Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Navette toujours en grêve demain et vendredi

    La CTS annonce que la navette de la Robertsau ne circule toujours pas.

  • La robertsau au temps passé

    Paul Nizan - La Conspiration (II)

     

    mercredi 29 février 2012, par Paul Nizan

     

    Europe (Paris. 1923)
    Europe (Paris. 1923)
    Source : Bibliothèque nationale de France

     

     

     

    Philippe Laforgue à Bernard Rosenthal

     

    Strasbourg, le 28 mars 1929.

     

    Mon Vieux Rosen.

     

    Telle était donc ton idée dostoïevskienne. Elle me paraît incroyablement romantique. S’il est question d’engagement, j’ai comme une impression que l’engagement d’un métallurgiste dans une cellule du parti, dans une cellule d’usine, va beaucoup plus loin que n’importe quelle manifestation à la fois retorse et mystique. Retorse, parce qu’il est explicitement entendu que des types comme nous ne sont jamais pris, ne sont pas prenables. Le métallurgiste risque, et tout de suite, pas dans six mois, pas dans l’intemporel, sa liberté, son travail et sa croûte. De même les types qui se font poisser à la caserne pour provocation – de – militaires – à – la – désobéissance – dans – un – but – de – propagande – anarchiste. Peut-être que si nous ne redoutions pas une servitude politique et que si rien ne nous semblait plus important que de ne pas choisir, la véritable solution consisterait pour nous aussi dans l’adhésion pure et simple au parti, bien que la vie ne doive pas y être facile tous les jours pour les intellectuels. Ce sera à voir…

     

    Mais enfin, en attendant qu’on se soit décidé à sauter le pas et que la Révolution soit plus visiblement prochaine que dans cette chienne d’époque, nous nous emmerdons tellement dans notre existence de jeunes élites que je ne vois pas pourquoi nous ne ferions pas dans la conspiration, les Possédés et le genre narodnik. Tes songes clandestins me paraissent cependant plus efficaces en vue de ta perfection personnelle que pour la réussite concrète de la conquête du pouvoir politique par le prolétariat. Mais tu es comme tu es, tu me répondras que l’homme n’a que faire de la perfection du cheval.

     

    Il n’est pas exclu que je voie quelque chose à faire sur le terrain industriel grâce à mon polytechnicien de père qui est, comme il se doit, à l’avant-garde de la technique. Je serais pourtant étonné d’en avoir sur le champ l’énergie à cause de l’atmosphère qu’on respire ici dans l’attente des jours de Pâques.

     

    Strasbourg glorieusement reconquise sur l’ennemi, à la grande joie des patriotes qui ressortirent des quantités de petits rubans noirs et verts, et des officiers allemands de la flottille du Rhin que leurs marins insurgés surveillaient déjà revolver au poing dans des docks pleins de drapeaux rouges, pendant que l’amiral faisait les cent pas à poil par plusieurs degrés au-dessous, Strasbourg, dis-je, possède encore, bien que son caractère futile et musical se soit beaucoup affaibli depuis six ans que mon père y est arrivé dans les fourgons des vainqueurs, un air ravissant de colonie rhénane où il n’est pas question qu’on prenne des choses au sérieux. Le temps de la grande folie est passé où les lieutenants de l’armée française tenaient le haut du pavé sur le Broglie et dans la rue de la Mésange et où les plus surprenantes intrigues enrichissaient en huit jours de petits aventuriers à peine démobilisés dont les femmes roulaient bientôt dans des Mercedes et des Rolls ; une romanesque contrebande de devises s’exerçait en barque d’une rive à l’autre du Rhin qui tenait à la fin des fins dans des verres bien anglo-français ; des avions militaires passaient en fraude des vélos et des machines à coudre accrochés entre les roues du train d’atterrissage ; les douaniers du pont de Kehl vidaient le corsage des femmes, plein de bas de soie, les poches des hommes, les soutanes des prêtres, tous enivrés par les abîmes de l’inflation allemande ; de puissantes familles de brasseurs et de banquiers payaient des jeunes gens désœuvrés arrivés de l’intérieur pour coucher avec les brus dont ils voulaient délivrer leurs fils, les hauts fonctionnaires du Commissariat de Millerand et d’Alapetite emportaient en France pour leurs maisons de campagne de pleins wagons de mobilier national ; les surréalistes venaient chercher à Strasbourg les inspirations du romantisme allemand. C’est fini, mais on use encore ses loisirs à errer sur des quais bordés de clochers, de carillons, de palais, de jardins à grillages, d’églises et de temples où les touristes vont méditer sur la mort en regardant de près dans les cercueils de verre des fillettes en robes à vertugadin et des généraux du xviiie empaillés et fortement mangés aux vers. Il existe des places au bord des canaux et de l’III avec des arbres, de l’herbe, du silence, et des weinstube où des serveuses-maîtresses en robe de soie noire découvrent assez haut leurs cuisses pour qu’on ait envie de les caresser, bien que leur peau ait une blancheur gênante de salade ; lorsqu’on les connaît assez bien, elles vous conduisent à la cuisine pour vous embrasser habilement sur la bouche en vous appelant en allemand ma petite âme. Pâques n’est pas mal en Alsace, mais rien ne vaut dans cette ville la saison des neiges. Tous les bordels ont alors des arbres de Noël autour desquels les jeunes bourgeois de la ville s’attendrissent dans la compagnie des filles pendant que leurs parents vont à la messe de minuit au Munster. Ces jeunes gens ont communément pour maîtresses, comme ils disent, des serveuses de brasserie à tabliers noirs et à gros seins, qui leur donnent quelque argent de poche. Ils vont le dimanche danser avec les amies de leurs sœurs dans les dancings de l’hôtel Hannong et de la Maison Rouge, car il fait encore un peu frais dans les restaurants de la Wanzenau et du Fuchs am Buckel. Dans peu de jours, ces jeunes filles commenceront à jouer au tennis sur les courts de la Robertsau, où il y aura des roses. Toutes les séductions des Familles… À toi.

  • CTS : mouvement social lundi, navette Robertsau perturbée

     

    En raison d’un mouvement social parmi les personnels d’un prestataire de la CTS, la navette Robertsau ne circulera pas ce lundi 27 février 2012, indique la CTS dans un communiqué diffusé ce soir.

  • Strasbourg : Une enquête judiciaire est ouverte pour favoritisme et recel de favoritisme, dans des marchés pour lesquels le Sénateur-Maire de Strasbourg, Roland Ries aurait une responsabilité directe

    pour + de détails cliquez ICI

     

  • Robertsau Loisirs Piscine fermée jusqu’à nouvel ordre

    La piscine de la Robertsau est fermée depuis le 15 février 2012, suite à une panne de l’installation qui permet le traitement de l’eau. La durée de la fermeture reste à ce jour indéterminée. À noter qu’elle sera en outre fermée du 27 février au 4 mars inclus en raison d’une vidange. source dna


     
  • La Robertsau danse à Carnaval !

    COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’ESCALE

    L’Escale, Centre Social et Culturel de la Robertsau, propose au mois de février deux occasions de fêter carnaval déguisé et en dansant.

    La première est une soirée dansante familiale et tous publics, organisée le samedi 18 février à partir de 20h00. L’animation musicale sera assurée par Dj Titi, un spectacle cabaret ainsi qu’une élection du meilleur déguisement ponctueront la fête.

     

    Tarif : 5 € et entrée libre pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés.

    Le Club du Bel Âge invite les personnes de 55 ans et plus à un thé dansant carnavalesque le jeudi 23 février de 14h à 17h. Cette après-midi dansante sera animée par Antoine Johner de la Guinguette du Rhin pour la partie musicale et par Chantal pour les animations.

    Tarif : 8 € (un café et une viennoiserie inclus)

    Lieu : 78 rue du Docteur François

    L'Escale, Centre Social et Culturel de la Robertsau

     

  • LES INCONTOURNABLES : le salon des vignerons indépendants au Wacken à partir de ce jour

    Ouvert aujourd’hui de 15 h à 21 h. Samedi 18 et dimanche 19 de 10 h à 19 h, lundi 20 de 10 h à 18 h, au Wacken, place de la Foire Exposition. Entrée : 6 € / 3 € (réduit). Un verre offert à chaque visiteur. Catalogue : 4 €. Initiations à la dégustation à 11 h, 15 h et 17 h

  • Conférence vendredi 17 février 2012 à 19h30 au CINE de Bussierre à Strasbourg Les Indiens d’Equateur en lutte contre la déforestation Indien Shiwiar le point zéro.

     

    Cette soirée est proposée par SINE (Strasbourg Initiation Nature et Environnement),et  l'Université de Strasbourg et l'association Arutam.

     

    Pouvons-nous ralentir la déforestation de l'Amazonie ? Les peuples amérindiens luttent pour récupérer leurs terres ancestrales par voie juridique. Jean Patrick Costa, spécialiste des peuples premiers vous propose une conférence suivie d'un débat pour vous plonger au coeur de l'écologie des peuples autochtones. 

     

    L'association Arutam accompagne les peuples autochtones qui la sollicitent dans les processus d’intégration et de confrontation face à la modernité, en valorisant leurs traditions et savoir-faire, tout en contribuant à la préservation des espaces naturels.  Arutam s'est engagée dans des missions spécifiques comme la restitution de terres à des peuples autochtones, la formation et la mise en places d'"Eco-gardiens" autochtones, la gestion d'un bateau-école pour la préservation de la biodiversité, des actions de reforestation et d'agroforesterie, la production et commercialisation d'huiles végétales, la création de corridors pour les singes.  L'association promeut aussi  en Europe les traditions et cultures autochtones. La médecine traditionnelle Shuar est expliquée et valorisée auprès de praticiens de la médecine occidentale. D’ailleurs, Jean-Patrick Costa rencontre les étudiants de l’Ecole Plantasanté pour approfondir le thème de la médecine amérindienne  au cours de ce Week End.

    Dédicaces de livres à l’issue de la soirée.

  • Strasbourg Réseau d’importation et de revente de stupéfiants La filière de la Cité de l’Ill démantelée

    Grâce à un travail commun de longue haleine entre la gendarmerie, la police judiciaire et le GIR, un vaste réseau d’importation et de revente de stupéfiants vient d’être mis au jour. Les têtes de réseaux et leurs lieutenants officiaient depuis le quartier de la Cité de l’Ill.....

    L’une des têtes de réseau est animateur dans un centre socioculturel

    Bilan : vingt-deux gardes à vue, huit personnes mises en examen dont sept ont été écrouées et une a été placée sous contrôle judiciaire. Les forces de l’ordre ont également découvert dans une cache aménagée près de trois kilos d’héroïne, 60 g de cocaïne, environ un kilo de produits de coupe, du matériel de conditionnement, des armes de poing et 3 000 euros. Ils ont également procédé à la saisie de trois voitures, de bijoux de luxe et d’un compte bancaire alimenté par plusieurs milliers d’euros.

    Peu prolixes, les deux têtes de réseau — dont l’un officiait comme animateur dans un centre socioculturel – et leurs lieutenants menaient grand train de vie. D’après les premiers éléments de l’enquête, ils auraient ainsi écoulé depuis la Cité de l’Ill, en Alsace et en Moselle, une trentaine de kilos d’héroïne, six kilos de résine de cannabis et 1,5 kg de cocaïne depuis décembre 2010.extraits DNA

  • Au CINE à la ferme Bussière Mercredi 15 février Initiation au lombricompostage Rendez-vous à 18 h

    Toutes les clés pour composter sans jardin, dans votre appartement, vous seront livrées durant cet atelier !
    Avec La maison du compost.
    Rendez-vous à 18 h. Sur inscription
    au 06 10 14 84 74. Tarif 5 €.

  • Le projet du GCO avance sur la voie de la discorde

    Transports La région a voté hier une enveloppe au chantier autoroutier

    Après le conseil général la semaine passée, la région a voté, hier, une convention de cofinancement du Grand contournement ouest (GCO). Les deux collectivités verseront chacune 3,25 millions d'euros à Vinci, le concessionnaire de cette future portion à péage de 24 km entre l'A 4 (Vendenheim) et l'A 35-A 352 (Duttlenheim). L'Etat subventionnera, lui, à hauteur de 10 millions d'euros ce projet de 536 millions censé désengorger la traversée et les entrées de Strasbourg.

     

    Désengorgera ou pas l'A 35 ?
    Tout en reconnaissant que le projet « revient un peu cher », Philippe Richert, le président (UMP) de la région a précisé, hier, que la participation de la collectivité ne « concerne que l'accompagnement environnemental du dossier ». La motion pointe que le GCO est une « opportunité » pour la préservation du grand hamster d'Alsace par l'acquisitions de terrains. Un argument que réfutent les opposants au projet. Saisie par l'association GCO non merci, la Commission européenne devrait d'ailleurs étudier ces mesures en mars et se prononcer sur l'implication de la France dans la préservation de cette espèce menacée.
    « Le GCO détruira aussi dans le Kochersberg 400 ha des meilleures terres agricoles de notre région, déplore l'élu (PS) Alain Fontanel, alors même qu'il est « contestable dans ses objectifs », c'est-à-dire le désengorgement de Strasbourg. « Le trafic sur l'A 35 s'est stabilisé depuis quelques années autour de 165 000 véhicules par jour au point de comptage de Cronenbourg. Le potentiel de report sur un éventuel GCO devrait être au maximum de 17 000 véhicules, soit moins d'un véhicule sur dix », estime-t-il. Et ce d'autant plus, souligne l'écologiste Antoine Waechter, que du fait de son tarif, 13,50 €, la contournante ne devrait pas attirer les poids lourds, alors qu'ils sont en théorie sa principale cible : « Ils viendront se perdre sur les petites routes pour éviter le péage. »
    Dans les cartons depuis 30 ans, le GCO devrait entrer en service à l'été 2016.source 20 minutes

    Commentaire : la soi-disant protection du grand hamster cache la destruction de plus de 400 Hectares de nos meilleures terres dont nous avons justement grandement besoin pour réaliser l'autosuffisance quand bientôt, il y aura une véritable disette suite à la crise....en cours. De plus, aucune concession de ce type avec ces tarifs exorbitants pour 20 kms na jamais réuissi à s'équilibrer financièrement. Ce sont à bouveau les CONtribuables qui en seront pour leurs poches alors que cet argent serait mieux utilisé ailleurs.

    Le problème se pose aussi localement à la Robertsau oùl'appétit effréné des rapaces agents immobiliers n'a plus de limite...pour construire toujours +++++.

  • France3alsace Attention ça glisse ce soir en Alsace. Bas-Rhin et Haut-Rhin placés en vigilance orange Neige/verglas enfer blanc

  • Volutes vous invite à venir à l'Atelier d’écoute musicale à l’ESCALE ce Mardi 14 février 2012 20h30

    L’avènement de la Symphonie classique
    W.F. BACH : Sinfonia en ré majeur
    C.P.E. BACH : Concerto pour violoncelle en la majeur
    J.Chr. BACH : Symphonie op.6/6 en sol mineur
    J. HAYDN : Symphonie n°91 en mib majeur
    Au milieu du XVIIIe siècle, la musique subit des bouleversements considérables. Différents courants voient le jour avec des particularités marquées. Au nord de l’Allemagne, les défenseurs du style baroque ancien avec prépondérance de l’écriture contrapuntique s’opposent aux partisans du style italien tourné vers la séduction sonore et la priorité de la mélodie sur l’harmonie.
    Les fils de J.S. BACH offrent de ce point de vue un exemple frappant de ces mouvements contradictoires. Il faudra attendre W.A. MOZART et J. HAYDN pour opérer une synthèse de ces deux tendances et trouver une unification stylistique dans ce qu’il est convenu d’appeler « la forme sonate » et le schéma en quatre mouvements de la symphonie classique.
    Etienne BARDON

  • La médiathèque de la Robertsau est heureuse de vous inviter mardi 14 février 2012 à 19h à la rencontre de Fanny Saintenoy

     Accompagnée par Catherine Javaloyès (comédienne), elles liront des extraits choisis de « Juste avant », premier roman publié en aout 2011 aux éditions Flammarion. Fanny Saintenoy répondra ensuite à nos questions et dédicacera son roman. (En partenariat avec la librairie « La parenthèse ».)

    A propos de « Juste avant » :
    “C’est bien de mettre un peu d’ordre dans ses pensées avant de partir, comme on range sa maison avant un grand voyage”.
    Juliette, au seuil de ses cent ans, les yeux fermés, abandonnée sur son lit, comme dans un dernier soupir revoit sa vie, ses amours. Fanny, son arrière-petite-fille, trentenaire, à son chevet, l’enveloppe de ses souvenirs partagés.
    « Juste avant » est un très beau premier roman qui alterne poésie douce et drôlerie franche. Face aux duretés de la vie, face à la mort qui sème la zizanie, cette histoire de cinq générations de femmes transmet une gaieté indéfectible !

    - Entrée libre dans la limite des places disponibles -

  • Pour éviter la mauvaise surprise de se retrouver sans eau à son domicile....

    Pour affronter les températures négatives du moment et éviter la mauvaise surprise de se retrouver sans eau à son domicile, pensez à protéger votre compteur :

     

    Si votre compteur est situé à l'intérieur de votre logement: ne coupez jamais complètement le chauffage, et entourez le avec une gaine isolante.

    Si votre compteur est à l'extérieur : calfeutrez le compteur d'eau et les tuyaux exposés avec des plaques en polystyrène ou utilisez une housse protège compteur. Un conseil : n'utilisez jamais de matériaux absorbant l'humidité comme la paille, textile, papier, laine de verre ou de roche, etc.

     

     

     

    Que faire lorsque vos installations sont gelées et que l'eau ne coule plus ?

     

    1- Dégelez votre installation : un sèche-cheveux peut suffire pour dégeler un tuyau, mais n'utilisez jamais une flamme

     

    2- Entourez les colonnes d'eau avec une gaine isolante les colonnes d'eau

     

     

    2- Coupez l'eau pour éviter toute inondation au moment du dégel

     

    3- Vidangez votre installation


     

    Le compteur d'eau qui sert à mesurer votre consommation est sous votre responsabilité comme locataire.

  • Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO)

     

    Les estimations du prix du péage du Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) prévoient un passage à 3,50 euros pour les voitures et à 13,50 euros en moyenne pour les poids lourds. Les opposants demandent un moratoire jusqu’aux élections.

     

    Commentaire : une grosse bétise payée par nos impôts Grave surtout que cela ne va pas marcher car personne ne paie de péage automobile en ....Alsace.

  • Le tourne-à-droite cycliste étendu

    Les cyclistes pourront bientôt tourner à droite alors que le feu est rouge à soixante carrefours strasbourgeois. Le premier panneau autorisant la manœuvre a été posé hier à une intersection de la Krutenau. Les autres croisements, identifiés par les services de la Ville, seront équipés du panneau dans les prochains jours.

    Le dispositif, testé depuis 2008 dans la capitale alsacienne avec des feux clignotants, a été validé la semaine dernière à l’issue des premières rencontres nationales du vélo (DNA du 27 janvier). Il avait entre-temps été étendu à Bordeaux tandis que la ville de Nantes avait créé son propre panneau. source dna

    Commentaire : OUI au tourne à droite pour les cyclistes MAIS, de grâce, généralisez le même panneau  dans toutes les villes de France.

  • Emissions délocalisées de France Inter le 16 février

     

    France Inter sera à Strasbourg le 16 février prochain, en direct de la grande salle de l'Aubette.