Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PIerre Bardet Le directeur des Vitrines commente le projet d'extension des limitations de vitesse

Les ambitions de la ville sont clairement affichées : « donner la priorité aux piétons et aux cyclistes dans un souci de sécurité » et réduire l'usage de la voiture. L'extension des zones 30, qui pourrait se faire par tranche à partir de l'automne, concernera tous les quartiers du ban communal. « Les 50  km/h seront uniquement maintenus sur les axes de transit, tels que l'avenue des Vosges et les boulevards Wilson et Jaurés », précise Roland Ries. L'édile (PS) va consulter, du 2 au 20 mai, les 140 000 électeurs strasbourgeois via un questionnaire envoyé sous la forme d'un coupon-réponse. Les réponses seront compilées par des huissiers. Opposé à l'extension, l'UMP Jean-Emmanuel Robert aurait préféré, lui, l'organisation d'un « référendum local » auquel auraient pu participer les 272 000 résidents de la ville.P. W.Pierre Bardet, le directeur de l'association des commerçants Les Vitrines de Strasbourg, revient sur le projet d'extension des zones 30 dans 70 % de la ville (lire ci-dessous).

Vous venez d'avoir une réunion avec la mairie sur le sujet. Quel est votre avis ?
Je suis un peu rassuré et moins critique sur le projet qu'auparavant, car, à la vue des plans, beaucoup de poches sont déjà en zone 30 dans le centre et les axes principaux vont rester à 50 km/h. Nous allons encore réfléchir, mais on ne partira pas en guerre contre les zones 30.
Ne craignez-vous pas que les clients soient découragés de venir au centre ?
C'est sûr, pour le consommateur, la mesure fait peur. Nous allons communiquer de façon positive pour expliquer qu'il ne s'agit pas d'une chasse à la voiture, que le trafic n'est pas gêné, mais apaisé.
Certes, mais ce ne sont que des mots...
Nous allons rester vigilants sur l'accessibilité à la ville et exiger qu'il n'y ait plus de réduction du nombre de places de parking. Exemple, place St-Thomas où 70 places pourraient disparaître, nous voulons un compromis avec la ville.source 20 minutes

Commentaire : en fait, on conforte ce qui existe déjà à part comme par exemple la rue de la rRenaissance qui reviendra en zone 50

Les commentaires sont fermés.