Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adir

  • Strasbourg / AAPPMA Robertsau Les effectifs sont stables Les pêcheurs de la Robertsau ont fait le point sur l’activité de l’année écoulée. Et discuté, une nouvelle fois, des menaces de fermeture qui pèsent sur le quai Jacoutot.

    L’association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique de la Robertsau a tenu l’autre jour son assemblée générale au chalet de pêche du Rohrkopf. Le président Herbé Bub a chaleureusement salué les participants avant de passer aux rapports statutaires.....

    point important

    Problème récurent à la Robertsau : le Plan de protection des risques technologiques (PPRT) qui devra protéger les riverains du port aux pétroles et de ses entreprises classées «Seveso». Avec la menace de fermeture du quai Jacoutot, cet arrêté préfectoral condamerait tout accès au Rohrkopf et aux lots de pêche de l’Union strasbourgeoise (13 AAPPMA), ainsi que l’accès aux autres zones de loisirs ! Cette menace interpelle les différentes associations de défense à la Robertsau (ANSAB, ADIR, ASSER) qui ont promis leur soutien aux pêcheurs.source DNA

  • Strasbourg La ville en débat / A propos du port aux pétroles une proposition séduisante de l'ADIR ROBERTSAU

    Jean Daniel Braun, au nom de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau (ADIR), dont il est le vice-président, exprime dans une tribune tout l'intérêt que peut présenter une raffinerie de Herrlisheim désaffectée pour une relocalisation éventuelle du port aux pétroles de Strasbourg.

     « Il suffit de consulter un plan de l'agglomération strasbourgeoise pour se rendre compte des handicaps de la localisation du port au pétroles. Enclavé entre le Rhin, une zone de loisirs, la forêt de la Robertsau et une zone d'habitation dense, les inconvénients de sa situation historique relèvent de deux ordres.

    Accessibilité

     Les autoroutes d'accès vers Strasbourg sont situées en bordure Ouest et Nord de l'agglomération. Le port naturellement au bord du Rhin, est situé à l'Est. Les poids lourds traversent ainsi Strasbourg de part en part. Il suffit de voir le ballet de camions sur l'ex RN 4, aujourd'hui futur boulevard urbain, pour se rendre compte des problèmes occasionnés par cette localisation.
     La future liaison inter-ports envisagée par les municipalités successives, aujourd'hui semble-t-il remise à plus tard, ne viendra certainement pas remédier à cette situation, Elle occasionne un détour de 60 kilomètres, aller et retour, dont une grande partie sur l'autoroute A 35, déjà largement saturée.
     Le serpent de mer, ouverture de la route dite EDF à la circulation, présente de nombreux inconvénients, tels que les autorités successives se sont bien gardées de faire avancer le projet. De toute façon, aboutissant en plein coeur d'une zone Seveso 2, l'application des règlements européens ne laisse que peu ou pas d'espoir à ses partisans.
     Le port aux pétroles est raccordé fer par une voie traversant l'écluse nord par un pont tournant. Le coût de l'entretien et de fonctionnement d'un tel équipement ne permet pas l'exploitation rationnelle de ce type de transport qui ne semble d'ailleurs plus utilisé. Ainsi, à part le transport par pipeline et par voie d'eau, le port aux pétroles souffre de handicaps logistiques sérieux pour assurer sa fonction, notamment en termes économiques.

    Risques technologiques

     Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) a été prescrit par arrêté préfectoral le 2 mars 2009. Sa mise en vigueur est régulièrement retardée, vraisemblablement en raison des difficultés rencontrées. Il devrait faire l'objet d'une enquête publique en 2011 et d'une mise en vigueur, éventuellement en 2012. Quelles conséquences pour la zone du port aux pétroles ?
     Circulation réservée uniquement à l'acheminement des produits pétroliers et à l'accès à la station d'épuration sur le quai Jacoutot est, le rond-point rue de Rouen-rue de Lubeck et la route dite « EDF ». Les zones de loisirs deviennent inaccessibles. Déplacement de la déchetterie. Expropriation des entreprises sans relation avec celles classées Seveso. Déplacement du stade de la Carpe-Haute. Déplacement de certains jardins familiaux. Travaux sur les maisons de la partie est de la rue de la Carpe-Haute et le château de Pourtalès.
     Cet ensemble d'obligations va nécessiter un budget conséquent, pour préserver une activité problématique dans sa localisation actuelle. Ne serait-il pas plus rationnel d'investir dans de nouvelles installations permettant un développement d'activités ? La fermeture de la raffinerie de Reichstett devrait être l'occasion d'un regroupement des activités de stockage pétrolier dont les capacités devront certainement être accrues. Augmenter le trafic de poids lourds de et vers le port aux pétroles n'est pas envisageable sans risques importants pour la population strasbourgeoise.

    La solution

     Le terrain de l'ancienne raffinerie de Herrlisheim est à l'abandon. Équipé d'une darse sur le Rhin, il est raccordé fer et proche de l'autoroute. L'ensemble des pipelines ont un terminal disponible. Sa dépollution, si elle reste à faire, doit être à la charge du propriétaire, le groupe Total, selon la loi pollueur-payeur. 250 hectares de terrain industriel présentant de tels avantages laissés en friche !
     Mesdames et Messieurs les politiques, un peu de courage. Il faut se battre, dynamiser le tissu industriel en proposant une implantation favorable aux activités qui cherchent à se développer. Peu de localisations présentent de telles opportunités. Ne laissez pas passer cette occasion de libérer la ville et la Robertsau de risques d'explosion et d'une circulation de poids lourds transportant des produits inflammables. L'avenir de Strasbourg vous remercie.»

    Commentaire : facile.. on déplace les installations par un coup de baguette magique qui pose aussi problème qui va payer ? les industriels certainement pas, les contribuables de la CUS sûrement au profit de qui ? la commune e Herlisheim qui n'est pas dans la CUS....donc moins de recettes et de retombées d'emplois pour un coût conséquent pour la CUS mais... la sécurité n'a pas de prix...

  • Le PLU sur quelles bases ? Le Plan local d'urbanisme (PLU), en préparation à Strasbourg, a déjà donné lieu à des réunions cet hiver, notamment dans les instances de démocratie participative.

    On peut mieux faire encore, disent en substance l'ADIQ (Orangerie / quartier des Quinze), l'ADIR, l'ASSER, le CARSAN (Robertsau), l'ARAN (Neudorf), l'ARP (Poteries), et l'ARTI (Tivoli), toutes associations signataires du courrier ci-après au maire de Strasbourg.

    « La municipalité de Strasbourg a décidé, dans le cadre de la préparation du PLU, de densifier l'habitat. Les associations signataires de ce texte se sont réunies pour réfléchir en commun sur cette décision non concertée.

    Premiers constats

    Ces dernières années, les nuisances urbaines, le coût des loyers et les incivilités ont fait fuir certains ménages de la ville. Il y a une aspiration idéalisée d'une manière d'habiter, favorable au bien-être des enfants et à la stabilité des familles.
    Les chiffres annoncés de demandes de logements dans la CUS ne sont pas établis. D'où proviennent-ils ? N'intègrent-ils pas les demandes de déménagement, qui libéreront autant de logements lorsqu'elles seront satisfaites ? De plus il apparaît que le marché actuel propose un grand nombre d'appartements disponibles.
    La politique de densification est motivée par un souci d'économie de l'espace et de limitation des déplacements. Est-elle souhaitée par les habitants ? Pourquoi n'ont-ils pas été consultés ?
    Il semble que de nombreux jeunes quittent Strasbourg qui manquerait d'attractivité. L'activité économique est en baisse, le nombre d'emplois dans la CUS diminue. Dans ces conditions, l'augmentation du nombre de logements se justifie-t-elle ?
    On constate actuellement une accélération des projets et autorisations de constructions, un bouchage quasi systématique des « dents creuses », contraire à une élaboration concertée de la ville de demain, pourtant préconisée par les élus. Doit-on appliquer dans notre région des concepts de densité, en opposition avec ceux de l'habitat rhénan, qui caractérise depuis des siècles le développement de petites villes d'équilibre ?

    Réflexions du collectif

    Les quartiers doivent assurer une véritable mixité sociale, intergénérationnelle et fonctionnelle, en intégrant les activités commerciales, artisanales, de services, de loisirs, et le handicap, tout en portant une attention particulière à l'environnement. A Strasbourg, les zones restent très spécialisées et les premiers projets, présentés dans le cadre de la préparation du PLU, ne semblent pas vouloir modifier cette situation.
    Il faudrait commencer par fixer des objectifs chiffrés pour l'avenir. Quelle taille souhaitable pour la métropole, pour les divers quartiers ? Quels besoins collectifs doivent être couverts, comment ? Et il faudrait trouver les moyens de restituer une vie diurne et nocturne aux quartiers où commerces et activités sont déséquilibrés par rapport aux habitations.
    Le PLU doit s'intégrer dans une dimension régionale, les emplois n'étant pas forcément concentrés à Strasbourg.
    Les zones de développement industriel et logistique doivent se trouver proches des autoroutes et si possible des voies ferrées pour éviter des trafics pendulaires de camions. Mauvais exemple, le Port du Rhin où nombre d'entreprises n'utilisent pas la voie fluviale mais où le transit des poids lourds d'est en ouest de l'agglomération, et vice et versa, est incontournable.

    Des propositions

    Apporter une attention toute particulière aux espaces verts existants, et les développer. Ils sont essentiels au bien-être dans la cité.
    Respecter la diversité des constructions, immeubles à étages voire petites tours, maisons individuelles, voire en bande.
    Conserver l'âme des quartiers : éviter une trop grande densification et uniformité. Privilégier la mixité.
    Desservir les zones d'activités par les transports en commun et urbaniser les alentours afin de limiter les déplacements individuels. Réserver la construction de logements et de bureaux le long des lignes de transports en commun.
    Reconsidérer la possibilité de ne prévoir que 0,5 place de parking par logement. C'est méconnaître la réalité et conduire à l'engorgement des rues.
    Occuper moins de surface mais des bâtiments de meilleure qualité, permettant d'attirer les habitants et satisfaire leurs besoins. Il existe des produits innovants conciliant l'aspiration à l'individuel et la proximité. Les zones en reconversion devraient faire l'objet de ZAC pour permettre le contrôle des projets.
    Rappel de loi SRU :
    Art.L.123-1.-Les Plans locaux d'urbanisme exposent le diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et précisent les besoins répertoriés en matière de développement économique, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, d'équipements et de services.
    Les diagnostics prévus par la loi devraient être présentés à la population avant toute autre proposition ».

  • Nouveaux projets d'aves routiers à la Robertsau : l'ASSER, l'ADIR et le CARSAN poursuivent leur lobbying en conviant les Robertsauviens à une réunion publique ce jeudi 4 février à 20 h, à l'Escale.

    "Disons-le tout net, entre l'adjointe de quartier et les associations (ASSER, ADIR et CARSAN) de la Robertsau, ça tourne un peu au dialogue de sourds. Lorsque l'élue évoque des dossiers qui seront discutés dans le cadre du PLU, les associations se braquent en hurlant au fait accompli, même si lesdits projets sont au stade des hypothèses émises par les services de la CUS. A la décharge des dites associations, on se souviendra du traumatisme du dossier Sainte-Anne/Renaissance, où la pression immobilière et la montée en puissance d'un pôle de santé n'ont pas toujours fait l'objet de présentations très transparentes... par la municipalité d'alors.
    Voilà que les axes routiers de transit, l'un nord-sud (une sorte de contournement du quartier par l'est) pour décharger la route de la Wantzenau et la rue Boecklin, l'autre est-ouest, par une extension de la rue de la Papeterie vers la rue de la Lamproie, sont à nouveau à l'ordre du jour. Avec, d'emblée, une pétition de riverains alertés par « le vote de crédits, en juillet 2009, pour une enquête publique », rappellent l'ADIR, l'ASSER et le CARSAN, dans une récente lettre ouverte à Nicole Dreyer.

    ...... Les trois associations insistent encore dans leur missive pour que la concertation ne s'arrête pas à la simple information...." extraits dna de ce jour MSK

  • Cela chauffe malgré le froid : Strasbourg Robertsau / Pétition

    Projets routiers dans le collimateur

    Trois associations de riverains de la Robertsau montent au créneau concernant les réflexions en cours sur de nouveaux axes routiers dans le quartier....

    Voilà que les deux associations l'ASSER (Association de sauvegarde de l'environnement de la Robertsau) et l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau), accompagnées par le CARSAN/Comité d'action Renaissance - Sainte-Anne - Niederau), font circuler une pétition contre « de nouveaux axes de transit routier à travers la Robertsau ». Mais qu'a donc fait la municipalité pour faire l'unanimité contre elle à ce point ?

    « Itinéraire de délestage »

    « Aujourd'hui, on remet d'actualité le projet d'un axe de transit ouest-est (prolongement de la rue de la Papeterie vers le rond-point Mélanie-Lamproie) », démarre le texte de la pétition. Qui se réfère à l'étude annoncée en conseil municipal et à une démarche d'enquête publique qui doit intervenir prochainement.
    Les associations estiment : « Réaliser cet axe est-ouest serait créer une nouvelle route en plein tissu urbain existant, qui viendrait dégrader (...) la qualité de vie. » « Ce serait, poursuit le texte, aussi encourager un itinéraire de délestage de l'autoroute A 350 vers l'Est (port, Rivétoile) et le sud (Meinau, Illkirch-Est) avec un important accroissement du flux de circulation devant l'école de la Niederau et le centre social et culturel. »
    « On projette également de relier la route de la Wantzenau à cet axe par la rue de la Renaissance », affirment encore les pétitionnaires sur la foi de documents de travail issus de l'ancien conseil de quartier.

    « Les cartons de la ville »

    Les riverains associés y voient un futur « aspirateur » à voitures pour un flux de transit nord-sud. Bref, un projet qui « va à l'encontre de la préservation de la santé et du cadre de vie et de l'avènement de nouvelles façons d'urbaniser ».
    Au nom de toutes ces considérations, la pétition exige l'abandon pur et simple de ces projets. Le président de l'ASSER Luc Wehrung annonce déjà 600 signatures et une réunion publique organisée par les trois associations au début de l'année prochaine. « La problématique est celle des projets dans les cartons de la ville, qu'on sort et qu'on remballe selon les circonstances », estime-t-il.
    Pour Nicole Dreyer, adjointe de quartier, il s'agit plus précisément « de tracés possibles de voirie inscrits dans les documents d'urbanisme ». Le prolongement de la rue de la Papeterie d'une part et d'autre part, un axe à l'Est du quartier « qui permettrait la traversée nord-sud, en alternative à la route de la Wantzenau et à la rue Boecklin », poursuit l'adjointe. Qui précise : « Il est hors de question que cet axe Est bifurque dans la rue de la Renaissance : j'ai vu des plans tronqués qui pourraient constituer une vraie manipulation des riverains »...
    L'idée, affirme l'élue, était de mettre ces voiries potentielles en débat dans le cadre du Plan local d'urbanisme en construction. Nicole Dreyer prépare un courrier aux trois associations, où elle reprécise tracés et démarche. Quant au débat, apparemment, il est lancé !

     

    MSK extrait DNA du Ven 18 déc. 2009

  • Tribunal administratif / Liaison interports : le rapporteur public demande le rejet des recours de l'ADIR

    Le tribunal administratif de Strasbourg a examiné hier deux recours de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau (ADIR). Il s'agit de recours en annulation de délibérations du conseil municipal de Strasbourg et du conseil communautaire, relatifs à l'amélioration de la liaison entre les ports nord et sud de Strasbourg, ainsi que la transformation d'une partie de la route du Rhin.

    ......La principale crainte de l'ADIR, dont le vice-président « plaidait » hier directement devant le tribunal administratif, est que ces nouvelles voiries entraînent un afflux de véhicules en direction et en provenance de la Robertsau.

    Un impact sur le trafic routier traversant la Robertsau ?

    Dans cette analyse, la jonction projetée créerait une « aspiration » de véhicules vers l'A 350, via le Wacken.
    Hier, lors de l'audience, le « rapporteur public » a souligné « l'absence d'impact direct démontré » des aménagements projetés sur un éventuel accroissement du trafic de véhicules dans le quartier de la Robertsau. Selon ce magistrat, il n'est pas démontré par l'ADIR et/ou par des documents que ce programme de travaux constitue l'amorce « d'un programme d'ensemble ». « L'association se méprend, ses craintes sont injustifiées et infondées », a ajouté le rapporteur public.
    Ce dernier est chargé de proposer une solution au tribunal administratif ; il a conclu au rejet des demandes de l'ADIR et à ce qu'elle soit condamnée à verser 1 000 € à la CUS pour les frais engagés. Le jugement sera rendu dans les prochaines semaines.

     

    P.Sej

    extrait DNA du Mer 18 nov. 2009
  • Le recours de l'ADIR en audience le 17 novembre

    La liaison entre les ports nord et sud de Strasbourg, ainsi que la transformation d'une partie de la route du Rhin sont des chantiers démarrés depuis cet été. Malgré un contentieux contre ces décisions qui sera examiné au tribunal administratif le 17 novembre.

    L'Association de défense des intérêts de la Robertsau a lancé son recours en annulation en février 2008, à savoir à la veille des élections municipales. L'ADIR a fait le constat que le projet de l'ex « tandem » est aujourd'hui repris sans modification par la nouvelle municipalité en place, au nom de « la continuité républicaine » et avec des arguments, notamment économiques, mis en avant pour cette réalisation.

    Lacunes de
    l'enquête publique ?

    On rappellera qu'il s'agit de créer une liaison directe entre le pont de l'Europe et la rue du Rhin-Napoléon, ainsi qu'une jonction de la rue du Rhin-Napoléon et de la route du Petit-Rhin, grâce à un passage dénivelé sous la route du Rhin. Deuxième phase du projet principalement contestée par l'ADIR, et dont la Communauté urbaine a reporté le démarrage en attendant le verdict du tribunal administratif...
    La principale crainte de l'association robertsauvienne est qu'on génère par ces nouvelles voiries un afflux de véhicules dans son quartier. Dans cette analyse, la nouvelle jonction crée une aspiration vers l'A 350 via le Wacken, pour les routiers souhaitant rejoindre l'autoroute la plus proche. En résumé, on préserve peut-être les nouveaux habitants de la route du Rhin d'autant de circulation, mais au détriment d'habitants de la Robertsau.
    Concrètement, l'ADIR a déposé un recours en annulation des décisions des conseil municipal et communautaire, respectivement du 28 janvier et du 1er février 2008, qui marquaient le lancement du projet.....

    extrait DNA Mardi 10 novembre 2009

  • Ne ratez pas le rendez-vous pour l'action climat le 12 septembre 2009 à 13 h 45

    Rappel pour votre agenda

    Tous à Vélo pour défendre le climat samedi 12  septembre après-midi de Kehl à Strasbourg !

    • 13h45  : Rassemblement sur la Marktplatz à Kehl
    • 14h15 : départ vers Strasbourg via la passerelle Mimram et le jardin des deux rives
    • 14h50 : Halte sur la passerelle Mimram
    • 15h15 : Arrêt place Kléber
    • 16h-16h30 : remise d'un mémorandum à des députés européens au parlement européen

    Dans moins de 100 jours aura lieu la conférence internationale de Copenhague, dont les conclusions seront déterminantes pour l'avenir climatique de la planète.

    D'ici là, les citoyens du monde entier se mobiliseront pour peser sur les résultats de cette conférence.. Il faut impérativement parvenir à une division par deux des émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici à 2050 pour sauver le climat, et il est impératif que les pays s'engagent sur des objectifs chiffrés à cet égard.

    Dans le fossé Rhénan, un collectif d'associations françaises et allemandes * organise une  mobilisation citoyenne sur ce thème le samedi 12  septembre prochain de 13h45 à 16h30. Il y aura des prises de parole, des déguisements, des tracts et de la musique...

    Nous comptons sur votre présence. Merci de diffuser ce message le plus largement possible autour de vous.

    * Bürgerinitiative für Umweltschutz Kehl, Objectif Climat, Alsace Nature, CADR 67, GREENPEACE, ADIR, groupe VELAÜCH.

  • Ne ratez pas le rendez-vous pour l'action climat le 12 septembre 2009 à 13 h 45

    Tous à Vélo pour défendre le climat samedi 12  septembre après-midi de Kehl à Strasbourg !

    • 13h45  : Rassemblement sur la Marktplatz à Kehl
    • 14h15 : départ vers Strasbourg via la passerelle Mimram et le jardin des deux rives
    • 14h50 : Halte sur la passerelle Mimram
    • 15h15 : Arrêt place Kléber
    • 16h-16h30 : remise d'un mémorandum à des députés européens au parlement européen

     

    Dans moins de 100 jours aura lieu la conférence internationale de Copenhague, dont les conclusions seront déterminantes pour l'avenir climatique de la planète.

    D'ici là, les citoyens du monde entier se mobiliseront pour peser sur les résultats de cette conférence.. Il faut impérativement parvenir à une division par deux des émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici à 2050 pour sauver le climat, et il est impératif que les pays s'engagent sur des objectifs chiffrés à cet égard.

    Dans le fossé Rhénan, un collectif d'associations françaises et allemandes * organise une  mobilisation citoyenne sur ce thème le samedi 12  septembre prochain de 13h45 à 16h30. Il y aura des prises de parole, des déguisements, des tracts et de la musique...

    Nous comptons sur votre présence. Merci de diffuser ce message le plus largement possible autour de vous.

    * Bürgerinitiative für Umweltschutz Kehl, Objectif Climat, Alsace Nature, CADR 67, GREENPEACE, ADIR, groupe VELAÜCH.

     

  • Robertsau / Circulation autour de la clinique Sainte-Anne

    Jeudi 10 septembre à 20 h 30, à l'Escale, 78, rue du Docteur François. Réunion publique sur l'accès à la clinique et les problèmes de circulation afférents.

    Venez nombreux !

    Extraits

    Front commun pour un retour en arrière

    Le Comité d'action Renaissance / Sainte-Anne / Niederau (CARSAN), l'ASSER (Association de sauvegarde des intérêts de la Robertsau) et l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau) sont désormais associés pour combattre le plan d'accès en voiture à la clinique Sainte-Anne.

    .../...

    « S'il faut le répéter, nous ne sommes pas contre la clinique, mais contre l'entêtement qui consiste à y accéder par ce détour de 1,8 km », martèle Alexandre Heintz, président du CARSAN.

    .../..

    « Mais la seule vraie solution, c'est de rouvrir l'entrée par la rue de la Wantzenau, et de mettre en place un sens unique de circulation interne à la clinique, autour des bâtiments, pour ressortir par cette même route de la Wantzenau », insiste Alexandre Heintz.

    .../...

    Les demandes du maire

    Les demandes en question sont une possibilité de sortie des véhicules par la route de la Wantzenau et « l'étude de la possibilité de faire entrer le personnel et les ambulances par ce même côté ». Nicole Dreyer a encore indiqué que pour l'instant, la clinique et la municipalité n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur tous ces aspects de la question.
    Quant aux deux ronds-points incriminés par les associations, Nicole Dreyer affirme avec force : « Ils fonctionnent ». Et ajoute une plaisanterie pour la route. « S'il y a des carambolages, c'est peut-être parce que l'attention des automobilistes se porte trop sur les banderoles »...

    MSK

    Lire  détail  dans DNA Édition du Jeu 3 sept. 2009
  • Roberstau / Parc et villa du Kaysersguet (Domaine WACH)

    Toutes les associatiodomaine wach.jpgns sur le front

    Édition extraits DNA du Jeu 9 avril 2009

    Les habitants de la Robertsau veulent avoir leur mot à dire quant au devenir du parc du Kaysersguet avec sa villa à l'entrée du quartier. Cinq responsables d'association l'ont fait savoir hier matin sur place.

    « Il est important de préserver ce lieu et de le rendre accessible à tous les Robertsauviens », insiste Bernard Irrmann, du collectif Kartier Nord. « C'est ce que nous disent les personnes qui signent la pétition sur le blog (*) et celles que nous avons rencontrées au marché l'autre jour. »
    Patrimoine municipal, le parc et la villa avaient des locataires jusqu'il y a peu. Puis le projet de tramway (le terminus de la ligne E s'arrête dans l'ancien potager de la propriété) a chamboulé sa clôture.

    «Réhabilitation globale»

    Une première action des Amis du Vieux Strasbourg et de l'Adir (association de défense des intérêts de la Robertsau) a permis la conservation-restauration d'une ancienne chapelle et d'une orangerie, posées le long de cette clôture, ainsi que le maintien, quasi sur place, du très beau portail aux motifs bucoliques. En octobre 2008, Kartier Nord imaginait qu'on pourrait installer là un café et un lieu culturel, tournés vers l'Europe et qui ferait le lien entre les institutions et les habitants.
    « Nous sommes réellement surpris d'entendre que la Ville envisage de vendre ce domaine », renchérit René Hampé pour l'Adir. « Et nous soutenons pleinement le projet de Kartier Nord pour réveiller cette belle endormie. » « A l'Adir, poursuit le président, nous souhaitons une réhabilitation globale avec une inscription à l'inventaire complémentaire des monuments historiques ».
    « C'est légitime que les habitants du quartier puissent s'approprier ce lieu et ce morceau de verdure préservé : comme l'ensemble des associations présentes aujourd'hui, nous sommes contre la vente de ce bien », renchérit Luc Wehrung, président de l'Asser. Alors que Pierre Deutsch, des Amis du vieux Strasbourg rappelle les « occasions manquées du domaine Reneka, à Koenigshoffen, ou encore de la villa Nuss à Cronenbourg ».
    « A ce jour, la Ville n'a pas répondu, sauf un vague accusé de réception, à notre présentation de projet », reprend Bernard Irrmann. « Personne n'a formellement démenti l'hypothèse d'une vente de ce bien. » ....

    « Associer le conseil de quartier »

    « Un quartier ne peut vivre en se coupant de son passé », enchaîne Huguette Schwartz, présidente de l'association des habitants du quartier des Chasseurs et des Joncs. « Pour ce qui concerne l'avenir de cette pièce du patrimoine, la logique serait que le conseil de quartier soit associé à la réflexion. »
    « Or, aujourd'hui, malgré les discours sur la démocratie de proximité, on n'est pas dans une démarche où les choses se construisent avec les habitants », constate Bernard Irrmann......

    (*) pétition en ligne sur http ://kartiernord.canal-blog.com

    Commentaires : Nous rappelons que nous sommes opposés à la vente de ce lieu emblématique de notre patrimoine historique (voir notre précédent article du 03.04.09) qui appartient aux seuls Robertsauviens et Robertsauviennes.

    Nous exigeons immédiatement de la mairie de Strasbourg un démenti formel de la vente envisagée.

    Nous souhaitons également que le Conseil de Quartier se saisisse très rapidement de ce dossier et présente une proposition viable pour améliorer la qualité de vie, l'animation et le lien social de nos concitoyens pour notre parc du Kaysersguet avec sa villa si symboliquement implantée à l'entrée de la Robertsau. Ce sera notre étendard et notre nouveau logo.

  • LE 6 DECEMBRE 2008 JOURNEE MONDIALE DU CLIMAT

    AGIR POUR LE CLIMAT : DES PAROLES AUX ACTES

    LES ASSOCIATIONS DE L’EURODISTRICT AGISSENT !

    Le 6 décembre 2008 a lieu la journée mondiale du climat. C'est un moment très important de mobilisation de toutes les ONG de par le monde. Les actions mises en oeuvre ont pour but de peser sur les négociations interétatiques qui auront lieu du 2 au 12 décembre à POZNAN dans le cadre de la conférence annuelle des nations unies sur le climat.

    Certes, des signes d'espoir apparaissent, notamment avec les prises de position du nouveau président des USA, mais le temps presse pour parvenir à un accord post-Kyoto qui soit à la hauteur de l'énorme enjeu que représente le changement climatique.

    En 2007 a été créé un collectif associatif de l’Eurodistrict dont l’objectif est de mobiliser les citoyens de part et d’autre du Rhin autour de cet enjeu et des actions qu’il importe de mener localement.

    Ce collectif de 14 associations des 2 côtés deu Rhin (dont le groupe Vélaüch et l'ADIR pour le quartier de la Robertsau) organise une grande manifestation à vélo de Kehl à Strasbourg à l’occasion de la journée mondiale du climat, le samedi 6 décembre de 13h00 à 16h30.

    Cette vélo-demo sera l’un des rares -voire le seul- événements transfrontaliers en Europe à l’occasion de la journée mondiale du climat.

    Rejoignez-nous le samedi 6 décembre : départ 13h00 au Marktplatz (Place du Marché) de Kehl.

  • Démocratie locale: nouvelle formule conseils de quartier

     

    Débat et vote en Conseil Municipal du lundi  22 septembre 2008

    Démocratie locale: nouvelle formule conseils de quartier version 3

    Après les comités de quartier version 1 sous l'ère de Catherine trautmann et ses dérives, (les présidents étant propusés pour être candidats aux cantonales), celle version 2 Conseil de quartier sous la férule de Fabienne Keller  avec d'abord un président choisi la municipalité puis remplacé en cours de mandature par l'Adjoint de quartier, on nous propose une version 3 audacieuse de 10 conseils de quartier (dont Robertsau) avec un périmètre basé sur les cantons dont les points-clefs sont les suivants :

    • autonomie budgétaire 30 000 €/an et par conseil de quartier avec un fonctionnement indépendant
    • composition avec 3 collèges :
    1. collège "habitants dont le nombre est fixé à 1 pour 1000 habitants, la moitié des membres résultant d'un tirage au sort effectué à partir du fichier de la taxe d'habitation (sous réserve de l'accord formel de la CNIL[Commision Nationale Informatique et Libertés]; ou à défaut liste électorale, l'autre moitié provenant d'un tirage au sort à partir d'une liste d'habitants quiseseront déclarés volontaires
    2. collège associations dont le nombre est fixé à 1 pour 4000 habitants, la moitié des membres étant désignés d'offices car représentant les associations les plus actives sur le quartier et de fait indispensables, l'autre moitié résultant d'un tirage au sort parmi les associations volontaires
    3. un collège" acteur socioprofessionnels dont le nombre de mebres est fixé à 1 pour 4000 habitants, à tirer au sort sur la base d'une liste de volontaires". S'agissant de la Robertsau, l'ADIR et ll'ASSER y seront d'office.
    • possibilité d'appel à des experts
    • animation par un animateur professionnel de la communication
    • présdence par un citoyen élu par les 3 collègues
    • assemblée générale minimum annuelle , possibilité d'en faire plus
    • bilan d'étape de fonctionnement au bout de 2 ans
    • charte de fonctionnnement des conseils de quartier adoptée par délibération
    • les élus seront de simples citoyens et n'auront pas de pouvoir
    • avis demandé aux conseils de quartier pour tout aspect qui les concernent et qui sera joint aux délibérations du Conseil Municipal de Strasbourg ou de la CUS (si projet communautaire)
    • création de commissions thématiques pour problme transversaux pouvant concerner plusieurs quartiers (circulation, environnement, etc.)

    Leur mise en place est prévue pour la fin de l'année 2008.