Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Crise

  • L’Eurométropole dans l’impasse pour améliorer la qualité de l’air

    L’Eurométropole va revoir ses plans d’urgence et à long terme pour agir plus efficacement contre la pollution de l’air. Parce que là… ça marche pas.

    Face à la persistance de pics de pollutions, un nouvel arrêté ministériel de protection de l’air (PPA) doit être décliné par un arrêté inter-préfectoral, pour prendre de nouvelles mesures de protection de la population en cas de dépassement des seuils. Sauf que cette fois, il doit être décliné sur les 10 départements du Grand Est, bien que chaque agglomération et départements aient ses mesures spéciales. Une des principales nouveautés sera le déclenchement des mesures d’urgence au bout de deux jours au seuil d’information, contre quatre aujourd’hui.

    L’arrêté de 2015 se contentait d’étendre les routes concernées par les baisses de vitesse, des limitations souvent peu respectées. Cet accord doit être décliné dans les 10 départements de la nouvelle région Grand Est. Elles demandent souvent d’intenses négociations avec le monde agricole, car certains épandages sont interdits.....

    La droite réclame la gratuité des transports lors des pics

    Concernant les mesures d’urgence des plans particules, l’opposition de droite a souvent réclamé que les transports soient complètements gratuits (comme c’est le cas pour les autocars du Réseau 67, qui étaient gérés par le conseil départemental du Bas-Rhin jusqu’au 31 décembre 2016 et ont été transférés à la Région Grand Est), et non avec un ticket de 1€70 pour la journée.

    Selon les élus « Les Républicains », Modem et apparentés, la mesure permettrait d’attirer une future clientèle sur les lignes de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS). L’exécutif strasbourgeois répond que la mesure est trop coûteuse, car il faut compenser la CTS pour les pertes économiques subies.....

     

    Pas de calendrier pour les projets « Ville Respirable »

    L’appel à projet « Villes respirables » obtenu en octobre 2015 prévoit aussi des financements pour des mesures pérennes de réduction de la population. Car au-delà des seuils qui agitent l’intérêt médiatique, politique et des citoyens, la pollution de fond a aussi des effets sur la santé.

    La mise en place des vignettes à Paris et à Grenoble à titre expérimental « est regardée » confirme Robert Herrmann. Une zone de circulation restreinte (ZCR) est un engagement  Autres mesures, le dernier kilomètre propre, qui nécessite des discussions avec les commerçants du centre-ville pour interdire les camions et proposer des alternatives, ainsi que les navettes électriques Lohr qui seront testées dans le centre-ville et la Krutenau à partir de septembre.

    Le travail est en cours, pour ces projets dont il est question depuis des années, mais à part les navettes, il n’y a pas de calendrier précis, alors que l’appel à projets a été remporté il y a plus d’un an.

    Ils doivent être mis en place avant 2020 pour que les financements soient perçus. Enfin, l’argument de la mise en place du Grand contournement ouest (GCO) pour repousser la pollution automobile de Strasbourg vers la campagne est, lui, un peu moins présent dans les discours. L’Atmo Grand Est travaille sur de nouvelles modélisations. extraits Rue 89

  • Le vélomobile : 80 fois plus efficace que la voiture électrique

    À mi-chemin entre le vélo couché et la voiture de course, voici le véhicule propre par excellence. Équipé d'un habitacle et d'une assistance électrique, il pourrait concurrencer le vélo. Et même la voiture électrique... si la loi le permettait.

     

    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Rouler à vélo plutôt qu'en voiture : tout le monde est pour, mais qui le fait ? En pratique, le vent, la pluie et la proximité des autres véhicules ont souvent raison de nos convictions écologistes. Surtout quand il s'agit d'aller loin. Même aux Pays-Bas, paradis de la bicyclette, 77 % des trajets à vélo s'effectuent sur moins de 5 km et seulement 1 % sur plus de 15 km.

    Alors qu'en France, 26 km séparent en moyenne notre domicile de notre travail, nos Titine seraient-elles donc irremplaçables ? Pas forcément. Un véhicule alternatif propre existe déjà et il ne requiert pas des millions d'euros d'investissement comme la voiture électrique.
     
    Ce véhicule, c’est le vélomobile. Venu d'Europe du Nord, il est apparu dans les années 1980 et n'a cessé de s'améliorer depuis. Cette étrange voiture à pédale est composée d’un vélo couché à trois roues, protégé par une coque aérodynamique.

    Cette dernière réduit jusqu’à 30 fois la résistance de l'air. Ajoutez à cela le pédalage en position couchée, et voici que le cycliste dépense trois à quatre fois moins d'énergie qu'au guidon d'un vélo traditionnel. Cela lui permet de rouler sur de plus longues distances, mais aussi d’aller plus vite. Et ce, sans sacrifier au confort : la carrosserie le protège des intempéries et des collisions, alors que les trois roues lui assurent la stabilité.

     

    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl
    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl

    PEDALER A 40 KM/H

    Un vélo-mobiliste sans entrainement peut ainsi atteindre facilement les 40 km/h sur du plat. Il n’est donc pas rare, dans le nord de l'Europe, de voir l'un de ces véhicules flashé pour excès de vitesse. Une source de fierté plus que d'amertume dans le petit monde des cyclistes.
     
    Cependant, ce tricycle a quelques défauts. Son prix tout d’abord : comptez entre 2 500 et 10 000 euros pour en acquérir un. Ce coût s’explique par une production encore artisanale et l’emploi de matériaux haut de gamme (carbone, kevlar, fibre de verre...). Un prix important certes, mais inférieur à celui d’une voiture et de son carburant. Vient ensuite son poids : pesant entre 24 et 40 kg, il est plus lent au démarrage et dans les côtes qu’un vélo classique. Voilà qui ne facilite pas son utilisation en ville.

     


    80 FOIS PLUS EFFICIENT QU’UNE VOITURE ELECTRIQUE

     

    Kris De Decker, auteur du blog Lowtech magazine, affirme détenir la solution : l’assistance électrique. Pour le démontrer, il a comparé le vélomobile assisté « e-WAW » et la voiture électrique Nissan Leaf, deux véhicules affichant une autonomie comparable de 150 kilomètres.

    Avec un poids d’à peine 30 kilos, le vélomobile est 46 fois plus léger que sa concurrente. Cela lui permet de n’embarquer qu’une petite batterie de 288 Wh, contre 24 kWh pour la voiture. Il est donc 80 fois plus efficient.

    D'autant que, selon ses calculs, si tous les américains troquaient leur voiture traditionnelle pour des Nissan Leaf, il faudrait multiplier par 20 la production du parc éolien (soit 7200 gWh) pour les recharger de façon écologique. À l’inverse, en utilisant des e-WaW, un quart de la puissance éolienne déjà installée suffirait largement (86,4 gWh).

     


    Le seul mode de transport réellement durable

    Côté autonomie, le vélomobile est encore gagnant. Pour que l’e-WaW atteigne une autonomie de 450 km, il suffirait de lui rajouter 6 kg de batteries. Pour en faire autant, il faudrait équiper la Nissan Leaf de 400 kg de batteries supplémentaires. De quoi remplir tout son coffre et sa banquette arrière. Même sans ses pédales, le vélomobile est toujours 20 fois plus efficient que la voiture, ne consommant que 0,7 kWh aux 100 km contre 15 kWh pour la Nissan Leaf.

    Selon l'auteur, le vélomobile assisté n'est autre que le seul mode de transport réellement durable. Mais pour que ce mode de transport alternatif se développe, il faudrait que la législation évolue. Aujourd'hui considérés comme des vélos électriques, les vélomobiles assistés sont en effet bridés à 25 km/h en France. Précisément le seuil à partir duquel leur aérodynamisme les rend plus performants que le vélo...

    Aux États-Unis, un prototype tout électrique filant à 110 km/h existe déjà, la Raht Racer....Extraits wedemain

     

  • cinéma à 3,50 € du 21 au 27 janvier 2015 avec le Festival cinéma Télérama avec BNP Paribas

    Pour la 8ème année consécutive, BNP Paribas est partenaire du Festival cinéma Télérama qui aura lieu cette année du 21 au 27 janvier 2015.Une semaine pour voir ou revoir les meilleurs films de l'année, sélectionnés par la rédaction de Télérama. 

    252 salles en France participent à l'opération, et pour 3,50* euros seulement sur présentation d'un Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans les numéros de Télérama des 14 et 21 janvier 2015, les cinéphiles pourront regarder les 16 films sélectionnés. 

    *Hors majoration pour les films en 3D, en Imax, séances spéciales et prestations complémentaires.

  • Colmar : des aides pour des tablettes

     

    Lors du dernier conseil municipal, les élus de la ville de Colmar ont voté en faveur d'aides pour l'acquisition de tablettes numériques ou encore un abonnement de télésurveillance.

     


     

    Ces mesures font partie des engagements pris par Gilbert Meyer, le maire de Colmar.

     

    Les aides accordées se répartissent ainsi :

    - 120 € pour l’achat de bracelet anti-agression et d’alerte pour une personne âgée de 75 ans et plus ;

     

    - 100 € pour la première année de souscription d’un abonnement de télésurveillance ;

     

    - 150 € pour l’achat d’une tablette numérique pour les élèves de Colmar du CP au CM2 ;

     

    D'autres aides sont accordées pour l'achat d'un vélo à assistance électrique, d'une bourse pour que les habitants de Colmar en recherche d'emploi puissent passer leur permis de conduire, etc.

     

    Voir le site de la ville de Colmar.

     

    Source : DNA.

  • Pour ne plus avoir à choisir entre bus, voiture et vélo.. du nouveau à partir du 17 mars 2014 à Strasbourg

    Deux formules pour jongler entre transports publics, vélo et voiture

    L’idée : provoquer des réflexions chez les Strasbourgeois et leur permettre de choisir entre plusieurs moyens de transport. Dans cette optique, les tarifs proposés, non soumis à la tarification solidaire, entrent dans une « logique d’incitation ». Deux formules avec trois gammes de prix, en fonction de l’âge:  19-25 ans, 26-64 ans et +65 ans. Les deux proposent un abonnement annuel bus-tram, un accès à l’ensemble des parkings relais (au total, 4 200 places répartis sur les dix parkings de l’agglomération) et un accès aux véloparcs.

    1/ Avec la formule « Liberté » l’utilisateur bénéficie d’un abonnement Vélhop dans les stations automatiques de la ville pendant un an, chaque utilisation étant facturée en sus (0,20cts/h et 1euro les 12h) et d’un accès à l’autopartage au tarif « basique » avec facturation à l’usage, avantageux si l’utilisateur n’a besoin d’une voiture qu’occasionnellement (une fois par mois). Abonnements annuels à 288 euros pour les 19-25 ans, 504 euros pour les 26-64 ans et 264 euros pour les +65 ans.

    La deuxième formule « Premium » propose un accès illimité au Vélhop (un personnel ou vélos en stations), l’accès à l’autopartage au tarif « classique » avec facturation à l’usage, adapté à un besoin régulier de la voiture (une fois par mois ou deux fois par semaine). Abonnements annuels respectivement en fonction des catégories d’âges à 384, 588 ou 360 euros.

    Financièrement, le gain pourra paraître évident pour ceux qui se déplacent quotidiennement en tram et bus et souscrivent déjà à un abonnement badgéo, peut-être moins pour les quidams qui n’utilisent que l’autopartage et disposent de leur propre vélo. Mais au moins, il y aura le choix. A noter que le Pass est nominatif mais qu’une seconde carte sera fournie si nécessaire pour chercher le véhicule familial garé dans l’un des parkings. extraits rue89 strasbourg

    POUR SOUSCRIRE DES LE 17 MARS 2014 CLIQUEZ ICI

  • Une nouvelle compagnie aérienne à bas coût au départ d'Entzheim..

    Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir d’avril

     

    air-journal_transavia hollande groningen

    A partir d’avril prochain, la compagnie low cost Transavia.com opèrera plus de 70 lignes au départ de 5 aéroports de l’Hexagone -Paris-Orly Sud, Nantes, Lyon, Lille et Strasbourg- ainsi que depuis Porto.

    Avec 17 nouveautés, la filiale low cost d’Air France propose encore plus de destinations à la prochaine saison estivale par rapport à l’année dernière. Voici le programme complet avec les tarifs aller-simple* (source air journal):

     

    Destinations au départ de Paris Orly-Sud

     

    Image10 Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir davril

     

    Destinations au départ de Nantes

     

    Image4 Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir davril

     

    Destinations au départ de Lyon

     

    Image5 Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir davril

     

    Destinations au départ de Lille

     

    Image6 Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir davril

     

    Destination au départ de Strasbourg

     

    Image7 Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir davril

     

    Destination au départ de Porto

     

    Image8 Transavia.com : le programme complet de la saison estivale à partir davril

  • Gare au démarchage par téléphone : Arnaque au thermique

    Des démarcheurs téléphoniques font actuellement miroiter des éco-rénovations remboursées à 80 %. Pas de chance, ils sont tombés sur un spécialiste.

    Des arnaques, il en a déjà débusqué « à la pelle », bien souvent en pelletant lui-même. Mais quand ce soir-là M. X décroche son téléphone, il n’est pas au travail à la chambre de consommation d’Alsace où il s’occupe particulièrement d’éco-rénovation. Non non, nous sommes le 2 janvier, et Gilles Didier est chez lui, à Betschdorf, en congés.

    « Bonjour, nous avons des solutions pour faire des économies d’énergie dans votre maison », dit la voix qui surnage dans le brouhaha ambiant d’un plateau téléphonique. Amusé,  M. X joue le jeu, et répond à toutes les questions : surface de la maison, type de chauffage, situation familiale, salaires… – ne faites pas ça chez vous !

    « J’ai répondu la vérité aux questions sur ma maison, tout en sachant que de toute façon ils me diraient qu’il faut la rénover », raconte l’expert. .......

    « Et là, elle me promet des subventions à 80 % et me dit qu’elle va envoyer gratuitement un technicien chez moi. À partir du moment où je dis “thermique”, elle me met du “thermique” dans toutes ses phrases », raconte M. X, qui tique fortement sur la gratuité. « Nous, quand on fait une étude thermique sérieuse, ça coûte 500 euros au bureau d’études, qui est neutre, pas là pour vendre quelque chose, contrairement à ces entreprises qui font du démarchage ciblé. »

    Et il y a ces 80 %, aussi… Seule l’ANAH, l’Agence nationale de l’habitat, délivre des subventions à cette hauteur-là, mais rarement et sous strictes conditions. Or, l’interlocutrice de Gilles Didier, l’ANAH, elle ne sait pas ce que c’est…

    Le spécialiste de la chambre de consommation ne donne pas suite, mais entreprend des recherches sur la société. Jusqu’à ce que jeudi, un particulier habitant Vendenheim, passé par le site du gouvernement dédié aux aides de ce type (*) l’appelle pour se renseigner sur les soutiens financiers. Problème : il a déjà signé. Les deux hommes font vite le lien : la société est la même que celle qui avait démarché Gilles Didier.

    Montant de la facture : 26 000 euros pour un ballon thermodynamique et une pompe à chaleur. Et rien pour l’isolation. « Deux fois trop cher, et, vu ce qu’il me dit de sa maison, pas du tout adapté ! Il aurait chauffé les oiseaux ! », s’émeut M. X, qui s’étonne que le « thermicien » dépêché à Vendenheim se soit contenté d’étudier les factures de son « pigeon » plutôt que d’inspecter la maison du sol au plafond…

    Quant aux 60 % (l’entreprise a ensuite un peu baissé ses promesses), la démarche conseillée est totalement inappropriée, résume M. X, qui parvient à un calcul de 1 350 euros d’aides et 4 000 euros de crédit d’impôt : 20 %. Un coup de fil à l’ANAH lui permet de vérifier qu’elle n’a aucun dossier au nom de l’homme concerné. Mais l’entreprise a finement joué : le délai de rétractation est passé.

    ..... Et même si faire mieux isoler son logement peut être une très bonne idée, « rien ne sert de se précipiter. » extraits dna

    (*) www.renovation-info-service.gouv.fr

  • Hollande : Palais Universitaire à Strasbourg avec plus une centaine de manifestants

     Plus de cent manifestants ont voulu exprimé leur colère ce matin près du Palais Universitaire à Strasbourg lors de la visite du Président de la République, François Hollande.

    Ces manifestants ont répondu à l’appel des organisations étudiantes et de certains partis de gauche. Ils ont protesté contre la réduction des fonds financiers alloués à l’université alors que le président de la République était invité à une table ronde concernant la recherche et ’enseignement supérieur.

  • Robertsau : PAPETERIE Lana joue la carte du carton de sécurité

     Deux mois après la reprise de Lana par un investisseur danois, la papeterie de La Robertsau a retrouvé des couleurs. Le président bas-rhinois, Guy-Dominique Kennel, a pu s’en convaincre.

    La papeterie Lana à Strasbourg, liée depuis 1872 au quartier de la Robertsau, a failli disparaître au printemps dernier. La crise l’avait fragilisée. L’absence de maîtrise des coûts de production, des erreurs de management ont failli avoir raison de cette papeterie qui fabrique des papiers spéciaux, et notamment infalsifiables, pour un marché de niches.

    Savoir-faire

    « Les précédents propriétaires n’avaient pas su valoriser le savoir-faire spécifique de cette entreprise » , observe posément le nouveau patron, en place depuis début octobre, Lasse Brinck, un Danois de 46 ans, qui compte bien tailler des croupières à ses concurrents…

    En accueillant, hier matin, le président Guy-Dominique Kennel, qui préside aussi l’Adira, l’agence de développement économique du Bas-Rhin, le repreneur de Lana, avec ses 59 salariés et une production de 7 500 tonnes, n’a pas cherché à masquer les difficultés. Néanmoins, il s’est d’emblée montré positif, insistant sur le recrutement de trois nouveaux collaborateurs depuis deux mois. Avec le jeu des départs, six femmes – niveau Master 2 – ont été engagées dans ce monde très masculin, dont la directrice des ventes qui se font pour 60 % à l’export. « Au 1er janvier, nous serons 65 pour une production à 8 000 tonnes l’année prochaine, et nous espérons atteindre les 12 000 tonnes en 2017 » , a décliné Lasse Brinck. Qu’on se le dise : l’entreprise est prête à engager immédiatement six papetiers…extraits L'alsace

    « Sans l’aide de l’Adira, la reprise n’aurait pas été possible » , a-t-il assuré. S’il a aussi été soutenu par la Ville et par la Région, il a été accompagné par les chargés de mission de l’Adira qui ont déminé le terrain pour lui. « Il a fallu sept semaines pour créer la nouvelle société. Pendant ce temps, nos clients ne pouvaient pas payer les factures » , s’étonne le patron danois, en insistant sur l’importance des entreprises moyennes pour un territoire comme l’Alsace.

    Tout en maîtrisant aussi l’anglais, Lasse Brinck s’exprime dans un allemand parfait, et se promet d’améliorer son français. Car il ne manque pas d’ambition pour son entreprise. Les bâtiments vieillots en donnent une impression trompeuse. Lana possède une des douze machines les plus sophistiquées qui existent dans son domaine en Europe. « La plus grande est ici. Neuve, elle vaut 25 millions d’euros » , relève Patrick Béranger, spécialisé dans la restructuration d’entreprises, qui avait dirigé Lana à la demande de l’administrateur judiciaire, « pour remettre le site en état de marche ». « Quand Lasse est arrivé, il a posé les bonnes questions. Il avait travaillé pendant dix ans dans un groupe papetier allemand et voulait reprendre une papeterie… »

    Un accord a aussi été trouvé avec le Colmarien Marc Rinaldi, propriétaire depuis dix ans du foncier et de l’usine. Visiblement le courant est passé entre les deux patrons. 1,5 million d’euros vont être investis dans les bâtiments. La société Acta de Rinaldi, elle, récupérera 1,5 hectare, de l’autre côté de l’Ill, pour une opération immobilière. Lana conservera les 4,5 hectares nécessaires à son activité…

  • Une charte pour repérer les producteurs locaux

    Marchés Des étiquettes "PRODUITS DE MA FERME "apporteront de la lisibilité sur les étals.

    Sur les étals des marchés strasbourgeois vont fleurir, au milieu des carottes, des poires ou des salades, des étiquettes annonçant « Produits de ma ferme », à partir....de décembre 2013. La ville de Strasbourg et la chambre d'agriculture du Bas-Rhin viennent de lancer une charte pour améliorer la visibilité des producteurs et des produits locaux sur les 28 marchés alimentaires. Dans celle-ci, les adhérents s'engagent « à vendre des produits dont 70 % au minimum sont issus de leur ferme », explique Françoise Buffet, adjointe au maire en charge du développement durable.

    Maraîchers, apiculteurs...

    Sur la centaine de producteurs qui investissent les marchés de la CUS chaque semaine, sept l'ont déjà signée et trois sont en cours. ......

    Cette charte concerne aussi les volaillers, les apiculteurs ou les producteurs de fromage.... extraits 20 minutes

  • Bonne nouvelle : baisse du prix de l’eau de près de 5 % à la Robertsau et pour les douze communes desservies en eau par la communauté urbaine de Strasbourg (première couronne autour de Strasbourg)

     Le 1er janvier, le prix de l’eau de la Communauté urbaine de Strasbourg a baissé de 4,8 % pour les 12 communes desservies en eau potable par la CUS grâce à la gestion rigoureuse des services publics de la collectivité. Mais baisse du prix ne signifie pas pas baisse de la qualité !

    L'eau en soit est gratuite mais son acheminement et son traitement ne le sont pas. C’est votre facture d’eau qui finance l’ensemble de ces services, fournit par la communauté urbaine : réalisation d'ouvrages, exploitation, distribution d’eau,collecte et au traitement des eaux usées.
    Ce sont ainsi, plus de 2 700 km de canalisations qu’il faut surveiller, entretenir, et renouveler régulièrement de façon à vous garantir un service public de qualité.
    Mais une gestion rigoureuse a permis de restituer 4 millions d’euros aux abonnés des services de l’eau et de l’assainissement de la CUS. source strasbourg.eu

    voir la vidéo de cette bonne nouvelle pour les Robertsauviens en cliquant ICI

  • Lundi 26 novembre 2012 en conseil municipal de Strasbourg le quartier de la Robertsau sera très discuté

    Alors venez nombreux assister sur place au 2ème étage de la CUS au débat en direct...! ou par internet car les places seront chères...

    Extension et de la restructuration du Palais de la musique et des congrès

    Pour celui de l’extension et de la restructuration du Palais de la musique et des congrès, ..... démarrage des travaux prévu en juin 2013 ».

    Recadrer le PMC et le PEX

    Pour positionner Strasbourg dans la compétition des grandes villes », cette extension-restructuration du PMC, avec notamment un 3 e amphithéâtre, pour une « approche mixte » des fonctions (congrès et exposition), en synergie avec le nouveau parc des expositions (PEX), ainsi que le nouveau quartier d’affaires est à l'ordre du jour. Si l'objectif défendu est de décrocher des congrès de dimension nationale et internationale, la situation économique de crise montre qu'il y a surcapacité.... Alors faire des choses à contre-courant au moment où il y a un risque... que la munipalité va prendre en toute connaissance de cause....

    Le POS sera modifié pour le jardin de la paroisse St-Louis à la Robertsau

    L’autre modification de POS envisagée a déjà suscité de l’émotion à la Robertsau : elle « doit permettre la construction, à terme, d’un foyer paroissial pour la paroisse catholique -le foyer St-Louis étant obsolète et archaïque », a rappelé hier Roland Ries. D’un autre côté, « des riverains considèrent que le jardin paroissial est un poumon vert du quartier », a poursuivi le maire, en expliquant que le sujet suscite une controverse « virulente », « pétition contre pétition », sur la destination du terrain.

    Mais, a indiqué le sénateur-maire, « au nom de quoi je m’opposerais au projet de la paroisse qui s’inscrit sur son propre terrain ? Ca ne me paraît pas incongru que l’église ait un foyer à proximité, c’est la règle générale ». Et Roland Ries d’annoncer : « donc je maintiendrai cette modification de POS » car « le concordat ne fait pas d’un terrain privé un terrain public, cet argument (Ndlr : avancé par les opposants au projet, qui avaient recueilli 1 365 signatures) ne tient pas la route ».

    Faut-il en rire alors que l'oecuménisme est à toutes les sauces ?... rappeleons que la Paroisse Protestante de la Robertsau construit aussi un nouveau foyer paroissial..... Vivie la concurrence et les surcapcités alors que nous vivons une crise....Un seul grand foyer modulable aurait été astucieux et économique.

    Le PPRT dans la nasse des baigneurs et des pêcheurs...

    Concernant le plan de protection contre les risques technologiques (PPRT) au port aux pétroles, présenté mercredi soir par la préfecture aux habitants et associations,  Roland Ries a pris soin de bien préciser que « c’est l’État qui détermine le risque et son zonage » -qui prévoit notamment d’interdire l’accès au quai Jacoutot aux voitures particulières.

    La municipalité rendra « un avis critique sur cette interdiction. Nous allons essayer de trouver une solution pour éviter la gêne mais aussi les risques », a indiqué le maire. Sans pour autant cacher la difficulté de la chose.  C'est ce que l'on appelle botter en touche...extaiits partiels  dna et compléments

  • La braderie de la Robertsau déplacée de juillet au 8 Septembre 2012

    Révolution de la fête du village qui devrait passer de 200 à 300 commerçants la veille de la fête de la St Fiacre avec en plus la présence de Miss Alsace.

    Pour plus d'infos voir la vidéo en cliquant ICI

  • Grand Contournement Ouest : Le problème de l'engrgement doit être résolu

    Où en est la taxe poids-lourds réclamé depuis plus de 8 ans en Alsace ? On en assez de payer l'entretien des routes pour le transit des poids-lourds qui se déroutent  de l'Allemagne (où cette taxation existe....)sur l'axe alsace A35.

    Que fait-l'Etat Français et surtout que font nos élus locaux ?

    1/Publié dans l’Officiel des Transporteurs

    http://www.wk-transport-logistique.fr/actualites/detail/54634/grand-contournement-ouest-de-strasbourg-le-ton-monte-entre-l-etat-et-vinci.html

    Transport routier de marchandises

    Grand contournement ouest de Strasbourg : le ton monte entre l'État et Vinci

    Par Louis Guarino | L'Officiel des Transporteurs |11/06/2012|

    Dans le projet de grand contournement ouest de Strasbourg, l'État refuse d'accorder au groupe Vinci une prolongation de son statut de concessionnaire au-delà du 28 mai 2012. Nicole Bricq acte les difficultés pour boucler le financement.

    Le torchon brûle entre la ministre de l’Écologie, Nicole Bricq, et le groupe Vinci. En cause, l’enterrement du projet de contournement autoroutier de Strasbourg qui vise à décongestionner l’agglomération alsacienne et représente un budget de 600 millions d'euros pour 30 km d’autoroute.

    "Vinci vient d’être informé par l’Etat-concédant de sa décision de lui retirer le statut de concessionnaire pressenti de l’autoroute A355, grand contournement ouest de Strasbourg", indique le groupe dans un communiqué publié le 5 juin. L’entreprise déclare "prendre acte de cette décision" alors qu’elle a été désignée comme attributaire pressenti le 12 janvier 2012. Elle souligne toutefois avoir sollicité l’État pour obtenir une prolongation de son statut de concessionnaire au-delà du 28 mai 2012 afin de boucler son plan de financement.


    Un fin de non-recevoir du ministère

    La réaction de la ministre ne s’est pas fait attendre. "Alors même que le délai de remise des accords avec les banques a été repoussé à deux reprises (ndlr : 20 mai puis 28 mai), Vinci n’a pas été en mesure de conclure ses discussions avec les banques prêteuses dans les délais fixés par le règlement de consultation, note-t-elle. Ce n’est donc pas l’État qui renonce au projet de contournement de Strasbourg, c’est le concessionnaire qui n’a pas répondu à l’offre dans les temps."

    Nicole Bricq ajoute que "les difficultés environnementales qui entouraient ce projet contesté n’avaient en outre pas permis l’intervention de la Banque Européenne d’Investissement ce qui constituait un handicap important."

    Le problème de la congestion de Strasbourg reste entier

    2:Communiqué de presse FNAUT Alsace

    La réseau FNAUT Alsace, membre de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports, souhaite apporter une contribution au débat nécessaire concernant les déplacements en Alsace après l’annonce de l’abandon du projet de Grand contournement ouest de Strasbourg

    Nous rappelons que nous avons combattu ce projet qui ne pouvait être une solution au problème posé : l’embolie de la circulation strasbourgeoise lors des pics de déplacements pendulaires. Nous nous situons par ailleurs dans un contexte de hausse du prix de l’énergie et de nécessité vitale de lutter contre la pollution de l’air.

    Nous n’oublions pas que d’autres débats ne peuvent en être isolés : poursuite de la modernisation du réseau ferroviaire existant, projet de tram-train, dégradation de l’offre TER, projet de ligne à haute niveau de service Wasselonne-Strasbourg, projets de création de nouvelles lignes ferroviaires Colmar-Fribourg et Bollwiller-Guebwiller.

    D’une part, nous estimons que la vraie réponse consiste à travailler sur la maîtrise du trafic routier lié aux personnes et aux marchandises en appliquant enfin les décisions prises en matière de taxe poids lourd et en luttant efficacement contre l’autosolisme de toutes ces personnes, seules dans leur voiture bloquée le matin et le soir dans les bouchons. En outre, nous déplorons que le ferroutage n’ait toujours pas été réellement développé, contrairement à ce qui se fait chez nos voisins européens.

    D’autre part, nous estimons qu’il faut réellement tout mettre en œuvre au niveau des décideurs institutionnels pour
    - encourager et favoriser l’usage des transports en commun ;
    - promouvoir la mobilité durable et l’ensemble des modes doux de déplacement.

    Pour cela, il sera nécessaire non pas d’ouvrir de nouvelles voies routières, mais de réaliser des équipements de nature à offrir des opportunités non négligeables de travail pour les entreprises et leurs salariés tant en ce qui concerne les infrastructures que les matériels de transport en commun.

    Afin de rendre les modes de déplacements alternatifs suffisamment compétitifs, pour mettre fin aux ralentissements constants des circulations ferroviaires, les principales gares alsaciennes et leurs approches méritent d’être réorganisées : des travaux sont nécessaires pour valoriser les étoiles ferroviaires, principalement celles de Strasbourg et de Mulhouse ; le réseau en mauvais état est à rénover fortement ; des voies supplémentaires sont à construire, notamment au sud comme au nord de Strasbourg, afin d’augmenter la capacité des lignes sur les tronçons les plus chargés en plaine d’Alsace ; des arrêts nouveaux sont à créer dans des secteurs en développement (logements, emplois, établissements scolaires…) ou susceptibles de favoriser l’intermodalité dans les agglomérations et de générer des gains de temps précieux pour les scolaires et les salariés.

    L’axe ferroviaire européen Benelux-Bâle-Italie passant par Strasbourg et Mulhouse va bénéficier de financements pour augmenter sa capacité à accueillir plus de trains de fret par la modernisation de la signalisation : cette réalisation doit être prioritaire.

    Enfin, une tarification multimodale claire et simple pour les usagers, incitative et attractive, sur l’ensemble de la Région, réclamée depuis de nombreuses années, doit enfin voir le jour, permettant à tout un chacun de pouvoir comparer le coût réel du transport par la route et le coût réel du transport en commun et de ses compléments, modes doux de déplacement.

    Pour fixer les priorités à moyen et long terme, le Réseau FNAUT Alsace estime nécessaire qu’un Schéma régional des transports et déplacements soit enfin élaboré, car l’Alsace est une des deux seules régions à ne pas en avoir à ce jour.

    Cette démarche permettra d’avoir en perspective une vision à court, à moyen et à long terme des besoins des usagers et d’ouvrir enfin une concertation avec tous les acteurs concernés, y compris les usagers quotidiens.

    Le Réseau FNAUT Alsace et les associations qui en sont membres, dont l’effectif dépasse 1000 adhérents, sont prêts à y prendre leur part et à s’y impliquer activement.

  • Roppenhein : le village des marques ouvre ce jour à 10 H 00

    Inauguré hier soir en présence de nombreux invités, partenaires et élus locaux, le village de marques The Style Outlets ouvre ses portes aujourd’hui, à 10 heures pour une nouvelle expérience shopping dans la région.

    Le village de marques de Roppenheim était en fête, hier soir, pour son inauguration officielle avant l’ouverture au public ce matin, dès 10 h. extraits dna

  • Conférence vendredi 17 février 2012 à 19h30 au CINE de Bussierre à Strasbourg Les Indiens d’Equateur en lutte contre la déforestation Indien Shiwiar le point zéro.

     

    Cette soirée est proposée par SINE (Strasbourg Initiation Nature et Environnement),et  l'Université de Strasbourg et l'association Arutam.

     

    Pouvons-nous ralentir la déforestation de l'Amazonie ? Les peuples amérindiens luttent pour récupérer leurs terres ancestrales par voie juridique. Jean Patrick Costa, spécialiste des peuples premiers vous propose une conférence suivie d'un débat pour vous plonger au coeur de l'écologie des peuples autochtones. 

     

    L'association Arutam accompagne les peuples autochtones qui la sollicitent dans les processus d’intégration et de confrontation face à la modernité, en valorisant leurs traditions et savoir-faire, tout en contribuant à la préservation des espaces naturels.  Arutam s'est engagée dans des missions spécifiques comme la restitution de terres à des peuples autochtones, la formation et la mise en places d'"Eco-gardiens" autochtones, la gestion d'un bateau-école pour la préservation de la biodiversité, des actions de reforestation et d'agroforesterie, la production et commercialisation d'huiles végétales, la création de corridors pour les singes.  L'association promeut aussi  en Europe les traditions et cultures autochtones. La médecine traditionnelle Shuar est expliquée et valorisée auprès de praticiens de la médecine occidentale. D’ailleurs, Jean-Patrick Costa rencontre les étudiants de l’Ecole Plantasanté pour approfondir le thème de la médecine amérindienne  au cours de ce Week End.

    Dédicaces de livres à l’issue de la soirée.

  • Emissions délocalisées de France Inter le 16 février

     

    France Inter sera à Strasbourg le 16 février prochain, en direct de la grande salle de l'Aubette.

  • DisTRIBUTION Coop Alsace Accord de négociation exclusive avec le groupe Casino

     

    Coop Alsace qui se débat depuis plusieurs mois pour échafauder un plan de restructuration et sortir du rouge a confirmé, hier, avoir signé un accord de négociation exclusive avec le groupe Casino (Saint-Etienne) pour l’approvisionnement de ses magasins de proximité. extrait dna

    Commentaire : Pour la Robertsau, la survie de son magasin au centre n'est que provisoire car l'ouverture prochaine du SuperU en face de la Poste signera son arrêt de mort.

  • Débat : Jeudi 8 décembre à 20 heures au restaurant « Le Scala » à Strasbourg-Neudorf « Réduire à 30% la part modale de la voiture dans l’agglomération à l’horizon 2025 : utopiste ou réaliste ? "

    DURBAN A STRASBOURG : Militez dans la joie et la bonne humeur !

    Nous sommes en 2011, deux ans après la conférence de Copenhague. L’échec de ce sommet a entraîné un cortège de désillusions. La crise économique et financière a contribué à détourner l’attention des dirigeants politiques et de la population du changement climatique, sujet crucial pour l’avenir de l’humanité. Le sommet de Durban, qui vient de commencer, ne semble pas passionner les foules à un moment où, pourtant, le GIEC tire la sonnette d’alarme sur la nécessité d’agir vite et fort. Toute la planète semble donc occupée à autre chose qu’à protéger l’avenir de ses enfants. Toute ? Non ! Car une région peuplée d’irréductibles alsaciens résiste encore et toujours à la fatalité. Et la vie n’est pas facile pour ceux qui voudraient les en empêcher…
    Dans le cadre de ses actions de mobilisation sur l’enjeu climatique, l’association OBJECTIF CLIMAT invite les habitants de la CUS à deux Stammtisch-climat :
     
    1.   Jeudi 8 décembre à 20 heures au restaurant « Le Scala » à Strasbourg-Neudorf
     « Réduire à 30% la part modale de la voiture dans l’agglomération à l’horizon 2025 : utopiste ou réaliste ? "

    Il y aura des experts, une joute oratoire, des échanges, de la convivialité…
    Avec la participation de :
    • Alain MENETEAU, directeur de la mobilité à la Communauté Urbaine de Strasbourg
    • Mikaël LUX, chargé de mission plan climat de la Communauté Urbaine de Strasbourg
    • Jean-Baptiste SCHMIDER, directeur d’Autotrement
     
                                                                                                    2.    Jeudi 15 décembre à 20 heures au restaurant « le potiron » 24 rue sainte-madeleine à Strasbourg
     
    « Joyeux Alter-Noël ! Fêter plus pour gâcher moins ? »
     

    Il y aura des experts, une joute oratoire, des échanges, de la convivialité…
    Avec la participation de :
    • Françoise BUFFET, adjointe au maire de Strasbourg à l’environnement (sous réserve)
    • Madeleine MATHIS, directrice-adjointe, direction de l’éducation de la ville de Strasbourg
    • Mélanie Le MORZEDEC, diététicienne
     
    L’entrée est libre dans la limite des places disponibles. Les personnes Intéressées peuvent se manifester soit par téléphone 03 88 32 75 88 soit par mail kathleen.leonard@objectifclimat.org.
     
    Les consommations sont aux frais des participants.
  • Strasbourg Emmaüs vante l'insertion et les petits prix

    La boutique propose des meubles, des objets de déco, des bijoux et des articles de puériculture.

    La boutique propose des meubles, des objets de déco, des bijoux et des articles de puériculture. G. Varela / 20 Minutes

    Solidarité La communauté a ouvert une boutique, hier, place de Haldenbourg à Cronenbourg

    «Un lieu comme ça manquait dans le quartier », pointe Benamer, impatient d'utiliser le grille-pain, le couteau électrique et d'autres ustensiles d'occasion achetés « pour seulement 20 € ». Henriette, elle, s'inquiète : « Vous pouvez me livrer ce canapé ? J'habite la rue d'à côté », lance la retraitée. Affaire conclue à 60 €.
    Située 4, place de Haldenbourg, à Cronenbourg, la boutique Méli Mélo ne désemplissait pas pour sa première journée, hier. « Bien avant 9 h, les gens attendaient devant la porte qu'on ouvre, se réjouit Marc Meyer, son responsable. On savait qu'il existait une demande, mais on ne pensait pas à un tel rush. » Le magasin est le premier à être implanté par Emmaüs dans un quartier prioritaire.

    Un concept expérimental
    « Les groupes Emmaüs sont surtout en zone rurale. Il y a quelques expériences dans des villes, comme à Marseille et à Paris, mais aucune boutique n'existe dans un quartier urbain sensible, déplore Thierry Kuhn, le directeur de la communauté de Mundolsheim en charge de Méli Mélo. Pourtant la logique d'Emmaüs voudrait qu'on entre dans ces quartiers, comme ici à Cronenbourg, où il y a beaucoup de chômage. Nous voulons permettre aux habitants de trouver, en bas de chez eux, des objets d'occasion utiles ou “plaisir” et pas chers. » Un tableau à 15 €, un siège pour bébé à 5 €, des layettes à 1 €...
      .....Expérimental, le concept de Méli Mélo pourrait, à terme, se décliner dans d'autres quartiers de la ville. extraits 20 minutes

  • COOP : une rencontre avec les élus pour rien

    Comme nous vous l'avions déjà indiqué ici, la décision de la Coop de céder le magasin de la Cité de l'Ill n'a pas été remise en cause et ce malgré les cris d'orfraie de nos élus.

    En réalité, ces élus n'ont aucun pouvoir de décision sinon faire de la gesticulation médiatique. Ils feraient mieux de se taire.... Ils auraient aussi pu AVANT faire leurs achats dans ce  pour en assurer la survie de ce magasin mais on ne les a pas vus....coopélusrencnuls022011 001.jpg

  • Cession de la COOP de la Cité de l'ILL le 29 janvier 2011 Que font nos politques sinon de se mettre en avant en s'indignant : trop facile

    Yves Le Tallec, conseiller général (UMP) de la Robertsau, vient d'adresser un courrier à Yves Zehr, président de Coop Alsace...Nicole Dreyer, adjointe au quartier de la Robertsau, s'étonne...

    Ah mais nos élus font de l'auto-promotion sur le dos des problèmes.

    La vérité, c'est que le Chiffre d'affaires de cette COOP a baissé régulièrement depuis de nombreuses années.

    Il ne suffit de s'indigner  ou d'envoyer des courriers pour se dédouaner (voyez ! j'ai fais ce que je pouvais ...) mais bien de PRATIQUER LE COMMERCE DE PROXIMITE.

    Alors nos élus font-ils leurs emplettes à la Coop.?

    Sinon, d'autres cessions de commerce sont prévisibles en 2011 et 2012

  • N'oubliez pas la vente à la papeterie de la Robertsau à prix avantageux ce mercredi de 8 H 30 à 12 H 30

     les 2èmes et 4èmes mercredi matin de chaque mois  hors mois d'Août

    adresse LANA PAPIERS SPECIAUX 139 route de la Wantzenau robertsau

    tél : 03 88 31 00 31

  • Stop au harcèlement téléphonique : la parade parler une langue rare

    De Louis Schlaefli de Bischheim :
    « Point n'est besoin de constituer une ligue pour lutter contre cet abus commercial ! Répondez systématiquement en alsacien (ou en mongol, si vous ne savez pas l'alsacien) aux (pauvres) opérateurs chargés de cette tâche idiote, décolonisés dans un pays à bas salaire ! Vous verrez : ce sont eux qui raccrochent. J'ai d'ailleurs l'impression que ces coups de fil commencent à se raréfier depuis que je leur réponds dans un idiome qu'ils ne comprennent pas : aurais-je déjà été rayé - pour cause de "langue inconnue" - de certaines listes de clients à "empoisonner" au téléphone ? Si tout le monde s'y met, le système s'écroulera de lui-même, faute de rentabilité ! » source dna

  • Mercredi 24 novembre à 19h15 Conférence-débat en présence d’Hervé LE TREUT, Climatologue A la librairie Kléber à Strasbourg

    Mercredi 24 novembre à 19h15 Venez nombreux ! 

    Conférence-débat en présence d’Hervé LE TREUT, Climatologue

    A la librairie Kléber à Strasbourg

    Spécialiste de la modélisation du climat, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2007, Hervé LE TREUT à participé aux travaux du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC). Il présentera son dernier ouvrage « Nouveau climat sur la Terre. Comprendre, prédire, réagir », publié en 2009.

    Entrée libre

  • Raffinerie de Reichstett : les élus alsaciens unis contre Petroplus

    ECO - Les collectivités locales ne digèrent pas l'annonce faite hier par le groupe Petroplus, qui entend fermer à court terme sa raffinerie de Reichstett, près de Strasbourg. Dans un communiqué commun, le conseil régional, le conseil général, la communauté urbaine de Strasbourg, la commune de Reichstett, la député européenne PS Catherine Trautmann et les députés UMP Yves Bur et François Loos indiquent qu'ils "entreprendront toutes démarches pour demander que la décision de fermeture soit reconsidérée". source libération221010

    Commentaire : combien de postes industriels vont encore disparaître ? Quel avenir pour l'aéroport d'Entzheim ?

  • Grève samedi et perturbations réseau CTS robertsau

    Les clients seront informés via le numéro vert Tél: 0 800 73 73 15 begin_of_the_skype_highlighting              0 800 73 73 15      end_of_the_skype_highlighting (appel gratuit depuis un téléphone fixe).
    Des conseillers téléphoniques seront présents les vendredi 15 et samedi 16 octobre de 7 h 30 à 19 h.       site internet à consulter en cliquant ICI

    La ligne 15  circule à raison d'un bus toutes les 10 à 15 minutes environ.

    Pour la ligne 6, compter un bus toutes les 20 minutes environ entre Pont-Phario et Marc-Seguin.

    La ligne 70 (uniquement entre Oberschaeffolsheim et Hautepierre-Maillon) circule toutes les heures environ.

  • Le centre social et culturel l'Escale propose un nouveau service à ses adhérents : l'Escale Party permettre aux parents de sortir en soirée le vendredi soir de 19 h à 23 h pour 20 €


    L'objectif est de permettre aux parents du secteur de sortir en soirée et, pendant que les grands se retrouvent en couple, de divertir les enfants à l'Escale. Cette possibilité est offerte désormais le vendredi soir de 19 h à 23 h.
    Les enfants de 4 à 12 ans seront accueillis au CSC par une équipe d'animation autour de thèmes variés. Des soirées musicales (karaoké et danse), soirées pyjama (contes et légendes, batailles d'oreillers, etc.), des crêpes party (atelier cuisine et bricolage) ou soirées jeux de société sont donc en préparation.

    Un tarif forfaitaire de 20 €

    Pour que ce service soit accessible au plus grand nombre, les organisateurs ont opté pour un tarif forfaitaire de 20 € par soirée et par enfant. Il faut être adhérent de l'Escale pour en bénéficier (la cotisation annuelle est de 12,50 € par famille).
    Les inscriptions se font à l'accueil de la structure (78, rue du Docteur-François, Tél: 03 88 31 45 00) pour tous les vendredi de l'année scolaire 2010 - 2011. source dna 101010

  • n'oubliez pas la vente de bric à brac à la paroisse Protestante rue Mélanie samedi 25 septembre 2010

    Bric-à-Brac robertsau

    Venez nombreux le SAMEDI 25 SEPTEMBRE 2010 de 9h à 17h pour flâner dans les allées fournies du Foyer Mélanie et trouver l’objet qui manque à votre intérieur !

    Profitez aussi de la matinée pour acheter des Fruits et Légumes de production locale juste à l’entrée du Foyer !

    Enfin, pour compléter votre visite, nous vous proposons toute la journée une petite restauration sur place.