Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Assoc Quartier ASSER

  • PPRT Le Préfet organise une nouvelle réunion publique le 21 MARS de 19 H à 21 H en présence des Commissaires-Enquêteurssur le PPRT du Port aux Pétroles

    Date 21 MARS de 19 H à 21 H à la Salle de la Bourse 1 place du maréchal de Lattre de Tassigny

    Comme vous le savez certainement , le projet d'interdire le quai Jacquoutot aux piétons cyclistes et automobilistes voulant se rendre soit à l'étang de pêche soit au site des nudistes, voire se promener en fôret de la Robertsau crée une véritable levée de boucliers parmi les Robertsauviens mais aussi auprès de nombreux Strasbourgeois dans le cadre de la mise en place du Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT)

    Outre le fait que les études sont réalisées par les entreprises elles-même, cela relève du manque d'indépendance...Les associations locales l'Association des Intérêts de la Robertsau  (ADIR) et ASSER demandaient une nouvelle réunion publique dont acte avec le 21 mars, l'association de pêche ayant déjà réuni + de 1500 signatures sous forme de pétition pour s'opposer à la fermetue de ce quai, la ville de Strasbour ne pouvant émettre qu'un avis qui est réservé sur cette fermeture.

    Par ailleurs, L'ADIR exige une vraie étude INDEPENDANTE, de nature à ne biaiser les conclusions car les habitants ont la forte impression que l'on protège plus les entreprises locales sur le site du port (préservation des emplois au détriment de la vie des habitants de la Robertsau, les mettant ainsi en danger ....

    Il n'en reste pas moins qu'il faut trouver de nouveaux accès tout en préservant la forêt de la Robertsau en cours de classement....en réserve naturelle nationale, serpent de mer depuis plus de 10 ans.

    Encore qu'il est possible (La réglementation SUR LE PPRT le prévoit explicitement) que L'ACCÈS DE LA POPULATION AUX LIEUX DE LOISIRS SOIT UN ENJEU SUFFISANT POUR JUSTIFIER DE LA MISE EN PLACE DE MESURES D'EXCEPTION PRISES EN CAS D'INTÉRÊT PUBLIC MAJEUR ET D'ABSENCE D'ALTERNATIVE? CE QUI JUSTEMENT LE CAS ICI.
     


    2 solutions alternatives sont possibles :

    soit un accès par la Wantzenau ais la commune s'y oppose...

    soit par la route qui passe devant la station d'épuration et qui aboutit sur la route EDF mais comme le soulignait l'adjointe au Maire, Françoise BUFFET lors de la réunion publique de l'ADIR de ce 14 mars à L'Ecale, il faudrait que cet axe soit élargi à 5mètres, ce qui ruinerait le projet de clammsent imment de la Forêt de la Robertsau.... A suivre donc et le d&bat risque d'être chaud....

  • Trois projets pour desservir la Robertsau

    L'extension jusqu'à la Petite Orangerie de la ligne de tram E sera mise en service d'ici à 2016.

    L'extension jusqu'à la Petite Orangerie de la ligne de tram E sera mise en service d'ici à 2016. G. Varela / 20 Minutes

    Déplacements La mairie a proposé un consensus pour améliorer la desserte du quartier

    «C'est une solution d'équilibre entre les deux objectifs que nous nous étions fixés : faciliter la mobilité des habitants et limiter l'augmentation du trafic ». Telle est la conclusion de l'adjoint aux finances (PS) Alain Fontanel, à propos de la proposition d'amélioration de la desserte de la Robertsau faite vendredi par le maire (PS) Roland Ries. Depuis un an, la problématique transport de ce quartier a suscité de nombreux débats. L'atelier de projet mis en place pour nourrir une réflexion publique n'ayant pas abouti à un consensus, la mairie a planché sur le dossier afin de trancher entre les différentes propositions des associations, habitants et usagers. Trois réponses seront mises en perspective lors du conseil municipal le 27 juin et de CUS le 30.

    Des associations mitigées
    La première phase est l'extension (1 km) du tram E jusqu'à la Petite Orangerie, à l'horizon 2015-2016. La seconde concerne la création, entre 2015 et 2020, d'une voie de circulation entre la clinique Ste-Anne et le rond-point Mélanie, doublée d'un bus express. Le dernier volet prévoit, d'ici à 2020-2025, la réalisation d'une voie de lisière le long de la forêt de la Robertsau.
    La solution des élus n'est pas du goût de tous. Le président de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau n'est que « peu contenté par rapport à la prolongation du tram. C'est une amorce, mais cela ne résoudra pas le problème de déplacement dans le quartier. » En revanche, l'ADIR semble satisfaite du « report de la voie de lisière après 2020, ce qui laisse le temps d'argumenter en opposition à sa réalisation ». Quant à l'Association pour la sauvegarde de l'environnement de la Robertsau (ASSER), autre entité proactive dans le débat, son président Luc Wehrung se réjouit que le maire ait opté pour « une solution d'intérêt publique et financièrement juste. » L'ASSER, pour qui la combinaison d'extension du tram E et la création de la voie de lisière présentait la meilleure façon de désengorger la Robertsau, est donc « globalement satisfaite ». source 20 Minutes 20062011

    NB : mais les 1300 Robertsauviens du Collectif ROBERTSAU « Qualité de Vie et Sécurité » (CROQVIES) qui ont signé la pétition contre la ROUTE LISIERE EST sont mécontents... et vont , semble-t-il, le faire savoir... une SAGA à suivre.....

  • Compte rendu rapide de la Réunion privée de ce matin avec Nicole Dreyer sur l'avenir des déplacements à la Robertsau

    Voici les premières impressions de ce que sera la délibération qui sera prise le 27 juin 2011 par le Conseil Municipal de Strasbourg

    Grosso modo, devant un auditoire d'une vingtaine de personnes invitées, Nicole Dreyer (et ...Alain Fontanel prévu , en avion mais n'est pas arrivé à temps) a esquissé les perspectives des déplacements et de la mobilité à la Robertsau à l"horizon 2015-2025 :

    • 2015 prolongation du TRAM jusqu'à la placette de la  vignette avec prolongation éventuelle ensuite. Quid d'un Parking P+R ?
    • Mise en place d'un BUS EXPRESS EN SITE PROPRE (Haute Fréquence) entre le quartier Ste Anne et le rond point Mélanie.
    • dans une seconde phase, Étude route entre ce rond point Mélanie et le port aux pétroles en 2025.
    • La mise en place d'un réseau en site propre vélo ainsi que des rues sécurisée pour les piétons va faire l'objet d''étude rapidement.

    Notons qu'une pétition sur ce sujet signée par plus de 1200 personnes est publiée ce jour dans les dna...pour une sécurité accrue des robertsauviens et contre le projet de route "lisière est" de transit.. ci-dessous

    pour 2015 c'est à priori en résumé :

     1. le scénario 1 mais que jusque à La Vignette
     2. une partie du scénario 3 sans ouvrir Route de La Wantzenau

    Robertsau2015 plan maurice.jpeg

    dont voici des NA

    "Robertsau / Transports et déplacements

    Les opposants à la « lisière » au bord de la crise de nerfs

    Ce matin, le maire Roland Ries doit rendre public son arbitrage concernant l’amélioration de la desserte de la Robertsau. Les opposants à une nouvelle voie de lisière Est sont dans les starting-blocks pour un de ces combats épiques dont le quartier a le secret.

    'Les questions de circulation, notamment de transit, à travers la Robertsau, ont le don de donner de l’urticaire aux habitants. Alors qu’une précédente levée de boucliers s’est soldée par l’abandon d’une jonction routière entre la rue de la Papeterie et la rue de la Lamproie, voilà que la voie de lisière Est est à nouveau au cœur du débat.

    Non à « l’aspirateur »

    Cette liaison nord – sud, dont les aficionados pensent qu’elle désengorgera la route de la Wantzenau et la rue Boecklin aux heures de pointe, a divisé, de tout temps l’ASSER et l’ADIR. Les premiers (Association de sauvegarde de l’environnement de la Robertsau) sont toujours partants et persuadés que cette voirie nouvelle amènerait une décongestion automobile. Les seconds, Association de défense des intérêts de la Robertsau, dénoncent une logique des années 60 : l’aspirateur à voitures qui va générer du trafic supplémentaire et serait vouée à créer de nouvelles nuisances sans apporter de réelle solution.

    La solution, selon l’ADIR, consiste en une desserte du tram au cœur du quartier, c’est-à-dire en poursuivant la ligne E jusqu’à la rue Mélanie, puis vers un terminus au niveau des immeubles en construction sur le site Sainte-Anne/Renaissance. La nouveauté, ces derniers temps, est le secours apporté à l’ADIR par le conseil de quartier.

    À l’unanimité, les 16 conseillers se sont en effet prononcés – à l’issue de l’atelier de projet sur les déplacements – en faveur de la prolongation du tram jusqu’à l’extrême nord du quartier. Un bémol est à poser : 3 parmi les 16 voix considèrent, dans le même temps, que la voie de lisière Est « s’impose comme un élément complémentaire à l’extension du tram »…

    En revanche, la pétition qui a circulé en avril à l’initiative de quelques habitants du secteur concerné est sans ambiguïté « contre un projet de route lisière Est », qu’il soit total ou partiel. 1 230 signataires y reprennent le thème de l’ « aspirateur à bagnoles », en donnant un chiffre estimé de 20 000 voitures par jour au minimum. Sur un trajet de la route de La Wantzenau au chemin Goeb, en passant à proximité immédiate du parc de Pourtalès et sur le rond-point des rues Mélanie/Lamproie (*).

    «Cette route aura quatre effets non voulus », annonce le texte de la pétition. « D’abord, des congestions de circulation au rond-point Mélanie/Lamproie ainsi qu’au pont de la Porte-du-Canal ». « Deuxièmement, la destruction d’espaces naturels » : où les riverains de la rue de Chambord, en particulier, voient déjà la zone boisée qui jouxte leurs maisons transformée en ruban de macadam.

    La pétition annonce encore « une explosion de la pollution de l’air et une augmentation du bruit ». Avant de s’interroger sur la pertinence qu’il peut bien y avoir à faire franchir une voie de passage routier importante aux promeneurs du parc de Pourtalès et aux enfants en visite à la ferme Bussierre, accessoirement centre d’initiation à… la nature.

    La municipalité promet un mélange des quatre scénarii

    Le 8 juin, une délégation de ces riverains s’est rendue à la mairie pour déposer la pétition. Le collectif y demande aussi la prolongation maximale du tram vers le nord, « ce qui correspond à la volonté d’une majorité des habitants de la Robertsau et à la politique de la Ville en matière de déplacements », assènent encore les nouveaux alliés de l’ADIR.

    .......

    Si la voie de lisière Est est dans le mix, le collectif sera dans la rue avant longtemps. « On ne se laissera pas faire », ont déclaré plusieurs personnes à l’initiative de la pétition.

    (*) Pour le collectif d’habitants, l’option de débouché de la voie au port aux pétroles est écartée pour cause de PPRT (plan de protection contre les risques technologiques)".

    .... qui interdit toute circulation de transit dans cette zone selon une directive...européenne.

     
  • Compte rendu succinct de la réunion publique avec Roland Ries sur l'avenir des déplacements à la Robertsau

    Hier soir, devant un auditoire de plus de 200 personnes, un débat s'est engagé pour le devenir de la Robertsau en matière de déplacement.

    Si comme l'a rappelé M. Hampé, Président de l'AIR, le Conseil de quartier s'est prononcé à l'unanilité de ses membres pour la poursuite du TRAM jusqu' au Fuchs am Buckel, à défaut avec un bus express, le Maire a souligné les limites de l'exercice en raison des contraintes financières et la lourdeur de la mise en oeuvre dans le temps.Quatre scénarii travaillés dans le cadre de l'atelier projet qui s'est réuni pendant un an, ont été présentés avec leurs avantages et leurs inconvénients.

    Les membres de l'ASSER ont plaidé pour la création d'une "voie est" de nature à faire contourner le trafic de transit venant du nord (Kilstett, Drusenheim, etc.) le long de la Forêt de la Robertsau et ainsi déplacer les nuisances à proximité du Centre d'initiation à l'environnement située à la ferme Bussièreet de Forêt ...lieu de détente et de repos de tous les Strasbourgeos et robertsauviens.

    Le Maire souhaite se montrer pragmatique et fera probablement une synthèse des différents scénariii, en soulignant  qu'il compte privilégier également la desserte locale voitures pour les futures habitations et limiter le trafic de transit actuel.

    De plus, comme le soulignait un membre du Groupe Vélo "Vélaüch" de la Robertsau, l'accent sera également mis sur les transports doux pour mettre en service un véritable réseau de pistes cyclabes avec le souci de la sécurité des piétons.

    Attendons le prochain conseil municipal du mois de juin pour voir les tendances....mais on ne pourra pas contenter tout le monde....Il s'agit de privilégier l'intérêt général

    A signaler également le dépôt de 2 pétitions, l'une concernat la navette (+ de 200 signatures)et l'autre pour une sécurité accrue des robertsauviens et contre le projet de route "kisière est de transit..(plus de 1 200 signatures)

  • Robertsau : un petit peu de tram... et surtout beaucoup de voitures et de circulation de transit des automobilistes n'habitant pas notre quartier....

    N'oubliez pas Lundi 6 juin de 18 à 19 h 30 réunion publique de concertation avec Roland Ries"quelles solutions pour les transports et les déplacements pour la Robertsau" dans la grande salle de l’interassociation, tour Schwab, 42 rue de l’Ill - Cité de l'Ill

    "Strasbourg / Déplacements

    Robertsau : un petit peu de tram...

    Redimensionnement de Nouvelle exposition plan robertsau asser rte lisiere est.jpg

    « C’est la dernière ligne droite », annonçait d’emblée Luc Wehrung, président de l’ASSER, aux Robertsauviens venus nombreux au foyer Saint-Louis. Objectif de cette réunion publique : faire le point sur « ce qui risque de se passer » en matière de solutions pour les transports et les déplacements.

    Avec une certitude : le refus de l’ASSER de l’axe rue de la Papeterie-rue de la Lamproie. Lors d’un rappel chronologique, Luc Wehrung a énuméré les différentes étapes : en juillet 2009, la validation par le conseil municipal d’une étude pour 600 000 € sur la création de cet axe, en septembre, l’enquête publique et en novembre, une pétition de 1 100 signatures contre, en mai 2010, la création d’un atelier de projet sur la mobilité et les transports, en novembre l’ouverture d’une enquête publique dans le cadre de la modification n° 34 du POS.

    150 habitants s’étaient déplacés au centre administratif pour rencontrer le commissaire enquêteur qui a émis un avis favorable avec trois réserves (voir DNA du 21 janvier). Les Robertsauviens ont manifesté encore plus nombreux leur opposition lors de la visite de Roland Ries dans le quartier, en février.

    Pour limiter la destruction du cœur de la Robertsau

    Les conclusions de cet atelier de projet qui a réuni des techniciens, des associations, des membres du conseil de quartier : une absence de consensus pour un scénario. Suite à une enquête commanditée à un cabinet parisien par la Ville sur la situation des déplacements en voiture en 2025, quatre scenarii ont été avancés.

    Après avoir décortiqué chaque proposition, en présentant les avantages, les inconvénients et les coûts approximatifs, Luc Wehrung a présenté le scénario de l’ASSER, « le plus équilibré et le seul susceptible de réduire grandement les nuisances. »

    Cette proposition suggère le prolongement du tram jusqu’à la Petite Orangerie (moins d’un kilomètre de ligne), le bus 15 en site propre du rond-point Himmerich vers le Nord, une navette tram-clinique Sainte-Anne et la voie Est (voir document ci-joint).

    Cette proposition est mise en parallèle avec l’urbanisation envisagée à la Robertsau d’ici 2025, soit quelque 3 800 logements, la grande majorité de ces logements se situant dans le secteur Est, mal desservi en transports publics et avec une voirie déjà au bord de la saturation.

    Les arguments avancés par le président de l’ASSER pour ce scénario : il permet un report sur les transports publics de même ordre que l’extension du tram pour un moindre coût, une meilleure répartition géographique et une réduction du trafic interne de 7 %.

    Déterminés à défendre le cadre de vie

    La voie de desserte Est, placée entre le canal des Français et les terrains agricoles, sans toucher les habitations, réduira le trafic interne de 23 % : « Elle dégage tout le trafic, sans le renverser sur une voirie existante. On limite la destruction du cœur de la Robertsau et on sauvegarde un poumon vert qui favorisera les déplacements des piétons et des cyclistes. »

    Omniprésente dans les présentations des services techniques au début de l’atelier, la liaison Papeterie-Lamproie aurait disparu lors des dernières réunions. Mais Luc Wehrung a fait état de l’hypothèse d’un nœud multimodal devant l’Escale, avec le tram et un bus à haut niveau de service venant de l’Ouest : « Le plan des transports publics adopté en conseil de CUS en 2010 prévoit expressément un BHNS passant par la rue de la Papeterie vers l’Est ».

    « Soyez vigilants », conseillait-il à son auditoire, lors de la réunion publique annoncée le 6 juin avec Roland Ries.

    Après cette réunion, la dernière pour permettre aux Robertsauviens de s’informer et de s’exprimer, le conseil municipal se positionnera le 27 juin en validant la modification n° 34 du POS et le conseil de CUS le 30 juin.

    « Si on n’est pas entendu, on verra si on se donne une dernière chance. Après la messe sera dite. Nous sommes gentils, mais déterminés à défendre notre cadre de vie », concluait Luc Wehrung avant de répondre à quelques questions de l’auditoire.

    source dna 03/06/11

    Commentaire : Il faudra bien qu'on nous explique pourquoi on est "déterminé à défendre notre cadre de vie" en souhaitant tracer à travers la partie "verte" de la Robertsau une route "Est des lisiières" pour polluer notre forêt de la Robertsau...et puis pour y aller dans la forêt de la Robertsau, on fera comment ?...Traverser cette future route sera très dangereux (prévision de trafic 10 000 à 20 000 voitures/jour).. Quel havre de paix et de silence pour le peu de biodiversité qu'il nous reste et... nous supposons qu'on pourra encore entendre le doux chants des oiseaux à moins de construire un pont pour éviter les gaz et le bruits des voitures venant du nord de l'agglomération. Cette route ne réduira en rien le trafic route de la Wantzenau mais sera un nouvel appel d'air pour aspirer de nouveaux automobilistes, la plupart seuls dans leur voiture.

  • Chauds, les poireaux

    Les deux principales associations de la Robertsau sont vent debout contre l'atelier de projet initié par la municipalité quant à l'avenir du quartier. En résumé, la Ville offrirait là un soupçon de concertation pour faire avaler un gros dossier déjà ficelé.

    « Cet atelier de projet est une mascarade », accuse le président de l'ASSER (*), Luc Wehrung. Propos tenus ce 9 novembre devant 150 habitants de la Robertsau invités par l'association à une réunion à l'Escale.

    Croire encore que « le PLH est amendable »

     « Les documents de travail sont incomplets, les informations lâchées au compte-gouttes et le PLH n'est pas négociable... », résume le président, amer. « Le sujet est pourtant grave, poursuit-il, puisqu'il s'agit de construire 1 800 logements (en comptant les permis de construire individuels, ndlr) de plus d'ici 2014 et encore autant d'ici 2025 ». Mais apparemment « sans prolongement du tram vers l'intérieur de la Robertsau ».
     En revanche, l'ASSER est persuadée que l'atelier servira à faire passer un scénario qui plaît à la municipalité : celui du « barreau » qui poursuivrait, à l'est, la rue de la Papeterie, pour desservir les futures nouvelles urbanisations, au nord de la rue Mélanie. Un barreau qu'on verrait poindre dans une modification du plan d'occupation des sols actuellement à l'enquête publique.
     Le texte de ladite modification parle bien de développer une « nouvelle voirie desservant les futures urbanisations et supportant un transport en commun en site propre, également à l'étude ». Mais se garde bien de poser un tracé sur la carte, effaçant même les prévisions de tracés du POS originel. Dans l'attente du rendu desdites études. Voire, de propositions de l'atelier de projet ?
     « Nous avons toujours milité pour un projet global où les déplacements sont certes des enjeux capitaux mais pas les seuls », réplique René Hampé, président de l'ADIR (**), dans une lettre ouverte. Avec l'ASSER, il veut croire encore que le Plan local de l'habitat « est amendable ». « Les modifications de fonctionnement des lignes de tram, notamment la ligne F, illustrent bien que des décisions arrêtées peuvent être modifiées », ironise encore René Hampé.
     De son côté, l'ASSER aurait assez aimé voir apparaître dans l'enquête publique une voie de lisière Est pour laquelle elle milite et qui permettrait, selon elle, de soulager d'autres voies structurantes (rue Boecklin et route de la Wantzenau) dans la traversée nord-sud du quartier. Apparemment, ce scénario n'est pas (encore ?) validé pour une étude approfondie.
     Ajoutant sa voix à la grogne, le conseiller général du secteur Yves Le Tallec s'est fendu d'un communiqué. « Les Robertsauviens sont conscients qu'au regard du potentiel foncier de leur quartier, l'implantation de nouveaux logements s'impose », y écrit l'ancien adjoint du quartier. « Mais c'est la méthode employée » qui serait en cause. Où l'atelier de projets ne serait qu'un « alibi démocratique »...

    L'idée est d'avoir beaucoup de monde le 20 novembre

     La municipalité n'aurait qu'à bien se tenir « si l'autisme ambiant devait se prolonger », conclut le conseiller général. Chacun rendra à César l'autisme qui lui appartient.
     Reste que l'ASSER a appelé mardi soir les habitants concernés à venir en force consulter le dossier d'enquête publique à la Communauté urbaine et y noter ses remarques.
     L'idée est d'avoir beaucoup de monde, le 20 novembre à partir de 9 h 30, pour saluer le commissaire enquêteur qui sera présent à cette date. « On pourrait ramener chacun un poireau », suggère une dame. Chauds, les poireaux - le symbole de la Robertsau, le quartier du Laüch. Un début de manif ?source dna de ce jour

    (*) Association de sauvegarde de l'environnement de la Robertsau. (**) Association de défense des intérêts de la Robertsau

    L'enquête publique sur la modification numéro 34 du POS, qui concerne notamment l'urbanisation de la Robertsau, se poursuit au centre administratif, parc de l'Étoile, en salle 462 (4e étage) jusqu'au 9 décembre inclus. Consultation des documents du lundi au vendredi de 8 h 30 à 11 h 30 et de 14 h à 17 h. Présence du commissaire-enquêteur le samedi 20 novembre de 10 h à midi, le vendredi 26 novembre de 10 h à midi et le jeudi 9 décembre de 15 h à 17 h

    • commentaire : nous observons que l'une des associations (Asser) défend une conception archaïque (à l'opposé des recommandations du Grenelle de l'Environnement) c-à-d la voiture et la pollution qui sera engendrée à la lisière de chateau de pourtalès, de la forêt, ce qui dégradera fortement la qualité de la flore,de la faune et du biotop de cett forêt..ce qui rendra son projet de classement en réserve naturelle impossible.. forêt de la Robertsau, ...sans compter l'existence du centre d'initiation à l'environnement situé à la Ferme bussière à l'entrée dudit parc de Pourtalès (qui milite justement pour les éco-gestes et la qualité de l'environnement)....de plus en plus vital à la détente et au besoin d'oxygénation des ses habitants et à ceux de Strasbourg....tandis que l'Adir soutient le transport en commmun et la révision du Plan d'Occupation des Sols (POS) avec son urbanisation telle que le projette la ville de Strasbourg, à savoir 3000 logements prinipalement dans le secteur Est de la Robertsau.... la parole est maintenant aux habitants qui sont ....les premiers concernés..quelques pistes complémentaires au débat  :
    • la ville évoque les Bus à Haute Qualité de Service (BHQS) moins coûteux que le tram et plus rapide à mette en service 
    • un renforcement des pistes cyclables avec une signalisation forte
    • la création d'un réseau de voies vertes pour les piétons,

     les 2 derniers points ayant pour but de réduire la circulation dite de  proximité à l'intérieur de la Robertsau qui représente environ 50% du trafic total des déplacements constatés par les enquêtes de terrain

    seraient des compléments nécessaires à étudier

  • Robertsau Yves Le Tallec : toujours le plaidoyer pour le tramway

    Le conseiller général (UMP) de la Robertsau ne s'en lasse pas. Dans une nouvelle lettre au maire de Strasbourg, Roland Ries, il revient sur la nécessité qu'il y a de prolonger la ligne de tramway E vers le coeur de son quartier. Il s'agit, en deux ans, de « plus d'une dizaine de courriers » où M. Le Tallec développe les mêmes arguments. Le tout, dit-il « sans avoir obtenu la moindre réponse claire ou argumentée pour justifier le refus de mettre en oeuvre cette extension ».
    Ce « refus manifeste », M. Le Tallec le « regrette amèrement », d'autant que ce projet « est réellement attendu par la population ». « Il ne serait pas admissible pour les Robertsauviens de voir cette extension inscrite dans le schéma des transports à échéance 2025 sans avoir la certitude qu'elle puisse se faire rapidement ou encore qu'elle soit précédée par des extensions vers le sud de l'agglomération où elles sont moins attendues et justifiées », appuie le conseiller général, qui propose même que cette extension se fasse avec une « voie unique ». En revanche, M. Le Tallec « comprend et partage » le souhait de réaliser une extension vers Kehl et le Port-du-Rhin.

    source DNA du 09:03:2010

    Observations : Après Christine Lagenfeld, voici le Conseiller Général qui fait un peu de média pour le prolongement du Tram vers la place de la Vignette.... Que ne l'a-t-il pas fait lorsqu'il était aux commandes..Îl est vrai qu'il n'avait que peu de pouvoirs, Robert commandait. Tout le éonde sait que la fréquentation de cette ligne est si faible qu'elle en est désastreuses ansoublier les pauvres du quartier des XV qui n'ont vraiment peu de transport en commun....:.

  • Robertsau:: toutes les associations de quartier avaient convié ce jeudi 4 février 2010 les habitants sur les projets de nouveaux axes routiers dans notre quartier

    07/02/10

    Plus de 400 personnes sont venues écouter les spécialistes des 3 associations dans l'ordre alphabétique ADIR/ASSER/CARSAN.

    1000 logements prévus à la robertsau au cours de prochaines années Où les mettre et comment faire circuler ces nouveaux habitants sur la base de 3,2 déplacements jour/habitant ?

    10 000 € d'études et 6,7 Millions € de programme votés par le conseil municipal de Strasbourg le 06 juiller dernier sans crier...  soit des travaux inscrits pour la réalisation liaison rue papeterie vers la rue lamproie via la rue Kempf ainsi qu'une liaison nord-sud le long de la forêt de la robertsau et le château de Pourtales....voie est...route EDF... et la municipalité parle concertation.

    On aura alors selon l'un des orateurs des associations in finé près de 30 000 véhicules/jour au lieu de 8000 à la sortie de la Robertsau au pont carrefour chemin Goeb/quai Jacquoutot.... ce qui fera date en matière de bruit et de pollution soit 2 x1/2 de pollution supplémentaire pour les soi-disant privilègiés de ce quartier qui vont voir passer principalement de la circulation de transit.

    Revoir la vidéo du 06 juillet 2009 point 22. Ajustement du programme projets sur l'espace public de l'année 2009 - Avis du Conseil Municipal (19min) à ce sujet ici

    Les associations demandent donc une VRAIE CONCERTATION qui ne se limite pas à une SIMPLE INFORMATION SUR UN PROJET FIGE BOUCLE ET QUI NE PEUT PLUS ETRE AMENDE.(voir à ce sujet le projet immobilier prévu à l'hôpital st François/rue de la Baronne d'Oberkirch dont on demande maintenant l'aval au conseil de quartier alors que ce projet ne peut plus être modifié.....sic...)

    Bon, si les projets de la ville avec une déclaration d'utilité publique sont engagés.... cette dernière déclaration d'utilité publique sera validée malgré l'opposition d'une majorité d'habitants.. On n'a jamais constaté autre chose à ce jour.

    Seule solution possible aux habitants selon l'un des intervenants dans la salle  : MANIFESTER suite au prochain numéro.Tout le monde le regrette mais c'est ainsi en France.

    En effet, rappelant le pb de la clinique St Anne, ce n'est que par les manifestations que l'on a réussi à trouver une solution acceptable à ce dossier. Sachez cependant qu'une route d'accès sera ouverte au nord du futur lotissement st Anne qui débouchera sur la rue de la renaissance....

     

    complément article DNA à ce sujet du 09/02/10

    Vent debout contre l'extension de la rue de la Papeterie

    Un trio désormais connu d'associations de la Robertsau réunissait jeudi soir près de 300 personnes pour dire son hostilité à l'extension de la rue de la Papeterie vers la rue Mélanie.

    L'ADIR, l'ASSER et le CARSAN sont rodés : ce jeudi soir, ils accueillaient en réunion publique 300 habitants de la Robertsau qui s'étaient déplacés au centre socio-culturel pour en savoir plus sur le projet d'extension Papeterie - Mélanie. Cette voirie qui doit arriver tantôt à l'enquête publique, les trois associations trouvent justement qu'elle a été sortie bien tard du carton à projets pour la concertation. Une concertation qui n'aurait plus lieu d'être, les études étant actées par décision du conseil municipal l'été dernier.
    « Nous voulons pouvoir disposer des programmes, des avant-projets sommaires, sinon nous aurons toujours le sentiment qu'on nous demande notre avis en dernière minute sans nous avoir donné aucun élément d'analyse », résument les membres de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau.

    Lettre en souffrance

    Des membres du conseil de quartier espèrent, eux, « pouvoir encore modifier cette vision un peu technocratique des choses », qui consisterait à poser une route sur la carte de manière unilatérale.
    Avec eux, le CARSAN insiste pour que les habitants produisent une alternative à ce projet. Et un habitant du chemin du Grand Belzwoerth, témoin au quotidien de la transhumance automobile, ajoute : « Surtout, il faudrait un plan de circulation global dans le quartier ». Si l'enquête publique n'est pas encore ouverte, certains espèrent que c'est lié à la grogne montante. Luc Wehrung, le président de l'ASSER, aimerait tout de même avoir une lettre en retour à la missive envoyée au maire. En attendant, la pétition est montée à 900 signatures.
    « Vous êtes trop gentils ; la Ville vous prend pour des Bisounours », démarre une jeune femme qui milite pour une extension de la ligne de tramway. « Mettons-leur la pression, c'est bientôt les régionales, non ? ». Et un retraité de la maréchaussée de renchérir : « Croyez-en ma vieille expérience, il n'y a que les manifestations qui font bouger les choses »...

     

    MSK

    Édition du Mar 9 fév. 2010
  • Nouveaux projets d'aves routiers à la Robertsau : l'ASSER, l'ADIR et le CARSAN poursuivent leur lobbying en conviant les Robertsauviens à une réunion publique ce jeudi 4 février à 20 h, à l'Escale.

    "Disons-le tout net, entre l'adjointe de quartier et les associations (ASSER, ADIR et CARSAN) de la Robertsau, ça tourne un peu au dialogue de sourds. Lorsque l'élue évoque des dossiers qui seront discutés dans le cadre du PLU, les associations se braquent en hurlant au fait accompli, même si lesdits projets sont au stade des hypothèses émises par les services de la CUS. A la décharge des dites associations, on se souviendra du traumatisme du dossier Sainte-Anne/Renaissance, où la pression immobilière et la montée en puissance d'un pôle de santé n'ont pas toujours fait l'objet de présentations très transparentes... par la municipalité d'alors.
    Voilà que les axes routiers de transit, l'un nord-sud (une sorte de contournement du quartier par l'est) pour décharger la route de la Wantzenau et la rue Boecklin, l'autre est-ouest, par une extension de la rue de la Papeterie vers la rue de la Lamproie, sont à nouveau à l'ordre du jour. Avec, d'emblée, une pétition de riverains alertés par « le vote de crédits, en juillet 2009, pour une enquête publique », rappellent l'ADIR, l'ASSER et le CARSAN, dans une récente lettre ouverte à Nicole Dreyer.

    ...... Les trois associations insistent encore dans leur missive pour que la concertation ne s'arrête pas à la simple information...." extraits dna de ce jour MSK

  • Cela chauffe malgré le froid : Strasbourg Robertsau / Pétition

    Projets routiers dans le collimateur

    Trois associations de riverains de la Robertsau montent au créneau concernant les réflexions en cours sur de nouveaux axes routiers dans le quartier....

    Voilà que les deux associations l'ASSER (Association de sauvegarde de l'environnement de la Robertsau) et l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau), accompagnées par le CARSAN/Comité d'action Renaissance - Sainte-Anne - Niederau), font circuler une pétition contre « de nouveaux axes de transit routier à travers la Robertsau ». Mais qu'a donc fait la municipalité pour faire l'unanimité contre elle à ce point ?

    « Itinéraire de délestage »

    « Aujourd'hui, on remet d'actualité le projet d'un axe de transit ouest-est (prolongement de la rue de la Papeterie vers le rond-point Mélanie-Lamproie) », démarre le texte de la pétition. Qui se réfère à l'étude annoncée en conseil municipal et à une démarche d'enquête publique qui doit intervenir prochainement.
    Les associations estiment : « Réaliser cet axe est-ouest serait créer une nouvelle route en plein tissu urbain existant, qui viendrait dégrader (...) la qualité de vie. » « Ce serait, poursuit le texte, aussi encourager un itinéraire de délestage de l'autoroute A 350 vers l'Est (port, Rivétoile) et le sud (Meinau, Illkirch-Est) avec un important accroissement du flux de circulation devant l'école de la Niederau et le centre social et culturel. »
    « On projette également de relier la route de la Wantzenau à cet axe par la rue de la Renaissance », affirment encore les pétitionnaires sur la foi de documents de travail issus de l'ancien conseil de quartier.

    « Les cartons de la ville »

    Les riverains associés y voient un futur « aspirateur » à voitures pour un flux de transit nord-sud. Bref, un projet qui « va à l'encontre de la préservation de la santé et du cadre de vie et de l'avènement de nouvelles façons d'urbaniser ».
    Au nom de toutes ces considérations, la pétition exige l'abandon pur et simple de ces projets. Le président de l'ASSER Luc Wehrung annonce déjà 600 signatures et une réunion publique organisée par les trois associations au début de l'année prochaine. « La problématique est celle des projets dans les cartons de la ville, qu'on sort et qu'on remballe selon les circonstances », estime-t-il.
    Pour Nicole Dreyer, adjointe de quartier, il s'agit plus précisément « de tracés possibles de voirie inscrits dans les documents d'urbanisme ». Le prolongement de la rue de la Papeterie d'une part et d'autre part, un axe à l'Est du quartier « qui permettrait la traversée nord-sud, en alternative à la route de la Wantzenau et à la rue Boecklin », poursuit l'adjointe. Qui précise : « Il est hors de question que cet axe Est bifurque dans la rue de la Renaissance : j'ai vu des plans tronqués qui pourraient constituer une vraie manipulation des riverains »...
    L'idée, affirme l'élue, était de mettre ces voiries potentielles en débat dans le cadre du Plan local d'urbanisme en construction. Nicole Dreyer prépare un courrier aux trois associations, où elle reprécise tracés et démarche. Quant au débat, apparemment, il est lancé !

     

    MSK extrait DNA du Ven 18 déc. 2009

  • Malgré la pluie les manifestants étaient près de 150 contre les problèmes de circulation sur le secteur Clinique Sr Anne mais aussi contre le projet d'axe routier est-Ouest et nord-Sud

    Manifestation- 10 oct09 ASSER.doc

     

    IMGP1256_resize.JPG

    IMGP1254_resize.JPG

    Carsan.3 manif stanne101009JPG.JPG

    IMGP1252_resize.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    Sous la houlette de l'association Carsan, de belles banderoles dont celle adressée personnellement à M Ries "Mir RIES Agissez" ainsi que la chorale Renaissance ont du interpellé Soeur Baumann, PDG Groupe St Vincent dont fait partie la clinique St Anne.

    Parti en cortège depuis l'Escale, le groupe a remonté la rue de la Renaissance pour faire un sitting devant l'entrée de la Clinique rue THYS puis en direction de l'ancienne entrée route de la Wantzenau.

    Soeur Baumann, on attends un miracle pour la réouverture de cette entrée, route de la Wantzenau.

    Le miracle a finalement eu lieu et le portail de l'entrée principale s'est OUVERT vers 11 h 30.....

    Soeur Baumann, pour le 200ème anniversaire du Groupe St Vincent dont fait partie la clinique St Anne, faites un geste gratuit et permanent en ouvrant définitivement cette entrée  pour le bonheur des riverains secteur renaissance/thus/st Anne.

  • Jeudi 19 mars 18 h 30 Témoignages de guerre

    L'Association pour la sauvegarde de l'environnement à la Robertsau organise jeudi 19 mars une soirée témoignage. Pierre Karli et Charles Wurtz, deux Robertsauviens, parleront de leur expérience respective de la guerre de 1939-1945. Rendez-vous à l'Escale (centre social et culturel), 78 rue du Docteur François, ce jeudi 19 mars à partir de 18 h 30.

  • Demande de création d'une voie EST

    Suite à un article paru dans les DNA, l'association de quartier ASSER semble partisane d'une nouvelle voie routière Est pour absorber une partie de la circulation de passage route de la Wantzenau.

    dixit article du 02/10/08 dna « la réalisation rapide d'un début de la voie Est ».

    Cette nouvelle voie Est qui passerait à proximité de la Ferme Bussière (qui abrite le Centre D'initiation à L'Environnement), des habitations du lotissement des châteaux et du parc de Pourtalès aurait pour finalité de fluidifier définitivement le trafic de transit des véhicules Nord-SUD.

    Est-ce la solution miracle ?

    8 000 à 10 000 voitures/jour dans un premier temps le long de la forêt de la Robertsau avec de la pollution sonore et du CO2 qui va avec.

    Une pétition à ce sujet est en cours de signature auprès des habitants du quartier.

    Dossier à suivre