentAlimentaire, Excédent d’énérgie et un lien social renforcé.

     

    4.1 Définition synthétique de l’AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    L’AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN vise à créer en zone périurbaine un quartier où les habitant bénéficient de :

     

    +++ PLUS d’excédent éco-énergie

     

    +++ PLUS  d’excédent alimentaire

     

    +++ PLUS de lien social

     

    Sous forme  de schéma, l’ AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN peut se représenter simplement ci-dessous :

     

    aq4 copie

     

    Figure 4 : Schéma du modèle d’AgroquartierPLUS Européen  protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    Ce dernier modèle est celui que j’ai mis au point et qui a déjà été explicité dans un article rédigé dans un journal local de Strasbourg en juin 2011.

     

    4.2 « Le 21 Siècle sera Alimentaire ou ne sera pas. »

     

    C’est tout l’enjeu de l’AgroquartierPlus Européen dont je suis l’initiateur le promoteur. ( voir à ce sujet article paru dans le Journal régional Dernières Nouvelles d’Alsace du 21/08/2013) c

     

    Robertsau Projet immobilier entre les rues Kempf et MélanieUn agroquartier idéa

     

    Le rêve d’un agroquartier deviendra-t-il réalité à la Robertsau ? Des habitants y travaillent avec un cabinet d’études, en espérant convaincre la municipalité.

     

    Notre avenir passe d’abord en priorité absolue par la capacité de chacun des habitants à pouvoir s’alimenter durablement et en sécurité avec des produits de proximité car la pénurie …guette et ce, avant même de penser à se loger.  C’est un besoin primaire que l’on occulté dans nos sociétés modernes comme allant de soi, voir naturellement automatique. Or dans le futur, ce risque grandit compte tenu des facteurs instables en cours de modification profonde :

     

    • L’accroissement de la population mondiale,
    • Le réchauffement climatique,
    • La mondialisation des échanges,

     

    Dans nos sociétés occidentales, nous vivons, sans vraiement en avoir conscience, en permanence dans l’instant présent, c’est-à-dire dans le juste-à-temps qui peut se gripper à tout moment…on est en rupture et c’est la panique (on fait des stocks….) le tout à cause d’un grain de sable; les échanges économiques sont tellement imbriqués à l’image des rocades et périphériques de nos grandes agglomérations. Or, s’alimenter régulièrement avec de bons produits est devenu vitale.

     

    Les habitants exigent également maintenant des produits frais en circuit court dans tous les domaines et pas seulement pour leur alimentation. Ils sont conscients de la quantité inutile d’emballages et de transports dans toute l’Europe et au-delà  pour confectionner ou produire les aliments.

     

    Aussi, allons examiner les conditions requises pour mettre en œuvre un AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    2013-08-28 10.13.04 phto agroquartier G BROtHIER.jpg photo Gérald BROTHIER 28/08/13

     

    4.3 Conditions relatives à la création d’un AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    La notion de zones périurbaines peut être définies comme celles immédiatement adjacentes aux zones urbaines, localisées en dehors de limites et juridictions urbaines, et qui sont dans un processus d’urbanisation. Ces zones périurbaines sont également perçues comme une interface entre les zones urbaines et zones rurales, également appelée la zone de transition ou zone d’interaction, où les activités urbaines et rurales sont juxtaposés;  les caractéristiques du paysage sont sujettes à des modifications rapides, caractérisées par une forte influence urbaine, un accès facile aux marchés et aux transports collectifs,  aux services et autres, les prestataires de services, une relative pénurie de terres et les risques de pollution, les problèmes de croissance urbaine et d’élimination des déchets.

     

    L’AGROQUARTIERPLUS  EUROPÉEN  peut principalement s’édifier en zone périurbaine comme le montre les critères dans les différents domaines ci-après :

     

    4.3.1.Type d’agriculture

     

    Les différentes formes d’agriculture doivent être mises en œuvre dans le même périmètre

     

    • Agriculture sous forme traditionnelle ou d’AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) voire ACP en Suisse : exploitation ferme et entreprise de maraichage de proximité
    • Possibilité libre cueillette ou mini-marchés
    • Jardins familiaux à créer ou existants à valoriser
    • Micro-parcelles individuelles pour logements en rez-de-chaussée d’habitation (rez-de-jardin par ex.)
    • Gestion et partage des outils et machines pour l’entretien des jardins
    • Mise en place systématique de très grandes balconnières et profondes afin de pouvoir cultiver des plantes tout au long de la saison sur chaque terrasse (Minimum : prévoir une balconnière de ce type pour tous les appartements en étage
    • Jardins partagés au sol mais aussi sur les toits

     

    4.3.2 Structure juridique/Organisation/Education

     

    • Création spécifique d’une structure adaptée (forme association ou coopérative en participation par ex.)
    • Mise en place d’un Règlement intérieur adapté
    • Adoption et mise à jour permanente d’une Charte éthique de conduite qui rassemble les partenaires du projet  et qui doit décliner les intentions de respect de la vie sous toutes ses formes
    • Partenariat pérenne à développer avec le groupement des jardins familiaux, le ou les agriculteurs de proximité, maraichers.
    • Partenariat à nouer avec collectivité/ville au démarrage création Agroquartier et suivi
    • Formation permanente du bureau ou Conseil de la structure à la culture et à l’environnement

     

    4.3.3 Circulation

     

    • Limitation circulation automobile par barrière avec accès possible en  urgence
    • Garage souterrain (maximum 1 place de garage  pour 2 appartements
    • Accès latéral à l’Agroquartier des transports en commun
    • Chemins piéton
    • Pistes cyclables

     

    4.3.4 Traitement des déchets

     

    • Compostage collectif
    • Lombricompost individuel généralisé

     

    4.3.5 Démographie/urbanisme

     

    • Densification de l’habitat compatible avec son environnement (pas plus de 3 étages)
    • Habitat et logements modulables dans le temps
    • Certains espaces et matériels domestiques sont mutualisés (laverie, séchage, repassage, vélo-partage, auto-partage…).
    • Mixité sociale et générationnelle
    • Services de proximité : crèche, maison des Ainés avec surveillance médicale, point services, etc.
    • Label énergie positive : excédent de production d’énergie renouvelables (géothermie, pnneaux solaires, éoliennes, etc)
    • Chaque appartement doit avoir un accès logement orienté au SUD

     

    4.3.6 Conditions ressources humaines

     

    • Motivation des personnes volontaires souhaitant s’insérer et vivre dans ce quartier
    • Adhésion à la démarche dan la durée

     

    4.3.7 Paysage/ Environnement

     

    • Arbres fruitiers régionaux  origine autochtones ; pas  arbres d’ornement , etc.
    • Pelouses naturelles sans aucun traitement chimique
    • Récupération des eaux pluviales (réserve, arrosage, et petit lac pour flore et faune)
    • Zones réservées à la régénération de la flore e de la faune locale
    • Interdiction de planter des variétés invasives ou exotiques
    • Zone de vergers de fruits locaux (vieilles variétés, conservatoire, etc.)
    • Création et aménagements avec fléchage de chemins environnement pédagogiques (liens et cheminement à relier avec les jardins familiaux, la ou les exploitations de maraichage et agricoles de proximité)

     

    Ces conditions peuvent s’appliquer  aisément en zone périurbaine .Pour répondre à la question Réamiser un AgroquartioerPLUS Européen, est-ce possible ? je reponds OUI dans toutes les villes d’Europe disposant de zone périurbaine avec à proximité des zones vertes plus ou moins étendues et la présence d’agriculuteur et de maraichers à proximité.

     

    Pour balayer les éternels sceptiques sur un sujet majeur de notre urbanisme de demain, il y a une vieille légende politique dans le Tennessee. C’est l’histoire d’un jeune garçon et d’un vieil homme qui a la réputation de trouver toutes les réponses aux questions qu’on lui pose. Le garçon veut piéger l’aïeul. Il capture un petit oiseau, l’enferme dans ses mains et met au défi le vieil homme de répondre à cette question : cet oiseau est-il mort ou vivant ? Bien sûr, il prévoit d’étouffer l’oiseau si le vieil homme répond qu’il est vivant. Mais le vieil homme lui dit : « La réponse est dans tes mains, mon fils. » Le futur est aussi entre nos mains.  Extraits  Interview Al Gore : « L’atmosphère est un égout à ciel ouvert » Al Gore : « L’atmosphère est un égout à ciel ouvert » Extraits LE MONDE | 11.09.2013

     

    Une occasion unique se présente aujourd’hui dans le cadre de la mise en place des nouveaux PLU (Plan Local d’Urbanisme) dans toute la France afin d’y intégrer les innovations de l’AGROQUARTIERPLUS EUROPEEN et d’y apporter des éléments structurants indispensables au mieux-vivre en commun et ce , conformes aux aspirations des habitants de nos pays européens.

     

    Gérald Brothier

  • Les atouts exceptionnels de la Robertsau pour implanter un AgroquartierPlus Européen

    -         Préserver un site déjà exploité en agriculture, à l’heure du redéveloppement de l’« agriculture urbaine »

    -         Développer une activité maraichère ancienne (exploitations subsistant sur le quartier) avec de nouveaux acteurs au nord de la Robertsau

    -         Créer un réseau d’approvisionnement de proximité sous forme d’AMAP

    -         Valoriser le site du Centre d’Initiation à la Nature et à l’Environnement (CINE) de Bussière  qui propose des activités pédagogiques dans le domaine de la sensibilisation à l’environnement.

    -         Connecter la forêt de la Robertsau en instance de classement en réserve naturelle via des chemins

    -         Consolider les Jardins familiaux existants  et à valoriser

    -          Développer la Zone de vergers de fruits locaux existants  à valoriser (vieilles variétés, conservatoire, etc.)

    -          Créer et aménager avec fléchage des chemins environnement pédagogiques (liens et cheminement à relier avec les jardins familiaux, la ou les exploitations de maraichage et agricoles de proximité)

    -         Relier, via ces chemins également la forêt de la Robertsau au travers l’AgroquartierPllus à réaliser sur le secteur Mélanie/Pourtales, au Parc Naturel Urbain existant au sud de la Robertsau…..

    - valoriser également la mise en eau du Canal des Français

  • PLU communautaire, 3ème phase de concertation, exposition et réunions publiques sur le Règlement

    Engagée depuis 2011, l’élaboration du Plan local d’urbanisme (PLU) communautaire a déjà donné lieu à plusieurs étapes de concertation avec le grand public.

     

     

    A partir de la mi-septembre, la troisième phase de sensibilisation et de concertation portera sur le règlement du PLU.

     

     

    A cette fin, la Communauté urbaine de Strasbourg, avec les communes, vous invite à quatre réunions publiques pour présenter et échanger sur le travail, en cours, de traduction règlementaire :

     

     

    -          Mardi 17 septembre 2013 à 19 heuresdans la salle de l’Aquarium de l’Hôtel de Ville de Schiltigheim (110 route de Bischwiller)

     

    -          Mercredi 25 septembre 2013 à 19 heuresdans les Salons de l’Illiade à Illkirch-Graffenstaden (11 allée François Mitterrand)

     

    -          Vendredi 4 octobre 2013 à 19 heuresà L’Aubette à Strasbourg (31 place Kléber)

     

    -          Jeudi 10 octobre 2013 à 19 heuresau PréO à Oberhausbergen (5 rue du Général de Gaulle)

     

    Autour d’un espace d’exposition didactique et informatif, un temps de découvertes et d’échanges vous sera proposé, à partir de 18 heures, avant chaque réunion publique.

     

     

    Nous vous informons également de la tenue d’une exposition multimédia et ludique au centre administratif de la Communauté urbaine de Strasbourg (parc de l’Etoile, arrêt de tram A-D « Etoile-Bourse »).

     

    Elle sera ouverte au public du mercredi 18 septembre au vendredi 18 octobre 2013 et accessible aux horaires d’ouverture.

     

    Un espace d’exposition sera également mis en place dans chaque commune de l’agglomération et dans les quartiers de Strasbourg, afin que tous les habitants de l’agglomération puissent faire leurs remarques.

    communiqué strasbourg

  • Canal des Français du retard à l'allumage !

    Déjà plus de dix mois de retard pur les travaux de remise en eau du canal des Français qui ont débuté début juillet par l’aménagement d’une zone humide sur l’ancien parking du Chalet, au lieu-dit Fuchs am Buckel.

    Bonnes gens, ne croyez pas que cela est fit pour votre loisir. La promenade en barque n'esp pas pour demain. Cette action est faite uniquement dans le cadre d'une obligation de devoir recueillir les eaux pluviales des nombreuses contruction réalisées et à venir, notamment au quartier au bout de la rue de la renaissance.....St Anne bien sûr.

  • Art ou légumes à l’Ancienne douane, Strasbourg irréconciliable ou " l'art de la politique politicienne"

    Commentaire ou " l'art de la politique politicienne. Franchement il y a tellement de lieu d'exposition qu'un marché animé de produits agricoles de proximité est un vrai plus pour la visibilité de la ville de Strasbourg. Soutenir qu'on ne peut pas changer la destination d'un lieu inutilisé depuis 2000 est un non-sens.

    source rue 89 strasbourg

     
    Dans le projet de boutique d'alimentation, les murs de l'Ancienne douane seront repoussés jusqu'aux arcades extérieures (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Dans le projet de boutique d’alimentation, les murs de l’Ancienne douane seront repoussés jusqu’aux arcades extérieures (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Les aménagements qui ont fait débat (5). Au printemps 2014, une quinzaine de producteurs locaux vendront des fruits, légumes, viandes et laitages dans le point de vente collectif aménagé cet hiver à l’Ancienne douane. Autrefois salle d’expositions temporaires, le lieu est vide depuis un incendie en 2000. Son changement de vocation provoque pourtant l’ire d’un collectif de citoyens et d’élus, qui doutent de l’opportunité du projet.

     

    Ils ne désarment pas, à 8 mois des élections municipales. Si la droite repasse, espèrent-ils, ce « caprice »(dixit Robert Grossmann) de Françoise Buffet, adjointe au maire en charge de l’environnement et de l’agriculture, ne se fera pas. Le projet qu’une poignée de galeristes, d’amateurs d’art et d’élus espèrent voir capoter : l’installation d’un point de vente collectif de produits alimentaires locaux sur 200 m² au rez-de-chaussée de l’Ancienne douane, dans le centre-ville de Strasbourg. Là où, pendant une cinquantaine d’années, se sont tenues quelques belles expositions temporaires. Incendié en 2000, le lieu n’est utilisé qu’épisodiquement depuis cette date. Dernier succès : Thrill, en 2011.

    « Mettre le monde rural au cœur de la ville »

    Sur le métier depuis deux à trois ans, la création de ce magasin de producteurs répond à un engagement de la municipalité PS sortante en faveur des circuits d’alimentation courts, réduisant les intermédiaires entre la fourche et la fourchette. Le choix du lieu, explique Françoise Buffet, tient à sa centralité et à la demande forte des riverains en matière de produits frais et locaux. Cette localisation est également intéressante puisqu’elle se situe sur le trajet des touristes entre la dépose des cars place de l’Etoile et la cathédrale :

    « Notre souhait est de mettre le monde rural au cœur de la ville et de faire de ce lieu une vitrine de l’agriculture locale. La relocalisation de l’alimentation est un enjeu majeur dans notre monde actuel. Ce projet est l’une des réponses apportées par la collectivité, dans le cadre du partenariat avec la chambre d’agriculture du Bas-Rhin. De plus, ce point de vente n’entrera pas en concurrence avec les marchés du centre, mais pourrait bien être une locomotive pour les autres commerces. »

    Dans le projet, l'escalier va sauter pour agrandir l'espace au rez-de-chaussée (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Dans le projet, l’escalier va sauter pour agrandir l’espace au rez-de-chaussée (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Les bureaux au premier étage, à l'abandon, comme la salle d'expo, ne sont pas intégrés dans la première phase du projet de boutique (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Les bureaux au 1er étage, comme la salle d’exposition, ne sont pas intégrés dans la première phase du projet de boutique. Lors d’une seconde phase, un lieu de dégustation pourrait y être installé (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Le Quai des bières, exploité par le restaurant jusqu'à une date récente, sera intégré dans l'espace boutique, et le mur détruit (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Le Quai des bières, exploité par le restaurant jusqu’à une date récente, sera intégré dans l’espace de vente, et le mur détruit (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

    Depuis le 9 juillet, le permis de construire a été déposé par la Ville de Strasbourg, qui investit 800 000€ dans la rénovation et la mise aux normes des lieux. Dans un second temps, ils seront aménagés en boutique à la charge du collectif de producteurs, une quinzaine (sur une cinquantaine de dossiers déposés l’année dernière auprès de la Chambre d’agriculture), tous installés dans le Bas-Rhin, pas forcément en bio.

    Les travaux devraient démarrer cet hiver, avec 6 mois de retard environ, puisque la livraison était prévue initialement fin 2013 (lire la délibération du conseil municipal de juin 2012 – PDF) et que l’on s’achemine vers une inauguration en mai 2014. Au programme : destruction de l’escalier central qui mène à la salle d’expositions, démolition du mur séparant le futur local du Quai des bières, bar exploité jusqu’à présent par le restaurant L’Ancienne douane, et surtout, murs repoussés jusqu’aux arcades extérieures pour agrandir l’espace.

    Pétition, faux vernissage, lobbying

    Ce n’est qu’au printemps 2014 que légumes, miel, viande ou vin y trouveront leur place. C’est sur ce délai entre les travaux de mises aux normes et ceux, plus tard, d’aménagement commercial, que comptent les opposants au projet, actifs depuis deux ans dans le cadre du « collectif Ancienne douane ».

    Après une pétition, ces galeristes et amateurs d’art ont organisé à l’automne 2012 un faux vernissage pour sensibiliser le public à leur cause, avant de rencontrer à plusieurs reprises les conseillers techniques du maire Roland Ries, qu’ils pensent « gêné sur ce sujet, absent sur ce dossier comme sur tout ceux qui ont trait à la culture » [lire notre article "politique culturelle, le boulet de Roland Ries"]. Leur crédo : l’Ancienne douane, bâtiment historique dédié à l’art depuis les années 1960, doit le redevenir. Audrey Kinné, une proche de François Loos, et Gérard Cardonne, écrivain, tous deux membres du collectif, insistaient dans une lettre ouverte :

    « Ce magnifique bâtiment, chargé d’histoire, particulièrement bien situé au cœur historique de la ville, pourrait et devrait être un des lieux culturels privilégiés de Strasbourg en permettant aux artistes régionaux en mal de lieu d’expositions temporaires ainsi qu’aux artistes rhénans et internationaux de participer à la réputation artistique de notre ville. (…) Une telle décision [du maire de Strasbourg] de rejeter une demande culturelle évidente et très forte ne peut que repousser les artistes alsaciens à se tourner vers d’autres régions et villes plus accueillantes et faire obstacle à la venue d’artistes qui peuvent promouvoir et mettre en avant notre ville. »

    Aujourd’hui, les deux opposants veulent croire que tout n’est pas perdu pour « leur cause ». Et, à défaut d’avancer sur le dossier de l’Ancienne douane, ils réclament la recherche d’autres lieux où accueillir des « grandes expositions » (plus de 30 œuvres picturales), qu’ils se proposeraient de gérer et/ou animer pour le compte de la collectivité. Selon Audrey Kinné et Gérard Cardonne, les conseillers techniques du maire leur auraient promis une réunion et une lettre d’intention qui ne seraient jamais venus.

    Opposer culture et agriculture

    Côté exécutif, on s’agace. Françoise Buffet, directement mise en cause dans ce dossier, elle qui s’était engagée (de façon infructueuse) en faveur de la création d’un marché couvert à l’Aubette sous la mandature précédente, regrette :

    « C’est très maladroit de la part de Robert Grossmann [ancien président de la CUS, de 2001 à 2008, en charge de la culture] et du collectif d’opposer culture et agriculture. Quant il était au pouvoir, Robert Grossmann n’a rien fait pour l’Ancienne douane. J’en conclus que ce n’était pas sa priorité. Et puis l’art se met beaucoup plus facilement dans des lieux atypiques que l’alimentation… »

    Néanmoins, la création d’un « centre d’art », comme il en existe dans d’autres grandes villes de France, n’est pas – à notre connaissance – dans les cartons, même si la Coop au Port-du-Rhin, les Docks Malraux ou la Manufacture ont parfois été évoqués pour l’abriter.

  • Communiqué de presse : Découvrons la Ville que vous avez imaginée ! » qui aura lieu du 24 mai au 2 juin au Hall des Chars, 10 rue du Hohwald à Strasbourg

    Après 18 mois de débat autour de la question « Quelle ville désirons-nous ? », l’Atelier Urbain est heureux de vous inviter à son exposition rétrospective « Découvrons la Ville que vous avez imaginée ! » qui aura lieu du 24 mai au 2 juin au Hall des Chars, 10 rue du Hohwald à Strasbourg.

    Vous avez été nombreux à vous déplacer, à nous donner votre avis, et c’est avec grand plaisir que nous vous attendons pour découvrir le résultat de nos échanges et pour partager avec vous de nouvelles rencontres.

    L’équipe de l‘Atelier Urbain vous a concocté un programme (ci-joint) de rencontres, de visites variées autour de l’exposition, pour continuer à débattre de la ville tout en marchant

    En espérant vous compter nombreux à cette exposition.

  • Rendez-vous, pour une balade ou l'autre à la découverte de l'espace transrhénan à 14h30 sur la passerelle puis ce mercredi 4 avril à partir de 16h sur la plate-forme centrale de la Passerelle des Deux Rives

    l'association Garten//Jardin et les Amis de la passerelle vous invite au prochain Café//Kuchen qui se réunit ce mercredi 4 avril à partir de 16h sur la plate-forme centrale de la Passerelle des Deux Rives. Un petit quelque chose et  de la bonne humeur à partager!
    Avec les beaux jours les balades cyclistes  et pédestres  reprennent
      Rendez-vous, pour une balade ou l'autre à la découverte de l'espace transrhénan,  à 14h30 sur la passerelle. Et nouveauté cette année, une série de mini-conférences sur le Rhin, ses ponts, son port. Gilles Huguet entame le cycle à 16h30..


    Liebe Freunde,
     
    Garten//Jardin und die Freunde der Passerelle laden am Mittwoch, 4. April, ab 16h wieder zum Rhein überschreitenden Austausch CaféKuchen auf die Plattform der Passerelle ein - Geschirr und etwas zum Teilen bitte mitbringen.
     Nach der Winterpause treffen sich bereits um 14h30 wieder Bewegungsfreudige auf der Plattform zu einer gemeinsamen Rhein überschreitenden Erkundung (ca.1,5h) mit dem Fahrrad oder zu einer Wanderung.

     

    Florence LECOMTE
    pour/für  Garten//Jardin