Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ligne e

  • ROBERTSAU Réunion publique du 23 JUIN 2016 sur l’extension de la ligne E

    ROBERTSAU Réunion publique sur l’extension de la ligne E
    Le tram fait du bruit LE TRAM PASSIONNE, y compris Roland Ries qui en a fait une spécialité. Le maire était présent à cette réunion inscrite dans le cadre de l’enquête publique, en cours jusqu’au 13 juillet,de même que l’adjointe du quartier Nicole Dreyer.
    Il a cadré d’emblée le débat autour de cette question qui domine la discussion depuis de longues années : combien de stations en plus, zéro, deux, (jusqu’à Mélanie), trois (jusqu’au centre socioculturel l’Escale, choix de la municipalité) ?
    Sans parler de ceux qui voudraient aller jusqu’à la clinique Sainte-Anne (« si on veut aller à
    Saint-Anne, il faut déjà aller à ’Escale », a fait remarquer Roland Ries.
    Le maire fait la promotion d’un« tram-jardins ». Ses opposants défendent au contraire la préservation d’un environnement tranquille, celui de petites maisons
    entourées de jardins…sans tram. L’impact sur les espaces verts est revenu toute la soirée.
    Des avis très partagés
    Au rayon prises de parole (parfois sportives, eu égard aux cris qui n’ont pas manqué de fuser),
    il y a eu les associations d’habitantsdu quartier, l’Adir (favorable à la prolongation), l’Asser et
    le Carsan (opposés) - leurs arguments sont régulièrement exposés.
    Côté politiques, les conseillers départementaux Yves le Tallec et Françoise Pfersdorff ont affiché des options divergentes, le premier voudrait bien aller jusqu’à Saint-Anne, la seconde
    pense qu’il vaut mieux passer par la cité de l’Ill. Thierry Roos, conseiller municipal d’opposition, du groupe Strasbourg à vos côtés, a réussi à être d’accord avec les deux en jugeant le tracé
    contestable tout en regrettant qu’il n’aille pas plus loin et« qu’on s’arrête en chemin ».
    Les techniciens de la Ville comme les représentants de la CTS,
    présents pour expliquer le projet ou répondre aux questions en ont pris pour leur grade : de
    nombreuses voix se sont élevées pour remettre âprement en question la réalité des chiffres
    donnés, celui du budget annoncé pour c e t t e extension (19,4 millions d’euros), ceux de la fréquentation des lignes (40 000 personnes par jour pour la ligne E).
    Alors que Francis Beck, de l’Asser,ou Christine Geiller-Legros, du Carsan, ont calculé que le
    coût de cette extension pourrait dépasser les 30-35 millions d’euros, la Ville répond que les 19,4 millions d’euros représentent un « budget stabilisé », qui comprend notamment, pour
    3,5 millions d’euros, les études et l’acquisition foncière.
    Au passage, il reste 15 % de parcelles à acquérir, la procédure sera lancée en septembre
    2016......
    Citons encore la directrice de la maison Oberkirch qui a expliqué pourquoi un arrêt de tram à
    l’Escale permettrait à ses résidents, souffrants de handicaps, de pouvoir se déplacer plus facilement.
    Dans la soirée a enfin émergé cette autre information : il serait d’ores et déjà possible de relier la Robertsau à la gare sans rupture de charge. Voilà une nouvelle qui devrait mettre tout
    le monde d’accord.
    source extraits DNA

  • derniére minute TRam Ligne E Robertsau interrompue suite à la casse des caténères par un camion-grue

  • courier lecteur DNA de dimanche 27022010

    « Fini le tram au centre de la Robertsau ? »

    De Christine Langenfeld, de la Robertsau :
    « Dans l'article des DNA du 25 novembre dernier, je constate avec beaucoup d'amertume que malgré les prévisions du SCOTERS, et les prévisions des différents plans d'urbanisme, la CUS refuse de prolonger la ligne E du tram, ne fût-ce que de 500 mètres jusqu'au coeur de la Robertsau !
    Aucun ouvrage de grande importance n'est nécessaire pour ces 500 mètres tout tracés, puisque les terrains sont réservés, l'emprise est là ! La Ville dépense des millions pour d'autres lignes plus emblématiques, telle que celle allant vers Kehl, et laisse des quartiers à forte densité de population de son territoire, sans moyen de transport efficace. Le choix des priorités laisse vraiment dubitatif.
    Le tram de la ligne E est faiblement rempli entre la station Wacken et la station rue des Fleurs. Pourquoi ? Le président de la CUS et le maire de notre ville ne se posent même pas la question.
    Ne leur vient-il pas à l'idée que si ce tram arrivait au centre du quartier, il serait plus attractif pour un quartier qui compte au moins 25 000 habitants et qui bientôt en comptera plusieurs milliers supplémentaires, vus les grands projets de constructions prévus.
    Et puis, la rentabilité des transports en commun ne devrait pas se poser, puisque, par définition, ils sont un service public financé en grande partie par nos impôts. De plus, dans la politique actuelle de réduction du flux des voitures, ne faut-il pas mettre en place un transport alternatif et attractif pour faire changer leurs habitudes aux automobilistes ?
    Dans la suite de l'article il est fait mention des BHNS (bus à haut niveau de service) qui seraient amenés "à prolonger le tram". Apparemment ils ne sont pas non plus prévus dans notre quartier.
    Pourquoi sommes-nous écartés de tous ces projets ? Nous nous sentons vraiment laissés-pour-compte à la Robertsau ! (...) Où est la vraie concertation tant prônée au cours de la dernière campagne électorale municipale ? »

    Commentaire : Mme Langenfeld, comme ancienne porte-parole du conseil de quartier de la Robertsau a cautionné ce tracé non viable économiquement. Elle est mal venue de se plaindre de cette faible fréquentation alors que les nombreux habitants souhaitaient un tracé plus efficace vers le centre-ville via l'allée de la Robertsau qui aurait desservi le quartier des XV, en mal de transport public. Ce tram E est une catastrophe sur le plan de la fréquentation. Si ce tram est faiblement rempli, c'est tout simplement pour des questions d'image (passaqge au parlement européen pour l'usage des parlementaires  qui ne s'en servent pas) et  d'égo  personnel de notre ancien Président de la CUS puur récompenser les robertsauviens de leur bon vote....

    Le résultat est à la hauteur d'une décision sans justification du bon niveau d'économie des transports.