Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un manifeste national « pour une ville à 30 km / h »

Des associations nationales («Ville à vivre», Fédération des usagers de la bicyclette, «Rue de l’avenir», France auto-partage, Club des villes et territoires cyclables) viennent de lancer un «manifeste pour une ville à 30 km / h». Elles invitent chacun (citoyens, élus, collectivités, acteurs économiques, aménageurs) à «s’engager». Ainsi, un site internet (www.ville30.org) a été mis en ligne. Il est possible d’y commander en ligne l’autocollant de l’opération pour, le cas échéant, l’apposer sur son véhicule.

Ces associations lancent une opération baptisée «Ville 30, ville à vivre», dont l’objectif est d’inciter les conducteurs à «autolimiter» leur vitesse en ville. Que dit ce manifeste? Que la rue n’est pas une route, que les rues, ruelles et impasses «ne sont pas identiques aux nationales, départementales et rocades». Il réclame la mise en œuvre d’un véritable code de la rue et l’avènement d’une ville «respectueuse de tous». «La vitesse oblige le conducteur à porter son regard loin devant, essentiellement sur la chaussée, l’isolant de son environnement immédiat, en particulier de ce qui se passe sur les côtés. La ville disparaît au profit de la route et les usagers locaux sont réduits au statut d’obstacles», plaide le manifeste. Les associations soulignent le lien entre vitesse et nuisances sonores. Elles saluent des «avancées» dans les textes récents, et notamment la fameuse «zone de rencontre» limitée à 20 km / h. source dna

Les commentaires sont fermés.