Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le garage ferme, Super U arrive Le garage Wernert, rue Boecklin, en face de la Poste à la Robertsau, a fermé ses portes mi-décembre. Une page à tourner dans l'histoire familiale, avant l'arrivée d'un Super U

« C'est une page qui se tourne », annonce Claude Wernert qui a repris en 1981 l'entreprise créée par son père Robert. Fils d'un boulanger installé à Obernai, le jeune Robert, à l'époque, était davantage intéressé par la mécanique que le pétrin. C'est en venant aider un copain à réparer un moteur de Panhard qu'il apprend que le petit garage, rue Boecklin, était à vendre. Un garage qui s'était installé dans les locaux d'un maréchal-ferrant.

« Il fallait bosser
du matin au soir »

 « On a commencé à travailler dans un hangar. On avait six voisins », se souvient Yvonne Wernert, la maman, toujours active à 86 printemps, qui pourrait écrire un roman sur les années difficiles du démarrage et sur sa vie au côté de son mari. « Elle assurait la réception des clients et la facturation. A l'époque, ce travail ne se concevait qu'en couple », fait observer son fils.
 Une époque où le tram passait devant la porte, où la station essence, implantée sur le trottoir, nécessitait de pomper avec le bras, où les voitures étaient encore rares, mais tombaient souvent en panne ! En 69, le couple Wernert se lance dans la construction de l'immeuble au-dessus du garage.
 « On en a bavé. Il fallait bosser du matin au soir, il n'y avait pas d'heures », raconte Yvonne qui préparait la popote, derrière un paravent, dans l'atelier. Parfois, son mari était appelé de nuit pour aider à sortir une voiture de l'Ill ou du Rhin : le pare-choc de sa Dodge était solide pour tirer l'engin de l'eau !.......

« On a eu une très bonne clientèle fidèle »

 Et Yvonne de continuer à feuilleter l'album de photos qui témoignent de l'évolution des lieux. « On a eu une très bonne clientèle fidèle », ajoute-t-elle en rappelant la devise de son mari : « Je veux toujours pouvoir regarder le client dans les yeux ».
 A quelques mois de la retraite, Claude a eu l'opportunité de vendre les murs à un promoteur immobilier. Ses trois mécaniciens retrouveront du travail, l'un d'eux reprenant même un garage Renault. La société Super U ouvrira un magasin comme celui du boulevard d'Anvers. source dna

Les commentaires sont fermés.