Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robertsau

  • extension du tram vers l'Escale à la Robertsau : c'est parti

    Ce lundi 6 mars 2017, l’extension du tram dans le quartier de la Robertsau  démarre

    concrètement avec le diagnostic archéologique sur toutes les parcelles du chantier.


    « Le temps des polémiques est fini, on entre dans la phase opérationnelle », se réjouit le président de la

    Compagnie des transports strasbourgeois Alain Fontanel à propos de l’extension de la ligne E, dont les

    travaux préliminaires vont démarrer ce lundi 6 mars. « 95 % du foncier est acquis pour cette opération, le

    restant est en cours de négociation. » Le diagnostic archéologique peut réserver des surprises, puisque

    c’est une première dans ce secteur.


    Suivront, d’ici la fin du mois, la coupe d’une cinquantaine d’arbres sur le tracé et la destruction des sept

    maisons également sur l’emprise. Ainsi que des sondages géotechniques. Alain Fontanel pense utile de

    rappeler que le programme paysager autour de ce « tram vert » prévoit non seulement un engazonnement

    de la plateforme à plus de 90 % mais aussi la replantation de 280 arbres tout le long du trajet.

    Les travaux du tram à proprement parler démarreront début juin avec les déplacements de réseaux (eau

    et assainissement) sur le trajet. « Le dispositif d’information des riverains démarre, lui, de suite », poursuit

    l’élu. 8 500 lettres seront déposées dans les boîtes des habitants ce week-end pour informer de ce

    commencement des opérations. Un numéro de téléphone dédié fonctionne aux horaires d’ouverture de

    l’administration en semaine (*). Un « Stammtisch itinérant » d’information sur les travaux aura lieu tous les

    quinze jours dans le quartier.

    Deux concertations à venir

    L’adjointe du secteur Nicole Dreyer proposera, par ailleurs, dans les semaines à venir, deux concertations

    en lien plus ou moins étroit avec l’avancée du tramway dans le quartier. « Il y aura, tout d’abord, un atelier

    de projet intitulé « Centralité historique de la Robertsau ». « On y examinera comment profiter de l’arrivée

    du tram pour repenser l’axe nord-sud qu’est la rue Boecklin. On parlera de la place du Corps-de-Garde,

    des nouveaux circuits de bus à retravailler, de la place des cyclistes... », explique l’élue de proximité.

    L’autre sujet de concertation concernera le parc dit de la « Petite Orangerie ». « Il faudra en déplacer le

    petit terrain de basket pour le passage du tram. L’aire d’ébat des chiens est fermée. Elle sera transférée

    vers Pourtalès. Un cheminement en bois sur ce site est à reprendre, par ailleurs », liste notamment Nicole

    Dreyer. « Autant discuter les détails de ces aménagements avec les usagers. »

    (*) Le numéro d’appel sur les questions et problèmes concernant le chantier est le ✆ 03 68 98 51 12.

    extraits dna 3 mars 2017

    Commentaires :  on a vu que les ateliers projets servaient surtout à diffuser de l'information et pas à co-construire des aménagements avec les citoyens-habitants...Ici, on nous parle déjà de déplacer l'aire d"ébat des chiens qui doit être transférée vers Pourtalès...Croyez vous sérieusement que les chiens vont se retenir ?...alors que les crottes de chiens abondent dans tout le secteur.... Un exemple parmi tant d'autres où l'expérience des citoyens devrait être prise en compte. On a le droit de rêver...

  • La pollution de l'air à Strasbourg : quelles mesures ?

    Vignette anti-pollution Crit’Air, premier débat

    La vignette anti-pollution Crit’Air qui sera appliquée à partir de septembre prochain

    dans l’Eurométropole, en cas de pic de pollution, s’est invitée hier au conseil municipal.

    Enfin un débat...

    Le dispositif de circulation différenciée avait été présenté à la presse il y a tout juste deux semaines ( DNA

    du 14 février 2017). Hier, à l’occasion d’un débat sur la stratégie air-énergie-climat de la Ville de

    Strasbourg, Pascale Jurdant-Pfeiffer (UDI) a mis les pieds dans le plat. Elle s’étonne tout d‘abord de «

    l’absence totale de référence à la mesure non anodine, lancée par l’Eurométropole de mise en place de

    vignettes sur les voitures en cas de pic de pollution ».

    « Ce n’est quand même pas rien, pour bon nombre de nos concitoyens, de remettre en question cet outil si

    nécessaire, qu’on le veuille ou non, à la vie quotidienne qu’est la voiture », appuie l’élue d’opposition. Qui

    pense « à ceux qui possèdent un véhicule un peu ancien et qui n’ont pas les moyens de s’en racheter un

    nouveau ». Alors que « les véhicules hybrides sont encore très coûteux et pas à la portée financière de

    tout le monde. »

    Pascale Jurdant-Pfeiffer en rajoute une couche : elle a plutôt « l’impression d’une concurrence entre la

    Ville et l’Eurométropole que de la mise en place d’actions véritablement coordonnées et complémentaires.

    »

    Pour Françoise Schaetzel , élue écologiste, les pastilles Crit’Air sont « un outil plus fin et mieux accepté

    par la population que la circulation alternée ». Ces vignettes se présentent sous forme de pastilles de

    couleur qui classent les véhicules en six catégories en prenant en compte le type de carburant, la taille et

    l’âge.

    Elle annonce qu’un retour d’expériences de plusieurs villes et métropoles de France sera organisé dans

    les jours qui viennent à Strasbourg.

    ...........

    Fabienne Keller (LR) s’étonne que Strasbourg reste à la traîne, « Grenoble, Lyon et Paris, ayant pris une

    avance en la matière ». Dans le même temps, l’ancien maire de Strasbourg s’inquiète « des difficultés de

    maîtrise des dépenses d’énergie de la Ville : un budget qui ne baisse pas, en dépit des investissements

    réalisés dans les isolations thermiques ».

    De son côté, Laurence Vaton (MoDem) décerne un satisfecit à la municipalité sur « la méthodologie », tout

    en l’invitant à « ne pas s’endormir sur ses lauriers en matière d’aménagement de pistes cyclables ».

    Adjointe en charge du plan climat, Christel Kohler répond tour à tour aux critiques. Elle réfute « toute

    concurrence entre la Ville et l’Eurométropole ».

    Qui a eu le mot de la fin ? Roland Ries qui répète que la Ville a déjà « beaucoup réduit la circulation

    automobile dans le cœur de la cité, mais pas assez dans la première couronne et surtout la deuxième

    couronne... » Le maire de Strasbourg annonce une délibération sur la question des livraisons pour le mois

    d’avril.

    Le point est adopté par 54 voix pour et deux abstentions. Les deux voix de l’UDI. extraits dna

  • ROBERTSAU Réunion publique du 23 JUIN 2016 sur l’extension de la ligne E

    ROBERTSAU Réunion publique sur l’extension de la ligne E
    Le tram fait du bruit LE TRAM PASSIONNE, y compris Roland Ries qui en a fait une spécialité. Le maire était présent à cette réunion inscrite dans le cadre de l’enquête publique, en cours jusqu’au 13 juillet,de même que l’adjointe du quartier Nicole Dreyer.
    Il a cadré d’emblée le débat autour de cette question qui domine la discussion depuis de longues années : combien de stations en plus, zéro, deux, (jusqu’à Mélanie), trois (jusqu’au centre socioculturel l’Escale, choix de la municipalité) ?
    Sans parler de ceux qui voudraient aller jusqu’à la clinique Sainte-Anne (« si on veut aller à
    Saint-Anne, il faut déjà aller à ’Escale », a fait remarquer Roland Ries.
    Le maire fait la promotion d’un« tram-jardins ». Ses opposants défendent au contraire la préservation d’un environnement tranquille, celui de petites maisons
    entourées de jardins…sans tram. L’impact sur les espaces verts est revenu toute la soirée.
    Des avis très partagés
    Au rayon prises de parole (parfois sportives, eu égard aux cris qui n’ont pas manqué de fuser),
    il y a eu les associations d’habitantsdu quartier, l’Adir (favorable à la prolongation), l’Asser et
    le Carsan (opposés) - leurs arguments sont régulièrement exposés.
    Côté politiques, les conseillers départementaux Yves le Tallec et Françoise Pfersdorff ont affiché des options divergentes, le premier voudrait bien aller jusqu’à Saint-Anne, la seconde
    pense qu’il vaut mieux passer par la cité de l’Ill. Thierry Roos, conseiller municipal d’opposition, du groupe Strasbourg à vos côtés, a réussi à être d’accord avec les deux en jugeant le tracé
    contestable tout en regrettant qu’il n’aille pas plus loin et« qu’on s’arrête en chemin ».
    Les techniciens de la Ville comme les représentants de la CTS,
    présents pour expliquer le projet ou répondre aux questions en ont pris pour leur grade : de
    nombreuses voix se sont élevées pour remettre âprement en question la réalité des chiffres
    donnés, celui du budget annoncé pour c e t t e extension (19,4 millions d’euros), ceux de la fréquentation des lignes (40 000 personnes par jour pour la ligne E).
    Alors que Francis Beck, de l’Asser,ou Christine Geiller-Legros, du Carsan, ont calculé que le
    coût de cette extension pourrait dépasser les 30-35 millions d’euros, la Ville répond que les 19,4 millions d’euros représentent un « budget stabilisé », qui comprend notamment, pour
    3,5 millions d’euros, les études et l’acquisition foncière.
    Au passage, il reste 15 % de parcelles à acquérir, la procédure sera lancée en septembre
    2016......
    Citons encore la directrice de la maison Oberkirch qui a expliqué pourquoi un arrêt de tram à
    l’Escale permettrait à ses résidents, souffrants de handicaps, de pouvoir se déplacer plus facilement.
    Dans la soirée a enfin émergé cette autre information : il serait d’ores et déjà possible de relier la Robertsau à la gare sans rupture de charge. Voilà une nouvelle qui devrait mettre tout
    le monde d’accord.
    source extraits DNA

  • Robertsau Extension de la ligne de tram ..... jusqu’à l’Escale ou jusqu'à la Vignette une évidence ?

    Quelques Robertsauviens, alors même que l'extension du tram jusqu'à l'Escale a été votée en conseil de CUS A l’unanimité en juin 2013 dernier par la majorité et l'opposition dont Mme KELLER candidate UMP et Mme Schumann, supportrice de M. LOOS, candidat UDI aux prochaines élections Municipales de 2014 .....contestent ce choix en organisant une réunion publique ce 14 novembre dernier.


    plan dna

    Cela voudrait-il dire que Les Robertsauviens sont contre le Tram ou du moins ils n'en veulent pas près de chez eux. (pas dans mon jardin!)...?

    En fait, il est gênant pour certains que le tram soit une réussite et que l'on offre une extension suffisante à la Robertsau pour en desservir le centre.

    Faut-il oublier que le tracé actuel a été voulu par l'ancien Président de la CUS Robert Grossmann. Cela a été une erreur magistrale puisque le nombre de montées et descentes par jour est resté atone depuis on inauguration en 2008... 3990 actuellement CONTRE 3950 en 2008 ? dixit selon propos de la présidente de séance de cette coordination (Mme GEILER) montée par les commerçants locaux qui pensent que l’extension vers l'Escale va mettre en danger, voire en faillite leurs commerces...C'est une vieille rengaine déjà utilisée au moment du début de la mise en œuvre du tram dans les années 90 et on a vu qu'il n'en était rien....... Ce qui en dit long sur l'utilité de toute extension......

    Enfin rappelons que la fréquence de cette ligne de tram Robertsau est 2 fois moindre que la moyenne tram de la CUS. S'il en fallait une démonstration, c'est fait. Les chiffres sont têtus et parlent d'eux-mêmes...non que les Robertsauviens boudent le tram mais quoi, ce tracé ne leur convient pas et ils préfèrent utiliser les bus + rapide.....Non mais!!!!!

    La démonstration du coût exorbitant indiqué en séance ce 14 novembre de 25 Millions est bien sûr volontairement surestimé car il n'y a pas d'ouvrage d'art à construire et ce n'est pas les quelques expropriations qui vont gonfler la note, maximum 1,5 millions €. Le chiffre maximal sera de l’ordre de 18 millions hors matériel roulant, ce dernier n'étant jamais inclus dans le coût des infrastrutures.

    Enfin, s'agissant des coûts d'exploitation supplémentaire chiffrés à 650 000 € par an par la coordination, ils ne tiennent pas évidement compte des économies du redéploiement des bus et de la navette qui s'en suivra inévitablement...c'est une omission volontaire à moins que l'on ait pas bien saisi de quoi on parle.

    Précisons que la  fréquence de la navette ne sera aucunement diminué mais simplement redéployé dans son circuit contrairement à ce qui a été affirmé ce soir en indiquant sa suppression totale.

    La question de fond : faut-il persévérer dans cette direction ? L'extension d'une mauvaise ligne est-elle utile ? alors aller à la Vignette ou Escale est vraiment mineur. Sur le plan technique la réponse est toute trouvée mais quand on parle politique....

  • Semaine inaugurale du nouveau foyer de l'église protestante de la Robertsau :12-20 octobre La rentrée paroissiale marquée cette année par l’inauguration du nouveau Foyer Mélanie qui a eu lieu le 12 octobre 2013

    Au programme

    > Mardi 15 octobre à 20h
    Conférence  inaugurale  “ Mélanie  de  Pourtalès   -  un  destin protestant et européen ” par Robert Grossmann
    Entrée libre – plateau


    > Mercredi 16 octobre à 17h30
    Conférence  Bible&Art “ L’architecture romane en Alsace ” Par Suzanne Braun. Participation aux frais 6.- euros


    > Vendredi 18 octobre à 20h
    Soirée des Familles, avec jeux, animations et tartes flambées


    > Dimanche 20 octobre à 17h – Clôture
    Soirée Schubert – Concert de piano à 4 mainsavec Antonino Buschiazzo et Yves Quintin
    Entrée libre – plateau

  • Jeudi 10 octobre à 20 H 00 : concert d'ouverture de l'Ensemble musical volutes à l'Escale

    Au programme sous la houlette d'Etienne Bardon :

    • W.A. Mozart Divertissements K251 en ré majeur,
    • L. Pleyel sérénade n°1 en fa majeur
    • et J. Hayon symphonie n° 26 en ré mineur "Chrimas Symplony".

    Bon concert !

    prix plein tarif 13 € tarif réduit 10 € et étudiant 6 € possibilité abonnement aux 4 concerts 36 €

    A noter les prochains concerts toujours à l'Escale26/11, 13/02/2014 et 03/04/2014

    Entrée gratuite aux ateliers d'écoute qui lieu respectivement les 19/11, 04/02/2014 et 25/03/2014 mais à 20 H00

  • Le Conseil municipal de la Ville de Strasbourg a lieu ce lundi 30 septembreà 15 H 00. Il fait l'objet d'une diffusion en direct.

    voir notamment le point 17 acquisition de terrains à la Robetsau.

    Pour voir le direct veuillez cliquez ICI

  • La braderie de la Robertsau aura finalement lieu demain samedi 28 septembre : inauguration à 11 H30

    Une vingtaine de commerçants de la Robertsau sont iinscrits.

    Il y aura une animation avec orchestre

  • Enfin le meilleur pour nos habitants : L’AgroquartierPlus Européen après l’écoquartier

    Le projet d'Agro Quartier Mélanie Pourtales - Image ADIR

    Le projet d’Agro Quartier Mélanie Pourtales – Image ADIR

     

     

     

    Enfin le meilleur pour nos habitants : L’AgroquartierPlus Européen après l’écoquartier

     

    1/Constat 

     

    Une étude qui vient d’être publiée par Navigant Research nous révèle que le nombre de citadins augmentera de 75 % dans le monde d’ici 2050 et passera de 3,6 à 6,3 milliards d’individus. Au milieu de ce siècle, deux terriens sur trois seront donc devenus urbains, ce qui supposera de relever à une échelle inédite de nouveaux défis dans les domaines de l’énergie, de l’urbanisme, de l’environnement, des transports ou encore de la sécurité (Voir rapport) .Ce rapport précise qu’en 2025 la planète comptera 37 mégalopoles, dont chacune aura une population supérieure à 10 millions d’habitants. Sans surprise, 22 de ces villes se trouveront en Asie. (extraits 20 minutes du 15 juillet 2013)

     

    Parmi les défis à relever, le premier consistera à se nourrir quotidiennement sainement et en quantités suffisantes et avec des produits variés

     

    Il s’agit donc de trouver des solutions pour rendre la ville plus supportable pour les  habitants-citadins qui vivront majoritairement en zone urbaine. Qui veut donc encore habiter  aujourd’hui,

     

    • soit dans des logements bruyants, vétustes, sans confort et énergivore, …. Rappelons pour mémoire les fameuses  immeubles sous forme de  gigantesques barres rectangulaires en béton qui sont en train d’être démolies…clapiers tours-laboratoire comme à Marseille avec la « Cité radieuse » où des architectes des années 50  dite « génération Le Corbusier »  et ses émules tellement encensés en leur temps ont construit ces horreurs sous couvert de modernité et de solution à la reconstruction rapide de l’après-guerre. Non,  ces soi-disant experts en habitat n’avaient vraiment rien compris. On peut dire qu’ils ont franchement « tapé à côté de la plaque »….

     

    • soit dans des nouveaux logements trop chers avec des surfaces de plus en plus petites au point de ne pouvoir se mouvoir dans une chambre, ni d’y installer une armoire de rangement, voire de vivre avec une cuisine américaine ouverte avec toutes les odeurs de cuisine ? De plus, l’aménagement de ces nouveaux logements tend à la convivialité  proche de zéro…Chacun est calfeutré dans son isolement et sa solitude, ne fréquentant pas son voisin ou l’ignorant.

     

    Actuellement, les habitants aspirent à autre chose qu’habiter dans des clapiers ou des maisons individuelles ou en bandes sans charme la plupart du temps  à des distances de plus en plus lointaines de leur travail.. La galère des « banlieusards » à l’image de Cayenne  ne disposent pas de répit,  avec le temps de à rallonge, d’où le fameux slogan « Métro-Boulot-Dodo ».

     

    Les gens se sentent de plus déracinés, isolés, sans lien social ni au travail ni sur leur lieu de résidence. Ils veulent à nouveau fouler, toucher la terre, en être imprégnés, bref la travailler.

     

    2/ Une première réponse donnée : créer des écoquartier

     

    On trouve de nombreuses réalisations des écoquartiers dans de grandes métropoles comme :

     

     

    En France, selon le ministère français de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ce mot d’écoquartier désigne un projet d’aménagement urbain visant à intégrer des objectifs dits « de développement durable » et à réduire l’empreinte écologique du projet. Cette notion insiste sur la prise en compte de l’ensemble des enjeux environnementaux en leur attribuant des niveaux d’exigence ambitieux. Pour simplifier, nous dirons qu’ils sont construits pour faire des économies d’énergie et de réduction des déchets.

     

    Rappelons que 394 projets ont postulé au second appel à projet Écoquartiers (2011) pour la France uniquement dont une grande partie est en cours de réalisations. Extraits wikipédia

     

    De fait, le principal objectif de l’Écoquartier est d’économiser l’énergie tout en associant les futurs habitants dès la conception du porjet de cet Écoquartier.

     

    Sous forme  de schéma, l’écoquartier peut se représenter simplement ci-dessous :

     

    NB : les signes + donnent le niveau d’intensité de chaque domaine représenté  :

     

    • + intensité faible
    • ++ intensité moyenne
    • +++ intensité forte

     

    aq1

     

     Figure 1 : Schéma classique de l’Ecoquartier  protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    Une volonté d’harmonie et de contact avec la terre et plus d’humain, voilà ce que recherchent maintenant les habitants. Les gens veulent des produits frais en circuit court dans tous les domaines et pas seulement pour leur alimentation. Ils devraient prendre conscience de la quantité inutile d’emballages et de transports dans toute l’Europe pour confectionner ou produire les aliments. Différentes formes d’urbanisme, mêlant jardins et habitation de manière diverse ont commencé à émerger depuis quelques années : Carrot city, Ville-jardin, Agroquartier, etc. Mais seul le modèle d’AGROQUARTIER  nous intéresse à ce stade car il nous parait plus avancé, mariant production agricole et habitat.

     

    Figure 2 : Schéma du modèle Suisse d’Agroquartier protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    3/ Les modèles Suisses d’Agroquartier

     

    Ces modèles ciblent  2 axes : la production Alimentaire et le lien social

     

    Sous forme de schéma, les modèle Suisses d’Agroquartier peut se représenter simplement ci-dessous :

     

    aq2 copie

     

    Figure 2 : Schéma du modèle Suisse d’Agroquartier protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    A ce jour, il n’existe aucun Agroquartier de modèle suisse réalisé au monde. Si l’idée a germé dans l’esprit des Genevois suisses, il n’a pas encore pris de forme concrète. Cependant, des étudiants…Suisses ont cependant cherché à en approfondir le concept.  Ils ont sérié et analysé 3 types d’Agroquartier possibles :

     

    • 3.1 Modèle Suisse d’Agroquartier appelé « Des carottes et des hommes » avec des surfaces vertes minimum (< à 20 % du total des surfaces )  Ce modèle «mêle étroitement du bâti de type urbain (majoritairement de l’habitat, mais aussi des infrastructures publiques, des commerces,       etc.), des surfaces non bâties de type classique pour un quartier (parcs, places, cours intérieures, jardins privatifs, plantages communautaires) et des surfaces agricoles exploitées par des professionnels …..  c’est-à-dire que l’on peut imaginer des bandes ou des parcelles rectangulaires non construites dont certaines seraient dédiées à l’agriculture.»Le type de culture se porte sur le maraichage.

     

    • 3.2 Modèle Suisse  d’Agroquartier appelé « Mon voisin l’agriculteur » avec des surfaces vertes moyennes  (> à 20 à  < à 50% du total des surfaces)…« Avec une superficie agricole qui occuperait la plupart de la superficie totale du quartier et desinstallations de production, transformation et vente des produits, c’est la fonction de production qui est la plus importante pour ce modèle. Une deuxième fonction qui serait remplie dans ce modèle est celle du lien social….nous considérons que le plus important pour le lien social….créer les conditions les plus favorables au développement du lien et de laisser que les acteurs le tissent par eux-mêmes, d’une façon spontanée. »              Le type de culture est mixte (maraichage/grande culture/élevage).

     

    • 3.3 Modèle Suisse d’Agroquartier appelé « Terre commune » avec des surfaces de cultures importantes (>à 50% du total des surfaces )  « Dans ce dernier modèle, il n’y a pas de proximité physique entre la production agricole et l’habitat. C’est-à-dire que les cultures se trouvent à l’extérieur du quartier. Les habitants du quartier ont la possibilité d’avoir un lien avec la production alimentaire qui passe par un professionnel et/ou par une production non professionnelle qui est gérée par les habitants eux-mêmes. »Le type de culture est mixte (maraichage/grande culture/élevage).

     

    Ci-dessous, une présentation simplifiée des 3 modèles (extraits du mémoire) sous forme urbanistique où, « En jaune nous avons les superficies bâties, en brun les superficies agricoles et en vert les espaces publics ou de loisir »

     

    aq3

     

    modèle 1                         modèle 2                                modèle 3
    peu de surfaces vertes    surfaces vertes moyennes  grandes surfaces culture

     

    Figure 3 : Schéma urbanistique des 3 modèles Suisse d’Agroquartier

     

    source Mémoire en Master ’Université de Lausanne (Suisse) Aurélie Daiz, Pauline François et Luciano Villalba

     

     Pour plus de détails, vous êtes invités à consulter le mémoire de Master en géosciences de l’environnement rédigé  par 3 étudiants de l’Université de Lausanne (Suisse) Aurélie Daiz, Pauline François et Luciano Villalba  que vous trouverez en lien ICI Dessine-moi un agroquartier

     

     

     

    4/ le modèle d’AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    Ce modèle est complet et ciblent  3 axes : ExcédentAlimentaire, Excédent d’énérgie et un lien social renforcé.

     

    4.1 Définition synthétique de l’AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    L’AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN vise à créer en zone périurbaine un quartier où les habitant bénéficient de :

     

    +++ PLUS d’excédent éco-énergie

     

    +++ PLUS  d’excédent alimentaire

     

    +++ PLUS de lien social

     

    Sous forme  de schéma, l’ AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN peut se représenter simplement ci-dessous :

     

    aq4 copie

     

    Figure 4 : Schéma du modèle d’AgroquartierPLUS Européen  protégé par Droit d’Auteur Gérald BROTHIER

     

    Ce dernier modèle est celui que j’ai mis au point et qui a déjà été explicité dans un article rédigé dans un journal local de Strasbourg en juin 2011.

     

    4.2 « Le 21 Siècle sera Alimentaire ou ne sera pas. »

     

    C’est tout l’enjeu de l’AgroquartierPlus Européen dont je suis l’initiateur le promoteur. ( voir à ce sujet article paru dans le Journal régional Dernières Nouvelles d’Alsace du 21/08/2013) c

     

    Robertsau Projet immobilier entre les rues Kempf et MélanieUn agroquartier idéa

     

    Le rêve d’un agroquartier deviendra-t-il réalité à la Robertsau ? Des habitants y travaillent avec un cabinet d’études, en espérant convaincre la municipalité.

     

    Notre avenir passe d’abord en priorité absolue par la capacité de chacun des habitants à pouvoir s’alimenter durablement et en sécurité avec des produits de proximité car la pénurie …guette et ce, avant même de penser à se loger.  C’est un besoin primaire que l’on occulté dans nos sociétés modernes comme allant de soi, voir naturellement automatique. Or dans le futur, ce risque grandit compte tenu des facteurs instables en cours de modification profonde :

     

    • L’accroissement de la population mondiale,
    • Le réchauffement climatique,
    • La mondialisation des échanges,

     

    Dans nos sociétés occidentales, nous vivons, sans vraiement en avoir conscience, en permanence dans l’instant présent, c’est-à-dire dans le juste-à-temps qui peut se gripper à tout moment…on est en rupture et c’est la panique (on fait des stocks….) le tout à cause d’un grain de sable; les échanges économiques sont tellement imbriqués à l’image des rocades et périphériques de nos grandes agglomérations. Or, s’alimenter régulièrement avec de bons produits est devenu vitale.

     

    Les habitants exigent également maintenant des produits frais en circuit court dans tous les domaines et pas seulement pour leur alimentation. Ils sont conscients de la quantité inutile d’emballages et de transports dans toute l’Europe et au-delà  pour confectionner ou produire les aliments.

     

    Aussi, allons examiner les conditions requises pour mettre en œuvre un AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    2013-08-28 10.13.04 phto agroquartier G BROtHIER.jpg photo Gérald BROTHIER 28/08/13

     

    4.3 Conditions relatives à la création d’un AGROQUARTIERPLUS  EUROPEEN

     

    La notion de zones périurbaines peut être définies comme celles immédiatement adjacentes aux zones urbaines, localisées en dehors de limites et juridictions urbaines, et qui sont dans un processus d’urbanisation. Ces zones périurbaines sont également perçues comme une interface entre les zones urbaines et zones rurales, également appelée la zone de transition ou zone d’interaction, où les activités urbaines et rurales sont juxtaposés;  les caractéristiques du paysage sont sujettes à des modifications rapides, caractérisées par une forte influence urbaine, un accès facile aux marchés et aux transports collectifs,  aux services et autres, les prestataires de services, une relative pénurie de terres et les risques de pollution, les problèmes de croissance urbaine et d’élimination des déchets.

     

    L’AGROQUARTIERPLUS  EUROPÉEN  peut principalement s’édifier en zone périurbaine comme le montre les critères dans les différents domaines ci-après :

     

    4.3.1.Type d’agriculture

     

    Les différentes formes d’agriculture doivent être mises en œuvre dans le même périmètre

     

    • Agriculture sous forme traditionnelle ou d’AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) voire ACP en Suisse : exploitation ferme et entreprise de maraichage de proximité
    • Possibilité libre cueillette ou mini-marchés
    • Jardins familiaux à créer ou existants à valoriser
    • Micro-parcelles individuelles pour logements en rez-de-chaussée d’habitation (rez-de-jardin par ex.)
    • Gestion et partage des outils et machines pour l’entretien des jardins
    • Mise en place systématique de très grandes balconnières et profondes afin de pouvoir cultiver des plantes tout au long de la saison sur chaque terrasse (Minimum : prévoir une balconnière de ce type pour tous les appartements en étage
    • Jardins partagés au sol mais aussi sur les toits

     

    4.3.2 Structure juridique/Organisation/Education

     

    • Création spécifique d’une structure adaptée (forme association ou coopérative en participation par ex.)
    • Mise en place d’un Règlement intérieur adapté
    • Adoption et mise à jour permanente d’une Charte éthique de conduite qui rassemble les partenaires du projet  et qui doit décliner les intentions de respect de la vie sous toutes ses formes
    • Partenariat pérenne à développer avec le groupement des jardins familiaux, le ou les agriculteurs de proximité, maraichers.
    • Partenariat à nouer avec collectivité/ville au démarrage création Agroquartier et suivi
    • Formation permanente du bureau ou Conseil de la structure à la culture et à l’environnement

     

    4.3.3 Circulation

     

    • Limitation circulation automobile par barrière avec accès possible en  urgence
    • Garage souterrain (maximum 1 place de garage  pour 2 appartements
    • Accès latéral à l’Agroquartier des transports en commun
    • Chemins piéton
    • Pistes cyclables

     

    4.3.4 Traitement des déchets

     

    • Compostage collectif
    • Lombricompost individuel généralisé

     

    4.3.5 Démographie/urbanisme

     

    • Densification de l’habitat compatible avec son environnement (pas plus de 3 étages)
    • Habitat et logements modulables dans le temps
    • Certains espaces et matériels domestiques sont mutualisés (laverie, séchage, repassage, vélo-partage, auto-partage…).
    • Mixité sociale et générationnelle
    • Services de proximité : crèche, maison des Ainés avec surveillance médicale, point services, etc.
    • Label énergie positive : excédent de production d’énergie renouvelables (géothermie, pnneaux solaires, éoliennes, etc)
    • Chaque appartement doit avoir un accès logement orienté au SUD

     

    4.3.6 Conditions ressources humaines

     

    • Motivation des personnes volontaires souhaitant s’insérer et vivre dans ce quartier
    • Adhésion à la démarche dan la durée

     

    4.3.7 Paysage/ Environnement

     

    • Arbres fruitiers régionaux  origine autochtones ; pas  arbres d’ornement , etc.
    • Pelouses naturelles sans aucun traitement chimique
    • Récupération des eaux pluviales (réserve, arrosage, et petit lac pour flore et faune)
    • Zones réservées à la régénération de la flore e de la faune locale
    • Interdiction de planter des variétés invasives ou exotiques
    • Zone de vergers de fruits locaux (vieilles variétés, conservatoire, etc.)
    • Création et aménagements avec fléchage de chemins environnement pédagogiques (liens et cheminement à relier avec les jardins familiaux, la ou les exploitations de maraichage et agricoles de proximité)

     

    Ces conditions peuvent s’appliquer  aisément en zone périurbaine .Pour répondre à la question Réamiser un AgroquartioerPLUS Européen, est-ce possible ? je reponds OUI dans toutes les villes d’Europe disposant de zone périurbaine avec à proximité des zones vertes plus ou moins étendues et la présence d’agriculuteur et de maraichers à proximité.

     

    Pour balayer les éternels sceptiques sur un sujet majeur de notre urbanisme de demain, il y a une vieille légende politique dans le Tennessee. C’est l’histoire d’un jeune garçon et d’un vieil homme qui a la réputation de trouver toutes les réponses aux questions qu’on lui pose. Le garçon veut piéger l’aïeul. Il capture un petit oiseau, l’enferme dans ses mains et met au défi le vieil homme de répondre à cette question : cet oiseau est-il mort ou vivant ? Bien sûr, il prévoit d’étouffer l’oiseau si le vieil homme répond qu’il est vivant. Mais le vieil homme lui dit : « La réponse est dans tes mains, mon fils. » Le futur est aussi entre nos mains.  Extraits  Interview Al Gore : « L’atmosphère est un égout à ciel ouvert » Al Gore : « L’atmosphère est un égout à ciel ouvert » Extraits LE MONDE | 11.09.2013

     

    Une occasion unique se présente aujourd’hui dans le cadre de la mise en place des nouveaux PLU (Plan Local d’Urbanisme) dans toute la France afin d’y intégrer les innovations de l’AGROQUARTIERPLUS EUROPEEN et d’y apporter des éléments structurants indispensables au mieux-vivre en commun et ce , conformes aux aspirations des habitants de nos pays européens.

     

    Gérald Brothier

  • PLU communautaire, 3ème phase de concertation, exposition et réunions publiques sur le Règlement

    Engagée depuis 2011, l’élaboration du Plan local d’urbanisme (PLU) communautaire a déjà donné lieu à plusieurs étapes de concertation avec le grand public.

     

     

    A partir de la mi-septembre, la troisième phase de sensibilisation et de concertation portera sur le règlement du PLU.

     

     

    A cette fin, la Communauté urbaine de Strasbourg, avec les communes, vous invite à quatre réunions publiques pour présenter et échanger sur le travail, en cours, de traduction règlementaire :

     

     

    -          Mardi 17 septembre 2013 à 19 heuresdans la salle de l’Aquarium de l’Hôtel de Ville de Schiltigheim (110 route de Bischwiller)

     

    -          Mercredi 25 septembre 2013 à 19 heuresdans les Salons de l’Illiade à Illkirch-Graffenstaden (11 allée François Mitterrand)

     

    -          Vendredi 4 octobre 2013 à 19 heuresà L’Aubette à Strasbourg (31 place Kléber)

     

    -          Jeudi 10 octobre 2013 à 19 heuresau PréO à Oberhausbergen (5 rue du Général de Gaulle)

     

    Autour d’un espace d’exposition didactique et informatif, un temps de découvertes et d’échanges vous sera proposé, à partir de 18 heures, avant chaque réunion publique.

     

     

    Nous vous informons également de la tenue d’une exposition multimédia et ludique au centre administratif de la Communauté urbaine de Strasbourg (parc de l’Etoile, arrêt de tram A-D « Etoile-Bourse »).

     

    Elle sera ouverte au public du mercredi 18 septembre au vendredi 18 octobre 2013 et accessible aux horaires d’ouverture.

     

    Un espace d’exposition sera également mis en place dans chaque commune de l’agglomération et dans les quartiers de Strasbourg, afin que tous les habitants de l’agglomération puissent faire leurs remarques.

    communiqué strasbourg

  • jeudi 11 avril à 20 H 30 à l'ESCALE Robertsau : concert Volutes à l'Escale avec les oeuvres de Richard Wagner et arnold SCHOENBERG

    tarifs 13, 10 et 6 €

    Ce concert sera précédé d'un atelier  d'écoute le mardi 2 avril à 20 H 30

  • Robertsau : dansez Jeudi 13 déc, Guinguette Musette à 14h au CSC, l’Escale

    Jeudi13 déc, Guinguette Musette à 14hau CSC, l’Escale La Robertsau. Strasbourg.
    Grande salle, piste de 100m². Profitez d’une grande piste pour danser avec plaisir…
    78, rue du Docteur François. 67000 Strasbourg Robertsau.

  • ROBERTSAU : Atelier d’écoute musicale à l’ESCALE Saison 2012/2013 Mardi 11 décembre 2012, 20h30 à l’ESCALE (entrée libre)

     

     L’Extravagance baroque et ses prolongements au XXe siècle.

    Le 20 décembre, deuxième concert de la saison, nous proposons des œuvres de C.P.E. BACH, A. VIVALDI, et B. BARTÓK débordantes d’énergie et de vitalité. Le fils cadet du grand J.S. BACH était connu en son temps pour sa capacité à émouvoir son auditoire : surprises harmoniques et rythmiques sont les signes distinctifs de cette musique audacieuse, souvent extravagante. Elle n’a rien perdu de son efficacité aujourd’hui. A. VIVALDI n’est pas uniquement l’auteur des « quatre saisons ». On trouve dans son catalogue des opéras, des oratorios, des cantates… et plus de 300 concertos pour divers instruments. Beaucoup de ses œuvres restent à découvrir, à l’instar de ce concerto tardif pour violon, original à souhait. Le Divertimento pour cordes de B.BARTÓK qui clôturera le programme a été composé en quinze jours, peu de temps avant le déclenchement de la seconde guerre mondiale. On pressent dans l’admirable Adagio central les heures tragiques du destin de l’Europe avec d’inquiétantes formules chromatiques et un thème qui croît en intensité dramatique. En revanche, un élan irrésistible de vie débordante anime les deux allegros qui encadrent ce mouvement lent. La vivacité des rythmes, les changements continuels de tempo, les couleurs contrastées des échanges entre instruments solistes et l’ensemble des cordes captivent  et maintiennent l’intérêt sans relâche.

  • Robertsau : Strasbourg Un homme poignardé en pleine rue Boecklin

    Un homme de 26 ans a été très grièvement blessé, ce vendredi à Strasbourg, après avoir reçu un coup de couteau en pleine rue.

    Les faits se sont déroulés vers 13 h 30, rue Boecklin dans le quartier de La Robertsau à Strasbourg. Un homme d’une quarantaine d’années a poignardé la victime avec qui il avait eu une altercation une demi-heure plus tôt dans le même quartier. Le blessé a pu faire une centaine de mètres avant de s’effondrer. Il a été pris en charge par les secours mais son état est jugé critique et le pronostic vital engagé.

    Très vite, l’auteur présumé du coup de couteau a été identifié. Les policiers appuyés par des hommes du GIPN se sont rendus dans l’après-midi à son domicile, dans le quartier, pour l’interpeller, mais ils ne l’y ont pas trouvé. Ce soir, l’homme est toujours en fuite et activement recherché. Il est déjà connu des services de police et avait déjà été déféré en 2008 au parquet de Strasbourg, selon la police source l'alsace

    Il est décédé selon les derniers éléments de l'enquête en cours.

  • Dans un mouchoir de poche

    Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle sur la circonscription Strasbourg 3 sont riches d’enseignement pour les prochaines échéances.

    Les choix des citoyens lors d’une élection présidentielle, tout comme leur mobilisation, n’indiquent pas avec certitude leur comportement au scrutin suivant. Les surprises peuvent même être de taille. Il n’en reste pas moins que les résultats du premier tour étaient plus attendus dans la circonscription 3 qu’ailleurs. Et pour cause : c’est la première fois depuis le redécoupage de 2009 qu’est ainsi donnée l’occasion de faire le point sur les forces en présence.

    En plus des villes de Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim, la circonscription 3 s’est enrichie de deux communes, Souffelweyersheim et Reichstett, et a perdu une partie de son électorat strasbourgeois (Hautepierre) en conservant la Robertsau et une partie de Cronenbourg.

    Dans cette nouvelle version de la circonscription 3, l’écart des voix entre les candidats Sarkozy et Hollande tient, au premier tour, dans un mouchoir de poche. Il est de trois points en faveur du candidat de l’UMP (30 %), celui du PS atteignant presque les 27 %. Et ceci malgré les scores élevés de Nicolas Sarkozy à la Robertsau (37 %), à Souffelweyersheim et à Reichstett (36 %) ainsi qu’à Hoenheim (33 %). extraits dna 240412

    Commentaires : Rien n'est joué

  • Un plan d'actions pour l'agriculture

    Le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries, a rappelé jeudi le « caractère pionnier et novateur » de la démarche, entreprise il y a deux ans, pour développer une agriculture au cœur de la ville. « Ce qui paraissait utopique est aujourd'hui réalité », a-t-il déclaré, se réjouissant du « succès des circuits courts et des paniers » vendus à la sortie des écoles de la ville. « C'est une voie d'avenir, il y a de la demande et ça continuera », a poursuivi l'édile, alors que le conseil municipal se réunit lundi pour débattre de la deuxième phase du plan pour 2012-2013. Destiné à promouvoir l'agriculture, il prévoit 19 actions ciblées sur la préservation des espaces cultivés, le développement d'une agriculture respectueuse de l'environnement et un rapprochement des citadins avec les agriculteurs. « Cela commence ce vendredi avec l'installation de cinq vaches rousses des Vosges du Nord à la Robertsau », évoque Françoise Buffet, adjointe déléguée au développement durable. Autre action, l'organisation pour la seconde fois de l'opération « La ferme en ville » sur la place Kléber, du 31 mai au 3 juin. source 20 minutes strasbourg

  • Le conseil municipal du lundi 19 mars est disponible en vidéo à la demande

    Le Conseil Municipal de Strasbourg du lundi 19 mars 2012 est disponible en différé.

    Parmi les principaux points qui ont été abordés :

    • bilan de la concertation préalable à la recomposition des espaces publics du site Malraux
    • organisation d’un concours international d’architecture avec la Ville de Kehl pour le projet urbain Deux-Rives
    • Programme de renouvellement urbain du Neuhof et du transfert de l’antenne du CSC Neuhof à la Maison de l’Insertion et du Développement économique.
    • voir notamment Point 25
      Interpellation de Monsieur Pascal MANGIN au sujet de la présentation du projet Wacken- Europe au MIPIM de Cannes en cliquant ICI

    source strasbourgeu

  • Robertsau : 23 mars à 15 H 00 pose de la première pierre de la mosquée et de l’espace culturel de la Robertsau au 19 rue de l'Ill

     mosquée projet Robertsau Strasbourg

    mosquee robertsau premier pierre La pose de la première pierre de la mosquée et de l’espace culturel de la Robertsau

    L’association culturelle des deux rives a engagé la construction d’une mosquée de proximité et d’un espace culturel (19 rue de l’Ill) à Strasbourg-Robertsau. Les architectes strasbourgeois Estelle De Micheli et Antoine Oziol ont assuré la conception architecturale du projet.....

    Le chantier est bien avancé. Les dalles du vide sanitaire et du rez-de-chaussée ont d’ores et déjà été réalisées. Ce projet bénéficie du soutien de la Ville de Strasbourg et du Conseil Général du Bas-Rhin.

    Chaïb Choukri, Président de l’association culturelle des deux rives, vous convie à la pose de la première pierre de la mosquée et de l’espace culturel de la Robertsau - vendredi 23 mars 2012 à 15 heures – sur le chantier 19 rue de l’Ill (à hauteur des commerces de la Cité de l’Ill), en présence notamment de Roland Ries, Sénateur-Maire de Strasbourg, de Mohammed Moussaoui, Président du Conseil Français du Culte Musulman, des autorités civiles et religieuses, et de nombreuses autres personnalités politiques, diplomatiques et associatives.... extraits trouvetamosquée

  • Du rififi pour les nouvelles constructions en cours à l'emplacement de l'ex-Chalet, boîte de nuit bien connue

    Compte du projet d'implantation d'une aire d'accueil pour les gens du voyage rue du Hellwasser à la Robertsau (récemment encore nommée rue de la station d'épuration)  un certain nombre de clients et de futurs prporiétaires exigent le reboursement de leurs acomptes pour tromperie auprès de Scherf immobilier. Quon se le dise !

  • La médiathèque de la Robertsau est heureuse de vous inviter Mardi 20 mars 2012 à 19h à une rencontre avec Karatina Mazetti et sa traductrice française Léna Grumbach dans le cadre de « Traduire l’Europe »

    Katarina Mazetti est une journaliste et auteure suédoise reconnue née en 1944.

    Elle a publié plusieurs livres pour adultes, adolescents et enfants, tous traduits dans de nombreuses langues. Le succès international qu’elle a rencontré avec « Le mec de la tombe d’à côté » (450 000 exemplaires vendus !) et sa suite « Le caveau de famille » (Edition Gaïa, 2011) l’a rendue populaire auprès du grand public grâce à un incroyable bouche à oreille.
    Forts de deux personnages principaux aux caractères bien trempés, les aventures de Benny et Désirée décrivent le quotidien d’un amour improbable mais bien vivant. Deux romans humoristiques et réalistes dont l’auteur nous parlera avec sa bonne humeur contagieuse !
    La rencontre s’achèvera en toute convivialité par une séance de dédicace avec l’auteur

    - Entrée libre dans la limite des places disponibles -

  • PETITION Non à l'aire d'accueil des gens du voyage à La Robertsau, sur facebook

    Nous sommes un collectif des futurs riverains de l'aire d'accueil des gens du voyage qui souhaite faire connaitre son action au plus grand nombre afin d'obtenir un maximum de signatures avant de présenter une PETITION à la ville de Strasbourg.

    Nous ne véhiculons aucun message politique et n'avons aucun parti pris contre les gens du voyage, nous ne remettons pas en question le principe des aires d'accueil mais seulement le choix du site d'implantation de la Robertsau.

    Nous voulons informer l'ensemble des Alsaciens du projet qui n'est  pas très médiatisé et permettre, à ceux qui le souhaitent, de faire part de leur opposition.

    Les arguments que nous développons s'articulent autour de 5 idées principales :

    LA TROP GRANDE PROXIMITE DES HABITATIONS :

    En principe les aires sont placées loin de habitations à cause d’un mode de vie différent, pouvant être source de nuisance ou d’incompréhension pour l’environnement immédiat.

    A proximité de la Rue du Hellwasser ( Route de la Wantzenau, Rue Lothaire de Seebach, Rue de Pourtales, Rue René Kuder, Rue de Bussière, Rue Ernst Stader ,Chemin du Grand Belzwoerth,Rue de la roue...)on dénombre plus de 1000 logements dans un périmètre inférieur à 700 mètres, ce qui n'est pas le cas des autres aires d'accueil de la CUS ;

    LA ZONE NATURA 2000 ZONE NATURELLE A PROTEGER:

    La Ville de Strasbourg souhaite implanter l'aire sur le site du Hellwassser or cette zone est classée en zone Natura 2000 et en zone humide.

    Il y a ainsi un non respect des éléments juridiques essentiels que représente le classement.

    L' atteinte à une zone naturelle est très critiquable car actuellement le site abrite de nombreuses espèces animales (chevreuils, écureuils, cygnes, pic verts, sangliers....) qui vont être délogées pour implanter un immense zone goudronnée (pour permettre la circulation des véhicules au milieu d'un des derniers ilots naturels de la ville de Strasbourg...)

    LA MAUVAISE REPARTITION DES AIRES D'ACCUEIL SUR LA CUS :

    Au sein de la Communauté Urbaine de Strasbourg les aires d'accueil des gens du voyage sont réparties de manière inégale.

    A l’ouest de la CUS, il est dénombré seulement 24 places, alors qu’une moyenne de 200 places est constatée dans les autres secteurs, y compris le secteur nord.

    Pourquoi la Ville de Strasbourg n'implante-t'elle pas une aire à l'Ouest de Strasbourg (en sachant que la seule autre aire permanente se trouvant à Strasbourg est déjà implantée Rue de Dunkerque au début de la Robertsau).

    LE PROBLEME DE L'INDEMNISATION DES FUTURS RIVERAINS

    Une question d'ordre financier est soulevée qui va indemniser les futurs riverains de l'aire d'accueil ?

    Les futurs riverains de l'aire, qui habitent le secteur de la route de la wantzenau à Strasbourg sont majoritairement propriétaires de leur habitation.

    Ils n'ont pas à supporter la réduction de leur capital immobilier de moitié voir plus en raison de l'implantation d'une aire à proximité de leur habitation.

    Les futurs riverains de l'aire entendent demander une compensation financière de la ville de Strasbourg car il est établi que les logements situés a proximité d'une aire d'accueil des gens du voyage vont subir une dépréciation supérieure à 50%.

    Actuellement le problème se fait déjà ressentir et les acheteurs potentiels des biens à vendre dans le quartier refusent de conclure des ventes en raison de la possible implantation de l'aire

    LES ROBERTSAUVIENS DEMANDENT LE RESPECT DU PRINCIPE D'EGALITE DE TRAITEMENT ENTRE CITOYENS

    Malgré la forte opposition des futurs riverains au projet d'implantation rue du Hellwasser, la ville de Strasbourg semble ne pas tenir compte de l'avis de ces citoyens.

    Ce problème est inquiétant puisque dans un autre quartier de Strasbourg (rue des Ducs) le projet à été abandonné suite à la forte opposition des riverains alors que le site avait été retenu avant celui de la Robertsau.

    Nous demandons en conséquence l'application du principe d'égalité de traitement entre les citoyens.

    NB : Ce dossier est à l'étude au niveau du Conseil de Quartier de l Robertsau-Wacken qui n'en a pas été saisi préalablement

  • Un temple boudhiste vietnamien en projet égalment à la Robertsau : lieu prévu au 311 route dela Wantzenau surface estimée de 400 Mètres carrés

  • Santé Des mesures musclées pour lutter contre la maladie d'Alzheimer 120 unités cognitivo-comportementales (UCC) pour l’accueil de malades en crise : c’est l’objectif affiché du plan Alzheimer.

     

    Jusqu’à présent, 55 UCC ont été ouvertes en France, dont 13 en milieu hospitalier. En Alsace, après Colmar et Strasbourg, un projet est à l’étude pour Mulhouse.

    La dotation spécifique par UCC s’élève à 200 000 € par an. L’unité strasbourgeoise a bénéficié d’un financement du CHU et d’une enveloppe supplémentaire de 200 000  € pour les travaux effectués au rez-de-chaussée du pavillon Schutzenberger, à Strasbourg-Robertsau.

  • STRASBOURG Anticor attaque Robert Grossmann pour injure publique

     L’association Anticor annonce sur son blog http://anticor.org/ qu’elle porte plainte pour injure publique contre Robert Grossmann. L’association estime que les propos tenus par le conseiller municipal d’opposition lors du conseil municipal du 23 janvier dernier et repris sur deux blogs présentent « un caractère particulièrement préjudiciable ».

    Anticor rappelle sur son blog, les propos en question, attribuant notamment à Robert Grossmann que « anticor est, par son existence même, une entreprise de dénonciation publique et de délation, donc de mise en cause ». Ou encore « anticor sert les plats et nourrit le Front national ».source dna

    Commentaire : membre de l'opposition municipale habiant notre quartier de la Robertsau

  • Navette toujours en grêve demain et vendredi

    La CTS annonce que la navette de la Robertsau ne circule toujours pas.

  • Volutes vous invite à venir à l'Atelier d’écoute musicale à l’ESCALE ce Mardi 14 février 2012 20h30

    L’avènement de la Symphonie classique
    W.F. BACH : Sinfonia en ré majeur
    C.P.E. BACH : Concerto pour violoncelle en la majeur
    J.Chr. BACH : Symphonie op.6/6 en sol mineur
    J. HAYDN : Symphonie n°91 en mib majeur
    Au milieu du XVIIIe siècle, la musique subit des bouleversements considérables. Différents courants voient le jour avec des particularités marquées. Au nord de l’Allemagne, les défenseurs du style baroque ancien avec prépondérance de l’écriture contrapuntique s’opposent aux partisans du style italien tourné vers la séduction sonore et la priorité de la mélodie sur l’harmonie.
    Les fils de J.S. BACH offrent de ce point de vue un exemple frappant de ces mouvements contradictoires. Il faudra attendre W.A. MOZART et J. HAYDN pour opérer une synthèse de ces deux tendances et trouver une unification stylistique dans ce qu’il est convenu d’appeler « la forme sonate » et le schéma en quatre mouvements de la symphonie classique.
    Etienne BARDON

  • Près de 9 Millions € hors Taxes pour l'extension du Collège de la Robertsau

    Voici l'avis lancé par le Conseil Général du Bas-Rhin ce 21 janvier 2011 pour le lancement d'un marché public d'appel à la concurrence pour l'extension du Collège de la Robertsau  avec 27 lots de travaux en cliquant ICI

  • Boulangerie Du Blé au pain situé au 64 rue Boecklin à la Robertsau vient de créer un site internet avec toutes les infos

    Voyez par vous-même en cliquant ICI.

    Ce site est mis en ligne sur les liens à droite de notre site

  • Le Conseil Municipal du jeudi 08 décembre en direct sur internet à partir de 08h30

    Le Conseil Municipal de Strasbourg dujeudi 08 décembres 2011 fera l’objet d’une retransmission directe et intégrale sur le site www.strasbourg.eu à partir de 08h30. Il sera accessible en vidéo, en audio et sur iPhone.

    Parmi les points majeurs de ce conseil, il sera notamment question :

    • Le budget 2012
    • La création au Neuhof d’une salle des fêtes dans l’ancien manège Solignac
    • Le cinéma Odyssée
    • point 63 : aménagement de la zone sportive "Ile des sports"  à la Robertsau : Désignation

    Plusieurs autres points d’actualité seront également abordés.

    Pour en savoir plus, retrouvez l’ordre du jour complet

  • Une future île des sports au stade des chantiers au Wacken Robertsau

    Urbanisme Le secteur face au Parlement va être remodelé d'ici à 2017

    Le transfert, d'ici à 2016, du parc des expos du Wacken dans l'allée Herrenschmidt va nécessiter de déménager les infrastructures du Strasbourg universités club. Elles trouveront place au cœur d'un îlot dédié aux sports, entre le Parlement européen et la Robertsau. « Un poumon vert et sportif », dit le maire (PS) Roland Ries, qui y voit aussi une « attractivité » pour le quartier d'affaires que la ville va bâtir en face.

    Une dizaine de disciplines
    Présenté ce week-end, le projet donnera lieu à la création d'équipements et à une remise aux normes de ceux existant déjà dans le secteur. Estimés à 26 millions d'euros, les chantiers s'étaleront jusqu'en 2017. Des terrains de mini-tennis seront construits au club Europe, l'été prochain. A l'automne, deux pistes et un club-house seront aménagés pour les boulistes. Le stade de l'Ill abritera, fin 2013, trois terrains de foot contre un aujourd'hui. La base de canoë des « Eaux vives» sera restructurée en 2016-2017. L'Ill tennis club jouira, à terme, de douze terrains, soit le double qu'actuellement.
    « Sur 30 hectares, il sera possible de pratiquer une dizaine de disciplines : tennis, pétanque, kayak…, s'enflamme Alain Fontanel, l'adjoint (PS) chargé du dossier. Une douzaine de clubs (2 000 licenciés) seront représentés. Mais le site ne leur sera pas réservé, des équipements seront en accès libre », tels des terrains de basket, boulevard Pflimlin. Selon l'adjoint (PS) aux sports, Serge Oehler, un projet « de parcours de santé ou de piste cyclable de Schiltigheim à l'Orangerie » est aussi envisagé.

     source 20 minutes
    Piscine du Wacken

    Située dans l'îlot, la piscine extérieure du Wacken, fermée pour travaux depuis octobre, « rouvrira au printemps ». Elle proposera un bain nordique chauffé, permettant l'accueil des nageurs toute l'année, contre trois mois jusqu'à présent.