Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Trois projets pour desservir la Robertsau

L'extension jusqu'à la Petite Orangerie de la ligne de tram E sera mise en service d'ici à 2016.

L'extension jusqu'à la Petite Orangerie de la ligne de tram E sera mise en service d'ici à 2016. G. Varela / 20 Minutes

Déplacements La mairie a proposé un consensus pour améliorer la desserte du quartier

«C'est une solution d'équilibre entre les deux objectifs que nous nous étions fixés : faciliter la mobilité des habitants et limiter l'augmentation du trafic ». Telle est la conclusion de l'adjoint aux finances (PS) Alain Fontanel, à propos de la proposition d'amélioration de la desserte de la Robertsau faite vendredi par le maire (PS) Roland Ries. Depuis un an, la problématique transport de ce quartier a suscité de nombreux débats. L'atelier de projet mis en place pour nourrir une réflexion publique n'ayant pas abouti à un consensus, la mairie a planché sur le dossier afin de trancher entre les différentes propositions des associations, habitants et usagers. Trois réponses seront mises en perspective lors du conseil municipal le 27 juin et de CUS le 30.

Des associations mitigées
La première phase est l'extension (1 km) du tram E jusqu'à la Petite Orangerie, à l'horizon 2015-2016. La seconde concerne la création, entre 2015 et 2020, d'une voie de circulation entre la clinique Ste-Anne et le rond-point Mélanie, doublée d'un bus express. Le dernier volet prévoit, d'ici à 2020-2025, la réalisation d'une voie de lisière le long de la forêt de la Robertsau.
La solution des élus n'est pas du goût de tous. Le président de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau n'est que « peu contenté par rapport à la prolongation du tram. C'est une amorce, mais cela ne résoudra pas le problème de déplacement dans le quartier. » En revanche, l'ADIR semble satisfaite du « report de la voie de lisière après 2020, ce qui laisse le temps d'argumenter en opposition à sa réalisation ». Quant à l'Association pour la sauvegarde de l'environnement de la Robertsau (ASSER), autre entité proactive dans le débat, son président Luc Wehrung se réjouit que le maire ait opté pour « une solution d'intérêt publique et financièrement juste. » L'ASSER, pour qui la combinaison d'extension du tram E et la création de la voie de lisière présentait la meilleure façon de désengorger la Robertsau, est donc « globalement satisfaite ». source 20 Minutes 20062011

NB : mais les 1300 Robertsauviens du Collectif ROBERTSAU « Qualité de Vie et Sécurité » (CROQVIES) qui ont signé la pétition contre la ROUTE LISIERE EST sont mécontents... et vont , semble-t-il, le faire savoir... une SAGA à suivre.....

Les commentaires sont fermés.