Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

europe

  • Conseil municipal du lundi 16 février 2015

    Parmi les points votés, celui du Point 14 concernant la Robertsau sont rappelés pour que vous pouvez voir par vidéo  en cliquant ci-dessous, notamment extension du tram à la Robertsau.... et le théâtre du Maillon situé au Wacken :

  • Robertsau Courrier des lecteurs Projet Kaysersguet : encore pas de pot pour la Robertsau

    De Nicolas Pelaccia, de Strasbourg, à propos du projet de « lieu d'Europe » dans la villa Kaysersguet à la Robertsau : « Tout le monde admet que l'endroit doit être sauvé et que la maison de l'Europe doit être bâtie. Mais si l'Europe a besoin des 6 000 m² supplémentaires, la villa et le parc n'en seront que défigurés. De nombreuses voix se sont déjà élevées contre ce projet. Je ne cherche qu'à faire ressortir que ce n'est pas la première fois qu'on fait des mauvais choix.
     On a eu le tram le plus cher du pays au km/passager. Le prolonger relève du devoir économique. On prévoit le massacre du Kaysersguet avec une extension de 6 000 m² de construction qui va amputer le parc et transformer la villa actuelle en verrue. On prévoit une école européenne qui va supprimer le joli bois et poumon vert à l'entrée du quartier. Où sont les voix écolos ? Ces deux projets pourraient se réaliser au Wacken en récupérant la place prévue pour des bureaux dont le transfert ferait le bonheur d'autres quartiers de la CUS.
     On construit à Sainte-Anne sans anticiper l'impact sur la circulation, sans étendre les installations sportives ou scolaires. Merci aux riverains de la rue de la Renaissance pour avoir réparé en partie ce manque de vision. Par le passé déjà, la ténacité des habitants du même quartier a fait avorter un projet de transformateur électrique prévu derrière l'école de la Niederau. Le conseil municipal devrait venir à la sortie de l'école pour voir à quoi peut servir une petite place derrière une école.
     On voit que des solutions alternatives de bons sens et souvent plus économiques existent. Mais force est de constater que pour la Robertsau, entre deux maux, on choisit souvent le pire. » source dna 021202

  • Robertsau Kaysersguet : un projet partagé ?

    L'association Kartier Nord, qui milite depuis de nombreux mois pour un lieu d'Europe culturel et ouvert à tout public dans la villa Kayser, à la Robertsau, s'invite dans les réflexions qui se mènent par ailleurs sur le terrain politique...

     Loin d'être une « maisonnette de l'Europe », selon les termes de certains de ses détracteurs, les grandes lignes du projet mettent en évidence la pertinence du site, son contexte et sa desserte optimum. Du diaporama projeté lors de cette restitution, on retiendra les mots-clefs susceptibles de faire venir, et revenir, les publics visés pour être initiés à l'Europe culturelle et ses composantes de paix, d'altérité, d'action démocratique, d'environnement et de développement durable.

    « Coupe claire » dans le parc

     Dans un premier temps, d'ici 2013, la villa Kayser sera rénovée. Dans un deuxième temps, c'est une extension de 6 600 m² qui doit sortir de terre pour une « agora centrale », équipée de moyens audiovisuels et informatiques, un espace permanent sur l'Europe, des espaces d'expositions temporaires, un restaurant/bar, etc... Le hic, dans cette magistrale démonstration, c'est bien entendu la coupe claire sur 4 000 m² d'espace vert. Amputer ainsi le tiers du parc de la villa Kayser est une pilule bien difficile à avaler. Il faut raison garder : pour s'inscrire harmonieusement dans l'écrin du Kaysersguet, le dimensionnement de l'extension doit gagner en économie de surface à bâtir.
     De notre point de vue, il serait plus juste de penser le « lieu d'Europe » en un réseau articulé, engageant l'ensemble des espaces à vocation européenne et internationale, ceux dont bénéficie déjà la ville et ceux à venir. Un tel dispositif finement lié, bien plus qu'un site unique, même emblématique, serait en mesure de transmettre sa dynamique à la cité, en étant moins gourmand en espace et en budget.
     Par ailleurs, le contenu du projet nous semble devoir être profondément (re)travaillé, en conviant autour de la table tous les partenaires dûment repérés. Il serait bien naïf de penser qu'un rapport d'un cabinet de consultant, le plus performant soit-il, suffirait à une telle tâche. La politique d'une ville ne peut se déléguer de la sorte. Elle ne peut pas davantage être livrée à des lobbyings, fussent-ils actifs.

    Convier les experts culturels

     Des axes intéressants et positifs sont ouverts. Il s'agit à présent de travailler de concert ; est-il concevable que le comité de réflexion, jusqu'ici, ne compte pas d'experts de la culture ni de représentants des services culturels de la Ville ? Le peuple de l'art serait-il si loin de l'idée de la paix, de la démocratie, d'altérité, d'économie, que l'on puisse l'ignorer ?
     L'étude demande par ailleurs nombre de précisions concrètes sur les contenus, le(s) mode(s) de gestion et de financement. A la différence d'une opération marketing, le lieu d'Europe n'obéit pas à une logique marchande et ne convaincra le public que par la qualité des contenus, par sa créativité, c'est-à-dire par une programmation vivante et singulière, l'excellence du cadre architectural et du niveau de convivialité proposé.
     Toute la difficulté reste de donner vie à un concept original qui ne soit pas perçu comme le parachutage d'une institution de plus. L'association Kartier Nord reste fermement engagée et disposée à contribuer à l'avancement d'un projet qui irait en ce sens ».

     

    Kartier Nord extraits dna 101110

    Commentaire : la position de Kartier Nord est judicieuse car il est aussi important de développer l'attractivité verte d'une Europe plus proche des citoyens où la concivialité et l"harmonie des lieux permettra l'épanouissement et la diffusion des cultures diverses de pays  euopéens mais également de tout ce qui fait la richesse de la culture de proximité, régionale et transfrontalière......tout en informant mieux sur l'utilité et l'organisation de toutes les institutions européennes. Ceci est vital pour combler le déficit de confiance preignant entre les citoyens et Europe.

  • Visionez en différé les points touchant notre quartier de la Robertsau : Conseil municipal de Strasbourg du Lundi 8 novembre 2010

    Aux dernières nouvelles, le classement de la forêt ..... de la Robertsau, le processus aurait repris du poil de la bête après la motion votée par le conseil municipal en juillet dernier.

    Soyez particulièrement attentif aux points suivants touchant notre urbanisme (rue de la Baronne d'Oberkirch), notre environnement (location de la chasse de la forêt de la Robertsau) et un projet lieu d'Europe à la Villa Kayserguet  à l'entrée de la Robertsau:

  • Robertsau: logements et crèche collective au conseil municipal du lundi 8 novembre en direct sur internet

    Le conseil municipal est appelé à se prononcer sur la réalisation d'un programme immobilier sur un terrain situé en bordure de la rue de la Baronne-d'Oberkirch à la Robertsau. La société Icade doit y construire 73 logements (dont 37% de logements sociaux) et la Ville y réalisera un équipement public destiné à la petite enfance extrait dna 061110

    Le conseil municipal du lundi 8 novembre en direct sur internet

    Le prochain conseil municipal du lundi 8 novembre est retransmis en direct sur internet à partir de 15h. Il est accessible en vidéo, audio et sur iPhone.

    Lors de ce conseil, il est notamment question :

    • du projet de création d’un lieu de l’Europe à la Robertsau
    • réalisation d'un programme immobilier sur un terrain situé en bordure de la rue de la Baronne-d'Oberkirch à la Robertsau. 

     

  • Strasbourg / Europe : une nouvelle bataille du siège !

    .... Le sénateur-maire paraît décidé à installer le siège de son «lieu d’Europe» dans la villa «Kaysersguet» qui avait appartenu à une célèbre famille d’orfèvres strasbourgeois des XVIIe et XVIIIe siècles (les Imlin dont le poinçon authentifie de nombreuses pièces en étain) avant d’être baptisée du nom du fondateur (1877) des Dernières Nouvelles de Strasbourg, H.L.Kayser. Le «lieu d’Europe» est trouvé, reste évidemment à définir le contenu qu’on mettra dans cette maison un peu particulière : c’est à dire passer du «lieu d’Europe» à  « l’Europe du lieu !». Même si on peut imaginer, reprenant les propos de Roland Ries lors  d’une visite au mois de mars dans le quartier Gare-Kléber : «Sans consensus, c’est moi qui tranche». Et voilà pour ceux qui se laissent aller à penser que le maire de Strasbourg hésite à  décider !

    Faire passer les messages à l’administration… C’est bien lui qui, soucieux (le mot est faible !) du passage de son message à l’administration, a tranché lorsqu’il s’est agi de remercier le directeur général des services de la CUS par un directeur général venant de Mulhouse où il se sentait moins à l’aise depuis que le maire de la capitale économique du Haut-Rhin avait rallié le gouvernement ! Dans la foulée, l’équipe municipale récupère aussi Jean-François Lanneluc et ce au niveau de la direction générale des services avec un oeil sur la communication et l’animation, deux secteurs où il excellait lors de son passage dans l’équipe Trautmann-Ries ! Cela sent, bien sûr, le recentrage. Le message concernait aussi les élus, auxquels on rappelle que bien qu’étant également sénateur, ce «cumul» n’obère pas l’action du maire. Les décisions soulignent aussi, comme nous avons été les premiers à y insister ici, le souci de mieux communiquer sur les projets municipaux.

    Dans son cœur de cible, le sénateur-maire a placé l’Europe : sans doute a t-il  enregistré avec plaisir les messages envoyés par le président de la République et le gouvernement quant au maintien du Parlement européen à Strasbourg. Sans doute s’interroge-t-il sur ce qui pourrait bien être une évolution au profit de sa ville de la proposition de Daniel Cohn-Bendit, qui en son temps avait suggéré que les bâtiments européens de Strasbourg soient reconvertis en Université européenne. Mais il a décidé d’élargir le champs de bataille pour faire reconnaître la vocation européenne de sa ville : comme les bons joueurs d’échec, il a décidé de «roquer», d’élargir le cercle de ses atouts en plaçant au cœur de ses préoccupions l’homme dans toutes ses dimensions : politique (l’accord de partenariat signé avec le Conseil de l’Europe en est le symbole), physique (à travers la santé et le symbole de la Pharmacopée européenne), l’intégrité de la personne et de son prolongement matériel (présence grâce à la Cour européenne des Droits de l’Homme, Commission centrale de la navigation du Rhin, la «promenade des droits de l’homme» avec ses statues de personnages célèbres dans la défense de ces droits, au premier rang la statue de Gandhi), intellectuelle (avec l’université, l’enseignement et la recherche dans leur ensemble), géographique et d’aménagement du territoire sur 360 degrés à travers l’Eurodistrict et l’aire métropolitaine du Rhin supérieur.

    Strasbourg / Europe : incontournable ? Dans ce contexte, Strasbourg se noie, se coule et s’intègre dans l’Europe pour en devenir un épicentre naturel dont le Parlement européen devient non plus un enjeu, mais un élément presque naturellement à sa place sur les bords du Rhin. C’est «Philadelphie» et sa symbolique démocratique, et en quelque sorte humanitaire, face à «Washington-Bruxelles».

    L’enjeu est de taille et la partie à jouer est serrée : au moins elle débloque une situation entièrement focalisée sur la présence du Parlement européen. Elle supposerait une mobilisation «trans-courants politiques», mais aussi la mise en place d’un personnel politique et administratif de qualité qui n’est apparemment pas toujours disponible. Le sénateur-maire s’efforce de trouver des relais : pour l’Eurodistrict, il a désigné un délégué connu jusqu’ici essentiellement pour avoir présidé aux destinées de l’Association internationale des amis de Tomi Ungerer ! Pour l’Eurodistrict, il avait créé ce qu’il avait appelé son «think-tank» : un groupe où représentants de la société civile et responsables politiques de différentes tendances se sont retrouvés à trois ou quatre reprises pour ne plus être réunis, sans explication. Pourtant quand on voit le degré d’engagement du côté de l’Ortenau (par exemple pour la désignation du secrétaire général de l’Eurodistrict ou l’élaboration d’une sorte de plate-forme commune d’information et de données), il serait important qu’à Strasbourg aussi, on prenne conscience des enjeux.

    extraits 2ufer 01062010

  • Dimanche 30 mai - De 10h à 18h Au Jardin des Deux rives Le pique-nique européen et la Fête du vélo

    Dimanche 30 mai - De 10h à 18h

    Au Jardin des Deux rives, place à la convivialité  autour de l’Europe !

    L’Europe à Strasbourg, c’est aussi cet espace vert transfrontalier, le Jardin des Deux rives, qui vous accueillera pour pique-niquer en famille tout en vous renseignant sur les institutions européennes, les activités d’associations strasbourgeoises. Des spécialités culinaires vous seront proposées à cette occasion. Des animations musicales et sportives pour les petits et les grands rythmeront cette journée au bord de l’eau.

    La fête du vélo permettra, comme chaque année, aux amateurs de deux roues de profiter de belles balades grâce aux circuits thématiques commentés de chaque côté de la frontière. L’inscription  est gratuite et se fait sur place au stand de la Fête du Vélo. Chacun doit pouvoir trouver un parcours qui lui convient, en fonction de ses envies, son âge et son niveau…

    Il sera également possible de découvrir le Village Vélo, un lieu entièrement dédié à la petite reine où vous pourrez par exemple faire marquer votre bicyclette.

    N’oubliez pas vos paniers de pique-nique et vos vélos pour faire de ce 30 mai un dimanche agréable aux couleurs de l’Europe !

    Sur place vous trouverez plus de trente stands d’institutions ou d’associations qui auront à cœur des vous informer sur l’Europe mais aussi de vous faire découvrir leur pays.

    source fetevelo

  • Kaysersguet : le « lieu d'Europe » ?

    Klaus Schumann, ancien directeur général des affaires politiques au Conseil de l'Europe, entre à son tour dans le débat sur le devenir de la villa Kaysersguet et de l'implantation d'un « lieu d'Europe ».

    Les Robertsauviens s'inquiètent du devenir du Kaysersguet, belle maison de maître du début du XIXe siècle, propriété municipale à l'angle de la rue Boecklin et de l'allée Kastner.
    En mai 2009, lors d'une visite dans le quartier, le maire promet une large concertation en vue d'un projet permettant une utilisation régulière de la villa par les habitants de la Robertsau. Le collectif « Kartier Nord » avait en effet souhaité un projet alliant culture et convivialité pour les quelque 26 000 habitants du quartier qui - selon leurs dires - ne disposeraient pas d'équipement culturel digne de la Robertsau. On a alors évoqué un café avec un théâtre, ou des locaux pour l'école de musique qui doit quitter le collège.
    Parallèlement, et depuis de nombreuses années, des associations, des élus, des citoyens souhaitent la création d'une véritable vitrine de l'Europe à Strasbourg, ouverte aux millions de visiteurs annuels de la capitale alsacienne. Strasbourg est devenue capitale européenne grâce à la présence et l'action des multiples institutions européennes.
    En référence au projet « Eurodom » porté, il y a une dizaine d'années déjà, par « Strasbourg- Promotion-Evénements », un comité de soutien « Pour un lieu d'Europe à Strasbourg » s'est engagé en faveur de la création d'un lieu d'accueil, de mémoire, de connaissance et d'émergence d'une identité européenne. Ce serait en effet un point d'attraction pour Strasbourg et la région créant ainsi une nouvelle dynamique économique et touristique.

    L'Europe « de » et « à » Strasbourg

    Le comité de soutien a fait des nombreuses enquêtes auprès des citoyens quant au contenu, au nom et à la localisation du futur lieu d'Europe.
    Au conseil municipal du 26 avril 2010 le maire a présenté une communication écrite sur les orientations stratégiques européennes et internationales de Strasbourg. Cette communication souligne la forte dimension européenne de la ville qui mérite d'être plus solidement inscrite dans son paysage urbain. Ceci nécessite un lieu de découverte de l'Europe qui présentera son histoire et qui fera connaître l'action européenne en associant les citoyens et les institutions européennes, le Pôle universitaire et le Pôle européen d'administration publique. La communication parle d'une « Maison de l'Europe » qui a pour mission de doter Strasbourg d'un espace permettant aux citoyens strasbourgeois, touristes et visiteurs de découvrir l'Europe « de » et « à » Strasbourg.
    La veille de la réunion du conseil municipal, les DNA annoncent que le maire a décidé que le Kaysersguet deviendra la Maison de l'Europe et que cette décision sur sa localisation est ferme et définitive.
    Le lundi suivant, au conseil municipal, l'ensemble des élus accueille très favorablement le principe et la nécessité de créer à Strasbourg un lieu fédérateur qui donnerait visibilité et crédibilité à son statut de capitale européenne. Mais il n'y a pas unanimité sur la localisation et de la dimension nécessaire d'un tel site qui doit être un véritable pôle d'attraction pour des centaines de milliers de visiteurs annuels de la ville.

    Le danger d'une « maisonnette de l'Europe »

    Il est évident que le Kaysersguet ne répond pas aux exigences symboliques et spatiales d'un lieu d'Europe pour Strasbourg. Il est aussi évident que les Robertsauviens souhaitent que cette villa trouve une affectation au service des citoyens et des visiteurs du quartier européen. Des propositions dans ce sens ont été faites lors du débat au conseil municipal notamment par Robert Grossmann (reprise dans les DNA du 4 mai). Un tel centre pourrait s'ouvrir régulièrement à des manifestations littéraires pour l'ensemble des pays membres du Conseil de l'Europe. Au lieu de vouloir opposer Kaysersguet - lieu d'Europe, il faut prendre en considération leur complémentarité.
    Le danger est de faire du Kaysersguet une « Maisonnette de l'Europe », qui ne répondrait pas aux exigences d'une véritable stratégie européenne et internationale pour Strasbourg, surtout si on tient compte de la remarque du maire : « Ce que l'on dépense ici, on ne pourra pas le dépenser ailleurs », disait-il en 2009.
    Mais les budgets à mobiliser sont aussi une fonction des ambitions et des buts qu'on souhaite d'atteindre. Et la création d'un lieu d'attraction dédié à l'Europe n'a rien de budgétairement irréaliste. Avec la création du « Vaisseau », le conseil général a prouvé qu'un lieu de découverte des sciences et des techniques pouvait connaître un véritable succès populaire attirant des centaines de milliers de visiteurs, bien au-delà de la région et des frontières. Strasbourg mérite un « Vaisseau européen », et c'est un projet dont les études sont financées par le contrat triennal 2009-2012 « Strasbourg Capitale Européenne » dont les partenaires sont la Ville, la CUS, le conseil général, la Région et l'État.
    La question n'est pas de trouver « à tout prix » une solution pour le Kaysersguet, mais de rendre le rayonnement européen de Strasbourg plus lisible, attirant et accessible au plus grand nombre possible de citoyens européens.

    source dna du 15.05.10

  • Fête de l'Europe ! le 9 mai 2010

    9 Mai 2010

    FACE MOI (Contes des laissés pour jeunes)

    Date : 20 Avril 2010 14:00 au 15 Mai 2010 20:00
    Sommaire: Expositions photographiques
    plus >>

    Exposition photographique « Parlement Européen de Strasbourg – Au Cœur des Etoiles »

    Date : 5 Mai 2010 00:00 au 01 Juin 2010 00:00
    Sommaire: Exposition photographique
    plus >>

    Finale du trophée Européen de Rugby Féminin 2010

    Date : 8 Mai 2010 00:00 au 15 Mai 2010 23:45
    Sommaire: Tournoi de rugby féminin
    plus >>

    Journée « l’UGC fête l’Europe »

    Date : 9 Mai 2010 00:00 au 23:45
    Sommaire: Projection de 27 films issus de chacun des pays membres de l’Union Européenne
    plus >>

    Pass’ Cinéma transfrontalier

    Date : 9 Mai 2010 00:00 au 23:45
    Sommaire: Lancement du pass’ cinématographique transfrontalier
    plus >>

    Exposition « L’Europe aujourd’hui, 60 ans après la naissance de la construction européenne »

    Date : 9 Mai 2010 08:00 au 18:30
    Sommaire: Exposition ludique et pédagogique sur l’Europe et Robert Schuman
    plus >>

    Les Courses de Strasbourg Europe

    Date : 9 Mai 2010 08:45 au
    Sommaire: Activités sportives
    plus >>

    Le quartier Européen en fête le 9 mai 2010

    Date : 9 Mai 2010 10:00 au 22:00
    Sommaire: Evènements sportifs et institutionnels, Portes Ouvertes du Parlement Européen
    plus >>

    Portes Ouvertes du Parlement Européen

    Date : 9 Mai 2010 10:00 au 18:00
    Sommaire: Visite, stands d’information, rencontre avec des eurodéputés et des fonctionnaires européens
    plus >>

    "Les jeunes européens en parade, sur un air de Schuman..."

    Date : 9 Mai 2010 14:30 au 18:00
    Sommaire: Caravane "humaine" festive dans les rues de Strasbourg.
    plus >>

    Soirée de cinéma exceptionnelle à l'UGC Ciné Cité Strasbourg

    Date : 9 Mai 2010 18:00 au 22:00
    Sommaire: Leçon de cinéma, projection de film, cocktail dînatoire

    source Fêtedel'europe

  • site du Kaysersguet à l'entrée de la Robertsau : un destin européen ou centre régional des Lettres....

    «Maison de l'Europe » ou «Vaisseau européen»?

    Le question de la création d'une « Maison de l'Europe » sur le site du Kaysersguet a fait débat, hier au conseil municipal. Si tous les élus s'accordent sur la nécessité d'un tel équipement pour le rayonnement de la capitale européenne, les opinions sur sa localisation et son contenu divergent.

    « La forte dimension européenne de la ville mérite d'être solidement inscrite dans le paysage urbain », « un lieu fédérateur qui donnerait visibilité et crédibilité au statut de capitale européenne ». Le constat d'Anne Schumann - évoqué au détour d'une communication de l'adjointe aux affaires internationales Nawel Rafik-Elmrini - sur les orientations stratégiques européennes et qui fait suite à l'annonce du maire (DNA du 25/4), a été partagé par les différents intervenants sur le sujet.
    « JUXTAPOSER DEUX VAISSEAUX ? ». - Là où les avis ont divergé, c'est sur la question de la localisation : Anne Schumann a proposé de prendre modèle sur le Vaisseau, « un véritable succès populaire, attirant des milliers de visiteurs, bien au-delà de la région et des frontières », a rappelé la conseillère municipale d'opposition (UMP, Nouveau Centre et Indépendants). Avant de suggérer que « Strasbourg mérite un "Vaisseau européen" offrant (...) une véritable rencontre avec leur Europe » : « Pourquoi ne pas juxtaposer les deux vaisseaux pour en faire une véritable attraction ? »
    Pascal Mangin a quant à lui évoqué « l'absence de projet et de conseil scientifique ». Mais également les circonstances de cette annonce (ndlr : samedi matin, à une association lors la tournée du quartier du maire) : « L'annoncer dans ces conditions, à ce moment-là, est-ce du niveau d'un tel projet ? », a-t-il demandé à Roland Ries.
    « UN EURODOM A COTÉ DU PARLEMENT EUROPÉEN ». - Robert Grossmann a, pour sa part, relevé « l'erreur » de vouloir faire de la villa Kayser, un site dont il a dit bien connaître « l'histoire trouble pendant la guerre » - un détail historique que Roland Ries n'a pas démenti un peu plus tard. Ce lieu, à l'entrée de la Robertsau, qu'il aurait préféré voir se muer en « une petite Villa Médicis », « un centre régional des Lettres ». Et le conseiller municipal d'opposition de fustiger la méthode du maire : « Un petit tour [dans le quartier] et puis vous décidez, c'est un peu court et un peu léger... » Avant de lui exposer le projet qui aurait sa faveur : un « Eurodom à côté du Parlement européen, sur le site de l'un des bâtiments à détruire de la foire européenne ».
    « UN LIEU DE RENCONTRE ENTRE JEUNES EUROPÉENS ». - De son côté, Maria-Fernanda Gabriel-Hanning, de la majorité, a milité pour la nécessité de « créer un lieu de rencontre de jeunes Européens et d'artistes », pour contribuer à « rapprocher les institutions et les citoyens ». L'adjointe Nawel Rafik-Elmrini a par ailleurs indiqué que ce projet ferait l'objet d'un « travail de consultants pour compléter les réflexions » des élus. Et que « le choix de ce lieu » permettait dès aujourd'hui d'« aider à la définition » de son contenu. Roland Ries ayant, quant à lui, réitéré son analyse sur la pertinence de ce projet au Kaysersguet. Et que, mis en oeuvre rapidement, il permettra d'inscrire le rayonnement européen dans une dynamique de territoire : « C'est par un petit pas que commencent les grands voyages... »

     

    Philippe Dossmann source dna de ce jour

  • débat sur l'Europe

    communiqué :

    Une nouvelle ambition

    pour l'Europe

    Jean THOMANN

    Vers l'Europe

     

    Françoise WERCKMANN

    Espaces-Dialogues


    Plus que jamais un besoin d'Europe.

    Face à la globalisation,

    aux conflits actuels,

    comment mobiliser

    les citoyens européens ?

    mardi 27 avril 2010 à20h30

     

     

    C E N T R E E M M A N U E L M O U N I E R

    42 rue de l'Université - Strasbourg - 03 88 21 24 12

     

     

  • Strasbourg / Au conseil municipal lundi 26 avril à 9 h 00

    Donner un coup de pouce à la capitale européenne

    Roland Ries veut donner un nouveau souffle à Strasbourg l'Européenne. Et promet la création rapide d'une maison de l'Europe ouverte à tous. Cette stratégie sera évoquée, lundi, au conseil municipal.......

    Quatre axes prioritaires

    Strasbourg s'est fixée quatre axes prioritaires pour développer sa stratégie européenne et internationale.

    • L'EURODISTRICT, cher à Roland Ries, « qui ne doit pas être une simple zone de coopération transfrontalière que d'autres ont aussi. Il faut avancer à deux, les Allemands étant davantage portés sur la vie quotidienne des citoyens ». Au programme : une coopération entre les hôpitaux de Kehl et de Strasbourg, également sur le plan des documents administratifs, voire « un nouvel opéra sur les bords du Rhin avec un cofinancement ».
    • UN PARTENARIAT AVEC LE CONSEIL DE L'EUROPE ET LE PARLEMENT EUROPÉEN. Un accord doit être signé avec le Conseil de l'Europe début mai. « C'est la première fois qu'une convention est signée entre une ville et le Conseil de l'Europe », souligne Nawel Rafik El-Mrini, adjointe chargée des affaires internationales. Ce partenariat a pour objectif de donner une nouvelle dimension à l'université d'été de la démocratie et aux Dialogues de Strasbourg. Mais aussi de soutenir la Cour européenne des droits de l'homme et de participer à des actions concrètes. Avec son bureau à Bruxelles, Strasbourg compte renforcer son image et répondre aux besoins des parlementaires. « Nous avons l'appui du président du Parlement européen pour défendre la présence de cette institution à Strasbourg », affirme Roland Ries. « L'ambition étant de mettre en débat la localisation de l'ensemble des services du Parlement européen à Strasbourg ».
    • UNE CITOYENNETÉ EUROPÉENNE PARTAGÉE. Strasbourg veut travailler avec d'autres villes européennes dans le domaine universitaire, économique, développer ses savoir-faire avec les villes jumelles, relancer le club de Strasbourg crée avec les nouveaux états membres de l'union européenne.
    • CRÉER LA MAISON DE L'EUROPE. On en parle depuis quinze ans. Cette fois, c'est décidé. Roland Ries veut réaliser une structure où les Strasbourgeois et les touristes pourront s'informer sur les institutions européennes trop rarement ouvertes au public. « Même si ça doit être dans un bâtiment provisoire. Je ne veux plus attendre 5 ans », dit le maire. L'ouverture pourrait avoir lieu en 2011 ou 2012.

     

    Chantal Grandgeorge extraits dna jeudi 220410

    commentaire : vous pouvez soit assister au prochain conseil municipal lundi 26 avril 2010 exceptiellement à partir de 9 h 00 Salle des Conseils du Centre Administratifou via  le web en direct :  Téléchargez l'ordre du jour (pdf)

    Pour suivre le prochain conseil municipal sur internet ou sur iPhone, rendez-vous sur cette page lundi 26 avril à partir de 9 h. Le conseil se prolongera l'après-midi.
    Regarder sur votre ordinateur

    Regarder sur votre iPhone

    Ecouter sur votre ordinateur

  • L'Europe sur les rails de la grande vitesse Mercredi 10 mars à 19h30

    Le Mouvement européen Alsace organise une conférence mercredi à 19h30 sur le thème de L'Europe sur les rails de la grande vitesse avec Michel Caniaux, délégué général d'Altro (Association logistique transport ouest). Dans les salons de l'Association parlementaire européenne, 76 allée de la Robertsau. Entrée libre et gratuite sur inscription: Tél: 03 88 25 19 49. mouveuro.alsace@orange.fr

  • Vendredi 5 mars 2010 à 18 h 30 Amphithéâtre de l’Institut supérieur européen de gestion (ISEG) 4 rue du Dôme - Strasbourg : Régionales : l’attitude européenne des candidats

    henri mathian 72 dpi

    (KL/CP – Photo KL) – Henri Mathian est une figure du monde associatif à Strasbourg. Depuis de nombreuses années, il poursuit son projet d’une «Maison de l’Europe» qu’il souhaite concrétiser, comme une sorte de «Futuroscope» européen, un lieu de mémoire de l’histoire européenne, un lieu de rencontre pour les citoyens européens, une cellule créative à même de donner de nouvelles impulsions aux développements européens dans la région.

    L’eurodéputé Joseph Daul l’a clairement exprimé : «Cueillir les fruits de nos institutions ne suffit plus, il faut investir pour nous rendre crédible». Le monde associatif et la société civile semblent être d’excellents vecteurs d’un tel investissement.

    Ce vendredi 5 mars, l’association «Cercle de la Cathédrale» que dirige Henri Mathian et le Collectif «Strasbourg-Europe» passent les candidats aux prochaines élections régionales au scanner européen.

    source et lire la suite sur  2 Ufer

  • Débat le 12 janvier 2010 à 20h30 au CENTRE EMMANUL MOUNIER 42 rue de l'Université – Strasbourg : D'où vient l'Union Européenne ? Un rêve ancien devenu réalité.

    « VERS L'EUROPE » Groupe de réflexion sur l' Europe

    Le 9 mai 1950, Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, inspiré par Jean Monnet, fait une déclaration historique. Il propose de mettre en commun les industries des mines et des aciéries, deux industries nécessaires à la guerre. Pour que la paix puisse courir sa chance, il faut d'abord qu'il y ait   une Europe:

    « L'Europe ne se fera pas d'un coup ni dans une construction d'ensemble: elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord des solidarités de fait ».

    L'année du 60ème anniversaire

    de la naissance de l'Europe,

    retour sur la genèse de cette naissance.

    Claude MARANGE

    Membre du Club Europe – 03 88 21 24 12

     

     

     

     

  • Trois caravanes se relaient pour changer la politique laitière devant le Parlement européen au wacken robertsau

    Trois caravanes du lait, organisées par la Confédération Paysanne et composées de paysans, de citoyens, de tracteurs et d’animaux, sont parties le 6 juillet du Finistère, de la Manche et de la Haute-Loire.

    A chaque étape de nombreux paysans se rassemblent pour dénoncer le manque de considérations des politiques français et européens pour la production laitière. Ils convient les populations rencontrées à des pique-niques et à des débats, et leur expliquent les conséquences dramatiques pour leur revenu de la baisse du prix du lait.


    Elles se rejoindront le 14 juillet 2009 à Strasbourg.

    A l’occasion de la première session du nouveau parlement européen, ils vont demander aux députés une autre politique agricole, basée sur la maîtrise publique de la production et non sur le libéralisme des marchés ou la contractualisation.

    Les pouvoirs publics n’ont pas pris la mesure du désarroi dans les campagnes où, vu le prix du lait, les paysans ne savent pas s’ils le seront encore en fin d’année

    La Confédération Paysanne d'Alsace est en charge de la préparation logistique de ce rassemblent. Nous allons accueillir quelques 80 paysans le lundi 13 juillet au soir et entre 3000 et 4000 paysans de toute l'Europe le mardi 14 juillet entre 10h et 16h au Wacken

  • « L’Europe et l’Eurodistrict » : L’Europe peut elle se faire sans les citoyens ? dimanche 3 mai 2009 à 11 heures au Parlement Européen

    imageeurodistrict.gif

    INVITATION

    Madame, Monsieur,

    Chaque année à  l’occasion de  la journée portes ouvertes au  Parlement Européen,  le  « Bürger-Forum-Citoyen- Eurodistrict *» se présente et  organise une table ronde avec des personnalités invitées.

    Le calendrier de cette année nous a orientés vers le sujet d’actualité incontournable : les élections européennes.

    Les débats porteront sur :

    «  L’Europe et l’Eurodistrict » : L’Europe peut elle se faire sans les  citoyens ?

    Le  « Bürger-Forum-Citoyen- Eurodistrict » : Une opportunité pour l’Europe des citoyens ?

     

    Participeront  au débat :

    - Catherine TRAUTMANN, ancienne «  ministre de la culture,  de la communication et  maire  de STRASBOURG »  ,  aujourd’hui vice – présidente de la CUS et adjointe au Maire de STRASBOURG et députée européenne  PS sortante,

    - Joseph DAUL, ancien maire et président de communauté de commune, aujourd’hui  président du groupe « Parti populaire européen et des Démocrates européens (PPE-DE) »,

    -   Alexis LEHMANN, directeur de plusieurs entreprises et porteur de  projets transfrontaliers et européens, grand défenseur de l’Europe à STRASBOURG,

    -    Evelyne Gebhardt , députée européenne allemande SPD

    -   Sibylle Laurischk députée FDP au  Bundestag

    -   Thomas Class chef d’entreprise allemand et européen par ses activités professionnelles

    Nous aurons ainsi le plaisir de vous revoir le dimanche 3 mai 2009 à 11 heures au Parlement Européen, au troisième tiers du parcours des visiteurs (coté bar).

    Cordialement,

    Yveline MOEGLEN  (porte-parole du « Bürger-Forum-Citoyen- Eurodistrict *», partie française

    Bernd HATESUER  (porte-parole du « Bürger-Forum-Citoyen- Eurodistrict *», partie allemande

    Voici la liste de nos partenaires pour cette journée :

    EURODISTRICT PAMINA

    FC EURODISTRICT

    DFI (Rhino-Projekt)

    EURO REGIO CLUB

    Centre Culturel Français Freiburg

    Steuerberater Club Oberrhein

    Ecole-Eurodistrict-Schule

    Culture et Bilinguisme

    Radio Eurodistrict

    Food Culture Europe

    ASSOCIATION RIO KEHL STRASBOURG (ARKESTRA)

    * Le Bürger-Forum-Citoyen-Eurodistrict   est une plateforme  apolitique d’actions et de communications  de la société civile dans l'Eurodistrict, ouverte aux citoyens des deux rives.

    Il fonctionne en  réseau avec des associations, des  structures privées et publiques.

    Il informe et communique en initiant et en participant à des manifestations…. sportives, culturelles, festives….

    Il organise des tables rondes, forums et débats publics  par thèmes avec des experts de la société civile, des décideurs  publics , privés et politiques…

    Ses objectifs sont de créer des partenariats entre porteurs de projets et experts..

    Il souhaite  que l’Eurodistrict  fonctionne  et se développe comme un laboratoire de  projets européens   innovants et   efficaces et qu’il devienne une structure  internationale et interactive, riche  et utile par la diversité des cultures et des  synergies cumulées.

  • conférence-débat sur « l'Europe face à la crise » mardi 3 février à 19h30

    L'Europe face à la crise mardi 3 février à 19h30

    MSE.png

    L'Europe face à la crise

    Mardi 3 février. Le Mouvement Européen Alsace va organiser mardi 3 février à 19h30 une conférence-débat sur « l'Europe face à la crise », avec le professeur Michel Devoluy, dans les salons de l'Association Parlementaire Européenne, 76, allée de la Robertsau à Strasbourg. Inscriptions : Tél: 03 88 25 19 49 - contact@ape-europe.eu

  • Débat Mardi 9 décembre 2008 à 20h30 : Guérir la France de son “ mal à l’Europe

    “ VERS L’EUROPE ”

    L’ E U R O P E ,CETTE EMMERDEUSE.

    L’Europe est une emmerdeuse parce qu’elle cristallise tous les maux visibles et souterrains qui frappent nos sociétés éclatées et déboussolées.

    Remède : réussir cette révolution culturelle qu’implique la marche vers une Europe unie dans sa diversité."Guérir la France de son “ mal à l’Europe ”.

    Un plaidoyer stimulan tpour une Europe renaissanteet un “ ré-enchantement ” de la politique de Daniel RIOT journaliste, essayiste et conférencier.

    Il dirige le cyberjournal européen RELATIO.

    Mardi 9 décembre 2008 à 20h30

    au CENTRE EMMANUEL MOUNIER 42 rue de l’Université – Strasbourg – 03 88 21 24 12

     

  • Conférence d’ouverture des 20èmes Entretiens de Strasbourg : processus de Bologne et de l’éducation en Europe.

    Conférence d’ouverture des 20èmes Entretiens de Strasbourg

    en présence de Catherine Trautmann :

    vendredi 28 novembre à 19H30 à l’Assemblée parlementaire européenne

    76 allée de la Robertsau à Strasbourg

     

    L’entrée à la conférence d’ouverture est libre.

    Catherine Trautmann, députée européenne, membre suppléante de la Commission culture et éducation a répondu présente à l’invitation de l’association les Jeunes Européens-Strasbourg pour intervenir en ouverture d’un cycle de conférences franco-allemand sur le thème du processus de Bologne et de l’éducation en Europe.

    Amorcé en mai 1998 par les ministres de l’enseignement français, allemand, italien et anglais, le processus de Bologne, comme nouvelle politique de l’éducation en Europe a suscité très rapidement une adhésion dont l’aspect massif a surpris jusqu’à ses promoteurs. Dix ans plus tard, il convient d’en tracer un bilan et d’identifier les nouveaux enjeux, au niveau européen bien entendu mais également à un niveau qui nous est plus proche, celui de la région du Rhin Supérieur.

     

    Mme Trautmann abordera plus particulièrement ce vendredi la problématique de l’enseignement supérieur dans l’espace européen, en présence de :

    -       Mme Katia DOLGOVA-DREYER, Secrétaire du Comité directeur de l’enseignement supérieur et de la recherche du Conseil de l'Europe

    -        M. Prof. Dr. Jochen BAUERREIS, Avocat et enseignant à l’université Robert Schuman de Strasbourg et à l’université de Freiburg

    -        Mme Anne Pélissier, Professeur de droit à l’université Robert Schuman de Strasbourg.

     

    Les Entretiens de Strasbourg, organisés chaque fin d’année par les Jeunes Européens-Strasbourg sont l’occasion de réunir autour d’un thème européen diverses associations europhiles françaises et allemandes. Le Bade Wurtemberg est particulièrement bien représenté cette année avec la participation de l’Europa Union, l’Europazentrum ainsi que les Jeunes Européens Fédéralistes du Bade Wurtemberg. Le Mouvement Européen-Alsace sera également présent pour débattre le temps de ce week-end des questions européennes et donc communes aux deux côtés du Rhin.