Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé

  • La pollution de l'air à Strasbourg : quelles mesures ?

    Vignette anti-pollution Crit’Air, premier débat

    La vignette anti-pollution Crit’Air qui sera appliquée à partir de septembre prochain

    dans l’Eurométropole, en cas de pic de pollution, s’est invitée hier au conseil municipal.

    Enfin un débat...

    Le dispositif de circulation différenciée avait été présenté à la presse il y a tout juste deux semaines ( DNA

    du 14 février 2017). Hier, à l’occasion d’un débat sur la stratégie air-énergie-climat de la Ville de

    Strasbourg, Pascale Jurdant-Pfeiffer (UDI) a mis les pieds dans le plat. Elle s’étonne tout d‘abord de «

    l’absence totale de référence à la mesure non anodine, lancée par l’Eurométropole de mise en place de

    vignettes sur les voitures en cas de pic de pollution ».

    « Ce n’est quand même pas rien, pour bon nombre de nos concitoyens, de remettre en question cet outil si

    nécessaire, qu’on le veuille ou non, à la vie quotidienne qu’est la voiture », appuie l’élue d’opposition. Qui

    pense « à ceux qui possèdent un véhicule un peu ancien et qui n’ont pas les moyens de s’en racheter un

    nouveau ». Alors que « les véhicules hybrides sont encore très coûteux et pas à la portée financière de

    tout le monde. »

    Pascale Jurdant-Pfeiffer en rajoute une couche : elle a plutôt « l’impression d’une concurrence entre la

    Ville et l’Eurométropole que de la mise en place d’actions véritablement coordonnées et complémentaires.

    »

    Pour Françoise Schaetzel , élue écologiste, les pastilles Crit’Air sont « un outil plus fin et mieux accepté

    par la population que la circulation alternée ». Ces vignettes se présentent sous forme de pastilles de

    couleur qui classent les véhicules en six catégories en prenant en compte le type de carburant, la taille et

    l’âge.

    Elle annonce qu’un retour d’expériences de plusieurs villes et métropoles de France sera organisé dans

    les jours qui viennent à Strasbourg.

    ...........

    Fabienne Keller (LR) s’étonne que Strasbourg reste à la traîne, « Grenoble, Lyon et Paris, ayant pris une

    avance en la matière ». Dans le même temps, l’ancien maire de Strasbourg s’inquiète « des difficultés de

    maîtrise des dépenses d’énergie de la Ville : un budget qui ne baisse pas, en dépit des investissements

    réalisés dans les isolations thermiques ».

    De son côté, Laurence Vaton (MoDem) décerne un satisfecit à la municipalité sur « la méthodologie », tout

    en l’invitant à « ne pas s’endormir sur ses lauriers en matière d’aménagement de pistes cyclables ».

    Adjointe en charge du plan climat, Christel Kohler répond tour à tour aux critiques. Elle réfute « toute

    concurrence entre la Ville et l’Eurométropole ».

    Qui a eu le mot de la fin ? Roland Ries qui répète que la Ville a déjà « beaucoup réduit la circulation

    automobile dans le cœur de la cité, mais pas assez dans la première couronne et surtout la deuxième

    couronne... » Le maire de Strasbourg annonce une délibération sur la question des livraisons pour le mois

    d’avril.

    Le point est adopté par 54 voix pour et deux abstentions. Les deux voix de l’UDI. extraits dna

  • L’Eurométropole dans l’impasse pour améliorer la qualité de l’air

    L’Eurométropole va revoir ses plans d’urgence et à long terme pour agir plus efficacement contre la pollution de l’air. Parce que là… ça marche pas.

    Face à la persistance de pics de pollutions, un nouvel arrêté ministériel de protection de l’air (PPA) doit être décliné par un arrêté inter-préfectoral, pour prendre de nouvelles mesures de protection de la population en cas de dépassement des seuils. Sauf que cette fois, il doit être décliné sur les 10 départements du Grand Est, bien que chaque agglomération et départements aient ses mesures spéciales. Une des principales nouveautés sera le déclenchement des mesures d’urgence au bout de deux jours au seuil d’information, contre quatre aujourd’hui.

    L’arrêté de 2015 se contentait d’étendre les routes concernées par les baisses de vitesse, des limitations souvent peu respectées. Cet accord doit être décliné dans les 10 départements de la nouvelle région Grand Est. Elles demandent souvent d’intenses négociations avec le monde agricole, car certains épandages sont interdits.....

    La droite réclame la gratuité des transports lors des pics

    Concernant les mesures d’urgence des plans particules, l’opposition de droite a souvent réclamé que les transports soient complètements gratuits (comme c’est le cas pour les autocars du Réseau 67, qui étaient gérés par le conseil départemental du Bas-Rhin jusqu’au 31 décembre 2016 et ont été transférés à la Région Grand Est), et non avec un ticket de 1€70 pour la journée.

    Selon les élus « Les Républicains », Modem et apparentés, la mesure permettrait d’attirer une future clientèle sur les lignes de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS). L’exécutif strasbourgeois répond que la mesure est trop coûteuse, car il faut compenser la CTS pour les pertes économiques subies.....

     

    Pas de calendrier pour les projets « Ville Respirable »

    L’appel à projet « Villes respirables » obtenu en octobre 2015 prévoit aussi des financements pour des mesures pérennes de réduction de la population. Car au-delà des seuils qui agitent l’intérêt médiatique, politique et des citoyens, la pollution de fond a aussi des effets sur la santé.

    La mise en place des vignettes à Paris et à Grenoble à titre expérimental « est regardée » confirme Robert Herrmann. Une zone de circulation restreinte (ZCR) est un engagement  Autres mesures, le dernier kilomètre propre, qui nécessite des discussions avec les commerçants du centre-ville pour interdire les camions et proposer des alternatives, ainsi que les navettes électriques Lohr qui seront testées dans le centre-ville et la Krutenau à partir de septembre.

    Le travail est en cours, pour ces projets dont il est question depuis des années, mais à part les navettes, il n’y a pas de calendrier précis, alors que l’appel à projets a été remporté il y a plus d’un an.

    Ils doivent être mis en place avant 2020 pour que les financements soient perçus. Enfin, l’argument de la mise en place du Grand contournement ouest (GCO) pour repousser la pollution automobile de Strasbourg vers la campagne est, lui, un peu moins présent dans les discours. L’Atmo Grand Est travaille sur de nouvelles modélisations. extraits Rue 89

  • Choisissez bien votre crème solaire

    Les vacances approchent, c’est le moment de profiter du soleil (quand il y en a…). Il faut bien évidemment protéger sa peau contre les UV, mais attention car toutes les crèmes ne se valent pas. L’UFC-Que choisir a effectué des tests en laboratoire et sur les 17 produits de protection solaire pour enfants vérifiés, un tiers des échantillons affichait une très faible protection aux UVA. Contrairement aux informations rassurantes sur l’emballage et à l’indice de protection 50 voire 50+ affiché, ces produits présentaient de graves carences en termes de protection. L’association rappelle que les UVA, qui représentent 95% des UV touchant la surface de la terre, sont tout aussi responsables des cancers de la peau que les UVB. Contrairement à ces derniers, les UVA sont indolores et peuvent pénétrer dans la peau jusqu'aux cellules du derme au point d'altérer les cellules à long terme et entraîner également le photo-vieillissement, des intolérances solaires et des désordres pigmentaires.
    L’UFC-Que choisir a donc porté plainte pour « pratique commerciale trompeuse et tromperie » contre Clarins, Bioderma, Biosolis, Alga Maris et Lovea.
    Elle a mis en ligne un guide d’achat gratuit pour bien choisir sa crème et rappelle également que le meilleur moyen de protéger les enfants contre le soleil est de ne pas les exposer, d’éviter les heures où l’ensoleillement est le plus fort (de 12h à 16h) et de les équiper tout au long de la journée de lunettes de soleil, tee-shirt et chapeau. source CCA

  • GRAND CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG : ENCORE UN PROJET DE VINCI NUISIBLE, INUTILE ET IMPOSÉ

    GRAND CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG :
    ENCORE UN PROJET DE VINCI NUISIBLE, INUTILE ET IMPOSÉ


    C'est avec colère et dégoût que nous avons découvert dans le Journal officiel du 30 janvier 2016 le décret validant le contrat de concession pour la construction et l'exploitation du Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO). Réactions de France Nature Environnement et Alsace Nature.


    GCO : la défense de l’intérêt privé prime sur l’intérêt public

    Après deux ans de travail souterrain, sans aucune communication, ni sur le cahier des charges de cette autoroute à péage ni sur les conditions d'attribution de la concession au géant du BTP Vinci, l'Etat donne les clés de cet ouvrage destructeur et inutile à une multinationale dont le seul objet est de faire fructifier son investissement de 700 millions d'euros, et ce, pour 54 ans.

    FNE et Alsace Nature ainsi que leurs associations fédérées regrettent amèrement le choix des pouvoirs publics de persévérer dans la mauvaise voie. Ces derniers préfèrent une vieille vision du tout routier plutôt que de développer les  alternatives à la voiture individuelle pour les déplacements domicile/travail autour de Strasbourg. Au lieu de créer une voie dédiée sur l’A351 pour le Transport en Site Propre de l'Ouest strasbourgeois ou encore de sortir des cartons les projets d'extension de tramway vers l'ouest et le nord de la ville, les pouvoirs publics se fourrent dans une impasse en créant une nouvelle autoroute, en supprimant l’écotaxe…

    Pourtant, les solutions à la pollution atmosphérique, au sacrifice de 300 hectares de terres agricoles, à la destruction de la biodiversité, au cauchemar des automobilistes coincés dans les bouchons aux heures de pointe, existent. Nous les avons maintes fois développées, avec, à nos côtés, des associations d'usagers des transports collectifs, des agriculteurs, des élus et des riverains des vingt communes impactées.

    Malgré de multiples appels au débat public et ces propositions concrètes, les pouvoirs publics ont choisi l'autisme et l’affairisme. Adieu cohérence politique. Ici, ils ont pris fait et cause pour le lobby du BTP, au détriment des citoyens.


    Une démocratie du « cause toujours… »

    Face à ce mépris, nous ne baisserons pas les bras. Lors de l’ouverture de la troisième conférence environnementale (en 2014) et au lendemain de la mort du jeune Rémi Fraisse sur le site de Sivens, le chef de l’Etat avait assuré que le débat public « est la seule manière de garantir dans la transparence et la responsabilité, aussi bien la préservation de la nature que les poursuites de nos projets de développement économique ». Il donnait six mois alors au gouvernement pour dresser les conditions de ce renouveau du dialogue démocratique tout en simplifiant les procédures.

    Ces « simplifications »désormais menées ne désignent en réalité qu’une vaste dérèglementation qui bafoue les mesures de protection de la nature, les droits sociaux et les procédures démocratiques chèrement acquis. Pas dupes, les citoyens attendent toujours le débat démocratique qui aurait dû être le préambule à tout changement.

    Le choix fait aujourd’hui, sur ce projet vieux de plus de 40 ans qui fait l’objet d’une vive contestation, va à l’encontre des belles paroles de François Hollande. Imposer ainsi la violence d’Etat et le mépris du citoyen à la place de la démocratie n’est pas selon nous la meilleure des solutions.

    Pour Denez L’Hostis, président de FNE « Alors que tous les acteurs régionaux de la société civile ont réussi à animer un véritable débat démocratique expliquant l’inutilité totale du projet de GCO, les responsables politiques continuent à promouvoir les projets routiers des années 1960. Quand donc des solutions adaptées au 21ème siècle, dans la droite ligne de la COP 21, donnant plus de place aux transports collectifs seront elles enfin mises en place ? »
    source Alsace Nature

    Contacts Presse :
    Marie Marty - Secrétaire régionale Alsace Nature : 06 70 48 98 63
    Michel Dubromel - Vice-président de France Nature Environnement : 06 82 52 11 81

  • Compte rendu du dernier Conseil municipal de Strasbourg du 20 Avril 2015

    Parmi tous les points débattus, il y a pour la Robertsau :

     
    • Attribution du nom de Mélanie de Pourtalès à la médiathèques de la Robertsau : adopté unanimité

     

    • Interpellation de Monsieur Thierry ROOS : 'Projet de géothermie à la Robertsau' voir la vidéo ci-dessous

    géothermie à la Robertsau

    • Interpellation de Monsieur Thierry ROOS : 'Le foyer Saint-Louis'. voir la vidéo ci-dessous

    'Le foyer Saint-Louis'.

    extraits strasbourg

     

  • Le vélomobile : 80 fois plus efficace que la voiture électrique

    À mi-chemin entre le vélo couché et la voiture de course, voici le véhicule propre par excellence. Équipé d'un habitacle et d'une assistance électrique, il pourrait concurrencer le vélo. Et même la voiture électrique... si la loi le permettait.

     

    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Rouler à vélo plutôt qu'en voiture : tout le monde est pour, mais qui le fait ? En pratique, le vent, la pluie et la proximité des autres véhicules ont souvent raison de nos convictions écologistes. Surtout quand il s'agit d'aller loin. Même aux Pays-Bas, paradis de la bicyclette, 77 % des trajets à vélo s'effectuent sur moins de 5 km et seulement 1 % sur plus de 15 km.

    Alors qu'en France, 26 km séparent en moyenne notre domicile de notre travail, nos Titine seraient-elles donc irremplaçables ? Pas forcément. Un véhicule alternatif propre existe déjà et il ne requiert pas des millions d'euros d'investissement comme la voiture électrique.
     
    Ce véhicule, c’est le vélomobile. Venu d'Europe du Nord, il est apparu dans les années 1980 et n'a cessé de s'améliorer depuis. Cette étrange voiture à pédale est composée d’un vélo couché à trois roues, protégé par une coque aérodynamique.

    Cette dernière réduit jusqu’à 30 fois la résistance de l'air. Ajoutez à cela le pédalage en position couchée, et voici que le cycliste dépense trois à quatre fois moins d'énergie qu'au guidon d'un vélo traditionnel. Cela lui permet de rouler sur de plus longues distances, mais aussi d’aller plus vite. Et ce, sans sacrifier au confort : la carrosserie le protège des intempéries et des collisions, alors que les trois roues lui assurent la stabilité.

     

    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl
    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl

    PEDALER A 40 KM/H

    Un vélo-mobiliste sans entrainement peut ainsi atteindre facilement les 40 km/h sur du plat. Il n’est donc pas rare, dans le nord de l'Europe, de voir l'un de ces véhicules flashé pour excès de vitesse. Une source de fierté plus que d'amertume dans le petit monde des cyclistes.
     
    Cependant, ce tricycle a quelques défauts. Son prix tout d’abord : comptez entre 2 500 et 10 000 euros pour en acquérir un. Ce coût s’explique par une production encore artisanale et l’emploi de matériaux haut de gamme (carbone, kevlar, fibre de verre...). Un prix important certes, mais inférieur à celui d’une voiture et de son carburant. Vient ensuite son poids : pesant entre 24 et 40 kg, il est plus lent au démarrage et dans les côtes qu’un vélo classique. Voilà qui ne facilite pas son utilisation en ville.

     


    80 FOIS PLUS EFFICIENT QU’UNE VOITURE ELECTRIQUE

     

    Kris De Decker, auteur du blog Lowtech magazine, affirme détenir la solution : l’assistance électrique. Pour le démontrer, il a comparé le vélomobile assisté « e-WAW » et la voiture électrique Nissan Leaf, deux véhicules affichant une autonomie comparable de 150 kilomètres.

    Avec un poids d’à peine 30 kilos, le vélomobile est 46 fois plus léger que sa concurrente. Cela lui permet de n’embarquer qu’une petite batterie de 288 Wh, contre 24 kWh pour la voiture. Il est donc 80 fois plus efficient.

    D'autant que, selon ses calculs, si tous les américains troquaient leur voiture traditionnelle pour des Nissan Leaf, il faudrait multiplier par 20 la production du parc éolien (soit 7200 gWh) pour les recharger de façon écologique. À l’inverse, en utilisant des e-WaW, un quart de la puissance éolienne déjà installée suffirait largement (86,4 gWh).

     


    Le seul mode de transport réellement durable

    Côté autonomie, le vélomobile est encore gagnant. Pour que l’e-WaW atteigne une autonomie de 450 km, il suffirait de lui rajouter 6 kg de batteries. Pour en faire autant, il faudrait équiper la Nissan Leaf de 400 kg de batteries supplémentaires. De quoi remplir tout son coffre et sa banquette arrière. Même sans ses pédales, le vélomobile est toujours 20 fois plus efficient que la voiture, ne consommant que 0,7 kWh aux 100 km contre 15 kWh pour la Nissan Leaf.

    Selon l'auteur, le vélomobile assisté n'est autre que le seul mode de transport réellement durable. Mais pour que ce mode de transport alternatif se développe, il faudrait que la législation évolue. Aujourd'hui considérés comme des vélos électriques, les vélomobiles assistés sont en effet bridés à 25 km/h en France. Précisément le seuil à partir duquel leur aérodynamisme les rend plus performants que le vélo...

    Aux États-Unis, un prototype tout électrique filant à 110 km/h existe déjà, la Raht Racer....Extraits wedemain

     

  • Le désherbant Roundup classé cancérogène....ENFIN

    Rarement le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) aura rendu évaluation potentiellement aussi lourde de conséquences. Dans la dernière édition de la revue The Lancet Oncology, publiée en ligne le 20 mars, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonce avoir classé trois pesticides dans la catégorie 2A – c’est-à-dire « cancérogènes probables » –, dernier échelon avant la qualification de « cancérogène certain ».

    Parmi les trois molécules réévaluées par le CIRC se trouvent deux insecticides, le diazinon et le malathion, dont l’utilisation est restreinte en Europe. C’est la troisième substance épinglée, le glyphosate, qui donne son caractère singulièrement explosif à l’avis rendu par le CIRC. Synthétisé par Monsanto dans les années 1970, le glyphosate – principal ingrédient du célèbre désherbant Roundup – est en effet l’herbicide le plus utilisé au monde et le plus souvent retrouvé dans l’environnement.

    « Il est utilisé dans plus de 750 produits pour l’agriculture, la foresterie, les usages urbains et domestiques, notent les scientifiques réunis par le CIRC. Son utilisation a vivement augmenté avec le développement des cultures transgéniques tolérantes au glyphosate. » Ce n’est donc pas une simple substance chimique dont l’innocuité est mise en cause par le CIRC, mais la pierre angulaire de la stratégie du secteur des biotechnologies. La grande majorité des plantes génétiquement modifiées (PGM) mises en culture dans le monde sont en effet conçues pour pouvoir absorber cet herbicide sans péricliter, permettant ainsi un épandage direct sur les cultures pour désherber les surfaces cultivées.

    Aux Etats-Unis, une étude publiée en 2011 par l’US Geological Survey a montré que dans certaines régions, le glyphosate était présent à des niveaux mesurables dans les trois quarts des échantillons d’air et d’eau de pluie analysés.

    Risques accrus de lymphome

    En France, en dépit de l’absence de cultures transgéniques ad hoc, c’est le pesticide de synthèse le plus utilisé. Il s’en est épandu plus de 8 000 tonnes en 2011, loin devant les quelque 2 700 tonnes de la deuxième substance la plus populaire – le mancozèbe (un fongicide). Selon le rapport rendu en 2010 par l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), « le glyphosate est [en France] le principal responsable du déclassement de la qualité des eaux ». La substance ne résiste cependant pas au chlore et est largement absente de l’eau potabilisée.

    Ce n’est d’ailleurs pas sur la population générale que les études examinées par le CIRC décèlent un risque accru de cancer, mais sur les jardiniers et les agriculteurs. Selon l’agence, « des études cas-témoins d’exposition professionnelle [au glyphosate] conduites en Suède, aux Etats-Unis et au Canada ont montré des risques accrus de lymphome non hodgkinien [un cancer du sang] ». Quant aux expériences sur les animaux, certaines ont montré que le désherbant phare de Monsanto induisait des dommages chromosomiques, un risque augmenté de cancer de la peau, de cancer du tubule rénal, d’adénomes de cellules pancréatiques. Au total, cependant, le CIRC estime que l’ensemble de la littérature scientifique examinée ne permet pas de conclure avec une totale certitude à la cancérogénicité du glyphosate.

    Dans un communiqué publié lundi 23 mars, Monsanto a protesté, en termes crus, contre l’avis rendu par le CIRC. La société basée à Creve Coeur (Missouri) fustige la « science poubelle » (junk science, dans le texte) de l’agence intergouvernementale, dont elle rejette en bloc les conclusions. Dans une lettre datée du 20 mars et dont l’agence Bloomberg a obtenu copie, Monsanto intime même à Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, de faire « rectifier » l’opinion du CIRC.

    Celle-ci a pourtant été établie selon un processus immuable depuis quarante ans. Une vingtaine de scientifiques de plusieurs disciplines (toxicologie, épidémiologie…) sont réunis par l’agence, sélectionnés sur leurs compétences et l’absence stricte de conflits d’intérêts avec l’industrie. Un projet d’avis, fondé sur l’ensemble de la littérature scientifique publiée sur le sujet examiné, est discuté par les chercheurs, plusieurs jours durant, en présence d’observateurs de l’industrie, de représentants d’agences de sécurité sanitaire, etc. Lorsque les membres du groupe d’experts parviennent à un consensus, l’avis est adopté. Les opinions du CIRC bénéficient du plus haut niveau de reconnaissance dans la communauté scientifique, mais sont souvent attaquées par les secteurs industriels contrariés. ...extraits le monde

  • Corinne LEPAGE conférence Mardi 3 février à 20h30 Institut Lebel, 4 rue Blaise Pascal Strasbourg amphi 2

    A l’invitation de Campus Vert et de l’association Stop Fessenheim

    Vous êtes cordialement invités
    Madame Corinne LEPAGE, 
     
    ancienne Ministre de l’Environnement,
    avocate spécialisée en Environnement et en Droit public, 
     
    auteure du livre :
    L’Etat Nucléaire (Albin Michel 2014)
     
    donnera une conférence
     
    Mardi 3 février à 20h30
     
    Institut Lebel, 4 rue Blaise Pascal Strasbourg
    amphi 2
     
    sur le thème
    Fessenheim au coeur de l’État Nucléaire
     
    (entrée libre)

  • Le cadr67 vous propose ses sorties à vélo

    Samedi 27 septembre l'après-midi
    Balade automnale en forêt du Neuhof
    Rdv à 13h45 devant le stade de la Meinau pour un départ à 14h
    Route : 30 km plats, dont 5 km de chemin, VTC conseillé. Fin à 18h
    Tarif : 1€ pour les licenciés et membres du Cadr67, 3€ pour les autres + visites
    Inscription obligatoire au CADR 67 HOLDER Louis Louis 12 rue des bouchers 67000 Strasbourg
    Tel ou SMS : 06 28 28 69 83 Courriel : lholder@hotmail.fr Site web : http://cadr67.fr

  • Le cadr67 vous propose ses sorties à vélo

    2-Samedi 30 août sur la journée
    Vallée de la Bruche au départ de Schirmeck
    Rdv gare de Strasbourg 8h30 pour un départ TER à 8h55 ou rdv gare de Schirmeck 9h45
    Route : 50 km vallonnés, vélo de route conseillé. Fin à 18h
    Tarif : 1€ pour les licenciés et membres du Cadr67, 3€ pour les autres + visites + train + repas
    Inscription obligatoire au CADR 67 HOLDER Louis Louis 12 rue des bouchers 67000 Strasbourg
    Tel ou SMS : 06 28 28 69 83 Courriel : lholder@hotmail.fr Site web : http://cadr67.fr

  • Le cadr67 vous propose ses sorties à vélo

    2-Samedi 7 juin sur la journée
    9 Jardins médiévaux au départ de Sélestat
    Rdv gare de Strasbourg à 8h30 pour un départ en TER à 8h51 ou rdv à 9h10 gare de Sélestat rue du Giessen
    Visite du village médiéval de Dambach-la-Ville, puis du jardin des plantes médicinales à Dieffenthal
    Repas au restaurant A la Couronne de Scherwiller, visite du jardin de l'amour courtois
    Visite des autres jardins médiévaux à Châtenois, Kientzheim, Orschwiller, St Hippolyte, Rodern, Rohrschwihr
    A Bergheim, visite du jardin des plantes magiques, tour sur les remparts et musée des sorcières
    Retour à Sélestat par la voie romaine transformée en véloroute du vignoble
    Route : 40 km vallonnés, vélo de route conseillé. Retour train à 17h20. Fin à 17h40
    Tarif : 1€ pour les licenciés et membres du Cadr67, 3€ pour les autres + visites + train + repas
    Inscription obligatoire au CADR 67 HOLDER Louis Louis 12 rue des bouchers 67000 Strasbourg
    Tel ou SMS : 06 28 28 69 83 Courriel : lholder@hotmail.fr Site web : http://cadr67.fr

  • Rendez-vous le 17 mai Place Kléber ! Pour « les seniors dans la ville » de 10h à 18h30 Place Kléber

    La Ville de Strasbourg et ses partenaires vous proposent pour la troisième fois une journée de rencontres et d’échanges dédiée aux seniors le samedi 17 mai de 10h à 18h30 Place Kléber. De nombreuses associations et structures seront présentes afin de vous renseigner sur le bénévolat solidaire, l’aide aux aidants, la prévention santé, le bien-vieillir… Animations, démonstrations et ateliers vous y attendent !
    Programme disponible prochainement

  • Sortie cycliste découverte : Samedi 10 mai l'après-midi : au départ d'Eckbolsheim Sur la piste des forts et au fil de l'eau

    Rdv à 13h45 sur le parking au bord du canal à Eckbolsheim.

    Passage par les forts Kléber à Wolfisheim, Frère à Oberhausbergen, Foch à Niederhausbergen, Ducrot à

    Mundolsheim, Desaix à Souffelweyersheim et Rapp à Reichstett.

    Visite de la pagode bouddhiste du Clasbec à Souffelweyersheim

    Pause rafraichissement au restaurant "Au fil de l'eau" à Souffelweyersheim

    Distance : 37 km vallonnés au début, dont 500m de chemin, VTC conseillé. Fin à 18h

    Tarif : 1€ pour les licenciés et membres du Cadr67, 3€ pour les autres + visites

    Organisateur : 7763 CADR 67 HOLDER Louis 7 rue des coquelicots 67200 Strasbourg

    Tel : 06 28 28 69 83 Courriel : lholder@hotmail.fr Site web : http://cadr67.fr

  • Après le pic de pollution que fait-on ? Rien comme d'habitude...

    réaction de la FNAUT

    La FNAUT attend du gouvernement et des collectivités locales une réaction plus rapide et plus efficace aux pics de pollution de l’air. Elle attend surtout une stratégie de prévention de ces phénomènes, dont la circulation routière est une cause essentielle en milieu urbain.

    La gestion des pics de pollution

    La santé publique ne peut être prise à la légère : les pouvoirs publics doivent réagir rapidement au lieu d’observer la situation pendant une semaine tout en dispensant des conseils de prudence aux personnes fragiles et en espérant que le vent agisse à leur place.

    - Décidée isolément, la gratuité des transports publics n’a aucun impact sur le comportement des automobilistes ; elle a par contre un coût important pour les autorités organisatrices de transports.

    - La réduction des vitesses routières est nécessaire, mais son efficacité est limitée.

    - Plus efficace malgré son caractère non sélectif, la circulation alternée doit être décrétée dès l’émergence d’un pic de pollution (particules fines, oxydes d’azote ou autres polluants).

    La prévention des pics de pollution

    Mieux vaut donc prévenir par des mesures pérennes qu’essayer de guérir par des mesures provisoires. La pollution chronique de l’air urbain est d’ailleurs plus dangereuse que les pics.

    - Il faut s’attaquer en priorité aux facteurs déterminants : la pollution des autobus et autocars doit être traitée, mais elle est négligeable devant celle des voitures et des camions.

    - La dédieselisation du parc automobile est nécessaire. Elle exige l’alignement progressif de la fiscalité du gazole sur celle de l’essence et la suppression du bonus à l’achat des véhicules neufs, mais le renouvellement du parc automobile prendra inévitablement du temps.

    - C’est donc d’abord sur le volume de la circulation qu’il faut agir, sans craindre les réactions d’associations plus attentives au confort des automobilistes qu’à la santé publique.

    La FNAUT préconise en particulier de nouveaux aménagements piétons et cyclables ; l’extension des zones 30 ; un accroissement de la vitesse et de la ponctualité des autobus (couloirs réservés, priorités aux carrefours) ; la création de services entre banlieues ; l’utilisation des emprises ferroviaires inutilisées (Petite ceinture parisienne, voies ferrées périurbaines en province) ; l’abandon des projets de nouvelles autoroutes et de parkings urbains ; la correction du barême fiscal kilométrique, qui encourage les déplacements domicile-travail en voiture en surestimant leur coût ; le recours au péage urbain, qui permet une baisse durable de l’ordre de 20 % du trafic automobile. source fnaut

  • Strasbourg Trafic de stupéfiants Coup de filet à la Cité de l'Ill ce lundi matin 24mars 2014

    Une très importante opération policière a été organisée ce matin LUNDI 24MARS 2014 à la Cité de l'Ill dans le quartier de la Robertsau à Strasbourg

    Les policiers de la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale du Bas-Rhin, qui travaillaient sur commission rogatoire d'un juge d'instruction strasbourgeois, ciblaient une vingtaine d'objectifs.

    Ils ont interpellé au moins une quinzaine d'individus soupçonnés d'être impliqués dans un vaste trafic de résine de cannabis......extraits dna

     

  • Alerte à la Pollution Atmosphérique : On est à 9 presque au Plafond 10 très mauvais : qu'attend le Préfet pour AGIR

    Pour ce vendredi les teneurs en particules restent très fortes et devraient continuer à augmenter en lien avec une stabilité atmosphérique continuant à favoriser l'accumulation des émissions locales qui s'ajouteront au niveau de fond particulaire déjà élevé. La qualité de l'air sera mauvaise à localement très mauvaise en plaine (indices 9 à localement 10) et bonne dans les Vosges (indices 4). source aspa

  • Alerte aux particules... Evitez de courir ou delaisser vos enfants ou les personnes ägées souffrant d'insuffisnce pulmonaire à l'extérieur... pendant les prochains jours

    La semaine débute comme la précédente s'est achevée : les teneurs en particules restent fortes et devraient même augmenter en lien avec les émissions issues du trafic routier renaissant qui s'ajouteront au niveau de fond de particules (aérosols secondaires) déjà élevé. La qualité de l'air sera médiocre à mauvaise en plaine (indices 6 - 8) source aspa

     

    Limitez vos déplacements en voiture; privilégiez les transports en commun

  • Pour ne plus avoir à choisir entre bus, voiture et vélo.. du nouveau à partir du 17 mars 2014 à Strasbourg

    Deux formules pour jongler entre transports publics, vélo et voiture

    L’idée : provoquer des réflexions chez les Strasbourgeois et leur permettre de choisir entre plusieurs moyens de transport. Dans cette optique, les tarifs proposés, non soumis à la tarification solidaire, entrent dans une « logique d’incitation ». Deux formules avec trois gammes de prix, en fonction de l’âge:  19-25 ans, 26-64 ans et +65 ans. Les deux proposent un abonnement annuel bus-tram, un accès à l’ensemble des parkings relais (au total, 4 200 places répartis sur les dix parkings de l’agglomération) et un accès aux véloparcs.

    1/ Avec la formule « Liberté » l’utilisateur bénéficie d’un abonnement Vélhop dans les stations automatiques de la ville pendant un an, chaque utilisation étant facturée en sus (0,20cts/h et 1euro les 12h) et d’un accès à l’autopartage au tarif « basique » avec facturation à l’usage, avantageux si l’utilisateur n’a besoin d’une voiture qu’occasionnellement (une fois par mois). Abonnements annuels à 288 euros pour les 19-25 ans, 504 euros pour les 26-64 ans et 264 euros pour les +65 ans.

    La deuxième formule « Premium » propose un accès illimité au Vélhop (un personnel ou vélos en stations), l’accès à l’autopartage au tarif « classique » avec facturation à l’usage, adapté à un besoin régulier de la voiture (une fois par mois ou deux fois par semaine). Abonnements annuels respectivement en fonction des catégories d’âges à 384, 588 ou 360 euros.

    Financièrement, le gain pourra paraître évident pour ceux qui se déplacent quotidiennement en tram et bus et souscrivent déjà à un abonnement badgéo, peut-être moins pour les quidams qui n’utilisent que l’autopartage et disposent de leur propre vélo. Mais au moins, il y aura le choix. A noter que le Pass est nominatif mais qu’une seconde carte sera fournie si nécessaire pour chercher le véhicule familial garé dans l’un des parkings. extraits rue89 strasbourg

    POUR SOUSCRIRE DES LE 17 MARS 2014 CLIQUEZ ICI

  • A quelques jours de noël : quelques conseils sur l'achat de jouets...

    Les pollutions et substances dangereuses présentes dans les jouets

    Nom de la substanceOù la trouve-t'on ?Ses effets sur la santéComment l'éviter?
    Bisphénol-A (BPA) Plastiques alimentaires et jouets en polycarbonate Perturbateur endocrinien lié à certains cancers Achat à éviter
    Colorants (composés azoïques) Tissus et textiles Cancérigènes ou allergisants

    Label Oeko Tex,

    Confiance textile

    Formaldéhyde ou formol Vernis des jouets en bois Composé Organique cancérigène Pour les tissus: Label Oeko Tex, Confiance textile
    HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) Ces dérivés du pétrole sont utilisés dans les caoutchoucs Cancérigènes Odeur de goudron
    Métaux lourds (Plomb, Mercure, Arsenic, Cadmium, Chrome...) Certaines peintures et vernis Perturbateurs endocriniens, ou cancérigènes, mutagènes parfois causes d'encéphalopathies, anémies, et saturnisme Pour les tissus: Label Oeko Tex, Confiance textile
    Parfums de synthèse Utilisés pour masquer les odeurs des produits de synthèse Allergènes, peuvent provoquer fièvres, asthme et dermatites Sentir le produit et éviter les odeurs fortes (exemple : citron ou vanille)
    Phtalates Utilisés pour assouplir le plastique, se trouvent dans les jouets gonflables et autres articles en plastique Perturbateur endocrinien lié à certains cancers Eviter les plastiques souples ou acheter des produits "sans phtalates"

    Les labels recommandés pour les jouets

    • GS: sécurité et vérification indépendante de critères comme CE.
    • Ange Bleu : label Allemand qui certifie la qualité du produit.
    • Spiel Gut : délivré par une association qui teste des jouets et délivre son label aux meilleurs d'entre eux. 
    • NF Environnement : ecolabel Français qui certifie l'écoconception et la qualité du produit extraits notre planète info
  • Particules : tarifs spéciaux dans les trams et les bus .... et les cars)

     L'Association de Surveillance et d'étude de la Pollution atmosphérique en Alsace (ASPA) prévoit pour aujourd'hui un dépassement du seuil de déclenchement du plan particules. La CUS met en place un dispositif d'incitation à l'utilisation des transports alternatifs à l'automobile.

    Ainsi, la CUS, la CTS, le conseil général du Bas-Rhin et Strasbourg Mobilités invitent les automobilistes à utiliser prioritairement les transports en commun ou le vélo.

    Une tarification spéciale est mise en place aujourd'hui :

    1/Transports en commun

    - Réseau urbain (CTS) :

    Forfait journalier « Pic de pollution » : 1,60 euro.

    Tickets en vente dans les distributeurs automatiques des stations de tramway, à bord des bus et dans la boutique CTS Homme de Fer.

    - Réseau 67 (conseil général) :

    le conseil général du Bas-Rhin met en place la gratuité sur les lignes du Réseau 67, en cas de dépassement du seuil d'alerte.

    ....

    Ces dispositions seront reconduites jusqu'à ce que la situation s'améliore. extraits dna

  • Le Conseil municipal de la Ville de Strasbourg a lieu ce 25 novembre dès 15h00 en la Salle des Conseils du Centre Administratif. Il est l'objet d'une diffusion en direct sur notre site internet en vidéo.

    Accéder au live en vidéo dès 15h00.

    Téléchargez l'ordre du jour.
     

     Les sujets principaux

    Point 1
    Débat d'orientations budgétaires 2014 de la Ville de Strasbourg et de l'Oeuvre Notre-Dame.

    Le Débat en cours porte sur le prochain budget de la ville de Strasbourg.

    Point 11
    Approbation de la modification N°36 du Plan d'Occupation des Sols de Strasbourg : avis du conseil municipal pour la Robertsau dont  rue Adler, rue de la tanche, chemin Goeb avec l'acquisition de + de 1 hectare de terrain à vocation agricole pour M. Hornecker pour exploiter partiellement un point de vente nécessaire car il possède déjà un terrain agricole de plus de 3 hectares. extrait strasbourg.eu
  • Le salon Bio & co du 1er au 4 novembre au parc des expositions du Wacken de 10h à 19h

    12 000 visiteurs attendus  diverses conférences et animations dispensées sur le thème de l’écologie et du développement durable, 200 exposants.. alternatives écologiques en matière d’habitat, d’alimentation, d’énergie, etc.

    ....

     L’entrée est gratuite sur invitation (téléchargeable sur le site internet www.salonbioeco.com), sur présentation de la carte CEZAM, Nature et Découverte ou de la licence naturiste 2013, et pour les enfants de moins de 12 ans. Pour les personnes de plus de 12 ans ne réunissant pas ces conditions, le prix d’entrée est de 5€.

  • Samedi 21 et dimanche 22 septembre, Fête des Plantes de l'Association des Amis du Jardin Botanique au Jardin des Deux Rives. Garten//Jardin tient un stand. Horaires à préciser

  • PPRT ENFIN LE RAPPORT D'ENQUETE PUBLIQUE PPRT port aux pétrôles EST SORTI TOUT EN DETAIL CI-DESSOUS

    Le rapport d'enquête publique du PPRT port aux pétroles vient de sortir avec toutes ces annexes et rapports d'étape.... Une vrai bombe !
    cf bas de page PPRT: http://www.alsace.developpement-durable.gouv.fr/port-aux-petroles-a801.html#sommaire_7

  • Ateliers Pour un bon compost... Mercredi 14, 21 et 28 août , de 14h30 à 17h au CINE de la Robertsau

    Au mois d'août, le CINE de Bussierre vous propose trois nouvelles séances
    d'apprentissage des techniques de compostage les mercredis 14 et 21 et 28 août
    de 14h30 à 17h.
    Ces ateliers sont destinés à tous les jardiniers amateurs désireux de parfaire leur
    pratique. Ils permettront en particulier d'expliquer comment bien démarrer un
    compost et de faire prendre conscience à chacun de l'importance de changer ses
    habitudes afin de protéger la qualité de notre ressource en eau et notre
    environnement.
    Alors, tous au compost, tous à Bussierre !
    Modalités pratiques
    Tarif : Gratuit
    Inscription : au 03 88 35 89 56

  • Visualisez le contrôle de votre eau du robinet à la Robertsau

    TESTEZ L'EAU DE VOTRE VILLE !!
    Il n'est plus nécessaire d'aller en mairie lire le panneau concernant la qualité de l'eau  de votre ville. 

    Trouvez votre commune et vous aurez le résultat . . .

    C'est d'autant plus facile en cliquant ICI

  • Bruxelles autorise le retour controversé des farines animales....

    L'annonce résonne étrangement, en plein scandale de la viande de cheval : la Commission européenne a indiqué, jeudi 14 février, que les poissons d'élevage pourront à nouveau être nourris avec des farines de porc et de volailles à compter du 1er juin. Ce mode d'alimentation avait été totalement interdit dans l'Union européenne (UE) en 2001, après cinq années de crise de la "vache folle" due à une épizootie d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB).

     

    C'est une mesure qui "tombe mal", a estimé vendredi le ministre français de l'agroalimentaire Guillaume Garot. La décision a pourtant été approuvée par les experts des Etats membres dès juillet 2012. Elle prévoit d'autoriser le recours à des "protéines animales transformées" (PAT) qui ne présenteraient pas les mêmes risques que les farines animales produites jusque dans les années 1990 pour nourrir poissons, poules ou mammifères d'élevage. Ainsi les PAT ne seraient fabriquées qu'à partir de produits d'abattage propres à la consommation humaine et prélevés sur des animaux sains, quand les farines ont longtemps utilisé toutes sortes de sous-produits de carcasses.

     

    PROSCRIRE LE CANNIBALISME

     

    Pour Bruxelles, cette décision "améliorera la durabilité à long terme du secteur de l'aquaculture, car ces PAT pourraient être un substitut précieux aux farines de poisson, qui sont une ressource rare". "Elle est conforme aux avis scientifiques les plus récents selon lesquels le risque de transmission d'ESB entre animaux non ruminants est négligeable, pour autant qu'il n'y a pas de recyclage entre les espèces." En clair : il faut proscrire le cannibalisme. Interdit donc de nourrir les porcs ou les volailles avec des farines issues de leur propre espèce, ce qui se pratiquait auparavant.

     

    En effet, si l'autorisation ne concerne pour l'instant que les produits de l'aquaculture, la Commission européenne "entend proposer une autre mesure pour réintroduire l'utilisation des PAT de porc et de volailles pour les volailles et les porcs", même si cette décision ne devrait pas intervenir avant 2014. L'interdiction pour les ruminants (bovins, ovins et caprins), décidée dès 1997, serait en revanche maintenue, de même que les PAT de ruminants à destination des animaux d'élevage non ruminants, bien que "la situation épidémiologique actuelle montre que l'UE est désormais dans la phase finale de l'éradication de l'ESB au sein de son cheptel bovin".

     

    "UN VÉRITABLE ESPRIT DE RESPONSABILITÉ"

    L'industrie agro-alimentaire peut-elle garantir le respect de cette alimentation croisée en ne mélangeant pas les circuits de production et de distribution des farines de porc et de volaille ? Beaucoup en doutent,.... extrait le Monde du15/02/13

    Commentaire : Après la gloutonnerie de nos banquiers dont les contribuables ont dû financer leur quasi-faillite pour les sauver (sic), faudra-t-il aussi voler au secours de l'industrie agro-alimentaire tellement avide ausi de ++++ de profit au détriment de notre santé ?

    Il est donc urgent de couper les ailes à ces géants en favorisant l'élevage et la culture de proximité et de supprimer tous les plats industriellement fabriqués avec des sous-produits hors de contrôles pour la santé de nos concitoyens.

    Mare aussi de voir les vautours des lobbys qui engraissent et corrompent tous les commissaires européens de fric pour mettre en danger notre capital santé.!..

  • POUR LES SENIORS COURS GRATUI DE QI QUONG CE MERCREDI MATIN DE 9 H 30 à 11 H 30

    rdv tous les mercredis au 18 rue de la Doller

  • ROBERTSAU Prévention des risques au port aux pétroles (PPRT) en réunion publique hier soir

    C'était une réunion publique sur le thème du PPRT du port aux pétroles. Un plan de prévention qui détaille les risques et fixe des contraintes autour de ce secteur concentrant quelques activités classées Seveso. La plus importante concerne quelques habitants proches du Port qui devront faire procéder à des des travaux de sécurité supplémentaires mais aussi la future interdiction d'accès au quai Jacoutot pour tous les riverains à l'exception des exploitants et entreprises installlés dans cette zone portuaure. surtout, il sera interdit d'accès pour les activités de loisirs, pêche et baignade, mais aussi promenade en forêt.....

  • Rendez-vous à Strasbourg le 18 novembre ! à 18h30 au Cinéma l'Odyssée pour la projection du film The End of The Line




    Réservez dès aujourd'hui votre dimanche 18 novembre ! Nous avons en effet le plaisir de vous convier à 18h30 au Cinéma l'Odyssée - 3 rue des francs bourgeois à Strasbourg - pour la projection du film The End of The Line.

    L'occasion unique de plonger dans l'enquête édifiante réalisée par Ruppert Murray sur l'impact dévastateur de la surpêche sur les océans.

    Si le rythme de pêche actuel est maintenu, d'ici à 35 ans nos océans seront vides. Seulement une minorité de gros bateaux surpêchent alors que 80% des embarcations de pêche françaises, relevant du secteur des artisans, doivent supporter eux aussi les conséquences de cette surpêche. Ces pêcheurs artisans utilisent des méthodes sélectives, s'interdisant souvent de pêcher pendant les périodes de reproduction du poisson...

    Dans ce film à couper le souffle, le journaliste Charles Clover, spécialiste des questions environnementales, révèle, sans concession, les enjeux économiques, sociaux et environnementaux qui se cachent derrière la surexploitation tragique des ressources marines.

    À l’issue de la projection, les militants du groupe local de Strasbourg seront présents pour répondre à vos questions. D’autres dates sont prévues en novembre et décembre. Se renseigner auprès du Cinéma l'Odyssée pour connaître les horaires des autres projections.

    Au plaisir de vous rencontrer le 18 novembre !

    L'équipe Greenpeace


    PS : pour rencontrer quelques uns de ces pêcheurs artisans, rendez vous sur www.greenpeace.fr/petitepeche 
    source greenpeace