Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Robertsau / Conseil de quartier Pour le prolongement du tram

Suite à une réunion plénière début janvier, le conseil de quartier de la Robertsau-Wacken s'est autosaisi pour demander la diversification et le prolongement de la ligne E du tram. Un souhait qui fait écho à l'une des réserves du commissaire-enquêteur.

Se faisant le porte-parole des usagers du tram, le Conseil de quartier de la Robertsau juge la ligne E « insatisfaisante ». En effet, cette ligne ne dessert que l'extrême sud de la Robertsau. Les usagers qui veulent se rendre au centre-ville ou à la gare sont obligés de changer de ligne. D'où une désaffection des habitants et des usagers du quartier européen, privés de liaison directe avec la gare.
Le CoQ, par 18 voix pour et une contre, demande donc une « diversification » de la ligne E. Notamment via l'introduction d'une liaison directe avec la gare SNCF, qui relierait ainsi le quartier au centre-ville et à la navette vers l'aéroport d'Entzheim. Autre attente : la prolongation de la ligne E au centre de la Robertsau.
Pour les membres du conseil de quartier, il s'agit de répondre aux besoins des Robertsauviens comme à ceux des usagers des institutions européennes, équipements commerciaux, culturels, sportifs et administratifs que compte le quartier - de l'Hôtel de Région à la Pharmacopée, en passant par la piscine du Wacken, le Centre européen de la jeunesse etc.

Améliorer le service rendu

Deux propositions dont l'objectif est « d'améliorer le service rendu ». Le CoQ va plus loin en analysant chaque proposition. Pour la liaison directe Gare-Wacken-Robertsau, il suggère le maintien, une rame sur deux, de la ligne E dans son tracé actuel, et la création d'une deuxième rame, baptisée EA, qui relierait la Robertsau à la Gare en utilisant les nouveaux aménagements de la ligne C, à savoir l'itinéraire République-Faubourg de Saverne-Gare. Atouts de cette solution : pas de financements supplémentaires, juste une simple réorganisation des lignes et des fréquences.
Quant au prolongement de la ligne E, il devrait se faire au minimum vers la place de la Vignette : « Ce qui relierait le tram au centre réel du quartier, à proximité des habitants, des commerces et des services administratifs, et qui, de toute évidence, augmenterait la fréquentation de cette ligne et répondrait ainsi aux attentes et aux besoins des habitants. » Il s'agirait d'une extension de 800 m, n'entraînant ni ouvrage d'art, ni grandes restructurations routières. La Ville aurait acquis la quasi-totalité des terrains sur l'emprise nécessaire.

--------------------------------------

Robertsau / Enquête publique sur la modification du POS

Un avis favorable mais nuancé

Description : http://arphotos.dna.fr/2011/N17/20110121_DNA015270.jpg
L'enquête publique souligne le décalage entre le développement de l'urbanisation, ici le quartier Renaissance, et celui des transports. (Photo DNA - Michel Frison)

Le commissaire-enquêteur qui s'est occupé de la modification 34 du POS, avec notamment le projet d'une voie routière transversale à la Robertsau, vient de rendre ses conclusions. Assorti de trois réserves, son avis favorable est pour le moins nuancé.

Cette enquête publique portait sur l'urbanisation du quartier de la Robertsau, notamment dans les secteurs Ste-Anne-Renaissance, Mélanie-Pourtalès et Carpe-Haute-Chemin Goeb.
Le programme local de l'habitat prévoit en effet 400 logements, entre la rue Kempf et la rue Mélanie, avec un secteur coupé en quatre par des voies de desserte nord-sud et est-ouest.
Le projet n'a pas laissé les habitants et les associations locales insensibles (voir DNA du 11 décembre). La modification 34 du POS de Strasbourg comprend 20 points concernant divers quartiers. Et c'est le secteur de la Robertsau qui a collecté la majorité des remarques citoyennes : « Lors de la permanence du 20 novembre, nous avons constaté la présence d'environ 150 personnes venues exprimer leur mécontentement, leur hostilité, déposer des pétitions et faire des propositions. Les deux registres d'enquête regroupent 56 courriers, plus de 80 observations et plus de cent signatures dont celles d'associations, ADIR, ASSER, CARSAN, le centre social et culturel L'Escale etc. », écrit Gérald Cantonnet, commissaire-enquêteur, qui vient d'émettre « un avis favorable, mais avec réserves. »
Et de constater : « Les exigences de Grenelle 2 et la date butoir du 13 janvier 2011(*) sont manifestement à l'origine d'une mise à l'enquête publique prématurée, d'un dossier qui révèle une étude précipitée et non exhaustive. »

Avis favorable sous réserve

L'avis unanime des Robertsauviens : le quartier étant enclavé et les axes pour accéder à Strasbourg insuffisants, la poursuite de l'urbanisation va augmenter le trafic routier. Au risque de la congestion. Et ce d'autant plus, que poursuivre l'urbanisation en traçant les deux voies centrales nord-sud est-ouest, et en raccordant la rue de la Papeterie, augmenterait le trafic routier. Ces nouveaux axes attireront des véhicules en provenance de Bischheim, Schiltigheim et La Wantzenau.
Pour Gérald Cantonnet, « les observations et demandes [des habitants] semblent logiques et reflètent un vécu quotidien. » Si une partie des résidents est hostile à tout programme de construction supplémentaire, la majorité, « parfois avec dépit », comprend la nécessité de nouveaux logements. Elle prône néanmoins une urbanisation modérée et une amélioration des conditions de circulation. Et penche au final pour une urbanisation modérée, avec amélioration des conditions de circulation, avant ou parallèlement aux constructions nouvelles.
« Ce projet révèle, actuellement un décalage trop important entre le développement de l'urbanisation (2009-2014) et celui du transport (2025). Ne créer que des nouvelles voiries au centre du quartier augmentera les nuisances, dégradera l'environnement, diminuera la sécurité des habitants, mais ne désenclavera pas suffisamment la Robertsau », poursuit le commissaire-enquêteur qui émet quand même un avis favorable, avec trois réserves pour le maître d'ouvrage, en reprenant certaines demandes récurrentes des Robertsauviens.
La première réserve porte sur l'inscription au POS d'une nouvelle voie nord-sud, dite « des lisières Est », reliant la route de La Wantzenau au Port aux Pétroles et au pont Pierre-Brousse afin de détourner une partie du trafic et d'offrir une sortie supplémentaire, l'urbanisation future du quartier étant orientée vers l'est.
La seconde est de réétudier, en correspondance avec le phasage de l'urbanisation, la possibilité d'une desserte sud-nord, transport en commun en site propre, au minimum jusqu'à la Petite Orangerie, ou mieux jusqu'à la rue de la Papeterie, « pouvoir atteindre Ste-Anne et un parking-relais demeurant la solution idéale. »
Troisième réserve : que l'étude et le tracé concret des axes internes, destinés à desservir les futures constructions, s'effectueront en concertation avec les associations et les habitants de la Robertsau, « afin de trouver un modus vivendi suffisant. »



(*) La date limite de mise en conformité pour les collectivités locales de leurs documents d'urbanisme a été repoussée pour la CUS au 13 juillet 2013.

La modification 34 du POS

Il s'agit pour la Robertsau du projet concernant le développement du secteur Mélanie, avec la création d'un nouveau quartier. Le programme local de l'habitat prévoit, avec les permis de construire individuels, 1 800 logements de plus d'ici 2014. Cette modification envisage l'aménagement de ce qui est qualifié de « barreau », une voie qui poursuivrait à l'est la rue de la Papeterie, pour desservir les futurs nouveaux quartiers, au nord de la rue Mélanie. source dna

Cpmmentaire : ine opposition unanime des habitants et des associations du quarter ç ce barreau, voie routière qui couperait la Robertsau en 2 par un trafic de transit de voitures élevé sans apporter de solution durable.

Les commentaires sont fermés.