Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tram

  • extension du tram vers l'Escale à la Robertsau : c'est parti

    Ce lundi 6 mars 2017, l’extension du tram dans le quartier de la Robertsau  démarre

    concrètement avec le diagnostic archéologique sur toutes les parcelles du chantier.


    « Le temps des polémiques est fini, on entre dans la phase opérationnelle », se réjouit le président de la

    Compagnie des transports strasbourgeois Alain Fontanel à propos de l’extension de la ligne E, dont les

    travaux préliminaires vont démarrer ce lundi 6 mars. « 95 % du foncier est acquis pour cette opération, le

    restant est en cours de négociation. » Le diagnostic archéologique peut réserver des surprises, puisque

    c’est une première dans ce secteur.


    Suivront, d’ici la fin du mois, la coupe d’une cinquantaine d’arbres sur le tracé et la destruction des sept

    maisons également sur l’emprise. Ainsi que des sondages géotechniques. Alain Fontanel pense utile de

    rappeler que le programme paysager autour de ce « tram vert » prévoit non seulement un engazonnement

    de la plateforme à plus de 90 % mais aussi la replantation de 280 arbres tout le long du trajet.

    Les travaux du tram à proprement parler démarreront début juin avec les déplacements de réseaux (eau

    et assainissement) sur le trajet. « Le dispositif d’information des riverains démarre, lui, de suite », poursuit

    l’élu. 8 500 lettres seront déposées dans les boîtes des habitants ce week-end pour informer de ce

    commencement des opérations. Un numéro de téléphone dédié fonctionne aux horaires d’ouverture de

    l’administration en semaine (*). Un « Stammtisch itinérant » d’information sur les travaux aura lieu tous les

    quinze jours dans le quartier.

    Deux concertations à venir

    L’adjointe du secteur Nicole Dreyer proposera, par ailleurs, dans les semaines à venir, deux concertations

    en lien plus ou moins étroit avec l’avancée du tramway dans le quartier. « Il y aura, tout d’abord, un atelier

    de projet intitulé « Centralité historique de la Robertsau ». « On y examinera comment profiter de l’arrivée

    du tram pour repenser l’axe nord-sud qu’est la rue Boecklin. On parlera de la place du Corps-de-Garde,

    des nouveaux circuits de bus à retravailler, de la place des cyclistes... », explique l’élue de proximité.

    L’autre sujet de concertation concernera le parc dit de la « Petite Orangerie ». « Il faudra en déplacer le

    petit terrain de basket pour le passage du tram. L’aire d’ébat des chiens est fermée. Elle sera transférée

    vers Pourtalès. Un cheminement en bois sur ce site est à reprendre, par ailleurs », liste notamment Nicole

    Dreyer. « Autant discuter les détails de ces aménagements avec les usagers. »

    (*) Le numéro d’appel sur les questions et problèmes concernant le chantier est le ✆ 03 68 98 51 12.

    extraits dna 3 mars 2017

    Commentaires :  on a vu que les ateliers projets servaient surtout à diffuser de l'information et pas à co-construire des aménagements avec les citoyens-habitants...Ici, on nous parle déjà de déplacer l'aire d"ébat des chiens qui doit être transférée vers Pourtalès...Croyez vous sérieusement que les chiens vont se retenir ?...alors que les crottes de chiens abondent dans tout le secteur.... Un exemple parmi tant d'autres où l'expérience des citoyens devrait être prise en compte. On a le droit de rêver...

  • ROBERTSAU Réunion publique du 23 JUIN 2016 sur l’extension de la ligne E

    ROBERTSAU Réunion publique sur l’extension de la ligne E
    Le tram fait du bruit LE TRAM PASSIONNE, y compris Roland Ries qui en a fait une spécialité. Le maire était présent à cette réunion inscrite dans le cadre de l’enquête publique, en cours jusqu’au 13 juillet,de même que l’adjointe du quartier Nicole Dreyer.
    Il a cadré d’emblée le débat autour de cette question qui domine la discussion depuis de longues années : combien de stations en plus, zéro, deux, (jusqu’à Mélanie), trois (jusqu’au centre socioculturel l’Escale, choix de la municipalité) ?
    Sans parler de ceux qui voudraient aller jusqu’à la clinique Sainte-Anne (« si on veut aller à
    Saint-Anne, il faut déjà aller à ’Escale », a fait remarquer Roland Ries.
    Le maire fait la promotion d’un« tram-jardins ». Ses opposants défendent au contraire la préservation d’un environnement tranquille, celui de petites maisons
    entourées de jardins…sans tram. L’impact sur les espaces verts est revenu toute la soirée.
    Des avis très partagés
    Au rayon prises de parole (parfois sportives, eu égard aux cris qui n’ont pas manqué de fuser),
    il y a eu les associations d’habitantsdu quartier, l’Adir (favorable à la prolongation), l’Asser et
    le Carsan (opposés) - leurs arguments sont régulièrement exposés.
    Côté politiques, les conseillers départementaux Yves le Tallec et Françoise Pfersdorff ont affiché des options divergentes, le premier voudrait bien aller jusqu’à Saint-Anne, la seconde
    pense qu’il vaut mieux passer par la cité de l’Ill. Thierry Roos, conseiller municipal d’opposition, du groupe Strasbourg à vos côtés, a réussi à être d’accord avec les deux en jugeant le tracé
    contestable tout en regrettant qu’il n’aille pas plus loin et« qu’on s’arrête en chemin ».
    Les techniciens de la Ville comme les représentants de la CTS,
    présents pour expliquer le projet ou répondre aux questions en ont pris pour leur grade : de
    nombreuses voix se sont élevées pour remettre âprement en question la réalité des chiffres
    donnés, celui du budget annoncé pour c e t t e extension (19,4 millions d’euros), ceux de la fréquentation des lignes (40 000 personnes par jour pour la ligne E).
    Alors que Francis Beck, de l’Asser,ou Christine Geiller-Legros, du Carsan, ont calculé que le
    coût de cette extension pourrait dépasser les 30-35 millions d’euros, la Ville répond que les 19,4 millions d’euros représentent un « budget stabilisé », qui comprend notamment, pour
    3,5 millions d’euros, les études et l’acquisition foncière.
    Au passage, il reste 15 % de parcelles à acquérir, la procédure sera lancée en septembre
    2016......
    Citons encore la directrice de la maison Oberkirch qui a expliqué pourquoi un arrêt de tram à
    l’Escale permettrait à ses résidents, souffrants de handicaps, de pouvoir se déplacer plus facilement.
    Dans la soirée a enfin émergé cette autre information : il serait d’ores et déjà possible de relier la Robertsau à la gare sans rupture de charge. Voilà une nouvelle qui devrait mettre tout
    le monde d’accord.
    source extraits DNA

  • Robertsau Extension de la ligne de tram ..... jusqu’à l’Escale ou jusqu'à la Vignette une évidence ?

    Quelques Robertsauviens, alors même que l'extension du tram jusqu'à l'Escale a été votée en conseil de CUS A l’unanimité en juin 2013 dernier par la majorité et l'opposition dont Mme KELLER candidate UMP et Mme Schumann, supportrice de M. LOOS, candidat UDI aux prochaines élections Municipales de 2014 .....contestent ce choix en organisant une réunion publique ce 14 novembre dernier.


    plan dna

    Cela voudrait-il dire que Les Robertsauviens sont contre le Tram ou du moins ils n'en veulent pas près de chez eux. (pas dans mon jardin!)...?

    En fait, il est gênant pour certains que le tram soit une réussite et que l'on offre une extension suffisante à la Robertsau pour en desservir le centre.

    Faut-il oublier que le tracé actuel a été voulu par l'ancien Président de la CUS Robert Grossmann. Cela a été une erreur magistrale puisque le nombre de montées et descentes par jour est resté atone depuis on inauguration en 2008... 3990 actuellement CONTRE 3950 en 2008 ? dixit selon propos de la présidente de séance de cette coordination (Mme GEILER) montée par les commerçants locaux qui pensent que l’extension vers l'Escale va mettre en danger, voire en faillite leurs commerces...C'est une vieille rengaine déjà utilisée au moment du début de la mise en œuvre du tram dans les années 90 et on a vu qu'il n'en était rien....... Ce qui en dit long sur l'utilité de toute extension......

    Enfin rappelons que la fréquence de cette ligne de tram Robertsau est 2 fois moindre que la moyenne tram de la CUS. S'il en fallait une démonstration, c'est fait. Les chiffres sont têtus et parlent d'eux-mêmes...non que les Robertsauviens boudent le tram mais quoi, ce tracé ne leur convient pas et ils préfèrent utiliser les bus + rapide.....Non mais!!!!!

    La démonstration du coût exorbitant indiqué en séance ce 14 novembre de 25 Millions est bien sûr volontairement surestimé car il n'y a pas d'ouvrage d'art à construire et ce n'est pas les quelques expropriations qui vont gonfler la note, maximum 1,5 millions €. Le chiffre maximal sera de l’ordre de 18 millions hors matériel roulant, ce dernier n'étant jamais inclus dans le coût des infrastrutures.

    Enfin, s'agissant des coûts d'exploitation supplémentaire chiffrés à 650 000 € par an par la coordination, ils ne tiennent pas évidement compte des économies du redéploiement des bus et de la navette qui s'en suivra inévitablement...c'est une omission volontaire à moins que l'on ait pas bien saisi de quoi on parle.

    Précisons que la  fréquence de la navette ne sera aucunement diminué mais simplement redéployé dans son circuit contrairement à ce qui a été affirmé ce soir en indiquant sa suppression totale.

    La question de fond : faut-il persévérer dans cette direction ? L'extension d'une mauvaise ligne est-elle utile ? alors aller à la Vignette ou Escale est vraiment mineur. Sur le plan technique la réponse est toute trouvée mais quand on parle politique....

  • Robertsau : du neuf Ligne D: le Port-du-Rhin en 2014 ou 2015

    le schéma manquant du tram des 5 Rives : Bassin Citadelle(1x), basin Vauban (2x), le Rhin (2 rives)

    Le nouveau tracé du prolongement de la ligne D à travers la zone portuaire de Strasbourg s'accompagne d'un nouveau calendrier et d'un déplacement vers l'Est de la route du Petit-Rhin. L'actuelle voirie servira à la desserte interne du site «Starlette» agrandi dans le même mouvement.
    Revu dans le cadre de l'élaboration du schéma directeur des Deux-Rives (lire ci-dessous), le prolongement de la ligne D vers le quartier du Port-du-Rhin et Kehl (2,6 km) a fait l'objet d'une concertation réglementaire. Le projet sera soumis lundi pour avis au conseil municipal de Strasbourg et le conseil de communauté est appelé à se prononcer sur le sujet le 15 avril.
    Destiné à desservir et à fédérer les sept « bulles » à urbaniser, le tramway prolongé depuis la station «Aristide-Briand» s'écarte de la route du Rhin et décrit jusqu'au pont-rail Desaix une courbe à travers le territoire portuaire.
    La rue du Péage reconfigurée et réaménagée
    Le nouveau tracé coupe plus précisément à travers l'actuel site de la SPA et le môle de la Citadelle, franchit le bassin Vauban, le terrain «Starlette» et l'actuelle route du Petit-Rhin, dessine une tangente à l'arc de la rue de la Coopérative, enjambe la rue du Péage remaniée, passe sous une voie ferrée de desserte portuaire avant de rejoindre la route du Rhin à l'ouest du pont Desaix. La suite est inchangée : la ligne dessert le quartier du Port-du-Rhin via la route du Rhin avant de franchir le fleuve sur un nouvel ouvrage (par ailleurs dédié aux piétons et aux cyclistes) parallèle au pont de l'Europe et longer la Straßburger Straße jusqu'à la station « Kehl-Bahnhof ». Grande nouveauté: le transfert du trafic général (poids lourds compris) actuellement charrié par la route du Petit-Rhin vers l'Est. Déviée depuis le carrefour de la route du Rhin, la route du Petit-Rhin est connectée à la rue du Péage promise à une reconfiguration et à un réaménagement. Ainsi se trouve élargi le site «Starlette» : recalibrée, la route du Petit-Rhin ne sera plus qu'une voie de desserte de la « bulle » urbanisée.
    Ainsi se trouve également remise sur le métier la deuxième phase de la liaison interports, la voirie destinée à raccorder la rue du Rhin-Napoléon et la rue de Lübeck via un passage sous la route du Rhin.
    Revu, également, le calendrier de l'opération. Jusqu'ici, la mise en service de la première phase (de la station «Aristide-Briand» à la station «Port-du-Rhin») était prévue fin 2013. Aujourd'hui, Roland Ries annonce un démarrage des travaux début 2012 et une mise en service en 2014-2015.
    Les travaux de la section transfrontalière (de la station «Port-du-Rhin» à la station «Kehl-Bahnhof») pourraient être engagés fin 2012 et achevés fin 2015.

    Le conseil municipal de Strasbourg se réunira le lundi 11 avril à partir de 15 h au Centre administratif, parc de l'Étoile. À l'ordre du jour, 48 points dont le renouvellement partiel et la modification de la charte de fonctionnement des conseils de quartier, le projet immobilier de l'îlot « Wollek », le transfert de la foire Saint-Jean. la création d'une liaison de bus à haut niveau de service entre la gare centrale de Strasbourg et l'Espace européen de l'entreprise à Schiltigheim, l'aménagement des espaces publics du secteur Heyritz.
     
    COMMENTAIRE : Ceci préfigure une route qui va traverser la Robertsau de part en part du sud vers le nord en amenant une très forte circulation de transit avec une pollution accrue, des nuisances sonores d'une route à grande circulation ainsi qu'un acrroissement de l'insécurité pour les cyclistes et les piétons
    Sept « bulles » à urbaniser

    Le schéma directeur des Deux-Rives fait du tramway le moteur du développement du secteur transfrontalier, de la transformation d'un paysage vu comme une mosaïque de «lieux uniques» inspirée par la géographie du site et le dessin de l'eau.
    Avec ses friches et ses servitudes liées aux activités industrielles et portuaires, le secteur des Deux-Rives, entre môle de la Citadelle et gare de Kehl, fait l'objet d'un schéma directeur de programmation et d'aménagement.
    L'élaboration du document d'orientation a été confiée par la CUS et le Port autonome de Strasbourg à un groupement dont le mandataire est l'agence parisienne Reichen et Robert.
    Colonne vertébrale
    Pour Roland Ries, il convient de sortir de «l'urbanisme de confetti» et d'avoir une vision globale du secteur. Insistant sur le nécessaire équilibre à trouver entre développement urbain et activités portuaires, Alain Jund, l'adjoint chargé de l'urbanisme, met en avant les enjeux de l'affaire : «C'est une nouvelle page de l'histoire de Strasbourg qui s'écrit». Le tramway y est vu comme la «colonne vertébrale» du territoire, l'axe de son développement, le moyen de relier et de valoriser les sept «bulles» à urbaniser, du môle de la Citadelle à la gare de Kehl.
    Entre les «bulles» en question est prévue de la forêt, un «corridor écologique et biologique» allant de la Robertsau au Neuhof en passant par le jardin des Deux-Rives.
    Tout comme la transformation de la route du Rhin en boulevard urbain, la déviation de la route du Petit-Rhin est une orientation majeure d'un plan de déplacements qui privilégie le tram et les modes «doux», avec des zones 30 ou des zones de rencontre et des parkings situés aux portes des poches à urbaniser. Susceptibles de s'étaler sur une trentaine d'années, les développements urbains visent une mixité des fonctions dont 5 000 logements à implanter sous une ligne parallèle à la rue du Port-du-Rhin et passant au sud de la chaufferie de l'Esplanade,.....extraits dna
  • La métamorphose de la ligne F TRAM Robertsau prochain conseil de communauté se réunira demain, mercredi 22 septembre, à partir de 8 h 30, au centre administratif, parc de l'Étoile

     A l'ordre du jour(du prochain conseil de communauté se réunira demain, mercredi 22 septembre, à partir de 8 h 30, au centre administratif, parc de l'Étoile. A l'ordre du jour figurent 112 points), enfin, la réorganisation du réseau de tramway à l'occasion de la mise en service des nouvelles infrastructures construites entre la place de la Gare et la rue du Vieux-Marché-aux-Vins et entre la place d'Islande et la station « Observatoire » (les DNA du 18 septembre) dans le cadre de l'ouverture de deux lignes constituant la partie urbaine du tram-train destiné à rallier, depuis l'Esplanade et la Robertsau, le piémont des Vosges et la vallée de la Bruche.
     En attendant le tram-train et ses cadencements à la demi-heure, le schéma qui s'appliquera à compter du 27 novembre doit notamment permettre, précise Roland Ries, de soulager les lignes A et D entre les stations « Rotonde » et « Homme-de-Fer », de mieux desservir le campus de l'Esplanade et de faciliter les liaisons entre la gare et la Robertsau grâce à une correspondance unique à la station « République ». extraits dna 210910

  • SCOOP : Strasbourg Une révolution sur le réseau tram La ligne F ne reliera pas la gare aux institutions européennes et à la Robertsau

    La compagnie des transports strasbourgeois a dévoilé ce matin le «nouveau visage du tramway» dans la capitale alsacienne, consécutif à la mise en service des 1,5 kilomètres de lignes nouvelles, situées d'une part entre la place de la Gare et la station Vieux-Marché-aux-Vins, et la station Observatoire et la place d'Islande de l'autre.

    En clair: la ligne C, en provenance du Neuhof et de l'Esplanade, verra son tracé modifié à partir de la station Homme-de-Fer. Elle bifurquera alors dans le Faubourg de Saverne, pour s'achever sur la place de Gare. Il faudra compter une rame toutes les 6 minutes sur cette ligne C redessinée.
     Une nouvelle ligne sera également créée en forme d'arc de cercle entre les stations Elsau et place d'Islande, à l'Esplanade, via le centre-ville et l'Homme-de-Fer. La fréquence de la ligne F -c'est son nom- sera de dix minutes environ. Ces modifications entreront en vigueur le samedi 27 novembre, a fait savoir la CTS. extraits dna article complet demain 180910

  • Lundi 13 septembre à 15h. Conseil municipal de Strasbourg. Extension de la ligne D du tram Salle des conseils du centre administratif

    Le Conseil Municipal de Strasbourg du lundi 13 septembre est diffusé en direct sur www.strasbourg.eu à partir de 15h. en cliquant  ICI

    Pour la robertsau

    • point 7 Accident de Pourtalès - Conclusion d'un protocole d'accord avec l'assureur de la Villede Strasbourg.
    • point 14 de l'ordre du jour Transfert de propriété sans paiement de prix entre la Ville de Strasbourg et la Communauté urbaine de Strasbourg concernant le Centre funéraire de la Communauté urbaine de Strasbourg sis à Strasbourg-Robertsau.
    •  point 24 Avis relatif au classement d'office dans le domaine public communautaire de la rue du
      Goujon à Strasbourg- Transfert à la Communauté urbaine de Strasbourg de la parcelle
      correspondante (avis du Conseil municipal - article L. 5211-57 du CGCT).

    ET Un nouveau tracé sur les rails

    Description : http://arphotos.dna.fr/2010/N215/20100910_DNA030883.jpg

    Parmi les 61 points au programme du conseil municipal de rentrée de lundi, les élus sont appelés à approuver le bilan d'étape du schéma directeur des Deux Rives. Un nouveau tracé de l'extension de la ligne D du tram sera proposé. Passant au cœur des secteurs "Citadelle" et "Starlette".

    Le tram desservira à l'horizon 2014 le quartier du Port-du-Rhin depuis la station Aristide-Briand. Puis reliera la place de la Gare à Kehl. Changement de tracé : tout le monde descend... Roland Ries a annoncé hier devant la presse que le tracé de l'extension de la ligne D du tram a été sensiblement remanié.
     Plus question que la ligne épouse le tracé de la route du Rhin : la liaison passera désormais au cœur des secteurs
    du môle de la Citadelle et de Starlette, appelés à être urbanisés. En profiteront aussi les terrains de la Coop, appelés à être vendus.

    « Éviter l'urbanisation de confetti »

     « Il est nécessaire d'aller dans cette direction et de désenclaver les différentes bulles urbaines qui existent aujourd'hui », a justifié Roland Ries, qui s'appuie sur le travail du groupement Reichen % Robert qui a été retenu en mars dernier pour réaliser ce schéma directeur. Deux phases sont prévues : la première doit aboutir à la réalisation d'un schéma directeur à la fin de l'année, la seconde consiste à accompagner l'engagement opérationnel de 2011 à 2013.
     Le conseil municipal de lundi sera appelé à donner son avis sur le diagnostic. « L'axe Heyritz-Kehl constitue une réserve foncière pour faire de l'urbanisation en cœur de ville, rappelle le maire de Strasbourg. Le travail a été entamé il y a quelques années, y compris par nos prédécesseurs. » Roland Ries fixe le tempo : « Aller à marche forcée pour urbaniser ce secteur. »
     Objectif : éviter ce que le maire appelle « l'urbanisation de confetti » et avoir « une vision d'ensemble, un peu comparable à celle de la Neustadt ». Autant dire « ne pas travailler au coup par coup, au gré des opportunités foncières ».
     Mais disposer d'une « planification urbaine pour l'ensemble de ces terrains qui représentent des surfaces très importantes ». Le territoire en question s'étend sur un linéaire de plus de 4 km et une surface de 250 hectares, avec un potentiel de près d'un million de m² de SHON (surface hors œuvre nette).
    ....
     Le nouveau tracé du 
    tram fera l'objet d'une délibération spécifique, à l'occasion du conseil de CUS du 22 septembre prochain. ... DNA extraits 10 Septembre 2010

  • Tramway une amélioration en vue pour la Robertsau enfin..

    Le bout du tunnel

    Hier matin, les Strasbourgeois qui reprenaient le travail ont pu bénéficier des services des lignes de tramway B et C tout au long de leur parcours. Du 2 au 15 août, elles avaient été interrompues du fait des travaux de la ligne F...

    Le gros des travaux est derrière nous. D'ailleurs, il suffit de se promener du côté de la rue du Vieux-Marché-aux-Vins et du boulevard de la Victoire pour constater que les rails du tram, désormais, opèrent leur jonction avec les tronçons de la ligne F, vers la rue du Faubourg-de-Saverne, le boulevard Wilson et la gare de Strasbourg d'un côté, vers la rue Vauban et la place d'Islande de l'autre côté. Car cette fameuse ligne F, qui est en fait la portion urbaine d'une future ligne de tram-train, permettra de relier la gare à l'université (et à la Robertsau), sans « rupture de charge », en empruntant une partie du tracé des lignes B et C.

    .....tout devrait rouler sans problème pour une mise en service le 26 novembre, comme prévu.

    La plate-forme est actuellement en cours de finition. Cela concerne la pose des pavés et du gazon (les plates-formes enherbées sont la signature des réseaux urbains modernes), les enrobés. Dans les nuits qui viennent (et notamment durant la nuit dernière), seront déroulées les centaines de mètres de lignes aériennes, sans déranger les riverains plus que de raison. Se terminent également les travaux d'équipement des quais : tirage de câbles de fibre optique, de câbles de sonorisation, de vidéo, etc.). Chacun de ces « systèmes », indépendamment des autres, sera testé prochainement. Puis le test concernera toutes ces données ensemble, avant que les premiers trams s'aventurent à l'essai sur ces nouveaux kilomètres de rail, sans voyageurs et à petite vitesse.extrait dna 170810

  • La ligne E du tram rétablie ce matin

    Lundi, un accrochage de la ligne aérienne du tramway, à la Robertsau, par la grue levée d'un camion, avait causé l'interruption de service de la ligne E du tram, entre les stations Wacken et Boecklin. L'incident, même s'il risque de coûter assez cher, est désormais clos depuis le rétablissement de la ligne ce matin.
    Remise en place des câbles aériens sur la ligne E du tram, malencontreusement arrachés lundi par un camion source extraits dna de ce jour

  • derniére minute TRam Ligne E Robertsau interrompue suite à la casse des caténères par un camion-grue

  • Strasbourg Communauté urbaine / Transports collectifs

    Illkirch - Robertsau : 1- 0

    Soumis aujourd'hui au conseil de la communauté urbaine de Strasbourg, le schéma directeur des transports collectifs 2010-2025 doit être déployé en trois étapes. Outre les extensions déjà décidées, la priorité est accordée au prolongement du tramway à Illkirch-Graffenstaden et à la réalisation de deux lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) vers le nord.

    Percée à Illkirch-Graffenstaden : seul un prolongement de 1,8 km du tramway (36 millions d'euros) jusqu'au centre de la commune dont le maire est le président de la communauté urbaine, Jacques Bigot, va s'ajouter d'ici à 2015, donc d'ici à la fin du présent mandat, aux développements des lignes A et D déjà décidés en 2009 à l'ouest (Hautepierre, parc des Poteries, Zénith) et à l'est (port du Rhin, gare de Kehl). Roland Ries, vice-président de la CUS en charge des transports, met en avant l'attractivité de la troisième commune la plus peuplée de la CUS, l'une de celles où la programmation de nouveaux logements est la plus importante.

    La Robertsau en 2020 : mode et tracé à préciser

    D'ici à 2015 doivent également être mis sur roues des bus à haut niveau de service (BHNS), matériel roulant spécifique circulant en site propre, moins cher et plus flexible. Une première ligne doit desservir la cité de Cronenbourg et l'Espace européen de l'entreprise via la rue de Hochfelden. Une autre doit desservir les secteurs ouest de Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim via la route de Brumath.
    La deuxième étape (2016-2020) comprend la desserte par le tramway (prolongement de la ligne F) du « corridor » ouest de l'agglomération : Koenigshoffen, Eckbolsheim et Wolfisheim. Jugé essentiel au regard de la densité de population et du développement de la porte Ouest, un prolongement cependant conditionné par la réalisation du tunnel du tram-train sous la gare centrale.
    C'est également dans ce deuxième temps qu'est prévue la desserte en site propre de la Robertsau, où le tram s'arrête à l'entrée du quartier. Il reste à préciser non seulement le mode de transport adapté mais aussi le tracé. La ligne aboutissant à la station Boecklin ne répondant « que partiellement aux enjeux de déplacements » et le faubourg se développement à l'écart de son centre historique, Roland Ries évoque un BHNS sur d'autres axes.
    Et toujours d'ici à 2020 est planifiée une liaison en BHNS entre le coeur de la Meinau et le secteur sud du Neuhof. Entre l'arrêt « Baggersee » et l'arrêt « Rodolphe-Reuss », un premier tronçon d'une ligne de rocade décrivant un arc de cercle à travers la première couronne de l'agglomération.....

    extraits dna de ce jour

  • Robertsau Yves Le Tallec : toujours le plaidoyer pour le tramway

    Le conseiller général (UMP) de la Robertsau ne s'en lasse pas. Dans une nouvelle lettre au maire de Strasbourg, Roland Ries, il revient sur la nécessité qu'il y a de prolonger la ligne de tramway E vers le coeur de son quartier. Il s'agit, en deux ans, de « plus d'une dizaine de courriers » où M. Le Tallec développe les mêmes arguments. Le tout, dit-il « sans avoir obtenu la moindre réponse claire ou argumentée pour justifier le refus de mettre en oeuvre cette extension ».
    Ce « refus manifeste », M. Le Tallec le « regrette amèrement », d'autant que ce projet « est réellement attendu par la population ». « Il ne serait pas admissible pour les Robertsauviens de voir cette extension inscrite dans le schéma des transports à échéance 2025 sans avoir la certitude qu'elle puisse se faire rapidement ou encore qu'elle soit précédée par des extensions vers le sud de l'agglomération où elles sont moins attendues et justifiées », appuie le conseiller général, qui propose même que cette extension se fasse avec une « voie unique ». En revanche, M. Le Tallec « comprend et partage » le souhait de réaliser une extension vers Kehl et le Port-du-Rhin.

    source DNA du 09:03:2010

    Observations : Après Christine Lagenfeld, voici le Conseiller Général qui fait un peu de média pour le prolongement du Tram vers la place de la Vignette.... Que ne l'a-t-il pas fait lorsqu'il était aux commandes..Îl est vrai qu'il n'avait que peu de pouvoirs, Robert commandait. Tout le éonde sait que la fréquentation de cette ligne est si faible qu'elle en est désastreuses ansoublier les pauvres du quartier des XV qui n'ont vraiment peu de transport en commun....:.

  • courier lecteur DNA de dimanche 27022010

    « Fini le tram au centre de la Robertsau ? »

    De Christine Langenfeld, de la Robertsau :
    « Dans l'article des DNA du 25 novembre dernier, je constate avec beaucoup d'amertume que malgré les prévisions du SCOTERS, et les prévisions des différents plans d'urbanisme, la CUS refuse de prolonger la ligne E du tram, ne fût-ce que de 500 mètres jusqu'au coeur de la Robertsau !
    Aucun ouvrage de grande importance n'est nécessaire pour ces 500 mètres tout tracés, puisque les terrains sont réservés, l'emprise est là ! La Ville dépense des millions pour d'autres lignes plus emblématiques, telle que celle allant vers Kehl, et laisse des quartiers à forte densité de population de son territoire, sans moyen de transport efficace. Le choix des priorités laisse vraiment dubitatif.
    Le tram de la ligne E est faiblement rempli entre la station Wacken et la station rue des Fleurs. Pourquoi ? Le président de la CUS et le maire de notre ville ne se posent même pas la question.
    Ne leur vient-il pas à l'idée que si ce tram arrivait au centre du quartier, il serait plus attractif pour un quartier qui compte au moins 25 000 habitants et qui bientôt en comptera plusieurs milliers supplémentaires, vus les grands projets de constructions prévus.
    Et puis, la rentabilité des transports en commun ne devrait pas se poser, puisque, par définition, ils sont un service public financé en grande partie par nos impôts. De plus, dans la politique actuelle de réduction du flux des voitures, ne faut-il pas mettre en place un transport alternatif et attractif pour faire changer leurs habitudes aux automobilistes ?
    Dans la suite de l'article il est fait mention des BHNS (bus à haut niveau de service) qui seraient amenés "à prolonger le tram". Apparemment ils ne sont pas non plus prévus dans notre quartier.
    Pourquoi sommes-nous écartés de tous ces projets ? Nous nous sentons vraiment laissés-pour-compte à la Robertsau ! (...) Où est la vraie concertation tant prônée au cours de la dernière campagne électorale municipale ? »

    Commentaire : Mme Langenfeld, comme ancienne porte-parole du conseil de quartier de la Robertsau a cautionné ce tracé non viable économiquement. Elle est mal venue de se plaindre de cette faible fréquentation alors que les nombreux habitants souhaitaient un tracé plus efficace vers le centre-ville via l'allée de la Robertsau qui aurait desservi le quartier des XV, en mal de transport public. Ce tram E est une catastrophe sur le plan de la fréquentation. Si ce tram est faiblement rempli, c'est tout simplement pour des questions d'image (passaqge au parlement européen pour l'usage des parlementaires  qui ne s'en servent pas) et  d'égo  personnel de notre ancien Président de la CUS puur récompenser les robertsauviens de leur bon vote....

    Le résultat est à la hauteur d'une décision sans justification du bon niveau d'économie des transports.

  • Strasbourg : 20 ans après, le tramway trace toujours sa route

    " Le maire doute ainsi que "l'extension vers (le quartier de) la Robertsau, telle qu'elle est configurée aujourd'hui, soit complètement pertinente" faute d'un trafic suffisant."

    ECO-TERRE - Le 09 novembre 2009, le conseil municipal de Strasbourg adoptait la première délibération ouvrant la voie au retour du tramway dans la ville. Vingt ans plus tard, les élus jugent le bilan largement positif. "Les habitudes de déplacement dans la ville ont été transformées", se félicite le maire, Roland Ries (PS). Signe que le tramway a toujours le vent en poupe, deux projets d'extension doivent être achevés au cours de la mandature actuelle, d'ici 2014 : le prolongement en double branche de la ligne A, à l'ouest, et celui de la ligne D, vers Kehl, à travers le quartier du Port du Rhin et via un pont entre les berges française et allemande du fleuve.

    RTXF5P7_Comp "En 1989, la ville était en état d'asphyxie, avec 700.000 mouvements de voitures par jour. Cela représentait un risque pour la santé des personnes et pour la préservation du patrimoine. De nombreux habitants quittaient le centre, où l'on transformait les appartements en bureaux", se souvient Catherine Trautmann (PS), maire de l'époque.
    ...........
    Après l'inauguration de la première ligne, en 1994, les travaux se sont poursuivis, la municipalité UMP inaugurant plusieurs extensions entre 2001 et 2008. La fréquentation des transports en commun a crû de près de 120 % entre 1992 et 2008, pour atteindre 93 millions de voyages par an. Sur la même période, le trafic routier entrant dans le centre ville a chuté de près de 28 %. Avec les futurs prolongements des lignes A et D, le réseau de tramway de la communauté urbaine de Strasbourg comptera plus de 70 kilomètres de lignes commerciales.
    Les travaux nécessaires à l'extension vers Kehl sont pour l'heure estimés à 73 millions d'euros, dont 53 pour la partie française. Cette ligne doit structurer le projet de métropole de Deux Rives. Une première convention de financement portant sur les études a été signée entre les deux villes. D'autres extensions sont envisagées, au sud vers la commune d'Illkirch et à l'ouest vers le quartier de Koenigshoffen. "Ce projet est bloqué tant que nous ne pourrons pas réaliser un passage souterrain sous la gare", a toutefois observé Jacques Bigot (PS), président de la communauté urbaine, qui estime qu'il ne sera pas réalisé au cours de la mandature.
    La communauté urbaine devra bientôt débattre du schéma des transports en commun à l'horizon 2025. Le tramway est considéré comme une réussite, mais "ce n'est pas la réponse universelle aux problématiques de transport", souligne Roland Ries : "Il faut mesurer l'investissement consenti et le mettre en rapport avec l'utilité sociale qui est derrière". Le maire doute ainsi que "l'extension vers (le quartier de) la Robertsau, telle qu'elle est configurée aujourd'hui, soit complètement pertinente" faute d'un trafic suffisant. A l'avenir, le choix du tramway parmi les options d'aménagement urbain se fera donc avec des critères plus "sélectifs". Et les bus à haut niveau de service, bien moins coûteux en travaux, devraient être privilégiés là où l'investissement dans les rails semblera insuffisamment pertinent.

    T.C.sourceextrait libération 24/11/09
    Photo Reuters/Vincent Kessler : le tramway au moment de sa mise en service, en 1994

     

  • nouvelles extensions du tram vers la Robertsau

    Fabienne Keller a suggéré en 2008 à ses successeurs d'« accélérer les projets Anru de Hautepierre et d'étudier très vite de nouvelles extensions du tram vers le Neuhof et la Robertsau ».

    Bon pourquoi pas.

    La question quel est le critère économique à ces choix, car la petite extension réalisée vers l'entrée de la Robertsau n'est pas une réussite en terme de fréquentation. Cela coûte cher aux Strasbourgeois qui financent les déficits.

    Je ne parle pas de la navette robertsau avec moins de 2 personnes trasportées, elle est vraiment très loin du seuil d'équilibre....

    Voilà de sujets dont les conseillers de quartiers fraichement installés vont avoir à évoquer au cours de leurs futures réunions.