Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

coût

  • Robertsau Extension de la ligne de tram ..... jusqu’à l’Escale ou jusqu'à la Vignette une évidence ?

    Quelques Robertsauviens, alors même que l'extension du tram jusqu'à l'Escale a été votée en conseil de CUS A l’unanimité en juin 2013 dernier par la majorité et l'opposition dont Mme KELLER candidate UMP et Mme Schumann, supportrice de M. LOOS, candidat UDI aux prochaines élections Municipales de 2014 .....contestent ce choix en organisant une réunion publique ce 14 novembre dernier.


    plan dna

    Cela voudrait-il dire que Les Robertsauviens sont contre le Tram ou du moins ils n'en veulent pas près de chez eux. (pas dans mon jardin!)...?

    En fait, il est gênant pour certains que le tram soit une réussite et que l'on offre une extension suffisante à la Robertsau pour en desservir le centre.

    Faut-il oublier que le tracé actuel a été voulu par l'ancien Président de la CUS Robert Grossmann. Cela a été une erreur magistrale puisque le nombre de montées et descentes par jour est resté atone depuis on inauguration en 2008... 3990 actuellement CONTRE 3950 en 2008 ? dixit selon propos de la présidente de séance de cette coordination (Mme GEILER) montée par les commerçants locaux qui pensent que l’extension vers l'Escale va mettre en danger, voire en faillite leurs commerces...C'est une vieille rengaine déjà utilisée au moment du début de la mise en œuvre du tram dans les années 90 et on a vu qu'il n'en était rien....... Ce qui en dit long sur l'utilité de toute extension......

    Enfin rappelons que la fréquence de cette ligne de tram Robertsau est 2 fois moindre que la moyenne tram de la CUS. S'il en fallait une démonstration, c'est fait. Les chiffres sont têtus et parlent d'eux-mêmes...non que les Robertsauviens boudent le tram mais quoi, ce tracé ne leur convient pas et ils préfèrent utiliser les bus + rapide.....Non mais!!!!!

    La démonstration du coût exorbitant indiqué en séance ce 14 novembre de 25 Millions est bien sûr volontairement surestimé car il n'y a pas d'ouvrage d'art à construire et ce n'est pas les quelques expropriations qui vont gonfler la note, maximum 1,5 millions €. Le chiffre maximal sera de l’ordre de 18 millions hors matériel roulant, ce dernier n'étant jamais inclus dans le coût des infrastrutures.

    Enfin, s'agissant des coûts d'exploitation supplémentaire chiffrés à 650 000 € par an par la coordination, ils ne tiennent pas évidement compte des économies du redéploiement des bus et de la navette qui s'en suivra inévitablement...c'est une omission volontaire à moins que l'on ait pas bien saisi de quoi on parle.

    Précisons que la  fréquence de la navette ne sera aucunement diminué mais simplement redéployé dans son circuit contrairement à ce qui a été affirmé ce soir en indiquant sa suppression totale.

    La question de fond : faut-il persévérer dans cette direction ? L'extension d'une mauvaise ligne est-elle utile ? alors aller à la Vignette ou Escale est vraiment mineur. Sur le plan technique la réponse est toute trouvée mais quand on parle politique....

  • Strasbourg La ville en débat / A propos du port aux pétroles une proposition séduisante de l'ADIR ROBERTSAU

    Jean Daniel Braun, au nom de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau (ADIR), dont il est le vice-président, exprime dans une tribune tout l'intérêt que peut présenter une raffinerie de Herrlisheim désaffectée pour une relocalisation éventuelle du port aux pétroles de Strasbourg.

     « Il suffit de consulter un plan de l'agglomération strasbourgeoise pour se rendre compte des handicaps de la localisation du port au pétroles. Enclavé entre le Rhin, une zone de loisirs, la forêt de la Robertsau et une zone d'habitation dense, les inconvénients de sa situation historique relèvent de deux ordres.

    Accessibilité

     Les autoroutes d'accès vers Strasbourg sont situées en bordure Ouest et Nord de l'agglomération. Le port naturellement au bord du Rhin, est situé à l'Est. Les poids lourds traversent ainsi Strasbourg de part en part. Il suffit de voir le ballet de camions sur l'ex RN 4, aujourd'hui futur boulevard urbain, pour se rendre compte des problèmes occasionnés par cette localisation.
     La future liaison inter-ports envisagée par les municipalités successives, aujourd'hui semble-t-il remise à plus tard, ne viendra certainement pas remédier à cette situation, Elle occasionne un détour de 60 kilomètres, aller et retour, dont une grande partie sur l'autoroute A 35, déjà largement saturée.
     Le serpent de mer, ouverture de la route dite EDF à la circulation, présente de nombreux inconvénients, tels que les autorités successives se sont bien gardées de faire avancer le projet. De toute façon, aboutissant en plein coeur d'une zone Seveso 2, l'application des règlements européens ne laisse que peu ou pas d'espoir à ses partisans.
     Le port aux pétroles est raccordé fer par une voie traversant l'écluse nord par un pont tournant. Le coût de l'entretien et de fonctionnement d'un tel équipement ne permet pas l'exploitation rationnelle de ce type de transport qui ne semble d'ailleurs plus utilisé. Ainsi, à part le transport par pipeline et par voie d'eau, le port aux pétroles souffre de handicaps logistiques sérieux pour assurer sa fonction, notamment en termes économiques.

    Risques technologiques

     Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) a été prescrit par arrêté préfectoral le 2 mars 2009. Sa mise en vigueur est régulièrement retardée, vraisemblablement en raison des difficultés rencontrées. Il devrait faire l'objet d'une enquête publique en 2011 et d'une mise en vigueur, éventuellement en 2012. Quelles conséquences pour la zone du port aux pétroles ?
     Circulation réservée uniquement à l'acheminement des produits pétroliers et à l'accès à la station d'épuration sur le quai Jacoutot est, le rond-point rue de Rouen-rue de Lubeck et la route dite « EDF ». Les zones de loisirs deviennent inaccessibles. Déplacement de la déchetterie. Expropriation des entreprises sans relation avec celles classées Seveso. Déplacement du stade de la Carpe-Haute. Déplacement de certains jardins familiaux. Travaux sur les maisons de la partie est de la rue de la Carpe-Haute et le château de Pourtalès.
     Cet ensemble d'obligations va nécessiter un budget conséquent, pour préserver une activité problématique dans sa localisation actuelle. Ne serait-il pas plus rationnel d'investir dans de nouvelles installations permettant un développement d'activités ? La fermeture de la raffinerie de Reichstett devrait être l'occasion d'un regroupement des activités de stockage pétrolier dont les capacités devront certainement être accrues. Augmenter le trafic de poids lourds de et vers le port aux pétroles n'est pas envisageable sans risques importants pour la population strasbourgeoise.

    La solution

     Le terrain de l'ancienne raffinerie de Herrlisheim est à l'abandon. Équipé d'une darse sur le Rhin, il est raccordé fer et proche de l'autoroute. L'ensemble des pipelines ont un terminal disponible. Sa dépollution, si elle reste à faire, doit être à la charge du propriétaire, le groupe Total, selon la loi pollueur-payeur. 250 hectares de terrain industriel présentant de tels avantages laissés en friche !
     Mesdames et Messieurs les politiques, un peu de courage. Il faut se battre, dynamiser le tissu industriel en proposant une implantation favorable aux activités qui cherchent à se développer. Peu de localisations présentent de telles opportunités. Ne laissez pas passer cette occasion de libérer la ville et la Robertsau de risques d'explosion et d'une circulation de poids lourds transportant des produits inflammables. L'avenir de Strasbourg vous remercie.»

    Commentaire : facile.. on déplace les installations par un coup de baguette magique qui pose aussi problème qui va payer ? les industriels certainement pas, les contribuables de la CUS sûrement au profit de qui ? la commune e Herlisheim qui n'est pas dans la CUS....donc moins de recettes et de retombées d'emplois pour un coût conséquent pour la CUS mais... la sécurité n'a pas de prix...

  • La ville de Strasbourg transformée en bunker pour le sommet de l'OTAN

    1er avril. Grande parade de clowns anti-militaristes contre "le cirque sécuritaire"

    3 avril. Ouverture du sommet de l'OTAN au palais des congrès à Strasbourg et dîner officiel au Kurhaus Casino de Baden-Baden. Contre-sommet, jusqu'au dimanche 5 avril, avec ateliers.

    4 avril. A 6 heures, les autonomes entrent en action. A 15 heures, manifestation des anti-OTAN au Jardin des Deux-Rives. Fin du sommet.

    selon Extraits le Monde 27.03.2009

    B/Le sommet de l'OTan en chiffres

    • Budget totalestimé de 300 millions € à des chiffres plus fantaisistes de 1 à 2 milliards d'€ si on prends en compte les dépenses de toutes les délégations transports compris. Obama bient rien moins qu'avec 1000 personnes...
    • 10 000 barrières métalliques au minimum
    • 28 chefs de l'Etat attendus, dont le président des Etats-Unis Barack Obama
    • Mais aussi 40 000 à 60 000 manifestants associatifs, politiques et radicaux.
    • autoroutes A350 et A35 seront bloquées
    • 13 établissement scolaires fermés
    • les hôpitaux mis en alerte : toutes les opérations en cours sont reportées
    • 25 spectacles annulés : opéra, théatres, etc.
    • commerces en activité réduites ou fermés à l'exception des hôtelers et restaurateurs, les gagnants de l'opération
    • 11 000 policiers et gendarmes français+ 14 000 policiers allemands = 25 000 policiers
    • Garde républicaine avec 75 chevaux
    • Deux zones, rouge et orange, ont été délimitées dans le centre-ville où la circulation sera très réduite. Chaque résident, ou commerçant, devra se munir d'un badge. La police a prévu d'en distribuer 44 000

    De plus nous savons que lea Ville de strasbourg a déjà engagé 1,5 millions € dont elle demandera le remboursement à l'Etat français

    Compter également sur le déploiement de 70 hélicoptères + 2 avions équipés du système de détection et de commandement aéroporté (SDCA) (souvent reconnu par l'acronyme anglais AWACS pour Airborne Warning and Control System) qui disposent de stations radar montées sur des avions de guêt permettant à la fois de surveiller un vaste espace aérien et de postes de commandement pour les opérations aériennes ou de lutte anti-aérienne.

    Conclusion évidente : évitez de circuler sur autoroutes et routes parallèles, il n"y a rien à voir sans les fameux badges... à moins que vous ayez du temps à perdre...