Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Stop au harcèlement téléphonique : la parade parler une langue rare

    De Louis Schlaefli de Bischheim :
    « Point n'est besoin de constituer une ligue pour lutter contre cet abus commercial ! Répondez systématiquement en alsacien (ou en mongol, si vous ne savez pas l'alsacien) aux (pauvres) opérateurs chargés de cette tâche idiote, décolonisés dans un pays à bas salaire ! Vous verrez : ce sont eux qui raccrochent. J'ai d'ailleurs l'impression que ces coups de fil commencent à se raréfier depuis que je leur réponds dans un idiome qu'ils ne comprennent pas : aurais-je déjà été rayé - pour cause de "langue inconnue" - de certaines listes de clients à "empoisonner" au téléphone ? Si tout le monde s'y met, le système s'écroulera de lui-même, faute de rentabilité ! » source dna

  • Le ciné du lundi à schilick - ''tamara drewe'' 29/11 à 20 h 15

    Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les cœurs, Tamara Drewe est l'Amazone londonienne du XXIe siècle.
    Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix.
    Hommes et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire frustré, rock star au rancart ou fils du pays, tous sont attirés par Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent d'obscures passions et vont provoquer un enchaînement de circonstances aussi absurdes que poignantes.
    Durée : 1h49

    Soyez présent suffisamment à l'avance pour acheter votre billet !

  • Robertsau : Vendredi 26 novembre et Samedi 27 novembre


    Mère de Miséricorde

    Vendredi 26 novembre. Mère de Miséricorde invite à une heure de prière et d'adoration pour la vie, le vendredi 26 novembre à 16 h 45 à l'oratoire des Pères Oblats, 21 route de La Wantzenau à La Robertsau. Renseignements au Tél: 03 88 31 12 40.

    Vente de l'ouvroir

    Samedi 27 novembre. L'église protestante de la Robertsau organise la traditionnelle vente de l'ouvroir samedi 27 novembre de 10 h à 17 h au Foyer Mélanie. Seront proposés : tricots, broderie, bricolages, calendriers, couronnes de l'avent, décors de Noël, buffet de pâtisseries, tombola... Repas à partir de 12 h (8 €).

  • Mercredi 24 novembre à 19h15 Conférence-débat en présence d’Hervé LE TREUT, Climatologue A la librairie Kléber à Strasbourg

    Mercredi 24 novembre à 19h15 Venez nombreux ! 

    Conférence-débat en présence d’Hervé LE TREUT, Climatologue

    A la librairie Kléber à Strasbourg

    Spécialiste de la modélisation du climat, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2007, Hervé LE TREUT à participé aux travaux du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC). Il présentera son dernier ouvrage « Nouveau climat sur la Terre. Comprendre, prédire, réagir », publié en 2009.

    Entrée libre

  • Robertsau : La tentation de la démission Emmanuel Jacob s'est pas mal répandu ces temps-ci sur son blog

    .....le conseiller municipal (de la Robertsau), qui fut notamment candidat aux cantonales contre Yves Le Tallec, ne s'est pas montré tendre avec le maire Roland Ries et avec lesdits adjoints (pour mémoire : Nawel Rafik-Elmini, Philippe Bies, Alain Fontanel et Robert Herrmann). « La création de pôles va rajouter un échelon entre les adjoints et le maire. Dans une administration conséquente, tout ce qui peut alléger la circulation entre les services et la prise de décision est une bonne chose », écrit ainsi M. Jacob. Le conseiller municipal ne s'est pas privé pour dire que ces « super adjoints » ne sont pas « forcément la chose dont les Strasbourgeois ont besoin », ajoutant qu'il n'était pas le seul à le penser... Plus particulièrement ciblé, l'adjoint (fidèle de Roland Ries) Alain Fontanel, lui aussi issu de la Robertsau, et qui, sur le blog de M. Jacob, sert d'illustration au cas du « cumul des mandats ». Quelques phrases de concession - « il faudra évaluer sur la durée » - ou de précaution - non, il ne s'agit pas d'une critique de la municipalité - ne suffisent pas à apaiser le sentiment de malaise... D'autant que M. Jacob a reçu le soutien très inattendu d'un autre éminent Robertsauvien, l'ex-président (UMP) de la CUS Robert Grossmann... Pour compléter le tableau, il faut ajouter qu'Emmanuel Jacob aurait été sur le point de démissionner, si l'on en croit certaines sources. Une tentation bien vite écartée, visiblement. Quelqu'un sans doute aura su le convaincre de ne pas semer davantage de zizanie dans une équipe qui en ce moment navigue en des eaux difficiles. extraits DNA 231110

    Commentaire : Di riffifi au mal-être....Le blues est là pour ces petites mains qui travaillent dur dans le cambouis.tandis que d'autres font de la stratégie du futur..en super-super adjoint ..soit presque un futur maire. Que l'ENA soit un terreau de dents aui raillent le parquet, soit mais la politque est tout autre chose ....

    Courage et ne succombez pas à la tentation de l'adversaire qui se targuerait encore d'en avoir retourné un de la majorité..

  • Robertsau : Un nouveau collectif pour la rue Himmerich

    En pleine réflexion sur l'urbanisation future de la Robertsau, un projet de logements rue Himmerich illustre assez bien les différentes approches en concurrence sur ce sujet.

    A la Robertsau, on a le collectif dans le sang. En tout cas, lorsque les habitants d'une rue ont à redire sur ce qui pourrait s'y passer en matière immobilière, ils n'hésitent pas à se constituer en association et à s'investir dans un lobbying actif. Adrien Decker et ses voisins ont ainsi appris, en début d'année, que le numéro 26 de la rue Himmerich intéressait la Communauté urbaine de Strasbourg pour son programme local de l'habitat (PLH). 18 logements sociaux devaient voir le jour ici à moyen terme, sur le terrain attenant à la maison, en retrait de la rue.

    « Ajouter 30 à 40 véhicules nous semble malvenu »

     « Cette rue est étroite, déjà saturée en circulation de transit et aussi en difficultés de stationnement », estime Adrien Decker. « Y ajouter 30 à 40 véhicules supplémentaires, du fait du peu de places en parkings ou garages prévus, nous semble malvenu », poursuit-il. Un porte-à-porte s'organise avec un noyau d'opposants et fédère 70 personnes. Qui forment aujourd'hui la base d'adhérents du CAREST, le Comité d'action Robertsau est.
     Ledit CAREST a rédigé en juin un premier courrier au maire Roland Ries. Où il est question, outre des problèmes de circulation, de la question du cadre de vie à préserver et encore du Plan de prévention des risques technologiques. Ce dernier engloberait le terrain concerné dans une zone de « limitation de la densification urbaine ».
     Le collectif a été reçu par Philippe Bies, vice-président de la CUS en charge du logement, et Nicole Dreyer, l'adjointe de quartier. Sans reculer sur leur projet, ces derniers ont promis que les riverains seraient associés par le bailleur social pressenti (Nouveau Logis de l'Est, en l'occurrence) à l'élaboration du cahier des charges pour ces immeubles.

    Procédure en cours au tribunal administratif

     Entre-temps, deux acquéreurs potentiels du terrain se sont retournés - dans une procédure en référé auprès du tribunal administratif - contre la CUS et sa décision de préempter. Les deux associés souhaitaient mettre en location la maison existante et construire deux autres maisons individuelles à l'arrière. La collectivité a été déboutée pour un vice de forme. Elle n'a pas fait appel. Il faut maintenant attendre le jugement de l'affaire sur le fond. Délai estimé : au moins un an et demi, voire deux ans.
     « Si la décision du tribunal administratif nous est favorable, nous maintiendrons notre engagement de concertation », nous a assuré Philippe Bies, joint ce vendredi au téléphone. « L'idée de base était de mettre un peu de mixité sociale dans une forme urbaine adaptée au quartier et à son identité très pavillonnaire ». Néanmoins, le projet sur papier paraissait étriqué, dans son accès, au CAREST....extraits dna 231110

  • Illuminations et marchés de Noël s'apprêtent à sortir des stands : La 440e édition du marché de Noël débute samedi prochain et s'achèvera le 31 décembre

    A Strasbourg
    G Les illuminations, vendredi 18 h 30. Le lancement officiel des lumières de Noël se déroulera vendredi prochain à 18 h 30, au Pont du Corbeau. Des kilomètres de guirlandes s'illumineront au centre-ville et, pour la 1ère fois, dans tous les quartiers, précise Pierre Bardet des Vitrines de Strasbourg. Parmi les nouveautés, de grandes rosaces blanches Grand'Rue. Elles seront illuminées demain le temps de l'inauguration de l'axe commerçant.

    Les droits de l'homme à l'honneur. La 440e édition du marché de Noël débute samedi prochain et s'achèvera le 31 décembre. 300 chalets seront répartis sur 12 sites. Leur ouverture le 25 décembre, qui avait fait polémique en 2009, est facultative. Cette année, pas de pays invité. 60e anniversaire de la convention européenne des droits de l'homme oblige, les hôtes sont le Conseil de l'Europe, le Parlement européen et la Cour européenne des droits de l'homme. Des expos se tiendront places Kléber et Gutenberg.
    Les churros et paninis bannis. « C'est un marché de Noël. Il ne s'agit pas d'une foire et encore moins d'un barnum », lâche le maire Roland Ries. Afin de « conserver l'authenticité de Noël et éviter les produits de Chine », un comité de sélection, testé depuis 2008, a examiné la qualité des produits. Les churros, paninis et le vin chaud coupé à l'eau sont bannis. « D'autres produits alimentaires pourraient être supprimés l'an prochain, prévient Eric Elkouby, adjoint chargé des marchés. De nombreux contrôles seront effectués et les contrevenants interdits de marché pendant un an. » Un nouveau règlement s'appliquera dès janvier.

    Plus de 500 manifestations. Le village des enfants créé l'an dernier sera à nouveau présent place Saint-Thomas. Avec plus d'ateliers, de spectacles dont un sapin qui perdra la boule. Une 50aine de concerts auront lieu notamment au pied du sapin les samedis et dimanches après-midi. Des conférences sur Noël, des visites guidées sont aussi prévues.

    Dans le reste de la région
    G Un lancement en fanfare. A l'initiative du Comité régional du tourisme, les cloches des églises retentiront vendredi prochain à 18 h pour « marquer l'ouverture du temps de Noël ». Les lumières s'allumeront et les offices de tourisme offriront vin chaud et Wihnachtsbredle.

    Des stands par milliers. 150 marchés se tiendront dans la région entre le week-end prochain et la fin décembre. Certains sont regroupés en 7 pays et thématiques. Exemple, l'étoffe à Mulhouse, avec la création d'un motif inédit.

    Des nouveautés. L'Ecomusée d'Ungersheim abrite la grande roue utilisée à l'expo universelle de Paris en 1900. Des expos de crèches sont organisées dans une vingtaine de communes, telles Altkirch, Rosheim et Surbourg. Autre initiative inédite, des navettes en bus et en train, au départ des gares, permettront de relier les marchés de Noël autour de Colmar, dont ceux de Kaysersberg, Eguisheim, Ribeauvillé et Riquewirh.

    Des concerts. Noël ne serait pas Noël sans chants et musique. Des concerts seront organisés au sein d'églises de la région dans le cadre des Noélies.source 20 minutes

  • Zoo de l'Orangerie évolution ? Rénovation à la porte de la Robertsau

     De Paule Springer, de Strasbourg :
     « Le zoo de l'Orangerie est une vieille institution qu'il est en effet urgent de rénover en repensant même sa distribution.
     80% de visiteurs sont satisfaits et tiennent à leur zoo, mais les animaux ? S'est-on inquiété de savoir si eux sont satisfaits ? Qu'ils soient bien soignés et nourris, nous n'en doutons pas une seul instant, mais on peut légitimement se demander si certains d'entre eux y ont vraiment leur place : je pense au lynx, hôte des forêts profondes, son enclos est bien petit... et les pauvres kookaburas habitants des vastes forêts australiennes, enfermés dans une volière d'à peine 14m³, ils n'ont vraiment pas envie de rire -- leur cri est un éclat de rire joyeux... !
     Ne pourrait-on pas envisager une deuxième vaste volière où cohabiteraient petits animaux et oiseaux de toutes sortes : perroquets, kookaburas, ... comme celle des cigognes ? Tout le monde y gagnerait... » source dna

     

  • Robertsau concernée : Un « Grenelle » pour la ceinture verte ?

    Denis Matter, président de l'association « Zone non aedificandi » (ZONA) et de l'association du Parc naturel urbain (PNU) milite depuis 1986 pour la défense des habitants de la « ceinture verte » de Strasbourg et la protection de ses immenses espaces naturels.

    « ZONA, l'association qui donne des boutons au maire »... C'est ainsi que nos enfants associaient une maladie douloureuse de la peau aux réactions que déclenchait notre action pour défendre la ceinture verte de Strasbourg. Quel est l'enjeu de cette action ?
    UN PEU D'HISTOIRE. Cette ceinture verte de Strasbourg correspond aux vastes espaces de défense (ou glacis) occupant le terrain devant les fortifications, où la seule loi a longtemps été celle des militaires qui détruisaient à leur gré tout ce qui gênait la défense de la Ville.
     Il fallait aux rares habitants une certaine dose d'inconscience pour rester là, à vivre sous les gueules des canons. Courageux, n'est-ce pas ? Évidemment peu habité, le glacis a été rendu aux civils après la destruction des fortifications et protégé en 1922 par une loi pour la réserver à des espaces verts, parcs et jardins pour l'essentiel, d'où son nom populaire de Grene Gertel (« petit jardin vert).
     Soucieux d'y éviter une urbanisation dense, son concepteur, le maire Jacques Peirotes, y avait néanmoins autorisé la construction de bâtiments des services publics de l'État, du Département, de la Ville et, sur moins de 10% de sa surface, d'immeubles d'habitat social.

    La ceinture verte dans le futur PNU

     Au nom de cette loi, entre 1922 et 1990 des centaines de propriétés privées ont été vendues sous la menace ou expropriées au bénéfice de la Ville de Strasbourg au prix de 915€ l'are, ce prix anormalement bas étant justifié par leur caractère inconstructible. En 1990, le Parlement a annulé cette loi de 1922, qui protégeait la ceinture verte de Strasbourg et le POS a repris l'essentiel des mesures de protection.
    FAIRE UN MODÈLE D'URBANISME. - Où en est-on aujourd'hui ? Vingt ans après les dernières expropriations, les immeubles sont à l'abandon, les terrains négligés, et la Ville a gelé les terrains que la loi lui avait réservés pour ce grand projet écologique.
     Notre ambition est d'achever la réalisation de ce projet de ceinture verte dans le cadre du futur Parc naturel urbain, faisant de notre cité un modèle d'urbanisme, respectueux de l'héritage historique des glacis militaires (y compris la « ceinture des forts ») et de la richesse écologique des zones inondables (Rhin, Ill, Bruche)
     Les projets urbains portés actuellement par la municipalité, sur les sites de l'« entrée de quartier » de Koenigshoffen, « Charmille » dans le même faubourg, « Rotonde » à Cronenbourg, et « quartier des ambassades » à la Robertsau, sont tous situés dans cette ceinture verte. C'est en effet une immense réserve de terrains libres proches du centre-ville, exceptionnels par leur situation mais surtout par le prix du foncier.
    PROTÉGER LE PATRIMOINE. - Pour protéger ce patrimoine, il faut y maintenir les propriétés privées qui sont totalement assujetties à la loi. Il faut aussi que les Domaines de l'Etat évaluent le prix du terrain à sa valeur réelle, exceptionnelle, voire unique, mais destinée à un usage bien précis : une ceinture d'espaces verts, de parcs et de jardins pour l'essentiel.
     Les élus sont-ils toujours conscients des conséquences de leurs votes dans ce domaine très technique ? En 1986, le conseil municipal de Strasbourg, sur proposition du maire Marcel Rudloff, avait voté à l'unanimité l'expropriation de 350 propriétés privées situées dans cette Ceinture verte.
     En 1990, l'association ZONA a fait annuler cette procédure par le Conseil d'État pour abus de droit. Abus de droit ? « C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir a tendance à en abuser (...) La vertu même a besoin de limites. » (Montesquieu, De l'Esprit des lois)
    « UN GRENELLE OU UN STAMMTISCH ». - A notre sens, cette situation complexe mérite un « Grenelle » comme disent les Parisiens, nous dirions plutôt un « Stammtisch » réunissant élus, administrations, associations, architectes, urbanistes, avocats spécialisés en droit du sol pour constituer un véritable projet consensuel de territoire. C'est dans ce cadre de co-production que nous pourrons créer, d'ici environ trois ans, le plus grand Parc naturel urbain de France.source dna 201110

    NB : Denis Matter, président des associations ZONA et PNU propose notamment la création d'un label « ceinture verte », assorti de fortes contraintes environnementales pour les terrains, comme la parcelle sur la photo à la Robertsau, prévue pour le projet de consulat de Turquie.

    Commentaire : il est vrai que ces associations défendent l'intérêt général de notre environnement au profit des générations futures. Ils méritent d'être soutenus financièrement soit en devant membre ou en faisant un don plus d'infos en cliquant sur  3_Denis Matter_Association_PNU.pdf

     

  • Prenez date pour le concert du samedi 20 novembre 2010 CONCERT D’ORGUE A 20h et le Dimanche 21 novembre à 17h

    L’église protestante de la Robertsau a le privilège d’accueillir des concerts et diverses formations musicales tout au long de l’année. Par exemple, l’ensemble vocal junior « Polysons » ou « l’ensemble d’Accordéons de l’Ill ».

    D’autre part, l’orgue Stiehr Mockers datant de 1868, classé monument historique en 1974 et restauré en 2010 par la maison Blumenroeder permet de donner des concerts de très grande qualité.

    concert 201110.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Concert à l'église protestante de la Robertsau
      

    Samedi 20 novembre 20h   /   Dimanche 21 novembre 17h

                                    Entrée  : 10€     (5,50 € : enfants et étudiants)



  • Route de la Wantzenau : le chantier avance A Hoenheim un exemple à suivre

    extraits dna 161110

    ...En perspective, le développement de Hoenheim avec la future construction d'un écoquartier et la possibilité donnée aux cyclistes et aux piétons d'accéder au tram en toute sécurité. Ces derniers bénéficieront d'une voie verte, un espace partagé de 3m50 de large....

    Commentaire : Un jour peut-êre à la Robertsau....

  • les 20 et 21 novembre 2010 au Centre Social et Culturel de la Robertsau L’ESCALE : Roberts’Art 2010

    Exposition d’art contemporain au Centre Social et Culturel de la Robertsau L’ESCALE, les 20 et 21 novembre 2010. Ouverture au public le samedi de 14h à 19h et le dimanche de 10h à 18h.

    ?view=att&th=12c2bc7d62abfaec&attid=0.1&disp=inline&zw

    Cette 8e édition de Roberts’Art s’inscrit dans le programme culturel et évènementiel de l’Escale et est organisée en partenariat avec le collectif d’artistes Roberts’Art.

    Diverses disciplines artistiques seront représentées. En peinture nous découvrirons ou poursuivrons l’évolution du travail d’Isabelle CZERMAK, Eliane KARAKAYA, Marie-Rose LUDIG, Claudine MALRAISON, Damien COCHEPIN, Maud LAURENT, Clémentine BODET, André SCHANDEL, Lucie SCHWARTZ et Guy VIGINAY. Nous retrouverons également Aleksandra KARZELEK : œuvres en batik, Sabine JOERTZ mosaïste et Sylvain FOUQUET infographiste. Tous les artistes cités sont issus de la Robertsau ou de ses environs proches.

    Les travaux de l’Atelier de dessin du corps humain de l’Escale seront également exposés.

    Cette rencontre répond aux objectifs de l’Escale, dont l’une des missions est de faire découvrir aux habitants de la Robertsau et des environs, les richesses culturelles du quartier à travers un rendez-vous artistique de qualité.

    L'Escale Centre Social et Culturel de la Robertsau

    78, rue du Docteur François. Tel : 03 88 31 45 00 COMMUNIQUE DE PRESSE

  • Thé dansant pour les seniors Mercredi 17 novembre 14 h au Pavillon Joséphine, Parc de l'Orangerie

    Dans le cadre des différentes animations offertes aux seniors strasbourgeois, la Ville organise un thé dansant mercredi 17 novembre à 14 h au Pavillon Joséphine, Parc de l'Orangerie. L'animation musicale sera assurée par l'Orchestre « Euro-top », entrée gratuite.

  • Spectacle Potimarron Jeudi 18 novembre 20h foyer st louis, robertsau dans le cadre du FORUM DES ECO QUARTIERS du 12 au 21 novembre 2010

    eco_quartier_150.jpg?FileID=actualit%2feco_quartier_150.jpg

    Forum des éco-quartiers du 12 au 21 novembre 2010

    Durant 10 jours, la Communauté urbaine de Strasbourg accueille le forum des éco-quartiers. Au programme : une série de manifestations locales dans des lieux ouverts sur tout le territoire de la Communauté urbaine de Strasbourg, articulées avec des journées d’étude et d’échanges.
    Dans le cadre de cet évenement, beaucoup de manifestations auront lieu pour faire vivre le débat autour de la construction d'une ville plus durable.

    La ville intense, la ville révée, la ville durable, la ville solidaire, la ville partagée...Comment construire ensemble?

    Ce spectacle du Potimarron est tissé d'histoires vraies autour d'initiatives solidaires. Certaines sont positives , d'autres moins. Si vous le souhaitez, vous pouvez venir sur scène présenter votre point de vue pour faire évoluer positivement la situation.

    Pour nous voir Jeudi 18 novembre 20h foyer st louis, robertsau
  • Robertsau Ferme Bussière 155, rue Kempf à Strasbourg : Strasbourg et biodiversité Café scientifique le 17/11/2010 de 20h30 à 22h30

    Un verre, un cadre idyllique, un panel d’intervenants spécialistes pour discuter d’une question de fond, le Centre d’initiation à la nature et à l’environnement de la ferme Bussièr e vous accueille en soirée pour un moment d’échange décontracté où chacun pourra poser ses questions. Peut-on parler de biodiversité dans un espace urbain ? Quelles espèces retrouve-t-on à Strasbourg ? Quelles politiques mettre en place pour favoriser cette « biodiversité » ? À l’issue du débat, le public sera invité à poursuivre la soirée par une exploration de la biodiversité nocturne autour de la ferme Bussière. Le ciel, s’il est dégagé, permettra une initia tion à l'astronomie et à ses légendes biodiversifiées !

    Détails:Entrée libre
    Navettes vélos avec l’association Bretz’selle :
    départ devant le Palais universitaire à 19h30

    Lieux:Ferme Bussière
    155, rue Kempf à Strasbourg

    Contact:Saïd HASNAOUI, Jardin des Sciences – 03 68 8

  • Chauds, les poireaux

    Les deux principales associations de la Robertsau sont vent debout contre l'atelier de projet initié par la municipalité quant à l'avenir du quartier. En résumé, la Ville offrirait là un soupçon de concertation pour faire avaler un gros dossier déjà ficelé.

    « Cet atelier de projet est une mascarade », accuse le président de l'ASSER (*), Luc Wehrung. Propos tenus ce 9 novembre devant 150 habitants de la Robertsau invités par l'association à une réunion à l'Escale.

    Croire encore que « le PLH est amendable »

     « Les documents de travail sont incomplets, les informations lâchées au compte-gouttes et le PLH n'est pas négociable... », résume le président, amer. « Le sujet est pourtant grave, poursuit-il, puisqu'il s'agit de construire 1 800 logements (en comptant les permis de construire individuels, ndlr) de plus d'ici 2014 et encore autant d'ici 2025 ». Mais apparemment « sans prolongement du tram vers l'intérieur de la Robertsau ».
     En revanche, l'ASSER est persuadée que l'atelier servira à faire passer un scénario qui plaît à la municipalité : celui du « barreau » qui poursuivrait, à l'est, la rue de la Papeterie, pour desservir les futures nouvelles urbanisations, au nord de la rue Mélanie. Un barreau qu'on verrait poindre dans une modification du plan d'occupation des sols actuellement à l'enquête publique.
     Le texte de ladite modification parle bien de développer une « nouvelle voirie desservant les futures urbanisations et supportant un transport en commun en site propre, également à l'étude ». Mais se garde bien de poser un tracé sur la carte, effaçant même les prévisions de tracés du POS originel. Dans l'attente du rendu desdites études. Voire, de propositions de l'atelier de projet ?
     « Nous avons toujours milité pour un projet global où les déplacements sont certes des enjeux capitaux mais pas les seuls », réplique René Hampé, président de l'ADIR (**), dans une lettre ouverte. Avec l'ASSER, il veut croire encore que le Plan local de l'habitat « est amendable ». « Les modifications de fonctionnement des lignes de tram, notamment la ligne F, illustrent bien que des décisions arrêtées peuvent être modifiées », ironise encore René Hampé.
     De son côté, l'ASSER aurait assez aimé voir apparaître dans l'enquête publique une voie de lisière Est pour laquelle elle milite et qui permettrait, selon elle, de soulager d'autres voies structurantes (rue Boecklin et route de la Wantzenau) dans la traversée nord-sud du quartier. Apparemment, ce scénario n'est pas (encore ?) validé pour une étude approfondie.
     Ajoutant sa voix à la grogne, le conseiller général du secteur Yves Le Tallec s'est fendu d'un communiqué. « Les Robertsauviens sont conscients qu'au regard du potentiel foncier de leur quartier, l'implantation de nouveaux logements s'impose », y écrit l'ancien adjoint du quartier. « Mais c'est la méthode employée » qui serait en cause. Où l'atelier de projets ne serait qu'un « alibi démocratique »...

    L'idée est d'avoir beaucoup de monde le 20 novembre

     La municipalité n'aurait qu'à bien se tenir « si l'autisme ambiant devait se prolonger », conclut le conseiller général. Chacun rendra à César l'autisme qui lui appartient.
     Reste que l'ASSER a appelé mardi soir les habitants concernés à venir en force consulter le dossier d'enquête publique à la Communauté urbaine et y noter ses remarques.
     L'idée est d'avoir beaucoup de monde, le 20 novembre à partir de 9 h 30, pour saluer le commissaire enquêteur qui sera présent à cette date. « On pourrait ramener chacun un poireau », suggère une dame. Chauds, les poireaux - le symbole de la Robertsau, le quartier du Laüch. Un début de manif ?source dna de ce jour

    (*) Association de sauvegarde de l'environnement de la Robertsau. (**) Association de défense des intérêts de la Robertsau

    L'enquête publique sur la modification numéro 34 du POS, qui concerne notamment l'urbanisation de la Robertsau, se poursuit au centre administratif, parc de l'Étoile, en salle 462 (4e étage) jusqu'au 9 décembre inclus. Consultation des documents du lundi au vendredi de 8 h 30 à 11 h 30 et de 14 h à 17 h. Présence du commissaire-enquêteur le samedi 20 novembre de 10 h à midi, le vendredi 26 novembre de 10 h à midi et le jeudi 9 décembre de 15 h à 17 h

    • commentaire : nous observons que l'une des associations (Asser) défend une conception archaïque (à l'opposé des recommandations du Grenelle de l'Environnement) c-à-d la voiture et la pollution qui sera engendrée à la lisière de chateau de pourtalès, de la forêt, ce qui dégradera fortement la qualité de la flore,de la faune et du biotop de cett forêt..ce qui rendra son projet de classement en réserve naturelle impossible.. forêt de la Robertsau, ...sans compter l'existence du centre d'initiation à l'environnement situé à la Ferme bussière à l'entrée dudit parc de Pourtalès (qui milite justement pour les éco-gestes et la qualité de l'environnement)....de plus en plus vital à la détente et au besoin d'oxygénation des ses habitants et à ceux de Strasbourg....tandis que l'Adir soutient le transport en commmun et la révision du Plan d'Occupation des Sols (POS) avec son urbanisation telle que le projette la ville de Strasbourg, à savoir 3000 logements prinipalement dans le secteur Est de la Robertsau.... la parole est maintenant aux habitants qui sont ....les premiers concernés..quelques pistes complémentaires au débat  :
    • la ville évoque les Bus à Haute Qualité de Service (BHQS) moins coûteux que le tram et plus rapide à mette en service 
    • un renforcement des pistes cyclables avec une signalisation forte
    • la création d'un réseau de voies vertes pour les piétons,

     les 2 derniers points ayant pour but de réduire la circulation dite de  proximité à l'intérieur de la Robertsau qui représente environ 50% du trafic total des déplacements constatés par les enquêtes de terrain

    seraient des compléments nécessaires à étudier

  • vos sorties à la robertsau du jour

    • Exposition, vente artisanat ethnique D'ailleurs et d'ici, au foyer Saint-Louis, 3, rue du Docteur Freysz, de 10h à 19h, entrée libre.
    • Soirée Sans Frontières, au profit de l'association Action sociale sans frontières, au centre social et culturel L'Escale, 78, rue du Docteur François à la Robertsau, à 19h.

    mais aussi hors robertsau du théâtre :

    • « Le médecin malgré lui » de Molière suivi de « Hortense a dit Je m'en fous  ! » de Feydeau, par La Mesnie H. Cie J. Bachelier, au théâtre du Cube Noir, au Creps, 4, allée du Sommerhof, à 20h30, jusqu'au 5 décembre. Tarifs : de 7 à 18€, Tél: 06 65 31 36 51.
    • « L'amour, l'eau fraîche et le reste » par la Cie La main dans la culotte, à la galerie No Smoking, 19, rue Thiergarten, à 20h30, tarifs : de 5,5 à 12€, Tél: 03 69 32 70 28.
  • Robertsau : disparition de Marc REYMANN, enfant de la Robertsau

    m_reymann.jpg?FileID=actualit%2fm_reymann.jpgNos réactions : Enfant de la Robertsau où ses parents avaient une maison rue de l'Angle, il a continué à y résider de très nombreuses années. Nous lui rendons particulièrement hommage pour son humanisme, son pragmatisme, sa bonhomie, son engagement dans la politique et particulièrement pour la défense de l'Europe et de Strasbourg tout en restant très proches des gens.  La cérémonie religieuse aura lieu vendredi prochain. Pour celles et ceux qui souhaitent y assister vous pouvez nous contacter par courriel pour les modalités précises  robertsau67@gmail.com

    Réaction de Roland RIES à la disparition de Marc REYMANN source ville de stasbourg

    Hommage de Roland Ries, à Marc Reymann, ancien député du Bas Rhin et ancien député européen.

    « Je ressens avec beaucoup de tristesse la disparition de Marc REYMANN. Mes premières pensées vont à sa famille et à ses proches et je m’associe à leur profonde douleur.
    Je souhaite aussi leur témoigner l’estime et la reconnaissance des Strasbourgeois pour un homme qui aura beaucoup fait pour notre ville et notre région. De 1983 à 2001,  nous avons siégé conjointement au sein du Conseil municipal de Strasbourg, dans un respect mutuel et un dialogue fructueux,  qui ne se sont jamais démentis.
     Bien qu’appartenant l’un et l’autre à des familles politiques différentes, j’ai toujours apprécié l’engagement européen sans faille de Marc REYMANN. Il portait cette conviction avec une force et une volonté qui l’inscrivent profondément dans ce courant démocrate chrétien qui a tant marqué l’Histoire de l’Alsace. A l’Assemblée Nationale où il siégea de 1986 à 2007, comme au Parlement Européen de 1989 à 1994, la voix de Marc REYMANN, parlementaire efficace et assidu, n’a jamais manqué pour défendre les intérêts de Strasbourg. »

    et aussi dna de ce jour

    André Schneider, député de la 3e circonscription du Bas-Rhin :
    « La semaine dernière, malgré son handicap, Marc Reymann était venu, une dernière fois, à l'Assemblée nationale "sa maison". Bien qu'affaibli, il avait la tête pleine de projets, entre autre la publication prochaine d'un livre "autobiographique marrant" me disait-il.
     Marc était mon ami. Il - lui le président de l'UDF du Bas-Rhin - m'avait parrainé - moi le secrétaire départemental du RPR - lorsque je suis arrivé en juin 97 à l'Assemblée nationale. Il m'a guidé, expliqué toutes les ficelles du métier. Il connaissait l'Histoire de Paris, avec un H majuscule, comme personne. Il m'a fait aimer Paris. Je lui suis reconnaissant pour tout cela.
     Ces trois dernières années, il a beaucoup souffert, il s'est souvent senti inutile, abandonné. Les amis se sont faits rares mais les vrais, ceux qu'il aimait, sont restés jusqu'au bout. »
    Jean-Charles Quintiliani, conseiller municipal (Gauche Moderne) de Strasbourg :
    « Marc Reymann était un homme très humain et doté d'une intelligence politique remarquable. Il n'était pas sectaire et a toujours su garder les pieds sur terre en donnant une priorité politique à la lutte contre l'insécurité. »
    Marc Merger et Bornia Tarall, membres du groupe MoDem du conseil municipal de Strasbourg :
    « Figure emblématique du centre, Européen convaincu et porteur du courant démocrate chrétien qui fait partie intégrante de l'histoire de l'Alsace, M. Reymann a su donner au centre une réelle place dans le paysage politique français. De même, nous admirons l'humilité de cet homme qui a su rester modeste et toujours proche des intérêts locaux, en particulier ceux de Strasbourg. »
    Jean-Claude Bader, ancien adjoint au maire de Strasbourg :
    « Il était une référence pour l'ensemble des Strasbourgeois impliqués dans la vie publique et politique. Il m'avait reçu tout récemment chez lui à son domicile, et lors d'un émouvant entretien, il me proposait son soutien et son aide pour ma prochaine campagne électorale à Neudorf. Il avait tenu à me faire part de ses idées, de ses ambitions pour la ville, pour les quartiers du sud de Strasbourg dont il suivait l'évolution en permanence. »
    Jean-Louis Kiehl, président de la fédération Cresus :
    « Marc Reymann avait accepté en toute amitié de s'engager à nos côtés pour agir contre l'inacceptable, à savoir l'exclusion financière et sociale de nos concitoyens les plus fragiles et de nous permettre de récompenser chaque année par une dotation financière celles et ceux qui réussissent leur parcours d'insertion grâce au microcrédit personnel. En acceptant d'aider "ceux qui aident" et en soutenant avec bienveillance les missions de terrain de Cresus, il a voulu démontrer que l'exclusion n'est pas une fatalité et nous lui sommes redevables d'une immense gratitude. »

  • Robertsau Anciens combattants Aujourd'hui cérémonie du 11 novembre 2011

     L'Amicale des Anciens Combattants de l'ACUF section Robertsau participe aux cérémonies aujourd'hui au cimetière nord à 10 h 45 et au monument aux morts, place du Corps de Garde à la Robertsau, à 11 h 15, suivi d'un verre de l'amitié au Tivoli à Strasbourg.

  • RAPPEL jusqu'au 11 novembre 2010

    A la découverte des cimetières, exposition-photographies, au centre funéraire de la Robertsau, 15, rue de l'Ill, de 9h à 12h et de 14h à 17h. Jusqu'au 11 novembre.

  • Robertsau Kaysersguet : un projet partagé ?

    L'association Kartier Nord, qui milite depuis de nombreux mois pour un lieu d'Europe culturel et ouvert à tout public dans la villa Kayser, à la Robertsau, s'invite dans les réflexions qui se mènent par ailleurs sur le terrain politique...

     Loin d'être une « maisonnette de l'Europe », selon les termes de certains de ses détracteurs, les grandes lignes du projet mettent en évidence la pertinence du site, son contexte et sa desserte optimum. Du diaporama projeté lors de cette restitution, on retiendra les mots-clefs susceptibles de faire venir, et revenir, les publics visés pour être initiés à l'Europe culturelle et ses composantes de paix, d'altérité, d'action démocratique, d'environnement et de développement durable.

    « Coupe claire » dans le parc

     Dans un premier temps, d'ici 2013, la villa Kayser sera rénovée. Dans un deuxième temps, c'est une extension de 6 600 m² qui doit sortir de terre pour une « agora centrale », équipée de moyens audiovisuels et informatiques, un espace permanent sur l'Europe, des espaces d'expositions temporaires, un restaurant/bar, etc... Le hic, dans cette magistrale démonstration, c'est bien entendu la coupe claire sur 4 000 m² d'espace vert. Amputer ainsi le tiers du parc de la villa Kayser est une pilule bien difficile à avaler. Il faut raison garder : pour s'inscrire harmonieusement dans l'écrin du Kaysersguet, le dimensionnement de l'extension doit gagner en économie de surface à bâtir.
     De notre point de vue, il serait plus juste de penser le « lieu d'Europe » en un réseau articulé, engageant l'ensemble des espaces à vocation européenne et internationale, ceux dont bénéficie déjà la ville et ceux à venir. Un tel dispositif finement lié, bien plus qu'un site unique, même emblématique, serait en mesure de transmettre sa dynamique à la cité, en étant moins gourmand en espace et en budget.
     Par ailleurs, le contenu du projet nous semble devoir être profondément (re)travaillé, en conviant autour de la table tous les partenaires dûment repérés. Il serait bien naïf de penser qu'un rapport d'un cabinet de consultant, le plus performant soit-il, suffirait à une telle tâche. La politique d'une ville ne peut se déléguer de la sorte. Elle ne peut pas davantage être livrée à des lobbyings, fussent-ils actifs.

    Convier les experts culturels

     Des axes intéressants et positifs sont ouverts. Il s'agit à présent de travailler de concert ; est-il concevable que le comité de réflexion, jusqu'ici, ne compte pas d'experts de la culture ni de représentants des services culturels de la Ville ? Le peuple de l'art serait-il si loin de l'idée de la paix, de la démocratie, d'altérité, d'économie, que l'on puisse l'ignorer ?
     L'étude demande par ailleurs nombre de précisions concrètes sur les contenus, le(s) mode(s) de gestion et de financement. A la différence d'une opération marketing, le lieu d'Europe n'obéit pas à une logique marchande et ne convaincra le public que par la qualité des contenus, par sa créativité, c'est-à-dire par une programmation vivante et singulière, l'excellence du cadre architectural et du niveau de convivialité proposé.
     Toute la difficulté reste de donner vie à un concept original qui ne soit pas perçu comme le parachutage d'une institution de plus. L'association Kartier Nord reste fermement engagée et disposée à contribuer à l'avancement d'un projet qui irait en ce sens ».

     

    Kartier Nord extraits dna 101110

    Commentaire : la position de Kartier Nord est judicieuse car il est aussi important de développer l'attractivité verte d'une Europe plus proche des citoyens où la concivialité et l"harmonie des lieux permettra l'épanouissement et la diffusion des cultures diverses de pays  euopéens mais également de tout ce qui fait la richesse de la culture de proximité, régionale et transfrontalière......tout en informant mieux sur l'utilité et l'organisation de toutes les institutions européennes. Ceci est vital pour combler le déficit de confiance preignant entre les citoyens et Europe.

  • éco-quartiers la ville en débat : Journées européennes des éco-quartiers à Strasbourg

    Pour promouvoir la ville durable, la municipalité joue la carte des éco-quartiers. Durant près de deux semaines, du 12 au 21 novembre, la communauté urbaine de Strasbourg sera le siège du forum des éco-quartiers. Objectif : démocratiser cette forme de conception de l'habitat durable participatif, qui répond aux enjeux climatiques et environnementaux.
     Résolument volontariste en la matière, l'exécutif communautaire entend populariser cette notion, via une série de manifestations locales (débats, conférences, ateliers participatifs, théâtre-forum, visites, animations) dans des lieux ouverts sur tout le territoire de la CUS, articulées avec des journées d'étude et d'échanges plus classiques (plénières, ateliers).

    Du 17 au 19 novembre. Les journées européennes des éco-quartiers permettront d'approfondir les débats sur la ville durable. Ouvertes aux professionnels, particuliers, collectivités, élus, promoteurs, bailleurs, architectes, urbanistes, associations, groupes d'autopromotion. Inscriptions : jusqu'au 14 novembre en cliquant ICI

  • Visionez en différé les points touchant notre quartier de la Robertsau : Conseil municipal de Strasbourg du Lundi 8 novembre 2010

    Aux dernières nouvelles, le classement de la forêt ..... de la Robertsau, le processus aurait repris du poil de la bête après la motion votée par le conseil municipal en juillet dernier.

    Soyez particulièrement attentif aux points suivants touchant notre urbanisme (rue de la Baronne d'Oberkirch), notre environnement (location de la chasse de la forêt de la Robertsau) et un projet lieu d'Europe à la Villa Kayserguet  à l'entrée de la Robertsau:

  • Forêt de la Robertsau : La mairie devrait attribuer, cet après-midi, un lot de chasse inusité depuis 22 ans

    Pour voir en DIECT LE CONSEIL MUNICIPAL Cliquez ICI

    ou Cliquez pour écouter ICI

     

    Vingt-deux ans que les chasseurs attendent cela. Depuis 1988, la forêt de la Robertsau ne leur est plus louée par la ville, son propriétaire. Le conseil municipal doit désigner, aujourd'hui, un nouveau locataire pour 4 ans, conformément à une décision de la cour de cassation en 2002. L'instance confirmait ainsi les jugements du tribunal de grande instance de Strasbourg et de la cour d'appel de Colmar, après une plainte déposée, en 1997, par la Fédération des chasseurs. Le locataire payera 3 000 euros par an à la collectivité et ne pourra tirer que sur les sangliers.

    300 000 euros d'amende
    Pendant huit ans, le dossier a traîné, alors même que le jugement obligeait la municipalité à louer sans délai les espaces dédiés à la chasse. Un refus persistant qui a contraint la mairie à payer une amende journalière de 150 euros, soit plus de 300 000 euros depuis le début de l'application de la peine. « Il faut ajouter à cela près de 600 000 euros de frais de fonctionnement occasionnés par les missions de régulation (des espèces) depuis l'arrêt de la chasse. Le tout aux frais du contribuable », précise Pascal Perrotey-Doridant, directeur du Fonds d'indemnisation départementale du sanglier.
    « Cela fait plus d'un an et demi que l'on travaille sur ce dossier. Nous nous sommes concertés avec le conseil de quartier de la Robertsau et des associations, pour nous mettre en conformité avec la loi tout en essayant de garantir la sécurité des habitants », explique Françoise Buffet, adjointe au maire à l'environnement.

    Un classement en réserve naturelle
    Si la mairie loue à nouveau le site, elle ne perd pas espoir de voir un jour la chasse interdite dans les forêts périurbaines de la CUS. En 2002, le classement de la forêt de la Robertsau en réserve naturelle a été demandé et serait le seul moyen d'y bannir la chasse. « Ce sera à l'Etat d'en décider, mais il y aura toujours des opérations de régulation du sanglier », prévient Michel Kahn, le président de la Fédération des chasseurs du Bas-Rhin. source 20minutes

  • Robertsau: logements et crèche collective au conseil municipal du lundi 8 novembre en direct sur internet

    Le conseil municipal est appelé à se prononcer sur la réalisation d'un programme immobilier sur un terrain situé en bordure de la rue de la Baronne-d'Oberkirch à la Robertsau. La société Icade doit y construire 73 logements (dont 37% de logements sociaux) et la Ville y réalisera un équipement public destiné à la petite enfance extrait dna 061110

    Le conseil municipal du lundi 8 novembre en direct sur internet

    Le prochain conseil municipal du lundi 8 novembre est retransmis en direct sur internet à partir de 15h. Il est accessible en vidéo, audio et sur iPhone.

    Lors de ce conseil, il est notamment question :

    • du projet de création d’un lieu de l’Europe à la Robertsau
    • réalisation d'un programme immobilier sur un terrain situé en bordure de la rue de la Baronne-d'Oberkirch à la Robertsau. 

     

  • La villa Kaysersguet va se refaire une beauté pour l'Europe

    La première pierre à l'édification du « lieu d'Europe » va consister en une réhabilitation lourde de la villa Kaysersguet. Mais au-delà de la remise aux normes, les élus auront à entériner le choix d'un site, à l'entrée de la Robertsau et du concept de l'« agora ».

     La création du « lieu d'Europe » sera portée sur les fonts baptismaux du conseil municipal, lundi après-midi. Les élus seront amenés à se prononcer pour désigner un maître d'oeuvre auquel sera confié le projet de réhabilitation de la villa Kaysersguet.
     Pour le maire de Strasbourg, il n'y a plus une minute à perdre : « Cela fait vingt ans que l'on parle de ça. On me dit qu'il faut attendre - même au sein de mon administration. Mais mon souhait aujourd'hui est d'agir rapidement », a déclaré hier Roland Ries - qui balaie l'idée d'« un musée sur les pères fondateurs de l'Europe ». Le sénateur-maire y voit plutôt « un lieu d'animation, de réflexion et d'échange pour le grand public, ouvert sur le quartier et la ville ».
     Deux phases seront nécessaires pour mettre en oeuvre cette idée, a expliqué hier - « jour du 60 e anniversaire de la convention européenne des droits de l'homme » -, Nawel Rafik-Elmrini. La première pourrait être lancée rapidement : il s'agit des travaux de réhabilitation de la villa Kaysersguet (pour un montant de 2,4 millions d'euros), qui pourraient être « achevés courant 2013 », selon l'adjointe chargée des affaires internationales.

    Livraison en 2013

     La seconde, en revanche, à savoir l'extension de la villa nécessitera plus de temps. Elle sera toutefois amorcée par le lancement d'une étude de programmation, destinée à préciser ses objectifs, ainsi que par le lancement d'un concours international de maîtrise d'oeuvre pour le projet d'extension du site, sur la réserve foncière attenante, dans le parc.
     Ce « lieu de fabrique de l'Europe » se veut « proche des citoyens », dans un cadre « d'échanges et de partages autour de ses valeurs fondamentales : les droits de l'homme et la démocratie », a indiqué l'adjointe. Il devra être « un lieu de culture et de convivialité, ouvert sur les institutions et son environnement de proximité, accueillant des expositions temporaires et permanentes ».extraits dna 051110

  • RAPPEL ce 7 novembre, tous à vélo au Vaisseau pour le climat !

    Dans le cadre dues rendez-vous citoyens orgamisé par Objectif Climat

    14H30 : Départ Marktplatz Kehl

    15h30 : Arrivée Vaisseau

    16h : Conférence-débat de Benoît KUBIAK,

    Globe-trotter du climat


    Organisateurs : Alsace Nature, Objectif Climat, Greenpeace, Bürgerinitiative für Umweltshcutz Kehl, ADIR, Groupe Velaüch, CADR 67


    Venez en famille participer à la vélodémo franco-allemande, avec un départ de Kehl et une arrivée au Vaisseau à Strasbourg pour assister à la conférence de Benoît Kubiak, globe-trotter du climat ! pour + d'info et out le programme des animations du mois de novembre 2010

    cliquez ICI

  • Strasbourg La ville en débat / A propos du port aux pétroles une proposition séduisante de l'ADIR ROBERTSAU

    Jean Daniel Braun, au nom de l'Association de défense des intérêts de la Robertsau (ADIR), dont il est le vice-président, exprime dans une tribune tout l'intérêt que peut présenter une raffinerie de Herrlisheim désaffectée pour une relocalisation éventuelle du port aux pétroles de Strasbourg.

     « Il suffit de consulter un plan de l'agglomération strasbourgeoise pour se rendre compte des handicaps de la localisation du port au pétroles. Enclavé entre le Rhin, une zone de loisirs, la forêt de la Robertsau et une zone d'habitation dense, les inconvénients de sa situation historique relèvent de deux ordres.

    Accessibilité

     Les autoroutes d'accès vers Strasbourg sont situées en bordure Ouest et Nord de l'agglomération. Le port naturellement au bord du Rhin, est situé à l'Est. Les poids lourds traversent ainsi Strasbourg de part en part. Il suffit de voir le ballet de camions sur l'ex RN 4, aujourd'hui futur boulevard urbain, pour se rendre compte des problèmes occasionnés par cette localisation.
     La future liaison inter-ports envisagée par les municipalités successives, aujourd'hui semble-t-il remise à plus tard, ne viendra certainement pas remédier à cette situation, Elle occasionne un détour de 60 kilomètres, aller et retour, dont une grande partie sur l'autoroute A 35, déjà largement saturée.
     Le serpent de mer, ouverture de la route dite EDF à la circulation, présente de nombreux inconvénients, tels que les autorités successives se sont bien gardées de faire avancer le projet. De toute façon, aboutissant en plein coeur d'une zone Seveso 2, l'application des règlements européens ne laisse que peu ou pas d'espoir à ses partisans.
     Le port aux pétroles est raccordé fer par une voie traversant l'écluse nord par un pont tournant. Le coût de l'entretien et de fonctionnement d'un tel équipement ne permet pas l'exploitation rationnelle de ce type de transport qui ne semble d'ailleurs plus utilisé. Ainsi, à part le transport par pipeline et par voie d'eau, le port aux pétroles souffre de handicaps logistiques sérieux pour assurer sa fonction, notamment en termes économiques.

    Risques technologiques

     Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) a été prescrit par arrêté préfectoral le 2 mars 2009. Sa mise en vigueur est régulièrement retardée, vraisemblablement en raison des difficultés rencontrées. Il devrait faire l'objet d'une enquête publique en 2011 et d'une mise en vigueur, éventuellement en 2012. Quelles conséquences pour la zone du port aux pétroles ?
     Circulation réservée uniquement à l'acheminement des produits pétroliers et à l'accès à la station d'épuration sur le quai Jacoutot est, le rond-point rue de Rouen-rue de Lubeck et la route dite « EDF ». Les zones de loisirs deviennent inaccessibles. Déplacement de la déchetterie. Expropriation des entreprises sans relation avec celles classées Seveso. Déplacement du stade de la Carpe-Haute. Déplacement de certains jardins familiaux. Travaux sur les maisons de la partie est de la rue de la Carpe-Haute et le château de Pourtalès.
     Cet ensemble d'obligations va nécessiter un budget conséquent, pour préserver une activité problématique dans sa localisation actuelle. Ne serait-il pas plus rationnel d'investir dans de nouvelles installations permettant un développement d'activités ? La fermeture de la raffinerie de Reichstett devrait être l'occasion d'un regroupement des activités de stockage pétrolier dont les capacités devront certainement être accrues. Augmenter le trafic de poids lourds de et vers le port aux pétroles n'est pas envisageable sans risques importants pour la population strasbourgeoise.

    La solution

     Le terrain de l'ancienne raffinerie de Herrlisheim est à l'abandon. Équipé d'une darse sur le Rhin, il est raccordé fer et proche de l'autoroute. L'ensemble des pipelines ont un terminal disponible. Sa dépollution, si elle reste à faire, doit être à la charge du propriétaire, le groupe Total, selon la loi pollueur-payeur. 250 hectares de terrain industriel présentant de tels avantages laissés en friche !
     Mesdames et Messieurs les politiques, un peu de courage. Il faut se battre, dynamiser le tissu industriel en proposant une implantation favorable aux activités qui cherchent à se développer. Peu de localisations présentent de telles opportunités. Ne laissez pas passer cette occasion de libérer la ville et la Robertsau de risques d'explosion et d'une circulation de poids lourds transportant des produits inflammables. L'avenir de Strasbourg vous remercie.»

    Commentaire : facile.. on déplace les installations par un coup de baguette magique qui pose aussi problème qui va payer ? les industriels certainement pas, les contribuables de la CUS sûrement au profit de qui ? la commune e Herlisheim qui n'est pas dans la CUS....donc moins de recettes et de retombées d'emplois pour un coût conséquent pour la CUS mais... la sécurité n'a pas de prix...

  • Venez nombreux pour le THEATRE le 6 novembre 2010 A 18h et les 7 et 11 nov à 15h (Foyer Mélanie) à la Robertsau

    THEATRE le 6 novembre 2010 à 18h mais aussi les 7 et 11/11 à 15 h 00

    Le Club théâtre M.G.E.N. présente deux pièces :

    “ TROP TARD ”
    Comédie en un acte de Marie LAROCHE-FERMIS

    suivi de

    “ LA GRAMMAIRE ”
    Comédie  en un acte de Eugène LABICHE et Alphonse JOLLY

    Les  samedi 6 novembre à 18 hdimanche 7 novembre à 15 h et jeudi 11 novembre à 15 h au foyer Mélanie, 4 rue Mélanie Strasbourg-Robertsau (Bus CTS : 6, 72 ou 15. Parking: Rue St Fiacre)

    ENTRÉE LIBRE                 PLATEAU

  • Le 7 novembre, tous à vélo au Vaisseau pour le climat !

    Communiqué de l'association Objectif climat

    14H30 : Départ Marktplatz Kehl

    15h30 : Arrivée Vaisseau

    16h : Conférence-débat de Benoît KUBIAK,Globe-trotter du climat

    Organisateurs : Alsace Nature, Objectif Climat, Greenpeace, Bürgerinitiative für Umweltshcutz Kehl, ADIR, Groupe Velaüch, CADR 67


    Venez en famille participer à la vélodémo franco-allemande, avec un départ de Kehl et une arrivée au Vaisseau à Strasbourg pour assister à la conférence de Benoît Kubiak, globe-trotter du climat ! pour + d'info cliquez ICI