Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gco

  • GCO : la conclusion du rapport, le rapport détaillé et les réactions de Roland Ries, maire de Strasbourg et celle de Philippe Richert, Président de la Région, au rapport des deux experts sur le GCO qui pourrait être rebaptisé... A35.

    Le GCO revient  par  la  fenêtre

    "Conclusion L'utilité principale du  GCO  consiste en sa capacité à dévier le trafic  PL de  la traversée strasbourgeoise. 

    Avec  des hypothèses d'augmentation du trafic PL conséquentes (+25 % à l'horizon 2025), les scénarios 2025 incluant le GCO conduisent tous à une baisse du trafic PL sur A35 d'au moins -10 % et  jusqu‚à -20% par rapport à la situation actuelle (et - 20 à - 30 % par rapport à la situation de référence 2025).

    Par ailleurs, si le GCO a un potentiel de réduction du trafic général sur A35 en période de pointe élevée (ainsi qu'exposé dans la note < Analyse des déplacements sur l'agglomération strasbourgeoise -  flux de transit sur A35> Mai 2013ˆ), cette baisse n'est réellement conséquente qu"en combinaison avec la requalification d'A35. Dans le cas où le GCO est payant, cette diminution atteint - 7% à - 20% le matin. Le soir, seule la gratuité du GCO permet d'obtenir des réductions importantes du trafic sur A35 de - 5 à - 13%.

    Enfin, la réduction globale du trafic journalier sur A35 reste modérée selon tous les scénarios, puisqu'elle atteint au maximum - 10 % (soit - 10 000 à - 15 000 véhicules/jour), avec des hypothèses d'augmentation des trafics VL conséquentes (+25 % à l'horizon 2025).

    Ces reports de trafic depuis A35 ne constituent toutefois qu'une portion des flux circulant sur le GCO. Sa fréquentation s'échelonne selon les sections et les scénarios entre 21 000 véhicules/jour et 46 000 véhicules/jour, incluant des reports de trafic de natures très diverses (dont notamment entre 15 000 et 25 000 véhicules/jour utilisant le GCO pour des déplacements d'échange avec la couronne ouest de Strasbourg ou 8 500 véhicules/jour se reportant d'A5 vers la traversée strasbourgeoise)."

    Vous pouvez lire le rapport complet des 2 experts du Ministère des Transports en cliquant ICI

    voir les réactions de Ries en cliquant ICI

    voir les réactions de Richert en cliquant ICI

  • GCO les positions des candidats aux régionales

    JACQUES BIGOT, PRÉSIDENT DE LA CUS, TÊTE DE LISTE PS-EUROPE ÉCOLOGIE : « Le GCO constitue une mauvaise réponse à un vrai problème. Ce projet, qui mangera des terres agricoles, ne constitue pas une solution à l'engorgement de Strasbourg. De plus, il sera doté d'un péage dont on ne connaît pas le coût. On voit ce que cela donne au tunnel de Ste-Marie-aux-Mines où les poids lourds continuent à passer par les cols. Même s'il est prévu une concession, l'État, dans un courrier aux collectivités en 2006, a laissé entendre qu'il leur faudrait peut-être cofinancer le projet. La Région Alsace, si demain nous sommes majoritaires, n'y participera pas. La CUS non plus. »
    PATRICK BINDER, CONSEILLER RÉGIONAL, TÊTE DE LISTE FRONT NATIONAL : « J'ai toujours été opposé au GCO qui ne fera que renforcer la sururbanisation de notre petite région au détriment des surfaces agricoles. Les études prouvent que le report de circulation sur le GCO désengorgera très peu la ceinture strasbourgeoise, et le tout pour un coût exorbitant. La seule solution consiste à diminuer le transit routier international notamment en développant le ferroutage. Si on était dans une république vraiment démocratique il y aurait un référendum sur le sujet dans le Bas-Rhin. »
    PHILIPPE RICHERT, SÉNATEUR, TÊTE DE LISTE MAJORITÉ ALSACIENNE : « Je m'étonne de la période à laquelle cette décision est rendue mais c'est une décision que je ne remets pas en cause. Beaucoup s'étaient réjouis de l'avis rendu par le rapporteur public et de l'indépendance du Conseil d'État. Il s'agit aujourd'hui d'avoir la même position. Les collectivités locales doivent cependant regarder comment à l'ouest du département du Bas-Rhin on peut mieux relier le Kochersberg à Strasbourg. Cela passe par la réalisation d'un transport en site propre, un bus à haut niveau de service, avec voie dédiée et sans feux, que l'on pourra remplacer le cas échéant par un tramway. »
    ANDRÉ REICHARDT, PRÉSIDENT SORTANT DU CONSEIL RÉGIONAL : « Comme Adrien Zeller, je n'ai jamais fait mystère de mon soutien au GCO. Il permettra de terminer l'axe autoroutier nord-sud et de faciliter le transit des poids lourds pour lesquels il sera obligatoire. Mais il est vrai que ce projet ne réglera pas tous les problèmes d'accès à Strasbourg. S'il n'est pas question que les collectivités y mettent de l'argent, le GCO nécessitera des mesures d'accompagnement comme la mise en service d'un transport collectif en site propre sur l'axe Wasselonne-Strasbourg. »
    GUY-DOMINIQUE KENNEL, PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL DU BAS-RHIN : « La décision du Conseil d'État rejoint l'avis constant du conseil général depuis 2005. La problématique est complexe et je reconnais que certains arguments des opposants sont recevables, mais il faut aussi entendre les riverains de l'A 35 et ceux qui sont dans les bouchons. Je m'inscris en faux contre ceux qui disent que nous sommes pour le tout route : le GCO n'est pas la solution unique. Il y a aussi le transport en site propre entre Wasselonne et Strasbourg. En matière environnementale il y aura des compensations et des mesures d'accompagnement. »
    MAURICE WINTZ, PRÉSIDENT D'ALSACE NATURE : « Je suis un peu surpris car les conclusions du rapporteur public étaient à l'opposé de la décision rendue. Je précise qu'il reste d'autres contentieux en cours au tribunal administratif concernant le GCO et on va continuer à suivre les démarches administratives liées au projet pour les contester. Notre contre-expertise a montré que le report de circulation ne sera pas efficace. La DUP ne vaut pas décision de travaux et ne marque pas la fin du processus. La guerre de tranchées va continuer. On va essayer de remobiliser au maximum en faveur d'une alternative qui fait notamment appel au ferroutage et à des systèmes de transports collectifs performants. »
    LE COLLECTIF « GCO NON MERCI » : « Cette décision est incompréhensible. Elle ne fait que renforcer notre détermination. Les conclusions du rapporteur public sont une arme de plus dans la poursuite farouche de notre combat pour faire tomber ce projet prédateur de près de 400 hectares de terres fertiles, incohérent avec les enjeux énergétiques, climatiques, de santé publique et qui réduit à néant les espoirs mis dans le Grenelle de l'environnement. »

     

    Édition DNA du Jeu 18 mars 2010

    Commentaire :  la véritable utilité du projet GCO reste à démontrer, d'autant qu'il sera à péage et qu'il n'absorbera qu'un faible trafic de l'ordre de ...4 % de l'autoroute A35.

    De plus, tout projet routier oblige les collectivités locales à cofinancer de l'ordre de 25 à 50% avec l'ETAT la réalisation du GCO par une part significative de nos impôts ! Ce qui veut dire, n'en déplaise aux candidats qu'ils seront OBLIGES DE PAYER une somme de 185 millions d'€ sur les 370 millions d'€ (coût toal estimé du GCO).

    Un GCO a été réalisé en Ecosse du même type et a donné un fiasco financier voir les tarifs en avant-goût pour les alsaciens en cliquant ici
  • Le Conseil d'Etat maintient le projet de Grand contournement ouest à Strasbourg

    Ignorant l'avis du rapporteur public, le Conseil d'Etat a décidé aujourd'hui de maintenir la Déclaration d'utilité publique du Grand contournement ouest de Strasbourg. Le projet n'est donc plus bloqué. Une information qui va relancer la campagne des régionales dans le Bas-Rhin.communiqué diffusé en tout début d'après-midi, le collectif opposé au Grand contournement ouest, qui regroupe des agriculteurs et des élus du Kochersberg, indique que le Conseil d’État n’a "pas suivi les recommandations du rapporteur public et a maintenu la Déclaration d’Utilité Publique du Grand Contournement Ouest".

    "Les conclusions du rapporteur - qui est, dans la grande majorité des cas, suivi par les juges - étaient pourtant accablantes et rejoignaient sur de nombreux points les arguments du collectif", déplorent les opposants à cette voie de contournement de Strasbourg qui est dans les cartons depuis des années et qui a déjà suscité des manifestations publiques.

    "Cette autoroute à péage ne désengorgera pas l’agglomération strasbourgeoise, n’améliorera pas les flux de grand transit dans le Bas-Rhin, coûtera d’une manière ou d’une autre de l’argent public, argent qui manquera cruellement à la mise en place des bonnes solutions", écrivent encore les opposants qui révèlent dans leur communiqué la décision du Conseil d'Etat.

    Le collectif anti-GCO annonce la "poursuite farouche du combat pour faire tomber ce projet prédateur de près de 400 ha de terres agricoles fertiles, incohérent avec les enjeux énergétiques, climatiques, de santé publique et qui réduit à néant les espoirs mis dans le Grenelle de l’environnement".

    La CCI de Strasbourg, le conseil général et le conseil régional se sont prononcés pour le contournement de Strasbourg. L'actuel maire de Strasbourg, Roland Ries, le président de la CUS, Jacques Bigot, qui est tête de liste PS-Europe Ecologie aux régionales sont opposés à ce contournement. Philippe Richert, sénateur UMP et tête de liste également aux régionales est pour ce contournement.

    Par sa décision, le conseil d'Etat relance le débat sur ce projet à quelques jours du deuxième tour des régionales. Les conseillers qui ont pris cette décision ne devaient certainement pas l'ignorer.

    Un débat très technique a opposé par le passé les promoteurs de cette voie de contournement et ses adversaires.

    Les partisans du GCO avancent eux aussi des arguments de type environnemental : à l'heure actuelle, l'agglomération de Strasbourg est coupée en deux par l'autoroute qui sépare quartiers ouest et centre ville et génère une importante pollution atmosphérique. Une voie de contournement faisant le lien entre les autoroutes qui arrivent au nord de Strasbourg et celles qui se trouvent au sud de Strasbourg permettraient, estiment-encore les partisans du projet, de fluidifier la circulation.

    Les adversaires développent eux d'autres arguments : ils ne croient pas qu'une autoroute à péage délestera l'autoroute dans sa portion strasbourgeoise ; ils estiment aussi que le principal problème de circulation est ouest-est (entrées de l'agglomération strasbourgeoise) et non nord-sud (trafic de transit) ; ils déplorent enfin que l'on sacrifie des terres agricoles.

    source dna de ce jour

    Christian Bach

  • Les ProGCO ont tout faux

    .....Anne Schumann, conseillère communautaire d'opposition, qui suppose que « l'ASPA n'invente pas de recommandations » et se demande pourquoi l'estimation ne figure pas sur le rapport mis en ligne. « Il y a là un véritable problème de santé publique. Si le GCO n'est pas la panacée, c'est un moindre mal pour Strasbourg », puisqu'il permettrait de réduire le flux de véhicules sur l'A4 et l'A35, selon la conseillère communautaire, privée de motion au dernier conseil de CUS en attendant que le Conseil d'Etat statue sur la déclaration d'utilité publique (DUP) dont bénéficie le nouveau tronçon d'autoroute. La décision est attendue sous peu.
    « Ces résultats risquent d'apporter de l'eau au moulin des pro GCO ». En annotant le document l'été dernier, Roland Ries ne croyait pas si bien écrire. Le vice-président de la CUS chargé des transports s'en tient à son argumentation. « En admettant qu'il réduise de 10 à 15% le trafic [soit la part du transit, ndlr] sur l'A35, le GCO exporte les nuisances et met en difficulté le comportement vertueux dans les communes voisines », notamment le recours aux transports en commun. Le principal problème, celui de la desserte de l'agglomération, ne serait alors pas résolu....extraits dna de ce jour

    Commentaire : Le GCO c'est pas la solution. Ce n'est âs en diluant la pollution sur toute la plaine d'Alsace que l'on rédura la pollution. La solution est dans le développement du transport public et ...le péage urbain pour l'accès au centre ville. Ce n'est pas encore très populaire mais...

  • Pour contourner Strasbourg, le projet de GCO a du plomb dans l'aile

    ECO-TERRE - "Ca tombe super bien", sourit Jacques Fernique, tête de liste Europe Ecologie aux régionales en Alsace. Hier, le Conseil d'Etat s'est penché sur ce qui promet d'être l'un des enjeux de la campagne pour le scrutin de mars prochain : le grand contournement ouest de Strasbourg, dit GCO, une 2X2 voies de 24 kilomètres sensée désengorger la traversée autoroutière de la capitale alsacienne. Et le rapporteur public a recommandé aux juges d'annuler la déclaration d'utilité publique de cette infrastructure, apportant ainsi de l'eau au moulin des écologistes et des élus, agriculteurs et associations de défense de l'environnement regroupés dans le collectif "GCO non merci".

    Le GCO avait été déclaré d'utilité publique il y a deux ans, et un premier recours avait été déposé par l'association Alsace Nature quelques semaines plus tard. Il avait été préparé par Sandrine Bélier, élue depuis députée européenne Europe Ecologie. D'autres recours ont suivi pour tenter d'enrayer le projet, jugé non-pertinent par la majorité municipale à Strasbourg.
    Evidemment, la position prise par le rapporteur public ne signifie pas que les carottes sont cuites pour les partisans du GCO. Les juges ne se prononceront que dans quelques semaines, avant les élections de mars en tout cas. Mais la plupart du temps, ils suivent l'analyse juridique qui leur est soumise par le rapporteur.
    Selon Jacques Fernique, ce dernier aurait bâti un argumentaire en trois points : "des insuffisances sur les impacts socio-économiques du GCO et la rentabilité du projet, l'absence de consultation des Allemands, et des lacunes dans les études d'impact sur la faune et la flore, en clair le grand hamster", espèce menacée présente aux environs de Strasbourg, sur la zone retenue pour le GCO notamment.
    Fernique se réjouit, tout en évitant le triomphalisme : "On n'a pas envie de déboucher le champagne, mais c'est un signal encourageant. Ca veut dire que le collectif GCO non merci et Alsace Nature avaient vu juste".
    T.C.

    source libération

    commentaire : encore un projet ringard qui ne prendra que moins de 5 % du trafic de l'autoroute A 35 sic... pour une dévastation inutle de notre environnement au profit des lobbyistes du BTP et du soi-disant emploi... Employons nos jeunes à des emplois DURABLES

  • Vélorution : à vélo contre le GCO ! 20 juin 2009

    Vélorution : à vélo contre le GCO !
    20 juin 2009
    La catastrophe écologique ? Pas de panique, le gouverne-ment grenouille l’environnement et décide d’un moratoire sur les projets autoroutiers. Mais la crise déboule et, broum, il « relance » des projets ineptes dont le GCO. Bien qu’ici personne n’en veuille, que toutes les études démontrent que cette autouroute à péage est inutile et nuisible, les fossiles de l’état, de la région et du département en rêvent depuis plus de 30 ans... Ne nous laissons pas rouler dessus !


    Rendez-vous le samedi 20 juin à 14 h 30 place du Wacken.

    +D'infos accessible sur

    http://crep.strasbourg.free.fr/spip.php?article140

  • GCO : solution idéale ou fausse solution à un vrai problème

    Projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg

    Le premier ministre a signé le 23 janvier 2008 le décret déclarant d'utilité publique et urgents les travaux de construction du GCO.

    Certains s'en félicitent

    Jean-Emmanuel Robert, conseiller municipal et communautaire de Strasbourg, délégué UMP de la première circonscription du Bas-Rhin....

    le grand contournement ouest est devenu « une nécessité et une urgence ». « Strasbourg est l'unique ville française à être coupée en son coeur par une autoroute de 2X3 voies qui draine plus de 170 000 véhicules par jour, écrit Jean-Emmanuel Robert. Aucune autre autoroute en France, en dehors du périphérique parisien, n'atteint un tel trafic. »

    a réalisation de ce projet « soulagera enfin » les Strasbourgeois de cette « anomalie qui date des années 60 ». extrait DNA du 10/12/08

    D'autres voix s'élèvent contre

    Un « projet toxique »
    Le collectif « GCO non merci » fait part au Premier ministre de son « incompréhension » après son annonce de relance du GCO.

    ...

    La décision ne leur semble pas être en accord avec le modèle de « croissance verte » défendu par le Grenelle de l'environnement. Le GCO sacrifierait en effet la survie du grand hamster d'Alsace. « GCO non merci » ne se dit pas opposé par principe à tout aménagement routier, mais considère que « le GCO ne permettra pas de désengorger l'agglomération, qu'il facilitera surtout le transit des camions indésirables en Alsace qui n'apporteront rien à l'économie locale ». « Conçu à l'époque du tout automobile », le GCO est « un projet toxique » que le collectif recommande d'abandonner.

    ....

    Alain Jund, porte-parole des Verts Strasbourg, adjoint au maire chargé de l'urbanisme, dénonce un projet qui constitue « la synthèse du gaspillage à tous les étages » : « Gaspillage de l'argent public » et « gaspillage des terres agricoles ». Pour M. Jund, le GCO est « un nouvel aspirateur de camions et de voitures sur notre agglomération ». Il est pour lui préférable d'« investir massivement dans les transports collectifs » (tram-train entre Obernai et Offenburg, tramway dans l'agglomération strasbourgeoise, bus dans le département, transport ferroviaire etc.) et de « mettre en place les outils fiscaux capables de juguler la marée de camions ». M. Jund s'interroge sur le fait que l'État soit « prêt à financer » une infrastructure dont il avait été promis qu'elle se ferait sans argent public. extrait DNA du 9/12/08

    Le débat fait rage sur un sujet hautement sensble qui va coûterplus de350 Millions € au bas mot (valeur estimée 2006). Ce projet très ancien va-il résoudre tous nos problèmes de circulation par miracle ou bien déplacer les problèmes, car ce sera une autoroute à péage (financé par les utilisateurs). Des exemples de ce type de réalisation avec péage pour désengorger Edimbourg en Angleterre ont tourné au fiasco total.

    Avant de se lancer dans ces dépenses importantes, ne faut-il pas tirer des leçons de ce qui a été déjà réalisé ailleurs....?

    rappel du texte de la Direction Régionale de l'Equipement ci-dessous :

    Le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg consiste en la création d'une nouvelle autoroute à 2 x 2 voies de 24km contournant l'agglomération par l'ouest.

    Le projet est né d'un constat : Strasbourg ne dispose que d'un seul axe de contournement (rocade Ouest-A35) qui accueille tous les flux : déplacements de proximité et trafics de transit, notamment poids-lourds. La rocade Ouest est aujourd'hui saturée aux heures de pointe.

    Le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) a fait l'objet d'un débat "Bianco" sur ses fonctionnalités en 1999. Le débat a permis de constater un consensus fort autour de cette infrastructure, à la condition qu’elle s’insère dans un système de transport multimodal et qu’elle ne représente pas un facteur d'étalement urbain.
    Le cahier des charges du Grand Contournement Ouest de Strasbourg a été approuvé par décision ministérielle le 6 juin 2000. Celui-ci a défini l'aire d'étude de recherche d'un tracé, entre le nœud autoroutier A35-A4 au nord et le raccordement Voie Rapide du Piémont des Vosges - A352 au sud.
    Le projet a ensuite été intégré dans les schémas de service collectifs de transports adoptés le 18 avril 2002. Il a également été inscrit dans la liste des 50 projets prioritaires à long terme, lors du Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIADT) du 18 décembre 2003.

    Les enjeux du Grand Contournement Ouest sont les suivants :

    1- Assurer la continuité de l'axe Nord-Sud alsacien
    Le cahier des charges assigne au GCO la fonction d'assurer la continuité de l'axe autoroutier Nord-Sud alsacien en reliant l'A 4/A 35 à la Voie Rapide du Piémont des Vosges pour réorienter le trafic de transit qui circule aujourd'hui sur la Rocade Ouest de Strasbourg et les trafics exclus des vallées vosgiennes. Cette amélioration de la qualité de service pour le transit ne rendra pour autant pas l'itinéraire français beaucoup plus performant que l'itinéraire allemand qui à cet horizon aura été nettement amélioré: il restera toujours plus long d'une quinzaine de kilomètres et la concession du GCO permettra de mettre en place un péage devant limiter l'afflux de trafic. Le GCO permettra aussi d'envisager des mesures de restrictions fortes du trafic de transit sur la rocade.

    2- Améliorer les liaisons entre villes moyennes :
    L'objectif assigné à l'infrastructure est d'améliorer les relations entre les villes moyennes alsaciennes où le ferroviaire n'est pas encore adapté : Haguenau et Saverne au Nord, Obernai, Molsheim et Sélestat au Sud.

    3- Ne pas encourager la péri urbanisation :
    En limitant les échanges avec le réseau local, la vocation du contournement est résolument tournée vers les déplacements à moyenne ou grande distance et ne doit pas favoriser la poursuite d'une urbanisation incontrôlée génératrice de déplacements automobiles vers Strasbourg et de consommation d'espace de qualité à l'ouest de Strasbourg.

    4- Réorganiser les accès à Strasbourg
    Réorganiser les accès à l'agglomération de Strasbourg, non pas tant pour les trajets domicile-travail que pour tous les trafics d'échanges à moyenne et longue distance à destination des grands pôles tels que l'aéroport, la zone d'activité de la Bruche voire le port est un des objectifs prioritaires assigné au projet.

    5- Soulager l'A35
    Le projet a pour objectif, en soulageant la rocade ouest actuelle, de redonner à cette infrastructure un caractère plus urbain et de lui conférer le rôle de poumon indispensable aux renforcements des systèmes de transports collectifs du centre ville.
    Le GCO permet de dégager sur l'A35 un " ballon d'oxygène " d'environ 30 000 véhicules/jour, qui peut être soit un gain net (en mettant en œuvre des mesures de simple restriction de vitesse sur l'A35 par exemple) soit un volume dont l'utilisation peut être contrôlée pour certains types d'usages (report suite aux extensions du tramway...). Ce volume représente 15% du trafic de la section la plus chargée (A35 au droit de Cronenbourg) et plus de 30% des sections d'entrée dans Strasbourg (A35 au droit d'Ostwald ou de Reichstett).

    extraits supplémentaires

    Le recours à la concession est donc apparu comme la meilleure solution pour garantir un délai de réalisation raisonnable.

    De plus, du point de vue fonctionnel, la mise en place d'un péage doit permettre de modérer l'induction de trafic automobile et les éventuels reports de trafics venant d'Allemagne. Le niveau des péages pour les véhicules légers et pour les poids-lourds pourra dépendre des différents types de déplacements et sera fixé à un niveau assurant une rentabilité minimum sans évincer le trafic.

    pour aller plus loin tout le dossier officiel

    http://www.alsace.equipement.gouv.fr/DRE/projets_gco.htm

    et des contradicteurs pour vous faire une opinion

    http://gcovendenheim.free.fr/wikinimst/wakka.php?wiki=PagePrincipale

    avec des diapos explicatives et avec même une chanson sur le GCO.....

    http://newdorf.free.fr/index.php?2006/05/31/41-le-gco-a-quoi-cela-va-t-il-servir

     

    Exprimez-vous en votant dans le sondage à droite sur ce site ou de nous transmettre vos commentaires