Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

circulation

  • Robertsau : quels transports pour demain ? un point de vue de la municipalité que vous avez dû recevoir..

    trasnport robertsau

    Robertsau : quels transports pour demain ?

    Se déplacer à la Robertsau n’est pas toujours aisé.

    Pendant un an, dans le cadre d’un atelier de projet « Transport et mobilité à la Robertsau », a été débattue la question avec les habitants et acteurs du quartier afin d’étudier toutes les possibilités pour faciliter les déplacements dans le quartier.

    La synthèse des échanges a eu lieu lors de la réunion publique du 6 juin, en présence du Maire. Vous trouverez, dans la plaquette téléchargeable, les conclusions de ces échanges ainsi que le projet retenu pour appréhender le développement du quartier de façon harmonieuse et adaptée. source strasbourg

    > Téléchargez la plaquette 

  • Modification N°34 robertsau

    Parmi les 19 dossiers présentés par l’adjoint en charge de l’urbanisme Alain Jund (le point concernant la restructuration de la gare routière et du centre commercial des Halles a été retiré), c’est principalement la modification du POS concernant la Robertsau qui a donné lieu à des frictions, .....

    S’agissant du développement urbain du secteur Mélanie, à la Robertsau, Anne Schumann (UMP-Nouveau centre et indépendants), considère que les réserves émises par le commissaire-enquêteur ne sont pas levées par les décisions prises en matière de desserte du quartier et pointe une « fragilité juridique » de la délibération.

    Roland Ries pense au contraire que les réserves en question ont été prises en compte par le dispositif issu d’un « atelier de projet » (les DNA du 18 juin).

    Pour ce qui est de la validité de la délibération, il s’agit en l’occurrence d’un avis destiné à être transmis au conseil de la communauté urbaine, à qui reviendra la décision de modification du POS. extraits dna

  • ROBERTSAU : QUELLES SOLUTIONS POUR LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS ? Réunion publique de concertation en présence de Roland Ries le Lundi 6 juin 2011 de 18h00 à 19 h 30 Grande salle de l’interassociation – Tour Schwab 42 rue de l’Ill – Cité de l’Ill

    reunion publique robertsau
    Réunion publique de concertation en présence de Roland Ries le Lundi 6 juin 2011 à 18h00.

    Depuis mai 2010, habitants, usagers, membres des conseils de quartier, élus et experts échangent pour proposer des solutions en matière de transport et déplacement au regard du devenir du quartier de la Robertsau.

    Le 6 juin vous êtes invité(e) à la réunion publique de concertation qui se tiendra à 18 h00 Grande salle de l’interassociation – Tour Schwab 42 rue de l’Ill – Cité de l’Ill à Strasbourg. source strasbourgeu

    Ce débat a lieu en vue d'une décision du Conseil municipal qui sera prise fin juin 2011 après avis du Conseil de Quartier de la Robertsau.

    Venez nombreux !

  • Manifestation pour une voie des lisières

    Oyez braves gens, des habitants manifestent pour une voie des lisières qui serait LA SOLUTION pour désengorger la Robertsau.....

    Là Il y a 4 erreurs de diagnostic puisque cela va :

    1. CREER UN ASPIRATEUR A VOITURES POUR TOUTES LES VOITURES CONDUITE PAR 1 SEULE PERSONNE VENANT DU NORD DE STRASBOURG ET VOULANT SIMPLEMENT TRAVERSER LA ROBERTSAU soit un trafic supplémentaire de plus de 10 000 voitures/jour
    2. COUPER DEFINITVEMENT L'ACCÈS DES ROBERTSAVIENS A LA FORET DE LA ROBERTSAU ET  AU CENTRE D'INITIATION DE L'ENVIRONNEMENT
    3. POLLUER ENCORE DAVANTAGE (bruits, gaz, encombrements, insécurité, etc...)
    4. au fait, une fois toutes voitures avec une seule personne à bord dans la Robertsau, comment vont-elles en sortir car le nombre de ponts n'a pas augmenté et toujours limité à 5.... La Robertsau sera alors une souricière.. Vous avez dit Solution ?

      ci-dessous article DNA mais tous ceux présents notamment les personnes silencieuses ne sont pas pour cette voiemanifrobertsauvoielisièredna022011 001.jpg.... Au Maire ....et au futur Adjoint de quartier de faire le tri entre les avantages et les inconvénients.... mais aussi à l'atelier-projet en charge de la Robertsau de se positionner... L"appel à manifester qui a été adressé à de nombreux citoyens n'a pas été signé. et pour cause ! On comprend mieux ainsi une manoeuvre politique d'une association qui soit-disant défend euh oui l'environnement des automobilistes....mais qui n'ose pas signer de son nom. Nous appelons cela de la lâcheté.

  • Chauds, les poireaux

    Les deux principales associations de la Robertsau sont vent debout contre l'atelier de projet initié par la municipalité quant à l'avenir du quartier. En résumé, la Ville offrirait là un soupçon de concertation pour faire avaler un gros dossier déjà ficelé.

    « Cet atelier de projet est une mascarade », accuse le président de l'ASSER (*), Luc Wehrung. Propos tenus ce 9 novembre devant 150 habitants de la Robertsau invités par l'association à une réunion à l'Escale.

    Croire encore que « le PLH est amendable »

     « Les documents de travail sont incomplets, les informations lâchées au compte-gouttes et le PLH n'est pas négociable... », résume le président, amer. « Le sujet est pourtant grave, poursuit-il, puisqu'il s'agit de construire 1 800 logements (en comptant les permis de construire individuels, ndlr) de plus d'ici 2014 et encore autant d'ici 2025 ». Mais apparemment « sans prolongement du tram vers l'intérieur de la Robertsau ».
     En revanche, l'ASSER est persuadée que l'atelier servira à faire passer un scénario qui plaît à la municipalité : celui du « barreau » qui poursuivrait, à l'est, la rue de la Papeterie, pour desservir les futures nouvelles urbanisations, au nord de la rue Mélanie. Un barreau qu'on verrait poindre dans une modification du plan d'occupation des sols actuellement à l'enquête publique.
     Le texte de ladite modification parle bien de développer une « nouvelle voirie desservant les futures urbanisations et supportant un transport en commun en site propre, également à l'étude ». Mais se garde bien de poser un tracé sur la carte, effaçant même les prévisions de tracés du POS originel. Dans l'attente du rendu desdites études. Voire, de propositions de l'atelier de projet ?
     « Nous avons toujours milité pour un projet global où les déplacements sont certes des enjeux capitaux mais pas les seuls », réplique René Hampé, président de l'ADIR (**), dans une lettre ouverte. Avec l'ASSER, il veut croire encore que le Plan local de l'habitat « est amendable ». « Les modifications de fonctionnement des lignes de tram, notamment la ligne F, illustrent bien que des décisions arrêtées peuvent être modifiées », ironise encore René Hampé.
     De son côté, l'ASSER aurait assez aimé voir apparaître dans l'enquête publique une voie de lisière Est pour laquelle elle milite et qui permettrait, selon elle, de soulager d'autres voies structurantes (rue Boecklin et route de la Wantzenau) dans la traversée nord-sud du quartier. Apparemment, ce scénario n'est pas (encore ?) validé pour une étude approfondie.
     Ajoutant sa voix à la grogne, le conseiller général du secteur Yves Le Tallec s'est fendu d'un communiqué. « Les Robertsauviens sont conscients qu'au regard du potentiel foncier de leur quartier, l'implantation de nouveaux logements s'impose », y écrit l'ancien adjoint du quartier. « Mais c'est la méthode employée » qui serait en cause. Où l'atelier de projets ne serait qu'un « alibi démocratique »...

    L'idée est d'avoir beaucoup de monde le 20 novembre

     La municipalité n'aurait qu'à bien se tenir « si l'autisme ambiant devait se prolonger », conclut le conseiller général. Chacun rendra à César l'autisme qui lui appartient.
     Reste que l'ASSER a appelé mardi soir les habitants concernés à venir en force consulter le dossier d'enquête publique à la Communauté urbaine et y noter ses remarques.
     L'idée est d'avoir beaucoup de monde, le 20 novembre à partir de 9 h 30, pour saluer le commissaire enquêteur qui sera présent à cette date. « On pourrait ramener chacun un poireau », suggère une dame. Chauds, les poireaux - le symbole de la Robertsau, le quartier du Laüch. Un début de manif ?source dna de ce jour

    (*) Association de sauvegarde de l'environnement de la Robertsau. (**) Association de défense des intérêts de la Robertsau

    L'enquête publique sur la modification numéro 34 du POS, qui concerne notamment l'urbanisation de la Robertsau, se poursuit au centre administratif, parc de l'Étoile, en salle 462 (4e étage) jusqu'au 9 décembre inclus. Consultation des documents du lundi au vendredi de 8 h 30 à 11 h 30 et de 14 h à 17 h. Présence du commissaire-enquêteur le samedi 20 novembre de 10 h à midi, le vendredi 26 novembre de 10 h à midi et le jeudi 9 décembre de 15 h à 17 h

    • commentaire : nous observons que l'une des associations (Asser) défend une conception archaïque (à l'opposé des recommandations du Grenelle de l'Environnement) c-à-d la voiture et la pollution qui sera engendrée à la lisière de chateau de pourtalès, de la forêt, ce qui dégradera fortement la qualité de la flore,de la faune et du biotop de cett forêt..ce qui rendra son projet de classement en réserve naturelle impossible.. forêt de la Robertsau, ...sans compter l'existence du centre d'initiation à l'environnement situé à la Ferme bussière à l'entrée dudit parc de Pourtalès (qui milite justement pour les éco-gestes et la qualité de l'environnement)....de plus en plus vital à la détente et au besoin d'oxygénation des ses habitants et à ceux de Strasbourg....tandis que l'Adir soutient le transport en commmun et la révision du Plan d'Occupation des Sols (POS) avec son urbanisation telle que le projette la ville de Strasbourg, à savoir 3000 logements prinipalement dans le secteur Est de la Robertsau.... la parole est maintenant aux habitants qui sont ....les premiers concernés..quelques pistes complémentaires au débat  :
    • la ville évoque les Bus à Haute Qualité de Service (BHQS) moins coûteux que le tram et plus rapide à mette en service 
    • un renforcement des pistes cyclables avec une signalisation forte
    • la création d'un réseau de voies vertes pour les piétons,

     les 2 derniers points ayant pour but de réduire la circulation dite de  proximité à l'intérieur de la Robertsau qui représente environ 50% du trafic total des déplacements constatés par les enquêtes de terrain

    seraient des compléments nécessaires à étudier

  • MARD I 12 OCTOBRE 2010 Atelier ouvert « Se déplacer à la Robertsau », quartier Robertsau, Wacken Événement à l’initiative du Conseil de quartier Robertsau, Wacken

    Se déplacer à la Robertsau : venez en parler avec votre Conseil de quartier autour d’ateliers et d’échanges
    sous l’angle de quatre modes de déplacement : piétons, deux-roues, automobiles et transports en commun.
    mardi 12 octobre à 19 h
    salle de l’interassociation de la cité de l’Ill | Tour Schwab
    entrée libre

  • Strasbourg / Déplacements Vélhop en selle

    Quelques Vélhop ont circulé hier dans les rues de Strasbourg. Attendu de longue date, le nouveau système de vélo partagé de la capitale alsacienne tient beaucoup de Vélocation.

    Trois boutiques ont ouvert leur portes hier matin à la gare de Strasbourg, au centre et sur le campus de l'Esplanade. Sur les quelque 660 Vélhop disponibles dans la boutique de la rue d'Or, 32 ont été loués.
     Robustes sans être lourds (de 10 à 12 kilos), au design moderne, les Vélhop ont trois vitesses, un panier, et un anti-vol intégré. Davantage que leur nom -« Vélhop, c'est pour "hop, le vélo" », avait expliqué Roland Ries, maire de Strasbourg- on retiendra leur transmission par cardan.
     Il faudra attendre le mois d'octobre et l'ouverture de trois stations pour accéder à un Vélhop 24h/24 et 7j/7. « Comme avec Vélocation, on commence petit, pour devenir grand », indique Jean-Luc Marchal, chef de projet innovation et mobilité alternative à la direction des transports et des déplacements à la CUS.
     Au total, quelque 1 800 Vélhop doivent être disponibles d'ici les vacances de la Toussaint. Fin 2011, le dispositif, qui s'adresse aux touristes, aux étudiants, mais aussi aux salariés, doit compter 4 400 vélos (3 300 en boutiques, 1 100 en station). Cet « outil de transition » vers une pratique du vélo au quotidien doit coûter 1 000 € par vélo et par an à la collectivité, notamment parce qu'il faut ramener le vélo où on l'a emprunté.
     ....

     

    (*) 14% des déplacements se font à vélo au centre-ville, 8% sur le territoire de la communauté urbaine, contre 2% à Lyon ou 3% à Bordeaux.

    En pratique

    Un Vélhop, ça se loue à l'heure, à la demi-journée, au mois, ou à l'année. Pour l'instant, les bicyclettes sont disponibles dans trois boutiques (à la gare, au centre-ville, et sur le campus de l'Esplanade). D'ici le mois d'octobre, le système « automatique » (disponible 24h/24 avec CB) sera mis en service.
    Louer un Vélhop, ça coûte 1€ de l'heure, ou 5€ la journée. L'abonnement classique est à 29€ pour un mois, 59€ pour un trimestre, 151€ pour une année. Les abonnés aux transports en commun et les étudiants bénéficient de réductions. Ultime précision : le Vélhop se rend à l'endroit où on l'a emprunté.source dna 250910

  • La ligne E du tram rétablie ce matin

    Lundi, un accrochage de la ligne aérienne du tramway, à la Robertsau, par la grue levée d'un camion, avait causé l'interruption de service de la ligne E du tram, entre les stations Wacken et Boecklin. L'incident, même s'il risque de coûter assez cher, est désormais clos depuis le rétablissement de la ligne ce matin.
    Remise en place des câbles aériens sur la ligne E du tram, malencontreusement arrachés lundi par un camion source extraits dna de ce jour

  • Robertsau / Plan de prévention des risques technologiques

    Tout ce qui pourrait changer

    Le Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) attaché au port aux pétroles de Strasbourg sera adopté seulement fin 2011. Mais il dessine déjà les contraintes qui pourraient s'imposer au quartier de la Robertsau. Revue de détail.

    La préfecture de région a présenté fin avril l'état des réflexions sur le PPRT à la Robertsau. Ce dispositif national, issu de la volonté de prévenir des accidents du type AZF, est une liste détaillée des hypothèses possibles de catastrophes et une liste de mesures dans les différents périmètres relevés où ces catastrophes pourraient avoir des conséquences.
    Les autorités et les élus ont déjà rassuré pour dire qu'il n'y aurait pas, par exemple, d'expropriations irréfléchies. Reste que ce PPRT comprendra, au final, des mesures qui seront appliquées de manière impérative, au nom de la sécurité des populations.
    Pour ce qui est du calendrier, une enquête publique sur le projet finalisé doit être lancée au printemps 2011. L'arrêté préfectoral interviendrait fin 2011. Le dispositif serait concrétisé entre 2014 et 2016.

    200 emplois en jeu

    ENTREPRISES NON DANGEREUSES.-
    Les conséquences les plus rudes du PPRT pourraient concerner une douzaine d'entreprises non classées Seveso (qui représentent 200 emplois environ). Certaines pourraient être contraintes au déménagement. « On attend les études techniques et les audits de vulnérabilité qui doivent compléter le premier diagnostic », indique Pierre Schwartz, directeur de TREDI (traitement de déchets spéciaux).
    « Le groupe Séché environnement, auquel appartient l'entreprise, verra quelles mesures on nous demande de mettre en oeuvre et opérera le choix stratégique qui s'impose », poursuit le directeur du site. Qui ne veut pas évoquer, pour l'instant, ni programmer, le déplacement de l'activité si sa protection s'avère impossible. Et d'ailleurs pour aller où ?
    VOIRIES ET ÉQUIPEMENTS.-
    Considérés comme des zones « d'aléa très fort », les rues de Rouen, de Lübeck, le quai Jacoutot (dans son tronçon du port aux pétroles) et le giratoire de la déchetterie pourraient être interdits à la circulation... Sauf pour les usagers du port aux pétroles et l'accès à la station d'épuration.
    La liaison interports en cours de création depuis le sud au niveau de la route du Rhin ne pourrait donc, en pratique, en aucun cas être empruntée par des véhicules de passage. La déchetterie elle-même sera déplacée.
    Par ailleurs, le projet de voirie dit « Lisière Est » à la Robertsau, dont certains considèrent qu'il pourrait constituer un contournement du quartier déchargeant la route de la Wantzenau et la rue Boecklin aux heures de pointe serait carrément compromis puisque branché, au sud, sur le giratoire condamné.

    Qui va payer ?

    HABITAT ACTUEL ET POTENTIEL.-
    Le lotissement rue de la Carpe-Haute devra probablement s'attendre à des travaux (renforcement de vitrages et de menuiseries, à priori). Tout comme le château de Pourtalès. « La question qui n'a pas été abordée du tout, pour l'instant, est celle du coût », souligne René Hampé, président de l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau) et qui a fait partie de l'équipe POA (personnes et organismes associés) réunie régulièrement par la préfecture.
    En clair, les propriétaires pourront-ils présenter au moins une partie de la facture à l'État ?
    Par ailleurs, le potentiel foncier rue Mélanie pourrait carrément disparaître de la carte. « Nous avons demandé aux services de plancher sur la géographie précise des parcelles concernées, ainsi que sur les coûts d'éventuelles délocalisations (*) », explique l'adjointe de quartier Nicole Dreyer. On pourra ensuite évoquer précisément avec les services de l'État les questions d'accompagnement financier des mesures qui seront mises en place. »
    ZONES DE LOISIRS.-
    Le stade et le hall de la Carpe-Haute, où oeuvre une Société ouvrière des arts et loisirs (SOAS) presque centenaire, est lui aussi fortement pressenti pour être « déplacé ». « On a 250 membres dans nos diverses activités mais peu de potentiel pour grandir, du fait de la vétusté de nos locaux », explique le nouveau président Arnaud Vidal. « Quand on demande une subvention pour l'éclairage, la rénovation des douches, on nous explique systématiquement qu'étant donné notre situation en zone Seveso, on ne va pas investir grandement dans notre équipement. Alors, si on nous obligeait à changer de site, ce serait une bénédiction pour le club! »
    Au fond de la rue, les jardins familiaux de la Carpe-Haute continuent de donner fruits, fleurs et légumes derrière un grand panneau « Attention, vous êtes dans une zone à risque ! ». La transplantation de ces plates-bandes est également au programme.

    L'idée qui fâche

    Last but not least, l'interdiction du quai Jacoutot aux véhicules autres qu'usagers du port aux pétroles, c'est 5 000 usagers de la forêt, de l'étang de pêche du Rohrkopf, de la plage naturiste du Blauelsand qui se retrouvent exclus de leurs loisirs de facto !
    « Alors que du point de vue de la proximité, nous ne sommes pas dans le périmètre dangereux en cas de catastrophe », enrage Hervé Begeot, président de l'ANSAB (Association naturiste de sauvegarde et d'animation du Blauelsand). « Si on voulait priver les Strasbourgeois de la jouissance d'une forêt périurbaine, on ne ferait pas autrement ! ».
    Le président de l'ANSAB estime avoir été « exclu de la concertation préfectorale », tout comme le président de l'association de pêche du Rohrkopf, Hervé Bub (**). « Je suis étonné qu'on veuille nous empêcher le passage sur cette route, dite EDF, alors que les grands bateaux de tourisme continueront de voguer dans les environs ». Les deux associations ont proposé « la protection de cette portion de voirie par un merlon ».
    Par ailleurs, l'association de pêche, l'ANSAB, et l'ADIR rappellent qu'il est question de classer la forêt de la Robertsau en réserve naturelle, et que le possible accès par une voirie nord (à créer, en plein milieu du massif !) est nul et non avenu pour eux. Cette voirie était déjà évoquée dans un schéma célèbre de planification urbaine (le SCOTERS) et a été largement décriée en son temps.

     

    MSK

    (*) Déchetterie, jardins familiaux, entre autres. (**) Entre-temps, les nouvelles réunions avec la préfecture incluent également Hervé Bub. dna du 270710
  • Transports Valables le 1er juillet, la CTS commercialise des abonnements en fonction des revenus

    Proposés dès aujourd'hui, les abonnements de la CTS en vigueur au 1er juillet varieront en fonction des revenus des usagers. Mode d'emploi.

    Des tarifs dégressifs. Les abonnements vont être calculés sur la base d'un tarif plein de 44 € ou de 22 € pour les personnes de moins de 26 ans et de plus de 65 ans. Ces prix sont dégressifs pour les usagers dont le quotient familial appliqué par la Caisse d'allocations familiales (CAF) est inférieur ou égal à 750 €. Par exemple, « une mère célibataire avec deux enfants, gagnant 1 400 € par mois, paiera mensuellement 11 €, contre 41 € actuellement », affirme la Ville, à l'origine de la mesure. S'ils voyageaient jusque-là gratuitement, les bénéficiaires du RSA verseront eux 2,20 € par mois, le prix le plus bas de la nouvelle grille. Seuls les enfants de moins de 4 ans, les passagers accompagnant un handicapé et les anciens combattants et les veuves de guerre bénéficient encore de la gratuité.
    Attestations. Le quotient familial correspond à un douzième des ressources (revenus + prestations sociales) d'un foyer divisé par le nombre de ses membres. Des calculateurs en ligne sur les sites Internet de la ville et de la CTS* permettent de le déterminer. Mais, dixit la CTS, « une attestation délivrée par la CAF est nécessaire pour bénéficier d'une réduction ». Le document est à télécharger sur www.caf.fr ou à imprimer aux bornes, à l'entrée de l'agence du 18, rue de Berne. « Aucune attestation n'est fournie au guichet », prévient la CAF. Les personnes qui ne seraient pas allocataires peuvent obtenir une attestation équivalente en mairie en se présentant avec avis d'imposition et pièce d'identité.
    Points de vente. « Si un usager a le droit à une réduction, il doit obligatoirement venir dans l'une de nos boutiques pour mettre à jour ou créer sa carte Badgeo, précise une porte-parole de la CTS. Il doit présenter son attestation de quotient familial et sa carte d'identité. L'enregistrement de la demande prend 6 à 7 minutes. » Il ne peut se faire pour le moment qu'à l'agence Homme-de-Fer, 56, rue du Jeu-des-Enfants. Mais sera aussi possible au sein d'une boutique temporaire, devant la Place des Halles, du 21 juin au 10 juillet et du 24 août au 18 septembre.

    Philippe Wendling et Benjamin Steffner
    Autres Prix

    Le ticket à l'unité va rester à 1,40 €, mais les carnets de 10 et 30 vont augmenter pour s'établir à 12,20 € et 34,50 €. Le forfait parking-relais-tram coûtera 2,90 € contre 2,80 €. Il comprend le stationnement d'un véhicule plus un ticket aller-retour en bus et tram par passager (jusqu'à 7).

    source 20minutes 14062010

  • facilité ddes déplacements en commun : 2 tickets uniques pour séduire les occasionnels

    A partir d'aujourd'hui, les dix autorités organisatrices des transports publics en Alsace lancent les deux premiers titres multiréseaux à l'attention des voyageurs occasionnels et des groupes jusqu'à cinq personnes.

    Dix ans après la création d'Alsa+Job et Alsa+Campus, les abonnements multi-réseaux destinés aux salariés et aux étudiants (13 000 abonnés au total en 2009), l'ensemble des autorités alsaciennes organisatrices des transports offre désormais une solution de déplacement simplifiée aux voyageurs occasionnels ainsi qu'aux mini-groupes, qui ne profitaient jusque-là d'aucune formule spécifique.
    Avec le ticket « Alsa+24 heures », les premiers peuvent à partir de ce jeudi voyager sur tous les réseaux (bus, tram, cars interurbains et trains régionaux) tous les jours et pendant 24 heures à compter de la validation.
    Le second ticket, dénommé « Alsa+Groupe Journée », permet à des mini-groupes de 2 à 5 personnes, donc des familles, d'en faire de même mais uniquement le samedi, le dimanche et les jours fériés et seulement à la journée (jusqu'à minuit). Pour chacun de ces deux titres, trois échelles géographiques ont été définies : zone urbaine, département et région.
    Les tarifs se déclinent en fonction de la zone choisie : pour les titres individuels, ceux-ci varient de 3,20 € (toutes les zones urbaines hors Strasbourg) à 20 € (département) et 33 € (Alsace). Pour les groupes, ils vont de 4,70 € (zone urbaine) à 34 € (région).........

    extrait dna de ce jour

    commentaire : trop cher. que nous sommes retardés... ce systéme copie celui existant chez nos voisins allemands depuis de nombreuses années....28 euros seulement. Alors encore un petit effort

  • Le Conseil d'Etat maintient le projet de Grand contournement ouest à Strasbourg

    Ignorant l'avis du rapporteur public, le Conseil d'Etat a décidé aujourd'hui de maintenir la Déclaration d'utilité publique du Grand contournement ouest de Strasbourg. Le projet n'est donc plus bloqué. Une information qui va relancer la campagne des régionales dans le Bas-Rhin.communiqué diffusé en tout début d'après-midi, le collectif opposé au Grand contournement ouest, qui regroupe des agriculteurs et des élus du Kochersberg, indique que le Conseil d’État n’a "pas suivi les recommandations du rapporteur public et a maintenu la Déclaration d’Utilité Publique du Grand Contournement Ouest".

    "Les conclusions du rapporteur - qui est, dans la grande majorité des cas, suivi par les juges - étaient pourtant accablantes et rejoignaient sur de nombreux points les arguments du collectif", déplorent les opposants à cette voie de contournement de Strasbourg qui est dans les cartons depuis des années et qui a déjà suscité des manifestations publiques.

    "Cette autoroute à péage ne désengorgera pas l’agglomération strasbourgeoise, n’améliorera pas les flux de grand transit dans le Bas-Rhin, coûtera d’une manière ou d’une autre de l’argent public, argent qui manquera cruellement à la mise en place des bonnes solutions", écrivent encore les opposants qui révèlent dans leur communiqué la décision du Conseil d'Etat.

    Le collectif anti-GCO annonce la "poursuite farouche du combat pour faire tomber ce projet prédateur de près de 400 ha de terres agricoles fertiles, incohérent avec les enjeux énergétiques, climatiques, de santé publique et qui réduit à néant les espoirs mis dans le Grenelle de l’environnement".

    La CCI de Strasbourg, le conseil général et le conseil régional se sont prononcés pour le contournement de Strasbourg. L'actuel maire de Strasbourg, Roland Ries, le président de la CUS, Jacques Bigot, qui est tête de liste PS-Europe Ecologie aux régionales sont opposés à ce contournement. Philippe Richert, sénateur UMP et tête de liste également aux régionales est pour ce contournement.

    Par sa décision, le conseil d'Etat relance le débat sur ce projet à quelques jours du deuxième tour des régionales. Les conseillers qui ont pris cette décision ne devaient certainement pas l'ignorer.

    Un débat très technique a opposé par le passé les promoteurs de cette voie de contournement et ses adversaires.

    Les partisans du GCO avancent eux aussi des arguments de type environnemental : à l'heure actuelle, l'agglomération de Strasbourg est coupée en deux par l'autoroute qui sépare quartiers ouest et centre ville et génère une importante pollution atmosphérique. Une voie de contournement faisant le lien entre les autoroutes qui arrivent au nord de Strasbourg et celles qui se trouvent au sud de Strasbourg permettraient, estiment-encore les partisans du projet, de fluidifier la circulation.

    Les adversaires développent eux d'autres arguments : ils ne croient pas qu'une autoroute à péage délestera l'autoroute dans sa portion strasbourgeoise ; ils estiment aussi que le principal problème de circulation est ouest-est (entrées de l'agglomération strasbourgeoise) et non nord-sud (trafic de transit) ; ils déplorent enfin que l'on sacrifie des terres agricoles.

    source dna de ce jour

    Christian Bach

  • De la neige qui manque de sel : Mais on n'en a pas besoin

    "Suite aux nombreux épisodes neigeux de cet hiver, les magasins et les services de la CUS sont en rupture de stock de sel. Malgré les trottoirs gelés, les piétons strasbourgeois restent plutôt positifs.

    Il fallait bien que ça arrive. A force de tomber, la neige a fini par venir à bout des stocks de sel. Une situation qui plonge dans l'embarras toutes les grandes surfaces. Auchan, Marché U, Leroy Merlin ou Castorama, la réponse est partout la même : plus de sel."

    extraits des DNA de ce jour

    Commentaire : le vrai débat n'est pas on n'a plus de sel mais bien celui du salage.. Ce sel a pour vocation de polluer les sols, de dégrader les chaussées et tous les véhicules. Nous sommes opposés à ce type de pratique et préférons en cas d'extrême nécessité. le sablage..On aurait alors 3 effets : les automobilistes devraient être plus prudents, des économies pour les contribuables et un meilleur environnement.

     

  • rappel de notre note du 20122009 : dès le 1er février 2010, utilisez le portail vialsace.eu

    un portail avec lequel se déplacer

    Tracer sa route sur la Toile. Les dix autorités organisatrices de transports alsaciennes ont annoncé hier le lancement d'un portail Internet commun le 1er février. Baptisé Vialsace, le système d'information multimodale couvrira « l'intégralité des réseaux de transport public » du territoire. Il permettra notamment de calculer son itinéraire en voiture, en train, en tram et en bus. Mais aussi de vérifier des horaires et d'établir des correspondances, y compris dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne).

    allez-y en cliquant ici

  • Pour contourner Strasbourg, le projet de GCO a du plomb dans l'aile

    ECO-TERRE - "Ca tombe super bien", sourit Jacques Fernique, tête de liste Europe Ecologie aux régionales en Alsace. Hier, le Conseil d'Etat s'est penché sur ce qui promet d'être l'un des enjeux de la campagne pour le scrutin de mars prochain : le grand contournement ouest de Strasbourg, dit GCO, une 2X2 voies de 24 kilomètres sensée désengorger la traversée autoroutière de la capitale alsacienne. Et le rapporteur public a recommandé aux juges d'annuler la déclaration d'utilité publique de cette infrastructure, apportant ainsi de l'eau au moulin des écologistes et des élus, agriculteurs et associations de défense de l'environnement regroupés dans le collectif "GCO non merci".

    Le GCO avait été déclaré d'utilité publique il y a deux ans, et un premier recours avait été déposé par l'association Alsace Nature quelques semaines plus tard. Il avait été préparé par Sandrine Bélier, élue depuis députée européenne Europe Ecologie. D'autres recours ont suivi pour tenter d'enrayer le projet, jugé non-pertinent par la majorité municipale à Strasbourg.
    Evidemment, la position prise par le rapporteur public ne signifie pas que les carottes sont cuites pour les partisans du GCO. Les juges ne se prononceront que dans quelques semaines, avant les élections de mars en tout cas. Mais la plupart du temps, ils suivent l'analyse juridique qui leur est soumise par le rapporteur.
    Selon Jacques Fernique, ce dernier aurait bâti un argumentaire en trois points : "des insuffisances sur les impacts socio-économiques du GCO et la rentabilité du projet, l'absence de consultation des Allemands, et des lacunes dans les études d'impact sur la faune et la flore, en clair le grand hamster", espèce menacée présente aux environs de Strasbourg, sur la zone retenue pour le GCO notamment.
    Fernique se réjouit, tout en évitant le triomphalisme : "On n'a pas envie de déboucher le champagne, mais c'est un signal encourageant. Ca veut dire que le collectif GCO non merci et Alsace Nature avaient vu juste".
    T.C.

    source libération

    commentaire : encore un projet ringard qui ne prendra que moins de 5 % du trafic de l'autoroute A 35 sic... pour une dévastation inutle de notre environnement au profit des lobbyistes du BTP et du soi-disant emploi... Employons nos jeunes à des emplois DURABLES

  • Une étude consacrée aux t ransports collectifs départementaux dont le Bqs-Rhin

    Depuis la décentralisation de 1982, les conseils généraux exercent une mission de service public dans le domaine des transports, qu'ils soient scolaires, en lignes régulières ou sous forme de transport à la demande ; mais le contexte juridique, institutionnel, économique et environnemental a beaucoup évolué ces dernières années.
    Réalisée à partir des données disponibles dans la base « transports collectifs départementaux » alimentée chaque année par les conseils généraux, cette plaquette présente l'ensemble des pratiques départementales et permet d'appréhender les enjeux des politiques de transport : rajeunissement du parc des véhicules, desserte fine des territoires, amélioration des connexions avec les services ferroviaires ou urbains, impact des intercommunalités, etc.
    Principalement destiné aux élus et aux techniciens ayant en charge les politiques départementales de transports, il peut également servir aux élus œuvrant dans le domaine social ou économique pour lesquels la mobilité des personnes et la desserte fine des territoires est une préoccupation constante.

    achat disponible sur certu

    Commentaire . l'Adjointe de Quartier de la Robertsau devrait en prendre de la graine en lisant ce rapport, elle qui a lancé justement une étude pour quadriller la Robertsau d'axes routiers en tous sens.... A moins que le Conseil de Quartier de la Robertsau s'autosaisisse du dossier ...A suivre.

  • La voiture de moins en moins utilisée dans le Bas-Rhin

    ECO-TERRE - L'automobile est de moins en moins utilisée dans le Bas-Rhin, même si elle reste en tête des moyens de transport des habitants du département, selon une étude effectuée auprès de 12.000 personnes au printemps 2009. Si la voiture reste un moyen de transport privilégié (60% des cas), son utilisation est en net recul, notamment dans la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) où les habitants ne se servent de leur automobile que dans 46% des déplacements. C'est une chute de sept points par rapport à la dernière étude similaire, menée en 1997.

    Derrière la voiture (60%), la marche (25%) reste dans le département le moyen de déplacement le plus prisé, loin devant les transports en commun (8%) et le vélo (6%). L'étude met surtout en lumière une baisse générale de la mobilité (un Bas-Rhinois réalise en moyenne 3,94 déplacements par jour).

    extrait et lire la suite en cliquant sur libération

  • Bilan robertsau 2009

    Pour l'année 2009, cela a été une année pleine de surprises:

    les +(plus)

    • en théorie, on aurait réglé la circulation sur le secteur St Anne : on attend  de voir la réalité des travaux
    • Rue lejeune peut mieux faire car les plots mis en place route de la wantzenau n'empêchent pas les automobilistes indiscipliés de prendre des risques...
    • l'aménagement du ploon rue mélanie fait encore la place trop belle à la voiture
    • mais  par contre l'aménagement de la rue jeanne d'arc fait l'unanimité car elle a maintenant une âme et les riverains sont très heureux ils pourront faire la fête de la l'église

    les ------- (moins)

    • les projets de circulation et de pénétrantes en découpant la robertsau en tous sens
    • la liaison interports donne dans le même registre
    • la forêt de la robertsau qui n'est toujours pas classée...
    • le fonctionnement plus que cahotique du conseil de quartier avec la fuite des tirés au sort...
    • des projets qui ne sont pas présentés au conseil de quartier contrairement à ce qui était engagé par le Maire
    • des projets de lotissement pleins les cartons et que l'on ne montrera  pas encore...

     

    soyons rassurés...... des surprises encore des surprises

    Bonne anné 2010 pour la Robertsau

  • Cela chauffe malgré le froid : Strasbourg Robertsau / Pétition

    Projets routiers dans le collimateur

    Trois associations de riverains de la Robertsau montent au créneau concernant les réflexions en cours sur de nouveaux axes routiers dans le quartier....

    Voilà que les deux associations l'ASSER (Association de sauvegarde de l'environnement de la Robertsau) et l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau), accompagnées par le CARSAN/Comité d'action Renaissance - Sainte-Anne - Niederau), font circuler une pétition contre « de nouveaux axes de transit routier à travers la Robertsau ». Mais qu'a donc fait la municipalité pour faire l'unanimité contre elle à ce point ?

    « Itinéraire de délestage »

    « Aujourd'hui, on remet d'actualité le projet d'un axe de transit ouest-est (prolongement de la rue de la Papeterie vers le rond-point Mélanie-Lamproie) », démarre le texte de la pétition. Qui se réfère à l'étude annoncée en conseil municipal et à une démarche d'enquête publique qui doit intervenir prochainement.
    Les associations estiment : « Réaliser cet axe est-ouest serait créer une nouvelle route en plein tissu urbain existant, qui viendrait dégrader (...) la qualité de vie. » « Ce serait, poursuit le texte, aussi encourager un itinéraire de délestage de l'autoroute A 350 vers l'Est (port, Rivétoile) et le sud (Meinau, Illkirch-Est) avec un important accroissement du flux de circulation devant l'école de la Niederau et le centre social et culturel. »
    « On projette également de relier la route de la Wantzenau à cet axe par la rue de la Renaissance », affirment encore les pétitionnaires sur la foi de documents de travail issus de l'ancien conseil de quartier.

    « Les cartons de la ville »

    Les riverains associés y voient un futur « aspirateur » à voitures pour un flux de transit nord-sud. Bref, un projet qui « va à l'encontre de la préservation de la santé et du cadre de vie et de l'avènement de nouvelles façons d'urbaniser ».
    Au nom de toutes ces considérations, la pétition exige l'abandon pur et simple de ces projets. Le président de l'ASSER Luc Wehrung annonce déjà 600 signatures et une réunion publique organisée par les trois associations au début de l'année prochaine. « La problématique est celle des projets dans les cartons de la ville, qu'on sort et qu'on remballe selon les circonstances », estime-t-il.
    Pour Nicole Dreyer, adjointe de quartier, il s'agit plus précisément « de tracés possibles de voirie inscrits dans les documents d'urbanisme ». Le prolongement de la rue de la Papeterie d'une part et d'autre part, un axe à l'Est du quartier « qui permettrait la traversée nord-sud, en alternative à la route de la Wantzenau et à la rue Boecklin », poursuit l'adjointe. Qui précise : « Il est hors de question que cet axe Est bifurque dans la rue de la Renaissance : j'ai vu des plans tronqués qui pourraient constituer une vraie manipulation des riverains »...
    L'idée, affirme l'élue, était de mettre ces voiries potentielles en débat dans le cadre du Plan local d'urbanisme en construction. Nicole Dreyer prépare un courrier aux trois associations, où elle reprécise tracés et démarche. Quant au débat, apparemment, il est lancé !

     

    MSK extrait DNA du Ven 18 déc. 2009

  • Strasbourg : 20 ans après, le tramway trace toujours sa route

    " Le maire doute ainsi que "l'extension vers (le quartier de) la Robertsau, telle qu'elle est configurée aujourd'hui, soit complètement pertinente" faute d'un trafic suffisant."

    ECO-TERRE - Le 09 novembre 2009, le conseil municipal de Strasbourg adoptait la première délibération ouvrant la voie au retour du tramway dans la ville. Vingt ans plus tard, les élus jugent le bilan largement positif. "Les habitudes de déplacement dans la ville ont été transformées", se félicite le maire, Roland Ries (PS). Signe que le tramway a toujours le vent en poupe, deux projets d'extension doivent être achevés au cours de la mandature actuelle, d'ici 2014 : le prolongement en double branche de la ligne A, à l'ouest, et celui de la ligne D, vers Kehl, à travers le quartier du Port du Rhin et via un pont entre les berges française et allemande du fleuve.

    RTXF5P7_Comp "En 1989, la ville était en état d'asphyxie, avec 700.000 mouvements de voitures par jour. Cela représentait un risque pour la santé des personnes et pour la préservation du patrimoine. De nombreux habitants quittaient le centre, où l'on transformait les appartements en bureaux", se souvient Catherine Trautmann (PS), maire de l'époque.
    ...........
    Après l'inauguration de la première ligne, en 1994, les travaux se sont poursuivis, la municipalité UMP inaugurant plusieurs extensions entre 2001 et 2008. La fréquentation des transports en commun a crû de près de 120 % entre 1992 et 2008, pour atteindre 93 millions de voyages par an. Sur la même période, le trafic routier entrant dans le centre ville a chuté de près de 28 %. Avec les futurs prolongements des lignes A et D, le réseau de tramway de la communauté urbaine de Strasbourg comptera plus de 70 kilomètres de lignes commerciales.
    Les travaux nécessaires à l'extension vers Kehl sont pour l'heure estimés à 73 millions d'euros, dont 53 pour la partie française. Cette ligne doit structurer le projet de métropole de Deux Rives. Une première convention de financement portant sur les études a été signée entre les deux villes. D'autres extensions sont envisagées, au sud vers la commune d'Illkirch et à l'ouest vers le quartier de Koenigshoffen. "Ce projet est bloqué tant que nous ne pourrons pas réaliser un passage souterrain sous la gare", a toutefois observé Jacques Bigot (PS), président de la communauté urbaine, qui estime qu'il ne sera pas réalisé au cours de la mandature.
    La communauté urbaine devra bientôt débattre du schéma des transports en commun à l'horizon 2025. Le tramway est considéré comme une réussite, mais "ce n'est pas la réponse universelle aux problématiques de transport", souligne Roland Ries : "Il faut mesurer l'investissement consenti et le mettre en rapport avec l'utilité sociale qui est derrière". Le maire doute ainsi que "l'extension vers (le quartier de) la Robertsau, telle qu'elle est configurée aujourd'hui, soit complètement pertinente" faute d'un trafic suffisant. A l'avenir, le choix du tramway parmi les options d'aménagement urbain se fera donc avec des critères plus "sélectifs". Et les bus à haut niveau de service, bien moins coûteux en travaux, devraient être privilégiés là où l'investissement dans les rails semblera insuffisamment pertinent.

    T.C.sourceextrait libération 24/11/09
    Photo Reuters/Vincent Kessler : le tramway au moment de sa mise en service, en 1994

     

  • Malgré la pluie les manifestants étaient près de 150 contre les problèmes de circulation sur le secteur Clinique Sr Anne mais aussi contre le projet d'axe routier est-Ouest et nord-Sud

    Manifestation- 10 oct09 ASSER.doc

     

    IMGP1256_resize.JPG

    IMGP1254_resize.JPG

    Carsan.3 manif stanne101009JPG.JPG

    IMGP1252_resize.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    Sous la houlette de l'association Carsan, de belles banderoles dont celle adressée personnellement à M Ries "Mir RIES Agissez" ainsi que la chorale Renaissance ont du interpellé Soeur Baumann, PDG Groupe St Vincent dont fait partie la clinique St Anne.

    Parti en cortège depuis l'Escale, le groupe a remonté la rue de la Renaissance pour faire un sitting devant l'entrée de la Clinique rue THYS puis en direction de l'ancienne entrée route de la Wantzenau.

    Soeur Baumann, on attends un miracle pour la réouverture de cette entrée, route de la Wantzenau.

    Le miracle a finalement eu lieu et le portail de l'entrée principale s'est OUVERT vers 11 h 30.....

    Soeur Baumann, pour le 200ème anniversaire du Groupe St Vincent dont fait partie la clinique St Anne, faites un geste gratuit et permanent en ouvrant définitivement cette entrée  pour le bonheur des riverains secteur renaissance/thus/st Anne.

  • Manifestation le samedi 10 Octobre à 10h 30 rdv parking de l'Escale contre les projets de pénétrante Est-Ouest et pb circulation secteur st Anne

    Communiqué : A l'heure où l'on s'efforce de limiter la dépendance à la voiture et de lutter pour l'environnement, des études sont lancées pour le tracé de 2 routes dans le cadre du nouveau Plan Local d'Urbanisme (PLU).

    2 routes en plus, sur les axes EST-OUEST (rue de la Papeterie-rond-point Mélanie-Lamproie) et NORD-SUD (Rte de la Wantzenau-Pourtales-Stade-Port du Rhin).

    Cela signifie :

    • trafic et transit croissants
    • pollution et nuisances accrues
    • qualltée de vie dégradée
    • ...réduction des espaces verts
    • danger accru pour les enfants

    Il est possible de faire autrement et proposer autre chose pour l'avenir de notre quartier qui est l'un des poumons verts de Strasbourg....

    Pour faire vivre le débat et faire entendre notre voix de citoyen et d'habitant, chacun de nous est invité à envoyer d'urgence son avis ou ses propositions :

    NB : 2 tracts en circulation émanant l'un du Carsan, et l'autre de l'Asser appellent tous deux à manifester également contre les problèmes de circulation sur le quartier st Anne et Renaissance à la même heure 10 h 30 avec un lieu de rdv située devant l'école élémentaire de la Niederau.....

    Alors que l'adjointe fait la promotion de son action de la Ville pour le quartier (expliquée par l'adjointe de quartier de la robertsau, Nicole Dreyer)

    EXTRAITS source DNA MSK Édition du Jeu 8 oct. 2009"

    "Par petites touches... L'adjointe de quartier de la Robertsau Nicole Dreyer a illustré l'autre jour, lors d'une visite guidée à bicyclette, l'action de la Ville pour le quartier

    Le circuit tracé mardi par l'élue est celui des réalisations du quotidien et éclectique par définition : « Il est l'application de notre politique du mieux-vivre plutôt que du bétonnage de prestige », a voulu souligner Nicole Dreyer.

    Ecole Adler : Un premier arrêt à côté du nouveau passage pour piétons devant l'école Adler, parle du souci de sécuriser les cheminements, en particulier des enfants. La restructuration du petit parking rue Adler répond aux même impératifs. D'ici novembre prochain, ces aménagements seront complétés par un cheminement protégé depuis l'école vers le parc de la Petite-Orangerie.
    Rue Jeanne-d'Arc : Quelques tours de roue plus loin, la rue Jeanne-d'Arc vrombit de bruits de chantier. Les entreprises en sont à l'aménagement d'une place piétonne et cycliste devant l'église Saint-Louis (accès aux seuls corbillards). Le plan de circulation devient entrant des deux côtés. Une première boucle à sens unique part de la rue Charles-de-Foucauld, tourne dans la rue Kern et ressort sur la rue Boecklin par un tronçon de la rue Jeanne-d'Arc. L'autre circuit part de la route de la Wantzenau vers la même église catholique, avec un sens unique de circulation sur le tronçon entre la rue du Capitaine-Fiegenschuh et la rue de Sessenheim.
    Le cahier des charges de réfection des réseaux (eau et assainissement), de la voirie et de l'éclairage a été rédigé en co-participation avec les habitants au cours de quatre réunions. Le programme, d'un montant TTC de 1 275 000 €, sera bouclé fin novembre avec la plantation des végétaux choisis, notamment un chêne pour le parvis de... Saint-Louis.

    commentaire : à coup sûr la + belle réussite pour l'Adjointe

    En test depuis deux mois rue Saint-Fiacre

    Un plan de circulation dans le même esprit (route coupée en deux parcours) est en test depuis deux mois rue Saint-Fiacre avec un accueil mitigé de la part des habitants. De la part, aussi, des automobilistes qui utilisaient la voie comme un itinéraire bis depuis la route de la Wantzenau.

    commentaire : Ici cela coince
    .... Tout comme un projet de maison de l'enfance (une crèche de 60 places) sur le terrain derrière le centre socioculturel.

    commentaire : ce n'est pas une bonne idée
    Piste cyclable : Plus avancée dans son processus, la piste cyclable qui reliera le pont Phario, du côté de la cité de l'Ill, à la rue de la Renaissance, via la rue de la Papeterie, est inscrite au programme 2010 des travaux.

    commentaire : bien

     

  • Finalement La clinique St Anne a décliné la réunion prévue

    Finalement La clinique St Anne a finalement décliné la réunion prévue le 25 Septembre 2009 avec la ville de Strasbourg et le Carsan: en raison de la fête ...d'un saint:

    Les habitants du secteur St Anne/Renaissance ne resteront pas longtemps  l'arme au pied et à attendre le bon vouloir des dirigeants de la clinique....

     

  • PLU : Les Robertsauviens dans le brouillard

    L'assemblée est restée sur sa faim. Après une présentation du diagnostic par M. Picquerel, Chargé du Plu au sein de l'ADEUS, le débat s'est rapidement engagé sur fond de problématiques concrétes :

    • demande construction d'une mosquée  et d'aide aux jeunes par des habitants de la Cité de l'Ill, (hors sujet)
    • les problèmes éternels de circulation dont celui de St Anne/Renaissance,
    • la préservation de nos espaces naturels,de nos bâtiments remarquables et de nos impasses accessibles uniquement par les piétons et cyclistes
    • le devenir de la route EDF
    • avenir du Port au Pétrôle avec la zone Seveso
    • pas de prise en compte des aspects spécifiaues : quartiers des Chasseurs, Doernel, St Anne/Renaissance, Cité de l'Ill en dehors du Wacken
    • ainsi que de la ceinture verte (respect de 10% de constructions dans cette ceinture, la fôret de la Robertsau
    • sans parler du Tram et de son futur tracé à l'intérieur de la Robertsau
    • et surtout du projet de la munipalité d'édifier 1000 logements sociaux.....dans notre quartier. Mais cela coince pour savoir oü ?

    L'Adjoint chargé de l'Urbanisme, Alain Jund a voulu rassurer l'auditoire en insistant que le futur Plan Local D'Urbanisme va s'appuyer sur le ...futur PDU (Plan de Déplacement Urbain) et le PLD (Plan Local de Déplacement)ainsi que le PLH (Plan Local de l'Habitat) qui sont mis en débat ...en parallèle.

    Il a précisé qu'une réunion publique de synthèse du diagnostic du projet PLU pour l'ensemble des quatiers de Strasbourg est prévue le 23 novembre 2009 à la Cité de la Musique sous l'autorité du Maire. La concertation publique se déroulera jusqu'en 2011, année prévue de son adoption définitive.

    De longs débats en perspective....

    Extraits DNA du 25/09/09 Préambule :
    « Vous êtes là pour nous donner de la matière qui permettra d'écrire le PADD (Plan d'aménagement et de développement durable), lui-même ossature du PLU », a indiqué Jacqueline Tribillon, chef du service Planification territoriale de la CUS.
    Du côté de la Ville on a déjà des pistes, qui ont lancé le débat avec 150 personnes venues à l'Escale mardi.

     

  • Réunion 25/09/09 accès à la clinique et les problèmes de circulation afférents

    Enfin la nouvelle réunion sollicitée depuis plus de 3 mois par l'association CARSAN aura lieu le 25 Septembre 2009 au cabinet du Maure de Strasbourg avec les responsables de la clinique St Anne.

    Un courrier du Maire de Strasbourg, Roland Ries, a été adressée cet été à Soeur Baumann, PDG  du groupe St Vincent dont fait partie la Clinique St Anne afin de sortir de l'impasse actuelle.

    Les propositions faites par le Maire de Strasbourg, et relayées par Mme Nicole Dreyer, Adjointe duu Quartier Robertsau, contiennent principalement la possibilité d'un accès du personnel et des ambulances et taxis uniquement route de la Wantzenau. Ceci nécessiterait des travaux supplémentaires et l'installation d'un feu rouge ...à la charge des contribuables pour assurer une sécurité routière renforvée.

    La balle est donc dans le camp de la clinique st Anne.

    Il faut espérer une issue favorable sinon gare à la réaction des habitants du secteur qui semblent excédés....voir les très nombreuses banderoles sur la rue de la Renaissance qui ne passent inaperçues.

    Sans compter l'imbroglio liée è la modification du circuit de la navette BUS CTS qui mécontente tout le monde, les Robertsauviens du quartier du Doernel se sentant justement abandonnés par le transfert de leur desserte au profit de secteur Renaissance/clinique st Anne Cette dernière ne se montre pas conciliante en refusant des travaux pour permettre la sortie ce cette navette sur la route de la Wantzenau voir  à ce sujet l'article parue ce jour dans les DNA dont extraits "

    La navette déménage... peut-être

    Exit la navette qui ralliait le Doernel à l'hôpital de la Robertsau. Et roule le nouveau circuit entre le terminus du tram et la clinique Sainte-Anne... Si la clinique Sainte-Anne veut bien !

    .../...L'idée, évoquée il y a plusieurs mois par l'adjointe de quartier Nicole Dreyer, est d'utiliser la navette qui assure aujourd'hui une irrigation est-ouest du quartier de part et d'autre de la rue Boecklin, à une autre destination. Pour en faire le trait d'union entre le terminus du tram E, rue des Fleurs, et la clinique Sainte-Anne. Cette nouvelle liaison, qui fonctionnerait avec un départ toutes les demi-heures, aurait l'avantage d'amener les usagers directement à la nouvelle entrée de la clinique.

    L'accord obtenu de haute lutte par la municipalité est aujourd'hui à nouveau
    en négociation

    Deuxième avantage : en ressortant par la route de la Wantzenau, elle ouvrait la voie, en quelque sorte, à la réhabilitation de ce portail ouest comme sortie du site pour tous les véhicules qui le souhaitent. Et générait d'autant moins de trafic rues de la Renaissance et de la Papeterie, précisément là où les riverains l'ont un peu mauvaise depuis janvier et le nouveau plan d'accès.
    L'idée paraissait tellement bonne à la CTS qu'elle est déjà inscrite sur les plans du réseau 2009. Mais c'était sans compter sur une dose massive d'immobilisme de la part de la direction de la clinique. Les travaux qui devaient être réalisés du côté de ce portail route de la Wantzenau ont tout simplement été annulés. L'accord obtenu de haute lutte par la municipalité est aujourd'hui à nouveau en négociation, nous a assuré Nicole Dreyer. « La clinique nous propose une solution de sortie alternative, par une ruelle d'habitation voisine, qui ne nous agrée pas », a-t-elle indiqué."

    NB : rappelons pour la compréhension des Robertsauviens que l'ancienne municipalité (dirigée par Fabienne Keller et Robert Grossmann) est à l'origine de ce problème et que la nouvelle Mairie conduite par Roland Ries a conforté cette situation difficile en accordant un permis modificatif en octobre 2008 à la clinique St Anne.

    Ayons tout de même une petite larme pour nos pauvres membres du Conseil de Quartier qui assistent impuissants à cette situation "ubuesque"; ils ne donnent seulement que des avis à titre consultatif, il est vrai. Ils peuvent aussi s'autosaisir de sujets ...

  • Robertsau / Circulation autour de la clinique Sainte-Anne

    Jeudi 10 septembre à 20 h 30, à l'Escale, 78, rue du Docteur François. Réunion publique sur l'accès à la clinique et les problèmes de circulation afférents.

    Venez nombreux !

    Extraits

    Front commun pour un retour en arrière

    Le Comité d'action Renaissance / Sainte-Anne / Niederau (CARSAN), l'ASSER (Association de sauvegarde des intérêts de la Robertsau) et l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau) sont désormais associés pour combattre le plan d'accès en voiture à la clinique Sainte-Anne.

    .../...

    « S'il faut le répéter, nous ne sommes pas contre la clinique, mais contre l'entêtement qui consiste à y accéder par ce détour de 1,8 km », martèle Alexandre Heintz, président du CARSAN.

    .../..

    « Mais la seule vraie solution, c'est de rouvrir l'entrée par la rue de la Wantzenau, et de mettre en place un sens unique de circulation interne à la clinique, autour des bâtiments, pour ressortir par cette même route de la Wantzenau », insiste Alexandre Heintz.

    .../...

    Les demandes du maire

    Les demandes en question sont une possibilité de sortie des véhicules par la route de la Wantzenau et « l'étude de la possibilité de faire entrer le personnel et les ambulances par ce même côté ». Nicole Dreyer a encore indiqué que pour l'instant, la clinique et la municipalité n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur tous ces aspects de la question.
    Quant aux deux ronds-points incriminés par les associations, Nicole Dreyer affirme avec force : « Ils fonctionnent ». Et ajoute une plaisanterie pour la route. « S'il y a des carambolages, c'est peut-être parce que l'attention des automobilistes se porte trop sur les banderoles »...

    MSK

    Lire  détail  dans DNA Édition du Jeu 3 sept. 2009
  • Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) : prix cassés contre l'ozone

    ECO-TERRE - Pour un 1,40 euro, il sera possible de circuler aujourd'hui de manière illimitée sur le réseau de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS). Conséquence de l'épisode caniculaire qui frappe l'Alsace et du déclenchement du "plan ozone" à Strasbourg et dans sa communauté urbaine. La ville incite à délaisser la voiture au profit des transports en commun ou du vélo, si l'on est en bonne santé. Hier, le seuil d'information et de recommandation (180 microgrammes/m3) a été approché à Strasbourg et à Colmar. Il devrait être dépassé ce jeudi, avant une amélioration de la qualité de l'air attendue pour la fin de semaine.

    Commentaires

    Je me demande pourquoi il faut subventionner les pollueurs pour les supplier de renoncer à la voiture.

    Moi (exemple au hasard)
    qui me déplace en vélo à longueur d'année pour des raisons de commodité ( c'est le moyen de transport urbain le plus rapide, plus que les Tc ou la voiture) et le plus économique ( pour moi, mais aussi pour la collectvité)
    je me retrouve donc au final payer plus cher mes déplacements en Transports en commun quand je prend le bus en hiver quand les conditions climatiques sont trop mauvaises pour les cyclistes mais pas pour la pollution.
    Soyez donc utilisateurs de 4x4, le jour ou vous vous déplacerez en Twingo vous pourrez dire que vous faites un geste écologique. Le jour ou vous prendrez le bus on vous donnera une médaille.


    Excellente initiative !!

    faisons mieux : transports en commun gratuits dans les villes (économie de contrôleurs), financement par les parkings, parcmètres et autres taxes sur ouatures.
    Cela s'est fait pendant des années à Compiègne (peut-être encore maintenant). Mais d'ingénieuses pressions faisaient partir les bus 5min AVANT les arrivées de trains, au grand bonheur des taxis.
    MAIS le pb reste les déplacement à la campagne. Là, sans bagnole tu crèves... et comme les villes sont maintenant quasi réservées aux bobos tant l'immobilier est devenu hors de prix...

    c'est bon ça !

    "comme les villes sont maintenant quasi réservées aux bobos tant l'immobilier est devenu hors de prix..."

    Faudra me dire dans quelle ville tu habites, car chez moi, celà n'a rien du tout à voir :
    du fait des tarifs de l'immobilier, les centre-villes sont réservés aux riches.

    ------------

    Matif (en début de message) et PierreHaut ont raison :
    le prix du ticket ne couvre, de toute façon, en moyenne, que 10% des frais.
    Donc, plutôt que de gaspiller cette somme dans des machines et leur entretien, des tickets/cartes/badges et des contrôleurs, la gratuitée est la voie de la meilleure efficacité. (efficacité = baisse de l'usage de la voiture pour les transports, pour une moindre pollution et une meilleure fluidité avec le même réseau routier)

    D'ailleurs, je regrette que, pour favoriser les usages différents, on ne trouve pas, à l avant de chaque bus, 2-3 cases-consignes pour ranger son vélo. (il pleut/on crève/il y a une très importante cote/...)

    1,40 euro en illimité, une journée dans l'année... Quel immense effort de la part de la CTS! Sans doute la gratuité pour la journée aurait-elle provoqué la faillite de cette belle entreprise. Pas grave, aujourd'hui il fait pas beau, je peux aller faire mes courses en Hummer sans états d'âme!

  • oirie menant à la clinique Ste-Anne à la Robertsau :

    Interrogations sur
    « l'intérêt général »

    M. L. R., de Strasbourg, réagit au courrier de Mme S. M., paru le 12 juillet, à propos de la voirie menant à la clinique Ste-Anne à la Robertsau :
    « J'ai lu avec un grand intérêt [ce] courrier. J'y ai notamment relevé la répartition des nuisances, sans aucune amélioration pour qui que ce soit (nivellement par le bas), l'augmentation de la pollution (surprenante pour le moins de la part de défenseurs de l'écologie), enfin les coûts induits pour la Sécurité sociale.
    Je voudrais, pour ma part, ajouter quelques réflexions sur l'absence d'explication convaincante sur les raisons qui ont motivé cette décision. Ainsi, lors de la rencontre que les riverains ont eue avec M. le maire devant l'Escale il n'y a pas si longtemps, l'une des personnes qui l'accompagnait a brandi l'argument "décisif" de l'intérêt général. Or, les résidents des rues de la Papeterie, de la Renaissance et Thys s'interrogent toujours sur l'impérieuse nécessité qui, au nom de "l'intérêt général", a conduit la clinique Ste-Anne à changer complètement son plan de circulation, alors qu'une refonte majeure de son infrastructure devait sans nul doute lui laisser une marge d'initiative non négligeable dans ce domaine. Les riverains, las de constater les atermoiements qui ne font que conforter le fait accompli, et d'entendre des arguments peu convaincants, attendent qu'enfin l'on explique, voire justifie, en vertu de quel intérêt général (pas de grandes phrases, des faits) a été décidé un projet qui finalement a mené à l'extension de la pollution à un deuxième axe de circulation dans un quartier, pour un bénéfice qui reste à démontrer, sans pour autant que soient soulagés les résidents de la route de La Wantzenau qui en souffraient auparavant et qui, par la force des choses, continueront à en pâtir. »

    Édition du Ven 31 juil. 2009 source DNA

    Commentaire : Oui, c'est très vrai

  • Sécurité Quatre radars de franchissement de feux rouges déployés à Strasbourg, le quartier Robertsau concerné

    Si vous sortez dz la Robertsau vers l'allée de la Robertsau attention dès septembre 2009 radar automatique au feu rouge....

    Sur les cinq sites strasbourgeois étudiés, quatre ont été retenus pour accueillir des radars qui détecteront les automobilistes qui franchiront l’intersection au rouge.

    Le déploiement, le premier réalisé en Alsace, devrait intervenir en septembre, après la réalisation de quelques aménagements, comme des déplacements de poteaux ou d’obstacles.

    Les sites retenus comprend celui situé au croisement de l’allée de la Robertsau avec le boulevard Tauler à l’angle du boulevard de la Dordogne.

  • Orangerie-Conseil des XV : travaux

    • Allée de la Robertsau : les travaux sont programmés pour l'hiver ; la priorité étant donnée aux travaux sur les réseaux de distribution d'eau.
    • Boulevard de la Marne : du mercredi 22 au lundi 27 juillet de 7 h à 20 h. Le chantier n'influera pas sur les marchés des 21, 25 et 28 juillet. La route sera barrée un jour et demi par côté sur le tronçon angle rues Richard-Wagner et d'Ypres jusqu'à l'angle Boulevard d'Anvers. Une déviation sera mise en place : côté impair, par la rue Beethoven, côté pair, par la rue de l'Yser, en laissant l'accès aux riverains.

    Calendrier des travaux : sur l'alignement central, du 22 au 27 juillet ; en trottoir côté pair, les 22 et 23 juillet, avec interdiction de stationner le long du trottoir côté chantier ainsi que sur le terre-plein central, et interdiction de circuler sur la voie ; en trottoir côté impair, les 23 et 24 Juillet avec interdiction de stationner le long du trottoir côté chantier ainsi que sur le terre-plein central, et interdiction de circuler sur la voie. Pas de chantier les 21, 25 et 28 juillet pour cause de marché.

    Information ville de Strasbourg

    Commentaires : nous avons emprunté hier l'Allée de la Robertsau.... Compte tenu des travaux déjà en cours,  il n'existe qu'une voie ouverte au lieu de 2. Conclusion : évitez cette Allée de la Robertsau car vous allez bouchonner inutilement.