Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Robertsau / Plan de prévention des risques technologiques

Tout ce qui pourrait changer

Le Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) attaché au port aux pétroles de Strasbourg sera adopté seulement fin 2011. Mais il dessine déjà les contraintes qui pourraient s'imposer au quartier de la Robertsau. Revue de détail.

La préfecture de région a présenté fin avril l'état des réflexions sur le PPRT à la Robertsau. Ce dispositif national, issu de la volonté de prévenir des accidents du type AZF, est une liste détaillée des hypothèses possibles de catastrophes et une liste de mesures dans les différents périmètres relevés où ces catastrophes pourraient avoir des conséquences.
Les autorités et les élus ont déjà rassuré pour dire qu'il n'y aurait pas, par exemple, d'expropriations irréfléchies. Reste que ce PPRT comprendra, au final, des mesures qui seront appliquées de manière impérative, au nom de la sécurité des populations.
Pour ce qui est du calendrier, une enquête publique sur le projet finalisé doit être lancée au printemps 2011. L'arrêté préfectoral interviendrait fin 2011. Le dispositif serait concrétisé entre 2014 et 2016.

200 emplois en jeu

ENTREPRISES NON DANGEREUSES.-
Les conséquences les plus rudes du PPRT pourraient concerner une douzaine d'entreprises non classées Seveso (qui représentent 200 emplois environ). Certaines pourraient être contraintes au déménagement. « On attend les études techniques et les audits de vulnérabilité qui doivent compléter le premier diagnostic », indique Pierre Schwartz, directeur de TREDI (traitement de déchets spéciaux).
« Le groupe Séché environnement, auquel appartient l'entreprise, verra quelles mesures on nous demande de mettre en oeuvre et opérera le choix stratégique qui s'impose », poursuit le directeur du site. Qui ne veut pas évoquer, pour l'instant, ni programmer, le déplacement de l'activité si sa protection s'avère impossible. Et d'ailleurs pour aller où ?
VOIRIES ET ÉQUIPEMENTS.-
Considérés comme des zones « d'aléa très fort », les rues de Rouen, de Lübeck, le quai Jacoutot (dans son tronçon du port aux pétroles) et le giratoire de la déchetterie pourraient être interdits à la circulation... Sauf pour les usagers du port aux pétroles et l'accès à la station d'épuration.
La liaison interports en cours de création depuis le sud au niveau de la route du Rhin ne pourrait donc, en pratique, en aucun cas être empruntée par des véhicules de passage. La déchetterie elle-même sera déplacée.
Par ailleurs, le projet de voirie dit « Lisière Est » à la Robertsau, dont certains considèrent qu'il pourrait constituer un contournement du quartier déchargeant la route de la Wantzenau et la rue Boecklin aux heures de pointe serait carrément compromis puisque branché, au sud, sur le giratoire condamné.

Qui va payer ?

HABITAT ACTUEL ET POTENTIEL.-
Le lotissement rue de la Carpe-Haute devra probablement s'attendre à des travaux (renforcement de vitrages et de menuiseries, à priori). Tout comme le château de Pourtalès. « La question qui n'a pas été abordée du tout, pour l'instant, est celle du coût », souligne René Hampé, président de l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau) et qui a fait partie de l'équipe POA (personnes et organismes associés) réunie régulièrement par la préfecture.
En clair, les propriétaires pourront-ils présenter au moins une partie de la facture à l'État ?
Par ailleurs, le potentiel foncier rue Mélanie pourrait carrément disparaître de la carte. « Nous avons demandé aux services de plancher sur la géographie précise des parcelles concernées, ainsi que sur les coûts d'éventuelles délocalisations (*) », explique l'adjointe de quartier Nicole Dreyer. On pourra ensuite évoquer précisément avec les services de l'État les questions d'accompagnement financier des mesures qui seront mises en place. »
ZONES DE LOISIRS.-
Le stade et le hall de la Carpe-Haute, où oeuvre une Société ouvrière des arts et loisirs (SOAS) presque centenaire, est lui aussi fortement pressenti pour être « déplacé ». « On a 250 membres dans nos diverses activités mais peu de potentiel pour grandir, du fait de la vétusté de nos locaux », explique le nouveau président Arnaud Vidal. « Quand on demande une subvention pour l'éclairage, la rénovation des douches, on nous explique systématiquement qu'étant donné notre situation en zone Seveso, on ne va pas investir grandement dans notre équipement. Alors, si on nous obligeait à changer de site, ce serait une bénédiction pour le club! »
Au fond de la rue, les jardins familiaux de la Carpe-Haute continuent de donner fruits, fleurs et légumes derrière un grand panneau « Attention, vous êtes dans une zone à risque ! ». La transplantation de ces plates-bandes est également au programme.

L'idée qui fâche

Last but not least, l'interdiction du quai Jacoutot aux véhicules autres qu'usagers du port aux pétroles, c'est 5 000 usagers de la forêt, de l'étang de pêche du Rohrkopf, de la plage naturiste du Blauelsand qui se retrouvent exclus de leurs loisirs de facto !
« Alors que du point de vue de la proximité, nous ne sommes pas dans le périmètre dangereux en cas de catastrophe », enrage Hervé Begeot, président de l'ANSAB (Association naturiste de sauvegarde et d'animation du Blauelsand). « Si on voulait priver les Strasbourgeois de la jouissance d'une forêt périurbaine, on ne ferait pas autrement ! ».
Le président de l'ANSAB estime avoir été « exclu de la concertation préfectorale », tout comme le président de l'association de pêche du Rohrkopf, Hervé Bub (**). « Je suis étonné qu'on veuille nous empêcher le passage sur cette route, dite EDF, alors que les grands bateaux de tourisme continueront de voguer dans les environs ». Les deux associations ont proposé « la protection de cette portion de voirie par un merlon ».
Par ailleurs, l'association de pêche, l'ANSAB, et l'ADIR rappellent qu'il est question de classer la forêt de la Robertsau en réserve naturelle, et que le possible accès par une voirie nord (à créer, en plein milieu du massif !) est nul et non avenu pour eux. Cette voirie était déjà évoquée dans un schéma célèbre de planification urbaine (le SCOTERS) et a été largement décriée en son temps.

 

MSK

(*) Déchetterie, jardins familiaux, entre autres. (**) Entre-temps, les nouvelles réunions avec la préfecture incluent également Hervé Bub. dna du 270710

Les commentaires sont fermés.