Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

environnement

  • Avec le SINE, pour une jolie balade entre nature et histoire. Dimanche 14 mai à 9h30

    Dans le cadre de la fête du PNU organisée par la Ville de Strasbourg et une trentaine d'acteurs associés, retrouvez-nous le dimanche matin pour une jolie balade entre nature et histoire.

    Dimanche 14 mai à 9h30

    Avec SINE (Strasbourg Initiation Nature Environnement), voyageons à travers les vestiges d’un antique quartier où la nature a su conserver toute sa beauté. Une fois le brouhaha des Romains derrières nous, laissons-nous porter
    par une douce pente qui nous mènera tels des moines vers les eaux calmes du canal, puis laissons-nous bercer par la douce mélodie du printemps. Balade d’environ 2h.
    Rendez-vous à 9h30 devant le centre socioculturel Camille Claus, rue Virgile, Strasbourg, Koenigshoffen.
    Sur inscriptions au 03 88 35 89 56 ou à inscriptions@sinestrasbourg.org (il reste encore des places !)

    Vous pouvez télécharger l'ensemble du programme de ces deux journées d'animations en cliquant sur ce lien :

    http://media.strasbourg.eu/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ff363aa1-2de5-4231-aed6-2f0985d90812/Programme-Fete-PNU.pdf

    Au plaisir de vous retrouver, de l'autre côté de la ville,
    Source Le CINE de Bussierre

  • le programme du CINE de Bussierre est riche en activités. Retrouvez ci-dessous un rappel de notre programme du mois de mars.

    • Jusqu'au 2 avril : Exposition de l'association Traits Divers,  "Drôle de Nature", ouverte tous les jours - sauf le samedi - de 14h à 18h.
    • Samedi 11 mars : La nuit de la chouette à 19h30 au CINE, soirée proposée par la LPO Alsace.
    • Dimanche 19 mars : Pour l'humour du trait, une journée de rencontres avec les illustrateurs de l'association Traits Divers, avec dédicaces et atelier de tirages sur presse ancienne, de 14h à 18h, entrée libre
    • Mardi 21 mars : Les mardis nature du GEPMA : Entre la terre et le ciel il y a l'arbre, entrée libre. A 20h au Musée Zoologique de Strasbourg accès par le 12 rue de l'université.
    Dans le cadre de la semaine des alternatives aux pesticides
    • Mercredi 22 mars : A vos binettes, avec une séance sur la préparation du sol à 14h30 (pour adultes et sur inscription au 03 88 35 89 56)
    • Vendredi 24 mars et samedi 25 mars : A vos binettes, Tailler ses arbres fruitiers. Si vous souhaitez éviter les erreurs et vous assurer une belle récolte n'hésitez pas à  vous inscrire à la session théorique du vendredi 24 mars à 18h30 et la session pratique le samedi 25 mars à 14h.
    • Samedi 25 mars : La fabrique à produits ménagers . A 14h. Pour adultes. Sur inscription au 03 88 35 89 56. Apporter 2 bouteilles d'un litre, un pulvérisateur, deux gros pots en verre.
    • Mercredi 29 mars : A vos binettes. Semis sous abri. A 14h30. Pour adultes. Sur inscription.

    infos du Strasbourg Initiation Nature Environnement CINE de BUSSIERRE / 155, rue Kempf / 67000 STRASBOURG / Tél : 03 88 35 89 56

  • La pollution de l'air à Strasbourg : quelles mesures ?

    Vignette anti-pollution Crit’Air, premier débat

    La vignette anti-pollution Crit’Air qui sera appliquée à partir de septembre prochain

    dans l’Eurométropole, en cas de pic de pollution, s’est invitée hier au conseil municipal.

    Enfin un débat...

    Le dispositif de circulation différenciée avait été présenté à la presse il y a tout juste deux semaines ( DNA

    du 14 février 2017). Hier, à l’occasion d’un débat sur la stratégie air-énergie-climat de la Ville de

    Strasbourg, Pascale Jurdant-Pfeiffer (UDI) a mis les pieds dans le plat. Elle s’étonne tout d‘abord de «

    l’absence totale de référence à la mesure non anodine, lancée par l’Eurométropole de mise en place de

    vignettes sur les voitures en cas de pic de pollution ».

    « Ce n’est quand même pas rien, pour bon nombre de nos concitoyens, de remettre en question cet outil si

    nécessaire, qu’on le veuille ou non, à la vie quotidienne qu’est la voiture », appuie l’élue d’opposition. Qui

    pense « à ceux qui possèdent un véhicule un peu ancien et qui n’ont pas les moyens de s’en racheter un

    nouveau ». Alors que « les véhicules hybrides sont encore très coûteux et pas à la portée financière de

    tout le monde. »

    Pascale Jurdant-Pfeiffer en rajoute une couche : elle a plutôt « l’impression d’une concurrence entre la

    Ville et l’Eurométropole que de la mise en place d’actions véritablement coordonnées et complémentaires.

    »

    Pour Françoise Schaetzel , élue écologiste, les pastilles Crit’Air sont « un outil plus fin et mieux accepté

    par la population que la circulation alternée ». Ces vignettes se présentent sous forme de pastilles de

    couleur qui classent les véhicules en six catégories en prenant en compte le type de carburant, la taille et

    l’âge.

    Elle annonce qu’un retour d’expériences de plusieurs villes et métropoles de France sera organisé dans

    les jours qui viennent à Strasbourg.

    ...........

    Fabienne Keller (LR) s’étonne que Strasbourg reste à la traîne, « Grenoble, Lyon et Paris, ayant pris une

    avance en la matière ». Dans le même temps, l’ancien maire de Strasbourg s’inquiète « des difficultés de

    maîtrise des dépenses d’énergie de la Ville : un budget qui ne baisse pas, en dépit des investissements

    réalisés dans les isolations thermiques ».

    De son côté, Laurence Vaton (MoDem) décerne un satisfecit à la municipalité sur « la méthodologie », tout

    en l’invitant à « ne pas s’endormir sur ses lauriers en matière d’aménagement de pistes cyclables ».

    Adjointe en charge du plan climat, Christel Kohler répond tour à tour aux critiques. Elle réfute « toute

    concurrence entre la Ville et l’Eurométropole ».

    Qui a eu le mot de la fin ? Roland Ries qui répète que la Ville a déjà « beaucoup réduit la circulation

    automobile dans le cœur de la cité, mais pas assez dans la première couronne et surtout la deuxième

    couronne... » Le maire de Strasbourg annonce une délibération sur la question des livraisons pour le mois

    d’avril.

    Le point est adopté par 54 voix pour et deux abstentions. Les deux voix de l’UDI. extraits dna

  • L’Eurométropole dans l’impasse pour améliorer la qualité de l’air

    L’Eurométropole va revoir ses plans d’urgence et à long terme pour agir plus efficacement contre la pollution de l’air. Parce que là… ça marche pas.

    Face à la persistance de pics de pollutions, un nouvel arrêté ministériel de protection de l’air (PPA) doit être décliné par un arrêté inter-préfectoral, pour prendre de nouvelles mesures de protection de la population en cas de dépassement des seuils. Sauf que cette fois, il doit être décliné sur les 10 départements du Grand Est, bien que chaque agglomération et départements aient ses mesures spéciales. Une des principales nouveautés sera le déclenchement des mesures d’urgence au bout de deux jours au seuil d’information, contre quatre aujourd’hui.

    L’arrêté de 2015 se contentait d’étendre les routes concernées par les baisses de vitesse, des limitations souvent peu respectées. Cet accord doit être décliné dans les 10 départements de la nouvelle région Grand Est. Elles demandent souvent d’intenses négociations avec le monde agricole, car certains épandages sont interdits.....

    La droite réclame la gratuité des transports lors des pics

    Concernant les mesures d’urgence des plans particules, l’opposition de droite a souvent réclamé que les transports soient complètements gratuits (comme c’est le cas pour les autocars du Réseau 67, qui étaient gérés par le conseil départemental du Bas-Rhin jusqu’au 31 décembre 2016 et ont été transférés à la Région Grand Est), et non avec un ticket de 1€70 pour la journée.

    Selon les élus « Les Républicains », Modem et apparentés, la mesure permettrait d’attirer une future clientèle sur les lignes de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS). L’exécutif strasbourgeois répond que la mesure est trop coûteuse, car il faut compenser la CTS pour les pertes économiques subies.....

     

    Pas de calendrier pour les projets « Ville Respirable »

    L’appel à projet « Villes respirables » obtenu en octobre 2015 prévoit aussi des financements pour des mesures pérennes de réduction de la population. Car au-delà des seuils qui agitent l’intérêt médiatique, politique et des citoyens, la pollution de fond a aussi des effets sur la santé.

    La mise en place des vignettes à Paris et à Grenoble à titre expérimental « est regardée » confirme Robert Herrmann. Une zone de circulation restreinte (ZCR) est un engagement  Autres mesures, le dernier kilomètre propre, qui nécessite des discussions avec les commerçants du centre-ville pour interdire les camions et proposer des alternatives, ainsi que les navettes électriques Lohr qui seront testées dans le centre-ville et la Krutenau à partir de septembre.

    Le travail est en cours, pour ces projets dont il est question depuis des années, mais à part les navettes, il n’y a pas de calendrier précis, alors que l’appel à projets a été remporté il y a plus d’un an.

    Ils doivent être mis en place avant 2020 pour que les financements soient perçus. Enfin, l’argument de la mise en place du Grand contournement ouest (GCO) pour repousser la pollution automobile de Strasbourg vers la campagne est, lui, un peu moins présent dans les discours. L’Atmo Grand Est travaille sur de nouvelles modélisations. extraits Rue 89

  • Le rendez-vous automnal de l'agriculture Bio au Wacken

    Du samedi 29 octobre au mardi 1er novembre 2016, venez rencontrer 210 exposants, dont plus de 70 nouveaux, participez à 16 animations et assistez à 120 conférences. Vous pourrez même régler vos achats auprès des exposants avec des Stücks, la monnaie locale de Strasbourg et sa région (1 stück = 1 euro) !

     

    voir + en cliquant sur le lien ci-dessous  :

    http://www.salonbioeco.com/strasbourg-automne

  • Choisissez bien votre crème solaire

    Les vacances approchent, c’est le moment de profiter du soleil (quand il y en a…). Il faut bien évidemment protéger sa peau contre les UV, mais attention car toutes les crèmes ne se valent pas. L’UFC-Que choisir a effectué des tests en laboratoire et sur les 17 produits de protection solaire pour enfants vérifiés, un tiers des échantillons affichait une très faible protection aux UVA. Contrairement aux informations rassurantes sur l’emballage et à l’indice de protection 50 voire 50+ affiché, ces produits présentaient de graves carences en termes de protection. L’association rappelle que les UVA, qui représentent 95% des UV touchant la surface de la terre, sont tout aussi responsables des cancers de la peau que les UVB. Contrairement à ces derniers, les UVA sont indolores et peuvent pénétrer dans la peau jusqu'aux cellules du derme au point d'altérer les cellules à long terme et entraîner également le photo-vieillissement, des intolérances solaires et des désordres pigmentaires.
    L’UFC-Que choisir a donc porté plainte pour « pratique commerciale trompeuse et tromperie » contre Clarins, Bioderma, Biosolis, Alga Maris et Lovea.
    Elle a mis en ligne un guide d’achat gratuit pour bien choisir sa crème et rappelle également que le meilleur moyen de protéger les enfants contre le soleil est de ne pas les exposer, d’éviter les heures où l’ensoleillement est le plus fort (de 12h à 16h) et de les équiper tout au long de la journée de lunettes de soleil, tee-shirt et chapeau. source CCA

  • voici le programme du cine de la robertsau pour le mois de Juillet

    Redécouvrez ci-dessous nos prochaines animations.

    Un cycle de sorties sur le jardinage naturel dans les communes en partenariat avec le Club Relais Jardin et Compostage de l’Eurométropole. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    • Lundi 4 juillet
      Mittelhausbergen côté jardins
      Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? Au cours de cette balade, nous nous permettrons de guigner par-dessus les clôtures et de jeter un regard bienveillant sur les pratiques de jardinage de chacun. Ce moment nous permettra de découvrir quelques joyaux de verdure et d’échanger sur les méthodes de jardinage naturel.
      A 18h devant la Mairie.
    • Mardi 5 juillet
      Sou elweyersheim côté jardins
      A 18h devant la Mairie.
    • Mercredi 6 juillet
      Mundolsheim côté jardins
      A 18h devant la Mairie.
    • Jeudi 7 juillet
      Fegersheim côté jardins
      A 18h devant la Mairie.
    • Vendredi 8 juillet
      Holtzheim côté jardins
      A 18h devant la Mairie

    Vendredi 8 juillet
    Entre Rhin et forêt
    De tout temps les habitants de la plaine ont vécu avec le fleuve, bénéficiant tantôt de ses bienfaits mais subissant aussi ses colères. A force de labeur, ils ont façonné le paysage jusqu’à le modifier irrémédiablement. Par chance, il reste des traces de ce proche passé au coeur de la forêt de la Robertsau, le long des cours d’eau et des anciens bras du Rhin.
    A 14h. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    Vendredi 8 juillet
    DANS LE CADRE D'UN CYCLE FLORE DES 4 SAISONS
    Bouquet de solstice
    En été, ça crépite et ça bourdonne, dans le pré c’est l’apogée des graminées. Nous en décortiquerons les fleurs miniatures à l’ombre des haies.
    A 16h. Sortie pour adultes. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    Samedi 9 juillet
    La fabrique à produits ménagers
    Chacun de nous peut fabriquer des produits ménagers écologiques, pour préserver la qualité de l’eau mais aussi faire des économies. Venez réaliser quelques “incontournables” de nos placards à emporter et à refaire chez soi et surtout... à partager !
    A 14h. Pour adultes. Amener une bouteille hermétique, 2 pots en verre (un grand et un petit) et un pulvérisateur. Tarif 6€.
    Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    Samedi 9 juillet
    A VOS BINETTES
    Entretenir ses arbres fruitiers
    Au menu cette semaine, taille douce, sélection des fruits et autres soins préventifs ou curatifs.
    A 9h. Atelier participatif pour adultes. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    Samedi 30 juillet
    Sur la colline...
    A quelques kilomètres de Strasbourg, la commune de Niederhausbergen offre aux plus curieux des paysages remplis d’histoire et de patrimoine.
    Sur les contreforts du Kochersberg, la nature et l’homme se sont bien adaptés aux particularités de ces sols fertiles. Promenons-nous dans cette fameuse “ceinture verte” gage de biodiversité mais aussi du savoir-faire de nos aînés, que nous vous invitons à découvrir dans une authentique brasserie locale pour un voyage gustatif puisé dans nos racines culturelles et agricoles. Et comme il faut une eau de bonne qualité pour faire une bonne bière…
    A 14h. Rendez-vous à Niederhausbergen, arrêt de bus “Niederhausbergen Ouest”.
    Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    Au plaisir de vous retrouver au CINE de Bussierre et ailleurs !

  • Le CINE vous informe Samedi 2 juillet La fabrique à produits ménagers

     Chacun de nous peut fabriquer des produits ménagers écologiques, pour préserver la qualité de l’eau mais aussi faire des économies. Venez réaliser quelques “incontournables” de nos placards à emporter et à refaire chez soi et surtout... à partager !

    A 14h au CINE de Bussierre. Pour adultes. Amener une bouteille hermétique, 2 pots en verre (un grand et un petit) et un pulvérisateur. Tarif 6€. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

  • ROBERTSAU Réunion publique du 23 JUIN 2016 sur l’extension de la ligne E

    ROBERTSAU Réunion publique sur l’extension de la ligne E
    Le tram fait du bruit LE TRAM PASSIONNE, y compris Roland Ries qui en a fait une spécialité. Le maire était présent à cette réunion inscrite dans le cadre de l’enquête publique, en cours jusqu’au 13 juillet,de même que l’adjointe du quartier Nicole Dreyer.
    Il a cadré d’emblée le débat autour de cette question qui domine la discussion depuis de longues années : combien de stations en plus, zéro, deux, (jusqu’à Mélanie), trois (jusqu’au centre socioculturel l’Escale, choix de la municipalité) ?
    Sans parler de ceux qui voudraient aller jusqu’à la clinique Sainte-Anne (« si on veut aller à
    Saint-Anne, il faut déjà aller à ’Escale », a fait remarquer Roland Ries.
    Le maire fait la promotion d’un« tram-jardins ». Ses opposants défendent au contraire la préservation d’un environnement tranquille, celui de petites maisons
    entourées de jardins…sans tram. L’impact sur les espaces verts est revenu toute la soirée.
    Des avis très partagés
    Au rayon prises de parole (parfois sportives, eu égard aux cris qui n’ont pas manqué de fuser),
    il y a eu les associations d’habitantsdu quartier, l’Adir (favorable à la prolongation), l’Asser et
    le Carsan (opposés) - leurs arguments sont régulièrement exposés.
    Côté politiques, les conseillers départementaux Yves le Tallec et Françoise Pfersdorff ont affiché des options divergentes, le premier voudrait bien aller jusqu’à Saint-Anne, la seconde
    pense qu’il vaut mieux passer par la cité de l’Ill. Thierry Roos, conseiller municipal d’opposition, du groupe Strasbourg à vos côtés, a réussi à être d’accord avec les deux en jugeant le tracé
    contestable tout en regrettant qu’il n’aille pas plus loin et« qu’on s’arrête en chemin ».
    Les techniciens de la Ville comme les représentants de la CTS,
    présents pour expliquer le projet ou répondre aux questions en ont pris pour leur grade : de
    nombreuses voix se sont élevées pour remettre âprement en question la réalité des chiffres
    donnés, celui du budget annoncé pour c e t t e extension (19,4 millions d’euros), ceux de la fréquentation des lignes (40 000 personnes par jour pour la ligne E).
    Alors que Francis Beck, de l’Asser,ou Christine Geiller-Legros, du Carsan, ont calculé que le
    coût de cette extension pourrait dépasser les 30-35 millions d’euros, la Ville répond que les 19,4 millions d’euros représentent un « budget stabilisé », qui comprend notamment, pour
    3,5 millions d’euros, les études et l’acquisition foncière.
    Au passage, il reste 15 % de parcelles à acquérir, la procédure sera lancée en septembre
    2016......
    Citons encore la directrice de la maison Oberkirch qui a expliqué pourquoi un arrêt de tram à
    l’Escale permettrait à ses résidents, souffrants de handicaps, de pouvoir se déplacer plus facilement.
    Dans la soirée a enfin émergé cette autre information : il serait d’ores et déjà possible de relier la Robertsau à la gare sans rupture de charge. Voilà une nouvelle qui devrait mettre tout
    le monde d’accord.
    source extraits DNA

  • conférence intéressante proposée ce mercredi 11 mai par l'Eurométropole de Strasbourg, sur "l'après COP 21".

     

     

      x
           
     

    Bonjour,

    Ci-dessous une conférence intéressante proposée ce mercredi 11 mai par l'Eurométropole de Strasbourg, sur "l'après COP 21".

     

     

     

     

     

     

    Cliquez ici pour Répondre, Répondre à tous ou Transférer le message.

    3,96 Go (26 %) utilisés sur 15 Go

    Gérer

    Conditions d'utilisation - Confidentialité

    Dernière activité sur le compte : Il y a 58 minutes

    Détails

  • GRAND CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG : ENCORE UN PROJET DE VINCI NUISIBLE, INUTILE ET IMPOSÉ

    GRAND CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG :
    ENCORE UN PROJET DE VINCI NUISIBLE, INUTILE ET IMPOSÉ


    C'est avec colère et dégoût que nous avons découvert dans le Journal officiel du 30 janvier 2016 le décret validant le contrat de concession pour la construction et l'exploitation du Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO). Réactions de France Nature Environnement et Alsace Nature.


    GCO : la défense de l’intérêt privé prime sur l’intérêt public

    Après deux ans de travail souterrain, sans aucune communication, ni sur le cahier des charges de cette autoroute à péage ni sur les conditions d'attribution de la concession au géant du BTP Vinci, l'Etat donne les clés de cet ouvrage destructeur et inutile à une multinationale dont le seul objet est de faire fructifier son investissement de 700 millions d'euros, et ce, pour 54 ans.

    FNE et Alsace Nature ainsi que leurs associations fédérées regrettent amèrement le choix des pouvoirs publics de persévérer dans la mauvaise voie. Ces derniers préfèrent une vieille vision du tout routier plutôt que de développer les  alternatives à la voiture individuelle pour les déplacements domicile/travail autour de Strasbourg. Au lieu de créer une voie dédiée sur l’A351 pour le Transport en Site Propre de l'Ouest strasbourgeois ou encore de sortir des cartons les projets d'extension de tramway vers l'ouest et le nord de la ville, les pouvoirs publics se fourrent dans une impasse en créant une nouvelle autoroute, en supprimant l’écotaxe…

    Pourtant, les solutions à la pollution atmosphérique, au sacrifice de 300 hectares de terres agricoles, à la destruction de la biodiversité, au cauchemar des automobilistes coincés dans les bouchons aux heures de pointe, existent. Nous les avons maintes fois développées, avec, à nos côtés, des associations d'usagers des transports collectifs, des agriculteurs, des élus et des riverains des vingt communes impactées.

    Malgré de multiples appels au débat public et ces propositions concrètes, les pouvoirs publics ont choisi l'autisme et l’affairisme. Adieu cohérence politique. Ici, ils ont pris fait et cause pour le lobby du BTP, au détriment des citoyens.


    Une démocratie du « cause toujours… »

    Face à ce mépris, nous ne baisserons pas les bras. Lors de l’ouverture de la troisième conférence environnementale (en 2014) et au lendemain de la mort du jeune Rémi Fraisse sur le site de Sivens, le chef de l’Etat avait assuré que le débat public « est la seule manière de garantir dans la transparence et la responsabilité, aussi bien la préservation de la nature que les poursuites de nos projets de développement économique ». Il donnait six mois alors au gouvernement pour dresser les conditions de ce renouveau du dialogue démocratique tout en simplifiant les procédures.

    Ces « simplifications »désormais menées ne désignent en réalité qu’une vaste dérèglementation qui bafoue les mesures de protection de la nature, les droits sociaux et les procédures démocratiques chèrement acquis. Pas dupes, les citoyens attendent toujours le débat démocratique qui aurait dû être le préambule à tout changement.

    Le choix fait aujourd’hui, sur ce projet vieux de plus de 40 ans qui fait l’objet d’une vive contestation, va à l’encontre des belles paroles de François Hollande. Imposer ainsi la violence d’Etat et le mépris du citoyen à la place de la démocratie n’est pas selon nous la meilleure des solutions.

    Pour Denez L’Hostis, président de FNE « Alors que tous les acteurs régionaux de la société civile ont réussi à animer un véritable débat démocratique expliquant l’inutilité totale du projet de GCO, les responsables politiques continuent à promouvoir les projets routiers des années 1960. Quand donc des solutions adaptées au 21ème siècle, dans la droite ligne de la COP 21, donnant plus de place aux transports collectifs seront elles enfin mises en place ? »
    source Alsace Nature

    Contacts Presse :
    Marie Marty - Secrétaire régionale Alsace Nature : 06 70 48 98 63
    Michel Dubromel - Vice-président de France Nature Environnement : 06 82 52 11 81

  • Du 15 novembre au 20 décembre 2015 Exposition de Maren Ruben Migrations silencieuses

    Au CINE de Bussierre
    155 rue Kempf à Strasbourg

    Vernissage ce vendredi 13/11 à 18h

    D’où viennent, où vont les êtres délicats, presque vivants, sujet principal de l’œuvre de Maren Ruben ?
    Des sortes d’organes, des lambeaux de peau, des fragments de créatures, tantôt abstraits, tantôt proches du réel. Ailes étranges, mue de lézard ou ébauche d’une espèce à naître ? Les formes douces rappellent une évanescence, presque fragile mais pas moins présente. Et cette présence est force.
    Maren Ruben utilise papiers, calques, tissus de gaze… matériaux qu’elle soumet à une écriture répétitive, à un dessin méditatif.

    ?ui=2&ik=e6c8babc76&view=fimg&th=150fc90257d6ce99&attid=0.4&disp=inline&safe=1&attbid=ANGjdJ9fo2xMe1wmHJUtpRhFpowmSq5anmeHd_K5ktfdtlYfcyVlwsRBApyFVvA-de-H5Ujtk6V4hb8LefkLprNDFJ8BAuGvDlt63G9yeY1Dq92FUg78mLO7DQ0JZKE&ats=1447346663576&rm=150fc90257d6ce99&zw&sz=w1074-h533

  • Le parc naturel urbain de Strasbourg s'ouvre à de nouveaux quartiers naturel urbain de Strasbourg s'ouvre à de nouveaux quartiers

    Les quartiers de la Robertsau et du Conseil des XV s'ouvrent progressivement à cette démarche, qui permet de reconnaître, valoriser et préserver les richesses à la fois naturelles et urbaines des quartiers. L'extension du parc naturel urbain de Strasbourg à ces deux nouveaux quartiers interviendra à l'horizon 2016, après toute une série de rendez-vous, destinés aussi bien à informer les habitants qu'à les intégrer dans la préparation du projet. En partenariat avec l'association PNU, la Ville de Strasbourg organisera ainsi une vingtaine de rencontres jusqu'à la fin de l'année 2016, date à laquelle sortira le second "Livre blanc" du PNU de Strasbourg. Des séances "(re)découverte", comprenant des balades à travers la Robertsau ou le Conseil des XV ainsi que des réunions thématiques, seront ainsi proposées au fil des mois. Samedi 7 novembre de 10h00 à 12h00 : un tour "de Bussière à Renaissance" (point de rendez-vous à préciser) Jeudi 19 novembre à 18h30 : une séance thématique : "Agriculture, maraichage et jardinage, quelles articulations ?" - Salle de réunion de la Tour Schwab de la Cité de l'Ill Jeudi 10 décembre à 18h30 : une séance thématique "Entre liaisons vertes et espaces de loisirs, quelle place pour la biodiversité ?" (lieu à préciser). Les inscriptions pour participer à la démarche "Parc naturel urbain" sont encore possibles à l'aide des flyers. Téléchargez le flyer de la Robertsau Téléchergez le flyer du tour du Conseil des XV

  • Venez au CINE 155 rue Kempf pour les journées nature et patrimoine du 4 au 6 Septembre 2015

    Dans le cadre des "Journées nature et patrimoine 2015" une soirée à ne pas manquer le vendredi 4 septembre 2015 concert à 21h Willy Smiley au CINE de Bussiere 155 rue Kempf Strasbourg Robertsau (voir bouton plan) Humour, énergie et poésie… Entre slam inspiré et rythmes efficaces venez vous frotter à la musique des mots de Willy Smiley. Un sacré bouillon de culture saupoudré d’absurde, de dérision et de clins d’œil à l’écologie. Guest : Mata (guitare) et Jean-Luc Gauthiero (percussions). Et dès 18h30 auberge espagnole avec le groupe local du mouvement "Colibris" qui vous propose d’interroger les moteurs individuels et collectifs de la transition écologique. Que puis-je faire à mon échelle ? Et avec d’autres ? Comment peser sur les choix de société ? Ramenez un mets à partager… pour alimenter la réflexion.... ETC... notamment Samedi 5 septembre13h Bien dans son assiette ! Keskonmange? On ne le sait pas toujours. Notre assiette “durable” vous inspirera : bonne pour notre santé, pour notre environnement et... pour nos papilles ! Atelier animé par Fanny, en continu. Amenez votre recette durable à afficher. Dimanche 6 septembre • après-midi 13h Bien dans votre assiette ? Même activité que le samedi à 13h. En continu

  • Sixième édition des Journées nature et patrimoine 4, 5 et 6 septembre 2015 au CINE ( ferme Bussière) au 155 rue Kempf

    Durant tout le week-end La cabane au fond du jardin Ici chaque objet raconte une histoire. Vieux outils, mobilier original,... un passionné vous fait partager son amour pour ses dernières trouvailles. Exposition, vente, achat... et troc. Le samedi 14h à 18h et le dimanche de 10h à 18h Le petit bois magique Entrez dans ce lieu simple et accueillant et laissez-y votre empreinte faite de terre, de bois et de bouts de ficelles. Avec Estelle Matter. Samedi de 14h à 18h et dimanche de 10h à 18h. Une kermesse très nature Des jeux simples en bois ou de bric et de broc, à partager en famille. Samedi de 14h à 18h et dimanche de 10h à 18h. Buvette et tartes flambées bio Buvette dès le vendredi soir et tartes flambées samedi et dimanche.Durant tout le week-end

  • Le cine organise la nuit des étoiles le samedi 8 août 2015 de 20 H à 1 h du matin en lien avec le planétarium

    Samedi 8 août 2015. La nuit des étoiles. Le ciel étoilé et la biodiversité nocturne sont à nouveau à la fête. Observations à l’oeil nu et avec instruments, conférences, sorties nature, ou tout simplement contemplation sereine de la voûte étoilée seront au programme de cette nuit. De 20h à 1h du matin. Avec le Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg et la SAFGA. Entrée libre. Activités en extérieur sous réserve d’une météo favorable. Programme de la soirée : Ouverture des portes à 20 heures Conférences, toutes les 30 minutes ( la première vers 20h20) : comment débuter en astronomie, par Michel Hunzinger, Président de la SAFGA une approche de l'univers, par Milène Wendling, responsable du planétarium de l'Université de Strasbourg Séances de présentation du ciel étoilé à l'aide de Stellarium (en continu tout au long de la soirée), animé par les médiateurs du Planétarium Ateliers astro-juniors animés par la SAFGA Contes sous les étoiles, à partir de 20h20, toutes les 30 minutes, animé par Estelle Matter Observations astronomiques, à partir de 22h30. Le site de Bussierre est l'endroit idéal à Strasbourg pour retrouver le Grande Ourse, admirer les étoiles et nébuleuses de la galaxie et chasser les étoiles filantes ! En compagnie des astronomes amateurs de la SAFGA et des médiateurs du planétarium, jumelles, télescopes, lunettes permettront à petits et grands d'admirer la voûte étoilé... Mais vous pourrez aussi tout simplement vous allonger dans la prairie aux étoiles et profiter du magnifique spectacle céleste. Et diverses animations nature nocturnes en compagnie des animateurs du CINE de Bussierre. Notre soirée fait suite à la première Nuit des Etoiles organisée par le Jardin des Sciences de l'Université de Strasbourg, vous pouvez retrouver les infos en cliquant sur ce lien : http://jds-reservation.unistra.fr/ source sinstrasbourg

  • samedi 27 et dimanche 28 juin, le village de la transition citoyenne, écologique et énergétique "ALTERNATIBA", s'installe à Strasbourg, entre les places Kléber et Broglie

     L'idée de cette manifestation, d'ampleur nationale et européenne, est de démontrer que partout sur le territoire, des associations, des entreprises et des individus participent à rendre possible des modes de vie durables et souhaitables fondés sur des valeurs de solidarité, de coopération et qui limitent le dérèglement climatique.
     
    Ci-dessous un petit aperçu du programme
     
    J'espère à ce week-end !


    Conférences salle de l’Aubette
    Samedi 27 juin
    10h30 : L’Habitat Passif - Paul-Louis Sadoul parSolares Bauen
    11h30 : Transition énergétique et financementcitoyen - Georges Audras, de Stop Fessenheim
    13h : Pédagogie citoyenneté responsable par les écoles Freinet, Steiner, Montessori & Co animée par Françoise Werckmann auteure de "Apprentissage du débat et citoyenneté" ed.sceren et "tout dire ou ne pas tout dire" éd. du net
    15h : Écologie et pression démographique -
    Didier Barthes, par Démographie Responsable
    16h : Le contrat social écologique - Troy Davis
    Concerts place Kléber
    Samedi 27 juin
    10h30 : Vacant Supplies
    12h : After 6 P.M
    14h : The Wooden Music Club
    16h : No Unicorn
    17h15 : Allan Ros
    18h30 : Younes del Aguila
    20h : Where is Stanley
    Dimanche 28 juin
    12h : Guillaume Armide (Pl.Broglie)
    12h : Bal Pygmée
    14h : Oscar on the lawn
    16h : Call Me Cherry
    18h : Manufaktur
    Ateliers, causeries, conférences …
    Animation module de construction "habitat économe";
    Apéro compost avec atelier découverte
    et démonstration avec composteur; atelier "Mon
    assiette change la planète"; Ayurvéda, bonnes
    habitudes ancestrales: nutrition, respiration,
    yoga, massages...; Causerie "climat et simplicité
    volontaire"; Causerie "climat et réduction de la
    consommation carnée"; Causerie "climat, environnement
    et finance : que faire ?"; Causerie "le
    jardin à réaliser tout naturellement"; Causerie sur
    l'éco-consommation; conférence convergence des
    luttes; conférence "Le bois énergie et le granulé,
    les énergies renouvelables de demain"; Conférence
    "Réchauffement climatique et environnement";
    Conférence "Réchauffement climatique
    et habitat"; conférence projet "Earthship Alsace,
    une réponse locale aux crises systémiques?"; En
    marche vers la liberté "comment sensibiliser les
    enfants et les adolescents à ce qui les entoure";
    L'EAU: mémoire de l'eau, purifier, dynamiser,
    filtrer... ; "la maison bioclimatique et saine";
    Présentation, information, échange, Causerie sur
    les groupements éthiques d'achat; "Toucher, voir,
    entendre, goûter pour le petit enfant" les expériences
    fondamentales pour une entrée confiante
    dans la vie; "visite de la transition", Zone de
    gratuité…
    Projections/débats
    1+1=3; 6000°C pour l’humanité; Les potiers de
    Safi au four solaire de Mont Louis; L’éducation en
    questions; Le revenu de base…
    Pour clôturer notre festival, dimanche à 20h :
    Projection de "En quête de sens" au cinéma
    Star St Exupéry

  • pour éviter le démontage onéreux des portiques Ecotaxes en Alsace..Lorraine...Champagne Ardennes : une solution

    François Hollande entend « donner une suite favorable afin que les portiques restent en place en Alsace, ainsi qu’en Lorraine et en Champagne Ardenne ». Eric Straumann relève que le président de la République « s’est dit également intéressé par [sa] proposition de faire appel à l’opérateur chargé de la collecte de la taxe LKW Maut en Allemagne : Toll Collect, en partie détenu par des sociétés françaises ». Eric Straumann avait lancé cette idée le 22 avril dernier, quelques jours à peine avant que n’expire (30 avril) l’appel d’offres lancé par le ministère des Transports pour le démontage, Le transport et le stockage des quelque 160 portiques et autres signalisations mis en place dans le cadre du projet Ecotaxe. Le démontage d’un portique coûterait entre 10 000 et 12 000 €. L’Alsace compte une quinzaine de points de contrôle pour l’éco-taxe : portiques ou radars. extraits dna

  • Compte rendu du dernier Conseil municipal de Strasbourg du 20 Avril 2015

    Parmi tous les points débattus, il y a pour la Robertsau :

     
    • Attribution du nom de Mélanie de Pourtalès à la médiathèques de la Robertsau : adopté unanimité

     

    • Interpellation de Monsieur Thierry ROOS : 'Projet de géothermie à la Robertsau' voir la vidéo ci-dessous

    géothermie à la Robertsau

    • Interpellation de Monsieur Thierry ROOS : 'Le foyer Saint-Louis'. voir la vidéo ci-dessous

    'Le foyer Saint-Louis'.

    extraits strasbourg

     

  • Parc naturel urbain en fête du 17 au 19 avril ! Découvrez le territoire du Parc naturel urbain de Strasbourg, ses multiples facettes et rencontrez les différents acteurs de ce territoire.

    La nature, les sports et le bien-être seront ainsi mis à l'honneur trois jours durant, au travers de plus de 40 animations sportives et culturelles organisées par des associations des quartiers Elsau, Koenigshoffen, Montagne Verte et des acteurs du PNU. Ce week-end festif permettra également de comprendre la démarche et les projets du Parc naturel urbain. 3 jours d'animations 30 associations partenaires 40 animations sportives et culturelles Quelques temps forts du programme : Vendredi 17 avril Dévoilement de la plaque du parc Guiseppe Arcimboldo (rue Frans Hals) suivi d'une marche à travers le Nord de l'Elsau. Samedi 18 avril Petits et grands pourront s'inscrire à une promenade découverte du patrimoine naturel du PNU au départ de la Tour du Schloessel ou encore assister à l'inauguration du jardin du Schloessel et de "l'abri de rouille" de Pierre Gaucher qui sera suivie d'animations. D'autres temps forts sont prévus tout au long de la journée : promenade commentée au quartier des Foulons, ouverture au public du parc privé de l'Ehpad Emmaüs-Diaconesses ou encore atelier "découverte de la cuisine des plantes sauvages" rue du Marais Saint Gall... Dimanche 19 avril Le public est invité à découvrir, en itinérance, la diversité des paysages du PNU tout en pratiquant une activité sportive (promenade historique dans le PNU, randonnées, courses à pied, initiation à la marche nordique, promenade à vélo) ou encore à profiter des "portes ouvertes" ponctuées d'animations de plusieurs sites associatifs et sportifs. Par ailleurs, des ateliers bien-être, créatifs ou encore de réparation de vélos... seront proposés au parc Schweitzer ainsi que des animations sportives pour répondre à toutes les envies (Gym forme détente, Qi gong, Laïdo, Jodo, Taekwondo, Aviron sur rameur...). Téléchargez le programme complet

  • Le vélomobile : 80 fois plus efficace que la voiture électrique

    À mi-chemin entre le vélo couché et la voiture de course, voici le véhicule propre par excellence. Équipé d'un habitacle et d'une assistance électrique, il pourrait concurrencer le vélo. Et même la voiture électrique... si la loi le permettait.

     

    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Rouler à vélo plutôt qu'en voiture : tout le monde est pour, mais qui le fait ? En pratique, le vent, la pluie et la proximité des autres véhicules ont souvent raison de nos convictions écologistes. Surtout quand il s'agit d'aller loin. Même aux Pays-Bas, paradis de la bicyclette, 77 % des trajets à vélo s'effectuent sur moins de 5 km et seulement 1 % sur plus de 15 km.

    Alors qu'en France, 26 km séparent en moyenne notre domicile de notre travail, nos Titine seraient-elles donc irremplaçables ? Pas forcément. Un véhicule alternatif propre existe déjà et il ne requiert pas des millions d'euros d'investissement comme la voiture électrique.
     
    Ce véhicule, c’est le vélomobile. Venu d'Europe du Nord, il est apparu dans les années 1980 et n'a cessé de s'améliorer depuis. Cette étrange voiture à pédale est composée d’un vélo couché à trois roues, protégé par une coque aérodynamique.

    Cette dernière réduit jusqu’à 30 fois la résistance de l'air. Ajoutez à cela le pédalage en position couchée, et voici que le cycliste dépense trois à quatre fois moins d'énergie qu'au guidon d'un vélo traditionnel. Cela lui permet de rouler sur de plus longues distances, mais aussi d’aller plus vite. Et ce, sans sacrifier au confort : la carrosserie le protège des intempéries et des collisions, alors que les trois roues lui assurent la stabilité.

     

    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl
    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl

    PEDALER A 40 KM/H

    Un vélo-mobiliste sans entrainement peut ainsi atteindre facilement les 40 km/h sur du plat. Il n’est donc pas rare, dans le nord de l'Europe, de voir l'un de ces véhicules flashé pour excès de vitesse. Une source de fierté plus que d'amertume dans le petit monde des cyclistes.
     
    Cependant, ce tricycle a quelques défauts. Son prix tout d’abord : comptez entre 2 500 et 10 000 euros pour en acquérir un. Ce coût s’explique par une production encore artisanale et l’emploi de matériaux haut de gamme (carbone, kevlar, fibre de verre...). Un prix important certes, mais inférieur à celui d’une voiture et de son carburant. Vient ensuite son poids : pesant entre 24 et 40 kg, il est plus lent au démarrage et dans les côtes qu’un vélo classique. Voilà qui ne facilite pas son utilisation en ville.

     


    80 FOIS PLUS EFFICIENT QU’UNE VOITURE ELECTRIQUE

     

    Kris De Decker, auteur du blog Lowtech magazine, affirme détenir la solution : l’assistance électrique. Pour le démontrer, il a comparé le vélomobile assisté « e-WAW » et la voiture électrique Nissan Leaf, deux véhicules affichant une autonomie comparable de 150 kilomètres.

    Avec un poids d’à peine 30 kilos, le vélomobile est 46 fois plus léger que sa concurrente. Cela lui permet de n’embarquer qu’une petite batterie de 288 Wh, contre 24 kWh pour la voiture. Il est donc 80 fois plus efficient.

    D'autant que, selon ses calculs, si tous les américains troquaient leur voiture traditionnelle pour des Nissan Leaf, il faudrait multiplier par 20 la production du parc éolien (soit 7200 gWh) pour les recharger de façon écologique. À l’inverse, en utilisant des e-WaW, un quart de la puissance éolienne déjà installée suffirait largement (86,4 gWh).

     


    Le seul mode de transport réellement durable

    Côté autonomie, le vélomobile est encore gagnant. Pour que l’e-WaW atteigne une autonomie de 450 km, il suffirait de lui rajouter 6 kg de batteries. Pour en faire autant, il faudrait équiper la Nissan Leaf de 400 kg de batteries supplémentaires. De quoi remplir tout son coffre et sa banquette arrière. Même sans ses pédales, le vélomobile est toujours 20 fois plus efficient que la voiture, ne consommant que 0,7 kWh aux 100 km contre 15 kWh pour la Nissan Leaf.

    Selon l'auteur, le vélomobile assisté n'est autre que le seul mode de transport réellement durable. Mais pour que ce mode de transport alternatif se développe, il faudrait que la législation évolue. Aujourd'hui considérés comme des vélos électriques, les vélomobiles assistés sont en effet bridés à 25 km/h en France. Précisément le seuil à partir duquel leur aérodynamisme les rend plus performants que le vélo...

    Aux États-Unis, un prototype tout électrique filant à 110 km/h existe déjà, la Raht Racer....Extraits wedemain

     

  • Nouvelle taxe pour les automobilistes étrangers à compter du 1er janvier 2016 qui se rendent en Allemagne

    Tous les automobilistes étrangers qui emprunteront les autoroutes allemandes seront soumis à une nouvelle taxe.. Elle va varier en fonction du type de véhicules et de la cylindrée mais également en fonction de la durée d'utilisation. Ainsi les voitures électriques et les handicapés en seront exonérés.

    On peut aussi opter pour une vignette temporaire pour 10 jours dont le tarif varie entre 5 et 15 € ou de 2 mois entre 16 et 30 €.

    Pour une année entière, comptez entre 24 et 130 € pour les plus grosses berlines.. Les campings-cars vont payer en fonction ...du poids.

    Encore une fiscalité alourdie... pour les petits alors les autres vont le déduire de leurs frais généraux...

  • Le désherbant Roundup classé cancérogène....ENFIN

    Rarement le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) aura rendu évaluation potentiellement aussi lourde de conséquences. Dans la dernière édition de la revue The Lancet Oncology, publiée en ligne le 20 mars, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonce avoir classé trois pesticides dans la catégorie 2A – c’est-à-dire « cancérogènes probables » –, dernier échelon avant la qualification de « cancérogène certain ».

    Parmi les trois molécules réévaluées par le CIRC se trouvent deux insecticides, le diazinon et le malathion, dont l’utilisation est restreinte en Europe. C’est la troisième substance épinglée, le glyphosate, qui donne son caractère singulièrement explosif à l’avis rendu par le CIRC. Synthétisé par Monsanto dans les années 1970, le glyphosate – principal ingrédient du célèbre désherbant Roundup – est en effet l’herbicide le plus utilisé au monde et le plus souvent retrouvé dans l’environnement.

    « Il est utilisé dans plus de 750 produits pour l’agriculture, la foresterie, les usages urbains et domestiques, notent les scientifiques réunis par le CIRC. Son utilisation a vivement augmenté avec le développement des cultures transgéniques tolérantes au glyphosate. » Ce n’est donc pas une simple substance chimique dont l’innocuité est mise en cause par le CIRC, mais la pierre angulaire de la stratégie du secteur des biotechnologies. La grande majorité des plantes génétiquement modifiées (PGM) mises en culture dans le monde sont en effet conçues pour pouvoir absorber cet herbicide sans péricliter, permettant ainsi un épandage direct sur les cultures pour désherber les surfaces cultivées.

    Aux Etats-Unis, une étude publiée en 2011 par l’US Geological Survey a montré que dans certaines régions, le glyphosate était présent à des niveaux mesurables dans les trois quarts des échantillons d’air et d’eau de pluie analysés.

    Risques accrus de lymphome

    En France, en dépit de l’absence de cultures transgéniques ad hoc, c’est le pesticide de synthèse le plus utilisé. Il s’en est épandu plus de 8 000 tonnes en 2011, loin devant les quelque 2 700 tonnes de la deuxième substance la plus populaire – le mancozèbe (un fongicide). Selon le rapport rendu en 2010 par l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), « le glyphosate est [en France] le principal responsable du déclassement de la qualité des eaux ». La substance ne résiste cependant pas au chlore et est largement absente de l’eau potabilisée.

    Ce n’est d’ailleurs pas sur la population générale que les études examinées par le CIRC décèlent un risque accru de cancer, mais sur les jardiniers et les agriculteurs. Selon l’agence, « des études cas-témoins d’exposition professionnelle [au glyphosate] conduites en Suède, aux Etats-Unis et au Canada ont montré des risques accrus de lymphome non hodgkinien [un cancer du sang] ». Quant aux expériences sur les animaux, certaines ont montré que le désherbant phare de Monsanto induisait des dommages chromosomiques, un risque augmenté de cancer de la peau, de cancer du tubule rénal, d’adénomes de cellules pancréatiques. Au total, cependant, le CIRC estime que l’ensemble de la littérature scientifique examinée ne permet pas de conclure avec une totale certitude à la cancérogénicité du glyphosate.

    Dans un communiqué publié lundi 23 mars, Monsanto a protesté, en termes crus, contre l’avis rendu par le CIRC. La société basée à Creve Coeur (Missouri) fustige la « science poubelle » (junk science, dans le texte) de l’agence intergouvernementale, dont elle rejette en bloc les conclusions. Dans une lettre datée du 20 mars et dont l’agence Bloomberg a obtenu copie, Monsanto intime même à Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, de faire « rectifier » l’opinion du CIRC.

    Celle-ci a pourtant été établie selon un processus immuable depuis quarante ans. Une vingtaine de scientifiques de plusieurs disciplines (toxicologie, épidémiologie…) sont réunis par l’agence, sélectionnés sur leurs compétences et l’absence stricte de conflits d’intérêts avec l’industrie. Un projet d’avis, fondé sur l’ensemble de la littérature scientifique publiée sur le sujet examiné, est discuté par les chercheurs, plusieurs jours durant, en présence d’observateurs de l’industrie, de représentants d’agences de sécurité sanitaire, etc. Lorsque les membres du groupe d’experts parviennent à un consensus, l’avis est adopté. Les opinions du CIRC bénéficient du plus haut niveau de reconnaissance dans la communauté scientifique, mais sont souvent attaquées par les secteurs industriels contrariés. ...extraits le monde

  • Sortie CINE : Rendez-vous à 9h, samedi 28 mars 2015 à la double écluse du canal de la Bruche à la Montagne-Verte. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

    Nous vous invitons à participer à la prochaine sortie nature du CINE de Bussierre dans le quartier de la Montagne Verte, ce samedi 28 mars. Cette sortie est proposée dans le cadre de la semaine des alternatives aux pesticides.

    De la nature en ville...

     

    Cette sortie nature au gré de l'eau entre nature sauvage et milieux aménagés du quartier de la Montagne Verte vous mènera des bords de la Bruche jusqu'au cœur de jardins très nature. Vous vous familiariserez avec nos petits habitants à poils et à plumes ou avec de petites plantes sauvages et comprendrez le rôle essentiel de la nappe phréatique dans l'équilibre des milieux naturels et la préservation de la biodiversité... Avec un peu de chance, vous apercevrez même Martin, le roi des pêcheurs !

    Rendez-vous à 9h, samedi 28 mars 2015, à la double écluse du canal de la Bruche à la Montagne-Verte. Sur inscription au 03 88 35 89 56.

  • L'association Garten//Jardin et les Amis de la Passerelle vous invitent, ce mercredi 4 mars 2015 à partir de 16h sur la plate-forme centrale de la passerelle du jardin des Deux rives partager le rendez-vous CaféKuchen

    RENDEZVOUS IM MÄRZ // en mars

       Der Verein Garten//Jardin und die Freunde der Passerelle hoffen, daßdas nächste Rendezvous CafeKuchen am kommenden Mittwoch, 04. März 2015 ab 16 Uhr wieder auf derPlattform der Passerelle stattfinden kann.Gäste sind immer willkommen; gute Laune, Geschirr und etwas zum Teilen auch. 

        L'association Garten//Jardin et les Amis de la Passerelle vous invitent, ce mercredi 4 mars 2015 à partir de 16h sur la plate-forme centrale de la passerelle du jardin des Deux rives. Venez pour le rendez-vous CaféKuchen avec vos amis, votre bonne humeur et un petit quelque chose à partager.

    Vorankündigeung
    Am Samstag. 28. März 2015 findet die Hauptversammlung des Vereins Garten//Jardin ab 15 Uhr in den Räumen des ZigZack in der Hafenstraße 1 (Sanitätskaserne hinter dem Bahnhof, 3. Etage) in Kehl statt. Wie zu allen Aktivitäten des Vereins sind auch Nichtmitglieder willkommen.

       
    Notez sur vos agendas
    L'Assemblée Générale de l'association Garten//Jardin se tiendra le samedi 28 mars à 15h dans le local ZigZack , Hafenstraße 1 à Kehl (au troisième étage de la caserne immédiatement derrière la gare de Kehl).
    Pour discuter des orientations de l'association, vous êtes bienvenus.
     
  • L'accueil de loisirs au CINE de Bussierre du lundi 23 au vendredi 27 février sur le thème Les oiseaux d'hiver

    Aux portes de la ville, à l'orée de la forêt de la Robertsau, le CINE de Bussierre propose des accueils de loisirs pour le jeune public de la CUS. La sensibilisation au patrimoine sauvage des zones humides périurbaines constitue l'axe majeur du travail mené par les animateurs. Cette approche éducative s'appuie sur une exploration concrète et sensible du monde qui nous entoure.
    Au delà de cet aspect naturaliste, la convivialité et la bonne humeur sont les ingrédients nécessaires à l'adhésion du public. Ainsi les arts plastiques, la musique et les activités culinaires de saison agrémentent les différents thèmes abordés.
    Le site du CINE de Bussierre, avec son jardin magique offre la possibilité de décliner toutes ces activités en mode nature, au cours d'ateliers où les enfants sont amenés à utiliser leur dextérité au contact des éléments naturels ou recyclés.
    Une expérience à vivre ensemble dans le respect de notre environnement.


    Accueil de loisirs
    du lundi 23 au vendredi 27 février

    sur le thème
    Les oiseaux d'hiver
    Voici des vacances pour découvrir les oiseaux dans le vent vivifiant de l’hiver au sein des milieux humides rhénans, pour observer leurs comportements autour d’une délicieuse tisane. Nos amis à plumes nous révéleront l’air de leurs chansons et nous prêteront peut-être leurs couleurs pour nous inspirer d’astucieux bricolages et de mystérieuses légendes.
    Au programme :

    • Observation d'oiseaux à la longue vue.
    • Activités de détermination.
    • Jeux d'écoutes.
    • Couture et teinture végétale.
    • Mobiles (oiseau)
    • Et bien sûr des jeux, des chansons et de bons goûters de saison.

    Modalités pratiques
    Le CINE de Bussierre accueille les enfants de 8 à 14 ans à la semaine uniquement,
    de 9h à 17h, repas inclus. Tarif 110 € la semaine.
    Renseignements et inscription au 03 88 35 89 56.
    CINE de Bussierre
    Centre d'Initiation à la Nature et à l'Environnement
    155 rue Kempf
    Strasbourg Robertsau
    Tél : 03 88 35 89 56
    Mail : inscriptions@sinestrasbourg.org

  • Corinne LEPAGE conférence Mardi 3 février à 20h30 Institut Lebel, 4 rue Blaise Pascal Strasbourg amphi 2

    A l’invitation de Campus Vert et de l’association Stop Fessenheim

    Vous êtes cordialement invités
    Madame Corinne LEPAGE, 
     
    ancienne Ministre de l’Environnement,
    avocate spécialisée en Environnement et en Droit public, 
     
    auteure du livre :
    L’Etat Nucléaire (Albin Michel 2014)
     
    donnera une conférence
     
    Mardi 3 février à 20h30
     
    Institut Lebel, 4 rue Blaise Pascal Strasbourg
    amphi 2
     
    sur le thème
    Fessenheim au coeur de l’État Nucléaire
     
    (entrée libre)

  • Agro-Quartier des Gohards à Nantes UNE ETUDE PRE OPERATIONNELLE DANS NANTES INTRA-MUROS

    ENCORE un nouveau projet d'Agro-quartier possible et ressemblant fortement au contexte maraîcher de notre quartier de la Robertsau

    La reconquête d'anciens territoires maraîchers en bord de Loire vers un nouvel 'agro-quartier' mêlant agriculture urbaine et deux mille nouveaux logements. 

    Un nouveau rapport Ville-Agriculture

    Le territoire Doulon-Gohards, marqué par un héritage maraîcher et cheminot, couvre au total 180 ha à l'Est de Nantes. 2000 logements vont occuper le coteau de Loire et conforter la centralité du Vieux-Doulon.

    Le dessin du futur quartier révèle la qualité et le caractère des existants, la géographie et l'histoire des lieux en associant une activité agricole professionnelle au projet.

    Ce modèle urbain de "ville fertile" s'appuie sur la structure agricole et horticole héritée et fait rentrer en interaction constructions urbaines et pratiques culturales.

    A la reconquête d'un héritage maraîcher

    Parcelle cultivée du Bois des Anses

    Jardins familiaux du Grand Blottereau

    Ancienne tenue maraîchère de la rue Saint-Médard

    Des façons culturales

    Considérant comme cultivées les parcelles agricoles et maraîchères, mais également les jardins, les pâtures, ...  le projet fait un état d'un sol vivant et variant, qui, associé aux différentes formes "d'habiter", participe à la richesse du dessin urbain.

    La ville fertile

    Des outils opérationnels variés

    Parmi les formes urbaines proposées et volontairement orientées vers des îlots piétonniers et faisant une large place aux espaces partagés, 7% des objectifs environ pourront être offerts à des opérations d'auto-promotion, assurant ainsi une souplesse dans la forme urbaine et une implication citoyenne.

    La concertation est lancée depuis le 26 Juin 2013

    150 riverains ont participé à la première réunion publique en juin 2013. Une promenade urbaine a permis de redécouvrir les valeurs du site et d'échanger sur le terrain avec l'équipe de conception

    Le premier numéro du 'journal de projet' a été édité par la ville en appui de ce partenariat avec les nantais.

     
    extraits bruel
     
     
     
  • L'inexorable ouverture du marché de l'autocar

    Plusieurs fois reportée, l’ouverture du marché de l’autocar est inscrite à l’agenda du gouvernement. Elle a même reçu l’appui du Président de la République, François Hollande, lors de son intervention sur France Inter.

    Cette ouverture est jugée positivement pour la création d’emplois mais aussi afin d’offrir à nos concitoyens, dans bon nombre de cas, une alternative à la voiture particulière. Denis Baupin, député EELV de Paris, revenait par exemple récemment sur une "explosion de la demande de mobilité" à laquelle il faut bien répondre et d’ajouter "si nous n’y répondons pas par du transport collectif, c’est l’automobile qui est le mieux à même d’y répondre" (Assemblée Tribunes). On note d’ailleurs le succès du covoiturage, qui s’explique en grande partie par une offre en transport collectif insuffisante ou inadaptée.

    Ouvrir le marché de l’autocar

    Dans les cas où le train ne répond pas aux attentes, pourquoi ne pas autoriser des liaisons par autocar ? L’Espagne, l’Allemagne ont depuis quelques années déjà trouvé la réponse : il faut soit organiser des liaisons par autocar, sous la forme de concession, soit libéraliser le marché, en le régulant sur certains tronçons (inférieurs à 50 km, comme en Allemagne).

    Pour autant, et contrairement à ce qui peut être dit parfois, le transport par autocar est propre. La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal (La Tribune), y est revenue mais en sous estimant, justement, les performances environnementales de l’autocar : sur 63 000 véhicules, 31 000 en effet répondent déjà au minimum à la norme EURO IV (dont plus de 20% à la norme EURO V).

    Ouvrir le marché de l’autocar ne sera pas une régression écologique, bien au contraire. D’abord parce que  beaucoup de trains sont aujourd’hui très polluants (Denis Baupin indique par exemple que 50% des lignes TER fonctionnent encore au diesel). Ensuite, la fréquentation elle-même n’est pas un invariant : plus on met de l’offre, plus on peut fidéliser une clientèle.


    Jusqu’à présent, l’offre est très encadrée, justement pour ne pas faire de l’ombre au ferroviaire : les lignes "longue distance", c'est-à-dire traversant plusieurs régions françaises, ne peuvent être qu’internationales. En dehors des autorisations délivrées pour effectuer du cabotage, la réglementation interdit de fait toute liaison. Ainsi pour s’arrêter à Lyon, ou Bordeaux, la ligne doit toujours rallier Turin. D’autres liaisons sont donc attendues : Bordeaux-Nantes, Nantes-Rennes, Clermont-Montpellier, pour ne prendre que les plus attendues.

    L’action des lobbying

    C’est sans compter l’action des lobbying anti-autocar. On l’a vu, les arguments écologiques ne tiennent pas. Tandis que les TER et les TET continuent à afficher un rapport déséquilibré entre les recettes et les dépenses, l’ouverture du marché de l’autocar est envisagée de manière prudente. Seules les liaisons nationales feraient l’objet d’une véritable libéralisation.

    Allant bien au-delà de la demande des opérateurs, le gouvernement a arbitré pour le système le plus simple, l’open access. Cette solution semble acquise, même si, côté SNCF, on tente de renforcer la régulation des liaisons infrarégionales, celles précisément où une offre TER, ferroviaire mais aussi routière, a été considérablement développée ces dernières années.

    D’abord des voix s’élèvent pour fixer le seuil de substituabilité à 250 km et non 200 comme le prévoit le projet de loi, suivant les préconisations de l’Autorité de la Concurrence (ADLC). En commission aurait même été évoquée la barre des 100 km ! Pour ces liaisons, un régime d’autorisation est prévu. Il fait intervenir les autorités organisatrices de transport et un régulateur sectoriel (ARAF, dont les compétences seraient étendues au mode routier).

    Tel que le projet de loi le prévoit, les AOT peuvent interdire ou limiter les liaisons par autocar si une atteinte est portée à l’équilibre économique des services publics. Comment apprécie-t-on une telle atteinte ? Une simple menace suffit-elle ? L’Autorité de la Concurrence a observé les pratiques en matière de cabotage et a noté que les régions ne jouaient pas le jeu. Avec un mécanisme similaire, les refus étaient fréquents, et les arguments manquaient, malgré l’obligation de motivation.

    Est donc préconisé par le projet de loi un avis conforme de l’ADLC : les régions auraient les mains liées. Pour autant, comment s’apprécie l’atteinte au service public ? Par ligne ? Par service ? Au contrat conclu avec l’opérateur qui effectue la mission de service public ? Le débat est ouvert, mais une tentative récente consisterait déjà à ne plus exiger l’atteinte substantielle, comme c’est le cas dans le projet de loi, mais une atteinte simple, ce qui serait davantage protecteur du service public, mais limiterait de fait l’ouverture à la concurrence.

    …source Busetcars

    Commentaire : L'ouverture du marché de l'autocar est la conséquence de la politique européenne en matière de transport et..... les Allemands et les Espagnols ont pris encore une fois une longueur d'avance....plus de détail en cliquant ICI

  • TRANSPORTS A compter de 2016, les automobilistes seront taxés pour l'utilisation des autoroutes et routes nationales allemandes sous forme d'une vignette annuelle... Allemagne: Les étrangers paieront entre 6 et 130 euros pour circuler sur les autoroutes

    L'expérimentation de l'ECOTAXE en Alsace est en panne depuis plus de 6 ans faute d'actions vigoureuses de nos députés.

    Là il y a de l'argent à gagner pour nos finances locales.... Bon les allemands le font et l'applique maintenant aux ....particuliers étrangers.... Alors nos élus vont-ils se bouger enfin au lieu de manifester pour que reste seule la région Alsace afin de préserver tous leurs postes et leurs indemnités !

    Nous, citoyen et contribuable, on veut voir vraiment des économies en millions d'€ à réaliser
    et des recettes supplémentaires.... voir les infos ci-dessous de 20 minutes

    Le gouvernement allemand va adopter ce mercredi un projet de péage pour automobilistes qui permettra de faire payer les étrangers mais irrite Bruxelles et les voisins de l'Allemagne.

    La vignette coûtera entre 6 et 130 euros

    Le texte prévoit qu'à compter de 2016, les automobilistes seront taxés pour l'utilisation des autoroutes et routes nationales allemandes sous forme d'une vignette annuelle comprise entre 6 et 130 euros selon l'âge de la voiture, de la cylindrée du moteur et certains critères environnementaux. Pour le moment, en Allemagne, seuls les poids lourds s'acquittent d'un péage. Le projet de loi cite la nécessité d'impliquer les utilisateurs «avec une contribution adéquate dans le financement de l'entretien et de l'extension» du réseau routier.

    >> Autoroutes payantes ou gratuites, les différents systèmes en Europe.

    Comme un péage applicable aux seuls étrangers contreviendrait aux règles européennes, le projet retenu crée une vignette pour tous. Mais pour s'assurer que dans les faits, les étrangers seront effectivement les seuls à payer en plus, la taxe dont s'acquitte déjà tout propriétaire de voiture en Allemagne sera minorée pour éviter une double charge. Cette réduction fait l'objet d'un projet de loi séparé, qui sera adopté lui aussi mercredi par le gouvernement.

    Les étrangers pourront acheter une vignette annuelle, une vignette valable dix jours pour dix euros ou bien une de deux mois pour 20 euros.

    Le gouvernement allemand va adopter ce mercredi un projet de péage pour automobilistes qui permettra de faire payer les étrangers mais irrite Bruxelles et les voisins de l'Allemagne.

    La vignette coûtera entre 6 et 130 euros

    Le texte prévoit qu'à compter de 2016, les automobilistes seront taxés pour l'utilisation des autoroutes et routes nationales allemandes sous forme d'une vignette annuelle comprise entre 6 et 130 euros selon l'âge de la voiture, de la cylindrée du moteur et certains critères environnementaux. Pour le moment, en Allemagne, seuls les poids lourds s'acquittent d'un péage. Le projet de loi cite la nécessité d'impliquer les utilisateurs «avec une contribution adéquate dans le financement de l'entretien et de l'extension» du réseau routier.

    >> Autoroutes payantes ou gratuites, les différents systèmes en Europe.

    Comme un péage applicable aux seuls étrangers contreviendrait aux règles européennes, le projet retenu crée une vignette pour tous. Mais pour s'assurer que dans les faits, les étrangers seront effectivement les seuls à payer en plus, la taxe dont s'acquitte déjà tout propriétaire de voiture en Allemagne sera minorée pour éviter une double charge. Cette réduction fait l'objet d'un projet de loi séparé, qui sera adopté lui aussi mercredi par le gouvernement.

    Les étrangers pourront acheter une vignette annuelle, une vignette valable dix jours pour dix euros ou bien une de deux mois pour 20 euros.

    Selon le journal LA Croix, la rentrée fiscale est estimée à 2,5 Milliards d€ par an..à l'Allemagne.

    Et notre gouvernement est en discussion avec nos riches concessionnaires d'Autoroutes privatisés sous Jacques CHIRAC à nos dépens pour soutirer 1 Milliards d' € des 10 Milliards encaissés par Vinci, Effage et consorts par an , un véritable vol de notre patrimoine....et un manque à gagner dans nos finances comme le dénonce depuis 2008 la Cour des Comptes qui contrôle les finances de notre pays et porte un jugement sévère à cet égard.