Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Compte rendu du dernier Conseil municipal de Strasbourg du 20 Avril 2015

    Parmi tous les points débattus, il y a pour la Robertsau :

     
    • Attribution du nom de Mélanie de Pourtalès à la médiathèques de la Robertsau : adopté unanimité

     

    • Interpellation de Monsieur Thierry ROOS : 'Projet de géothermie à la Robertsau' voir la vidéo ci-dessous

    géothermie à la Robertsau

    • Interpellation de Monsieur Thierry ROOS : 'Le foyer Saint-Louis'. voir la vidéo ci-dessous

    'Le foyer Saint-Louis'.

    extraits strasbourg

     

  • Parc naturel urbain en fête du 17 au 19 avril ! Découvrez le territoire du Parc naturel urbain de Strasbourg, ses multiples facettes et rencontrez les différents acteurs de ce territoire.

    La nature, les sports et le bien-être seront ainsi mis à l'honneur trois jours durant, au travers de plus de 40 animations sportives et culturelles organisées par des associations des quartiers Elsau, Koenigshoffen, Montagne Verte et des acteurs du PNU. Ce week-end festif permettra également de comprendre la démarche et les projets du Parc naturel urbain. 3 jours d'animations 30 associations partenaires 40 animations sportives et culturelles Quelques temps forts du programme : Vendredi 17 avril Dévoilement de la plaque du parc Guiseppe Arcimboldo (rue Frans Hals) suivi d'une marche à travers le Nord de l'Elsau. Samedi 18 avril Petits et grands pourront s'inscrire à une promenade découverte du patrimoine naturel du PNU au départ de la Tour du Schloessel ou encore assister à l'inauguration du jardin du Schloessel et de "l'abri de rouille" de Pierre Gaucher qui sera suivie d'animations. D'autres temps forts sont prévus tout au long de la journée : promenade commentée au quartier des Foulons, ouverture au public du parc privé de l'Ehpad Emmaüs-Diaconesses ou encore atelier "découverte de la cuisine des plantes sauvages" rue du Marais Saint Gall... Dimanche 19 avril Le public est invité à découvrir, en itinérance, la diversité des paysages du PNU tout en pratiquant une activité sportive (promenade historique dans le PNU, randonnées, courses à pied, initiation à la marche nordique, promenade à vélo) ou encore à profiter des "portes ouvertes" ponctuées d'animations de plusieurs sites associatifs et sportifs. Par ailleurs, des ateliers bien-être, créatifs ou encore de réparation de vélos... seront proposés au parc Schweitzer ainsi que des animations sportives pour répondre à toutes les envies (Gym forme détente, Qi gong, Laïdo, Jodo, Taekwondo, Aviron sur rameur...). Téléchargez le programme complet

  • BOURSE AUX VELOS le 19 avril Halle du marché de Neudorf organisée par le CADR

    Dimanche 19 avril 2015 avec la présence de cityzen bike Pour les personnes qui désirent vendre un vélo, la dépose des vélos s'effectuera le matin entre 9 h 00 à 12 h 00. (carte d'identité obligatoire + 2 €) Pour les personnes qui désirent acheter un vélo, l'ouverture des ventes se fera l'après midi à partir de 14 h 00 et ce jusqu'à 17 h 00. Un contrôle technique des vélos sera fait le matin à l'enregistrement et ils seront ensuite automatiquement marqués contre le vol. Restitution des paiements ou des vélos invendus le soir après 17 h 00. (Pour les vélos vendus, prix de vente - 10 %)

  • Le vélomobile : 80 fois plus efficace que la voiture électrique

    À mi-chemin entre le vélo couché et la voiture de course, voici le véhicule propre par excellence. Équipé d'un habitacle et d'une assistance électrique, il pourrait concurrencer le vélo. Et même la voiture électrique... si la loi le permettait.

     

    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Le Raht Racer peut atteindre les 110 km/h avec son moteur électrique
    Rouler à vélo plutôt qu'en voiture : tout le monde est pour, mais qui le fait ? En pratique, le vent, la pluie et la proximité des autres véhicules ont souvent raison de nos convictions écologistes. Surtout quand il s'agit d'aller loin. Même aux Pays-Bas, paradis de la bicyclette, 77 % des trajets à vélo s'effectuent sur moins de 5 km et seulement 1 % sur plus de 15 km.

    Alors qu'en France, 26 km séparent en moyenne notre domicile de notre travail, nos Titine seraient-elles donc irremplaçables ? Pas forcément. Un véhicule alternatif propre existe déjà et il ne requiert pas des millions d'euros d'investissement comme la voiture électrique.
     
    Ce véhicule, c’est le vélomobile. Venu d'Europe du Nord, il est apparu dans les années 1980 et n'a cessé de s'améliorer depuis. Cette étrange voiture à pédale est composée d’un vélo couché à trois roues, protégé par une coque aérodynamique.

    Cette dernière réduit jusqu’à 30 fois la résistance de l'air. Ajoutez à cela le pédalage en position couchée, et voici que le cycliste dépense trois à quatre fois moins d'énergie qu'au guidon d'un vélo traditionnel. Cela lui permet de rouler sur de plus longues distances, mais aussi d’aller plus vite. Et ce, sans sacrifier au confort : la carrosserie le protège des intempéries et des collisions, alors que les trois roues lui assurent la stabilité.

     

    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl
    Intérieur d'un vélomobile. Source velomobiel.nl

    PEDALER A 40 KM/H

    Un vélo-mobiliste sans entrainement peut ainsi atteindre facilement les 40 km/h sur du plat. Il n’est donc pas rare, dans le nord de l'Europe, de voir l'un de ces véhicules flashé pour excès de vitesse. Une source de fierté plus que d'amertume dans le petit monde des cyclistes.
     
    Cependant, ce tricycle a quelques défauts. Son prix tout d’abord : comptez entre 2 500 et 10 000 euros pour en acquérir un. Ce coût s’explique par une production encore artisanale et l’emploi de matériaux haut de gamme (carbone, kevlar, fibre de verre...). Un prix important certes, mais inférieur à celui d’une voiture et de son carburant. Vient ensuite son poids : pesant entre 24 et 40 kg, il est plus lent au démarrage et dans les côtes qu’un vélo classique. Voilà qui ne facilite pas son utilisation en ville.

     


    80 FOIS PLUS EFFICIENT QU’UNE VOITURE ELECTRIQUE

     

    Kris De Decker, auteur du blog Lowtech magazine, affirme détenir la solution : l’assistance électrique. Pour le démontrer, il a comparé le vélomobile assisté « e-WAW » et la voiture électrique Nissan Leaf, deux véhicules affichant une autonomie comparable de 150 kilomètres.

    Avec un poids d’à peine 30 kilos, le vélomobile est 46 fois plus léger que sa concurrente. Cela lui permet de n’embarquer qu’une petite batterie de 288 Wh, contre 24 kWh pour la voiture. Il est donc 80 fois plus efficient.

    D'autant que, selon ses calculs, si tous les américains troquaient leur voiture traditionnelle pour des Nissan Leaf, il faudrait multiplier par 20 la production du parc éolien (soit 7200 gWh) pour les recharger de façon écologique. À l’inverse, en utilisant des e-WaW, un quart de la puissance éolienne déjà installée suffirait largement (86,4 gWh).

     


    Le seul mode de transport réellement durable

    Côté autonomie, le vélomobile est encore gagnant. Pour que l’e-WaW atteigne une autonomie de 450 km, il suffirait de lui rajouter 6 kg de batteries. Pour en faire autant, il faudrait équiper la Nissan Leaf de 400 kg de batteries supplémentaires. De quoi remplir tout son coffre et sa banquette arrière. Même sans ses pédales, le vélomobile est toujours 20 fois plus efficient que la voiture, ne consommant que 0,7 kWh aux 100 km contre 15 kWh pour la Nissan Leaf.

    Selon l'auteur, le vélomobile assisté n'est autre que le seul mode de transport réellement durable. Mais pour que ce mode de transport alternatif se développe, il faudrait que la législation évolue. Aujourd'hui considérés comme des vélos électriques, les vélomobiles assistés sont en effet bridés à 25 km/h en France. Précisément le seuil à partir duquel leur aérodynamisme les rend plus performants que le vélo...

    Aux États-Unis, un prototype tout électrique filant à 110 km/h existe déjà, la Raht Racer....Extraits wedemain

     

  • L’Allemagne impose la vignette auto pour tous

    À compter du 1er janvier 2016, les automobilistes allemands et étrangers devront payer une vignette pour circuler sur l’ensemble des axes routiers allemands, pas seulement les autoroutes.

    ......... Objectif affiché : faire participer au financement de l’entretien du réseau routier tous les détenteurs de voitures non immatriculées en Allemagne et récolter ainsi 2,5 milliards d’euros par législature (5 ans). Actuellement, les Allemands apportent déjà leur quote-part en s’acquittant d’une taxe annuelle (la KFZ-Steuer) à laquelle échappaient jusqu’ici les étrangers.

    Temporaire ou annuelle

    Hier, le ministre des Transports allemand a présenté deux changements de taille par rapport aux annonces initiales. Le projet du gouvernement propose que toutes les routes allemandes soient concernées par cette vignette automobile et pas seulement les autoroutes, par crainte que le trafic routier de transit se déplace sur les routes secondaires.

    Du coup, cela change la donne pour les frontaliers qui utilisent les axes allemands pour se rendre sur leur lieu de travail, dans les différentes enseignes commerciales ou pour leurs loisirs.

    La seconde nouveauté concerne les modalités de paiement de la future vignette. Elle sera obligatoire pour toutes les voitures, celles des Allemands comprises. Ce qui éviterait de créer aux yeux de Bruxelles une discrimination à l’égard des étrangers. Pour ne pas rajouter une taxe à une autre à ses concitoyens, le gouvernement envisagerait de réformer sa taxe annuelle.

    L’ensemble des automobilistes aurait le choix entre une vignette temporaire ou annuelle. Dans le premier cas, le ministre allemand a indiqué que le coût pourrait atteindre 10 € pour 10 jours et 20 € pour deux mois, quelle que soit la nature du véhicule. Dans le second cas, la fourchette se situerait entre 20 et 150 €. Un calcul qui serait établi en fonction de trois critères : l’année de mise en circulation de la voiture, sa puissance et la nature du carburant. Le coût moyen pour les étrangers a été évalué à 103,04 €/an pour une voiture à essence et à 122,35 € pour une au diesel.

    Le gouvernement annonce le lancement de cette vignette pour le 1er janvier 2016.