Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ce jeudi 29/04/10 à 18h30 A l'Aubette à Strasbourg, conférence de JF. Mattei, entrée libre. A 17h30, échanges avec Israël Nisand à la librairie Kléber.

    Le progrès médical repousse les limites du possible. Mais est-ce toujours souhaitable ? Un forum européen de bioéthique tente, à partir de cette semaine, d'ouvrir le débat au public.

  • Herbé Bub, le président de l'Association de pêche de la Robertsau 1903 , est un passionné.

    Les pêcheurs de la Robertsau invitent régulièrement à leur traditionnelle balade découverte de leurs lots de pêche et de la forêt rhénane.

    Herbé Bub, le président de l'Association de pêche de la Robertsau, est un passionné. Comme guide, il est donc tout logiquement passionnant, que ce soit au bord de l'eau ou dans la forêt rhénane qui entoure l'étang de pêche du Rohrkopf.

    source extraits DNA

    sans oublier qu'au retour au chalet de l'étang, rassasiés d'air frais et de découvertes, il ne reste plus qu'à faire un sort aux tartes flambées CUITES AU FEU DE BOIS -autre spécialité de l'équipe de l'AAPPMA !

    pour plus d'infos allez en cliquant ici CLUB MOUCHE ROBERTSAU 1903

  • le jeudi 29/04/10 à 18h30 A l'Aubette à Strasbourg, conférence de JF. Mattei, entrée libre. A 17h30, échanges avec Israël Nisand à la librairie Kléber.

    Le progrès médical repousse les limites du possible. Mais est-ce toujours souhaitable ? Un forum européen de bioéthique tente, à partir de cette semaine, d'ouvrir le débat au public.

  • Strasbourg / Port aux pétroles

    taille+1 taille+2 taille+3 taille+4 taille normale

    Risques technologiques : premières cartographies

    Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) du port aux pétroles, à Strasbourg, concernera un large secteur dans le quartier de la Robertsau. Les premières cartes ont été présentées hier.
    Sur une échelle de un à quatre, les zones de danger sont désormais délimitées, mais le plan peut subir des évolutions, probablement dans le sens d'un allégement, d'ici son adoption définitive fin 2011 par le préfet.
    Sur le secteur, plusieurs entreprises (200 emplois au total), toutes non concernées par la directive Seveso seuil haut, pourraient être contraintes au déménagement. L'impact sur une quinzaine d'habitations pourrait être limité, à condition que des travaux de protection soient entrepris.

    source DNA

    Le quai Jacoutot fermé au trafic

    + d'info en cliquant ici sur 20minutes

  • Une première européenne à Strasbourg, le 28 avril Parc de l’Etoile : Venez découvrir l'exposition sur les véhicules hybrides et gagnez des vélos à assistance éléctrique

    Après le tram, l’autopartage et la promotion du vélo, Strasbourg, véritable territoire d’expérimentation pour les mobilités durables, souhaite poursuivre sa politique de mobilité durable sensibiliser les strasbourgeois aux modes de déplacement doux et organise en partenariat avec Electricité de Strasbourg, EDF et Toyota une grande journée découverte sur les nouveaux véhicules hybrides rechargeables et l’expérimentation qui se déroulera pendant 3 ans à Strasbourg.

    Une façon ludique de faire découvrir aux strasbourgeois les nouvelles technologies en matière de motorisation automobile qui contribuent à la réduction des gaz à effet de serre.

    Au programme : explication du projet d’expérimentation, présentation des véhicules et rencontre des partenaires. Pour les plus chanceux, un jeu concours sélectionnera, par tirage au sort, les personnes qui pourront gagner un des vélos à assistance électrique mis en jeu par notre partenaire Electricité de Strasbourg.

    Pour participer au tirage au sort rendez-vous  sous le chapiteau place de l'Etoile avant 16h.

    (règlement téléchargeable ici au format pdf).

    Des animations radio seront également proposées sur les ondes de Top Music du 21 au 28 avril et permettront aux auditeurs de gagner un vélo offert par Electricité de Strasbourg, de très beaux livres de photos sur Strasbourg, des tee-shirts Top Music et des objets publicitaires aux couleurs d’Electricité de Strasbourg.

    A vous de jouer, d’autant plus que c’est bon pour la planète !

    source strasbourg

  • vous voulez savoir ce qui s'est passé au dernier conseil municipal de strasbourg

    Le Conseil Municipal du lundi 26 avril en différé

    Le conseil municipal du 26 avril est disponible en intégralité en vidéos à la demande. Vous pouvez consulter tous les points abordés lors de la séance sur ce lien.

    Retrouvez le compte-rendu sommaire ici.

  • site du Kaysersguet à l'entrée de la Robertsau : un destin européen ou centre régional des Lettres....

    «Maison de l'Europe » ou «Vaisseau européen»?

    Le question de la création d'une « Maison de l'Europe » sur le site du Kaysersguet a fait débat, hier au conseil municipal. Si tous les élus s'accordent sur la nécessité d'un tel équipement pour le rayonnement de la capitale européenne, les opinions sur sa localisation et son contenu divergent.

    « La forte dimension européenne de la ville mérite d'être solidement inscrite dans le paysage urbain », « un lieu fédérateur qui donnerait visibilité et crédibilité au statut de capitale européenne ». Le constat d'Anne Schumann - évoqué au détour d'une communication de l'adjointe aux affaires internationales Nawel Rafik-Elmrini - sur les orientations stratégiques européennes et qui fait suite à l'annonce du maire (DNA du 25/4), a été partagé par les différents intervenants sur le sujet.
    « JUXTAPOSER DEUX VAISSEAUX ? ». - Là où les avis ont divergé, c'est sur la question de la localisation : Anne Schumann a proposé de prendre modèle sur le Vaisseau, « un véritable succès populaire, attirant des milliers de visiteurs, bien au-delà de la région et des frontières », a rappelé la conseillère municipale d'opposition (UMP, Nouveau Centre et Indépendants). Avant de suggérer que « Strasbourg mérite un "Vaisseau européen" offrant (...) une véritable rencontre avec leur Europe » : « Pourquoi ne pas juxtaposer les deux vaisseaux pour en faire une véritable attraction ? »
    Pascal Mangin a quant à lui évoqué « l'absence de projet et de conseil scientifique ». Mais également les circonstances de cette annonce (ndlr : samedi matin, à une association lors la tournée du quartier du maire) : « L'annoncer dans ces conditions, à ce moment-là, est-ce du niveau d'un tel projet ? », a-t-il demandé à Roland Ries.
    « UN EURODOM A COTÉ DU PARLEMENT EUROPÉEN ». - Robert Grossmann a, pour sa part, relevé « l'erreur » de vouloir faire de la villa Kayser, un site dont il a dit bien connaître « l'histoire trouble pendant la guerre » - un détail historique que Roland Ries n'a pas démenti un peu plus tard. Ce lieu, à l'entrée de la Robertsau, qu'il aurait préféré voir se muer en « une petite Villa Médicis », « un centre régional des Lettres ». Et le conseiller municipal d'opposition de fustiger la méthode du maire : « Un petit tour [dans le quartier] et puis vous décidez, c'est un peu court et un peu léger... » Avant de lui exposer le projet qui aurait sa faveur : un « Eurodom à côté du Parlement européen, sur le site de l'un des bâtiments à détruire de la foire européenne ».
    « UN LIEU DE RENCONTRE ENTRE JEUNES EUROPÉENS ». - De son côté, Maria-Fernanda Gabriel-Hanning, de la majorité, a milité pour la nécessité de « créer un lieu de rencontre de jeunes Européens et d'artistes », pour contribuer à « rapprocher les institutions et les citoyens ». L'adjointe Nawel Rafik-Elmrini a par ailleurs indiqué que ce projet ferait l'objet d'un « travail de consultants pour compléter les réflexions » des élus. Et que « le choix de ce lieu » permettait dès aujourd'hui d'« aider à la définition » de son contenu. Roland Ries ayant, quant à lui, réitéré son analyse sur la pertinence de ce projet au Kaysersguet. Et que, mis en oeuvre rapidement, il permettra d'inscrire le rayonnement européen dans une dynamique de territoire : « C'est par un petit pas que commencent les grands voyages... »

     

    Philippe Dossmann source dna de ce jour

  • débat sur l'Europe

    communiqué :

    Une nouvelle ambition

    pour l'Europe

    Jean THOMANN

    Vers l'Europe

     

    Françoise WERCKMANN

    Espaces-Dialogues


    Plus que jamais un besoin d'Europe.

    Face à la globalisation,

    aux conflits actuels,

    comment mobiliser

    les citoyens européens ?

    mardi 27 avril 2010 à20h30

     

     

    C E N T R E E M M A N U E L M O U N I E R

    42 rue de l'Université - Strasbourg - 03 88 21 24 12

     

     

  • secteur Nord : le mardi 27 avril à 18h00 à la salle de l’Aquarium de la Mairie de Schiltigheim

    La Cus m'invite à imaginer les Transports de demain :

    Dès le 19 avril 2010, la Communauté urbaine de Strasbourg lance une consultation publique sur son Schéma directeur.

  • Strasbourg / Au conseil municipal lundi 26 avril à 9 h 00

    Donner un coup de pouce à la capitale européenne

    Roland Ries veut donner un nouveau souffle à Strasbourg l'Européenne. Et promet la création rapide d'une maison de l'Europe ouverte à tous. Cette stratégie sera évoquée, lundi, au conseil municipal.......

    Quatre axes prioritaires

    Strasbourg s'est fixée quatre axes prioritaires pour développer sa stratégie européenne et internationale.

    • L'EURODISTRICT, cher à Roland Ries, « qui ne doit pas être une simple zone de coopération transfrontalière que d'autres ont aussi. Il faut avancer à deux, les Allemands étant davantage portés sur la vie quotidienne des citoyens ». Au programme : une coopération entre les hôpitaux de Kehl et de Strasbourg, également sur le plan des documents administratifs, voire « un nouvel opéra sur les bords du Rhin avec un cofinancement ».
    • UN PARTENARIAT AVEC LE CONSEIL DE L'EUROPE ET LE PARLEMENT EUROPÉEN. Un accord doit être signé avec le Conseil de l'Europe début mai. « C'est la première fois qu'une convention est signée entre une ville et le Conseil de l'Europe », souligne Nawel Rafik El-Mrini, adjointe chargée des affaires internationales. Ce partenariat a pour objectif de donner une nouvelle dimension à l'université d'été de la démocratie et aux Dialogues de Strasbourg. Mais aussi de soutenir la Cour européenne des droits de l'homme et de participer à des actions concrètes. Avec son bureau à Bruxelles, Strasbourg compte renforcer son image et répondre aux besoins des parlementaires. « Nous avons l'appui du président du Parlement européen pour défendre la présence de cette institution à Strasbourg », affirme Roland Ries. « L'ambition étant de mettre en débat la localisation de l'ensemble des services du Parlement européen à Strasbourg ».
    • UNE CITOYENNETÉ EUROPÉENNE PARTAGÉE. Strasbourg veut travailler avec d'autres villes européennes dans le domaine universitaire, économique, développer ses savoir-faire avec les villes jumelles, relancer le club de Strasbourg crée avec les nouveaux états membres de l'union européenne.
    • CRÉER LA MAISON DE L'EUROPE. On en parle depuis quinze ans. Cette fois, c'est décidé. Roland Ries veut réaliser une structure où les Strasbourgeois et les touristes pourront s'informer sur les institutions européennes trop rarement ouvertes au public. « Même si ça doit être dans un bâtiment provisoire. Je ne veux plus attendre 5 ans », dit le maire. L'ouverture pourrait avoir lieu en 2011 ou 2012.

     

    Chantal Grandgeorge extraits dna jeudi 220410

    commentaire : vous pouvez soit assister au prochain conseil municipal lundi 26 avril 2010 exceptiellement à partir de 9 h 00 Salle des Conseils du Centre Administratifou via  le web en direct :  Téléchargez l'ordre du jour (pdf)

    Pour suivre le prochain conseil municipal sur internet ou sur iPhone, rendez-vous sur cette page lundi 26 avril à partir de 9 h. Le conseil se prolongera l'après-midi.
    Regarder sur votre ordinateur

    Regarder sur votre iPhone

    Ecouter sur votre ordinateur

  • robertsau : un lieu d'Europe

    Une implantation dans un «lieu idéal»

    Le choix définitif du site d'implantation de la « Maison de l'Europe » dans le Kaysersguet, près des institutions, met un terme à des années d'indécision sur l'emplacement de cet équipement municipal stratégique. Son contenu reste ouvert aux propositions....

    NI DISTRIBUTEUR DE PROSPECTUS, NI MUSÉE. - Encore faudra-t-il que ce lieu soit digne d'intérêt : « Nous ne souhaitons pas en faire un lieu où l'on distribue des prospectus sur l'Europe », prévient Roland Ries, en mentionnant par exemple la « faible visibilité » du relais d'information du Centre d'information sur les institutions européennes (CIIE). Ce ne sera « pas non plus un simple musée » sur l'Europe à Strasbourg, qui conduirait à vitrifier l'existant dans la capitale strasbourgeoise.
    INTERACTION AVEC ASSOCIATIONS. - « Ce doit être un lieu qui mette l'accent sur ce qui fait la spécificité de Strasbourg, siège des "deux Europe", celle des 47 et celle des 27 membres, mais aussi celle des citoyens, des droits de l'homme et de la démocratie », explique le maire, avant d'ajouter l'autre volet souhaité pour ce lieu : l'interactivité avec l'utilisation que pourraient en faire des associations ou des artistes.
    Une proposition qui n'est pas tombée hier matin dans l'oreille d'un sourd : le collectif Kartier Nord, qui compte un certain nombre d'amoureux d'art, du patrimoine en général et du quartier en particulier, a bu du petit lait. « Un espace didactique d'accord, mais nous préférons une Europe vivante, en terme de culture, qui produit de la création dans la cité, à une Europe muséifiée et figée dans l'histoire », a souligné Jean-Claude Luttmann....

    extraits dna de ce jour

    commentaire : on attend de voir ce qui sera effectivement réalisé mais cela semble aller dans le bon sens

  • Dimanche 25 avril, une sortie « Raconte-moi les grenouilles »

    Cette sortir sera guidée par Pierre Hieber et Lucie Rocco. L’occasion de plonger dans le monde des animaux liés à l’eau. Rendez-vous à 9 h, lieu communiqué à l’inscription. Prévoir bonnes chaussures et vêtements longs (risque de moustiques). Inscriptions obligatoires au 06.82.43.21.55.

    plus d'infos en cliquant ici

  • samedi 24 avril 2010 visite du maire dans notre quartier de la Robertsau

    voici l'invitation avec les horaires

    visite du maire.JPG

  • les habitants de la Cité de l'Ill....

    « Si on n'était pas bien ici, on serait déjà parties »

    Malgré la petite délinquance et les difficultés financières, les habitants de la Cité de l'Ill décrivent un quartier plutôt chaleureux, où tout le monde se connaît.

    Cafés, croissants et journaux. La pâtisserie-salon de thé de la Cité de l'Ill rassemble chaque matin ses habitués. Comme dans un petit village, les retraités tiennent une bonne partie des tables. Ils sont les derniers à avoir connu la naissance de leur quartier, à la fin des années 1950. Ceux-là ne l'ont jamais abandonné. « C'était bien, se souvient Jacqueline, 70 ans. Je suis arrivée ici quand j'avais 19 ans. Il y avait des champs partout autour, des gravières. Puis, ça a évolué avec le temps. »

    « On se connaît tous, il y a une bonne ambiance »

    La construction de la Cité de l'Ill date de 1958 : 1 462 logements répartis dans des petits immeubles, deux tours et des équipements « pour les jeunes », annonce-t-on dans les Dernières Nouvelles des années 1960 : « Deux terrains de football, un terrain de basket, une aire de patins à roulettes, une place de jeux destinée aux tout-petits avec toboggan, bac à sable », mais aussi « une culture maraîchère », « un étang », des « parterres de fleurs ».
    « Il faut voir combien il y a d'espaces verts ici ! Et comment ils sont bien entretenus ! La Cité de l'Ill, c'est l'un des quartiers les plus propres », affirme Frédéric Dröge, 75 ans et la langue bien pendue quand il sort la tête de ses journaux. Originaire de la Robertsau, cet ancien batelier et employé de la Communauté urbaine de Strasbourg a habité la Cité de l'Ill « pendant vingt ans », entre 1962 et 1982. Il y a notamment oeuvré pour l'association sportive : « J'étais président des jeunes ! ». Tous les matins, il vient encore y prendre son café. « Regardez, dit-il en se retournant vers la salle quasi pleine. Il y a une table qui parle alsacien, une table qui parle arabe. Ici, personne ne parle français ! » Amoureux de ce quartier où les gens se disent bonjour quand ils se croisent, il ne regrette que la présence « d'une dizaine de voyous qui vendent un peu de hasch. Mais il faut bien qu'ils aient de l'argent. Et les caméras de surveillance, ça rassure ».
    Le septuagénaire s'interrompt pour claquer la bise à une petite blonde qui vient d'entrer. « Je la connais depuis qu'elle est née », se félicite-t-il. Cathy, 49 ans, a toujours vécu à la Cité de l'Ill. Et elle hésite encore à partir. « J'aimerais bien mais je ne sais pas... Non... On est quand même contents dans notre quartier. On se connaît tous, il y a une bonne ambiance. » Auxiliaire de vie pour personnes âgées, Cathy a toutefois vu son quartier se « dégrader » ces dernières années, notamment parce que « beaucoup de monde est au chômage ». « Les jeunes ne respectent plus rien, constate-t-elle. Ni les gens, ni l'entretien des pelouses. Ils jouent au foot à côté des voitures ou jettent des pierres dessus.

    « De plus en plus de jeunes
    squattent et urinent
    dans les couloirs ».....

    lire la suite dans les dna de dimanche 18042010

  • Le samedi 24 avril 2010 de 10h15 à 12h30 à l'INSA Strasbourg : "Ecoquartier sans voiture : utopie ou réalité.

    a prochaine conférence se déroulera :Le samedi 24 avril  2010de 10h15 à 12h30 à l'INSA Strasbourg Amphithéâtre De Dietrich

    (dans la limite des places disponibles) Attention : le parking de l’INSA ne sera pas accessible ce jour-là !

    Nous accueillerons :

    • Benoit Vimbert - chargé d’études transport à l’ADEUS (agence de développement et d’urbanisme de l’agglomération Strasbourgeoise)
    • Frédéric Héran - maître de conférences en économie à l'Université de Lille 1, auteur d’ouvrage sur les effets du transport en milieu urbain

    "Ecoquartier sans voiture : utopie ou réalité.

    Quelle place pour la voiture dans un écoquartier ? Comment évaluer les coûts cachés de la voiture en milieu urbain ? "

    « Après un bref retour sur les résultats de l’enquête ménage-déplacement 2009 réalisée sur la CUS,

    il s’agira d’aborder les coûts écologiques et sociaux de la mobilité : quels sont les coûts liés à la voiture en site urbain ?

    Que gagne-t-on à réduire la place de la voiture dans un quartier ? Jusqu’où peut-on aller et avec quelles solutions alternatives ? »

  • Conseil de quartier Robertsau : quelques nouvelles

    Voir le dernier CR du 13 janvier 2010 et du 24/02/10 concernant le Wacken et le traffic de circulation avec perspective d'un schéma directeur transport en cliquant ici

  • Pollution, climat, quelles perspectives en Alsace ? Le Mardi 20 avril 2010 à 18h Salle des Fêtes de l’Hôpital Civil de STRASBOURG

    1/ Evolution du climat en Alsace

    M. Georges NAJJAR (UdS)

     

    2/ Evolution de la qualité de l’air en Alsace

    M. Jospeh KLEINPETER (ASPA)

     

    3/ Conséquences et perspectives

    M. Patrice PAUL (APPA-Alsace)

     

    Un dossier de presse sera disponible depuis notre site http://www.appa-alsace.fr.

    Contact presse : thomas.yven@voila.fr

    Alexandre SZMIDT
    Coordinateur Régional APPA-Alsace
    Tél 03 88 11 58 33
    Hôpital Civil - NHC Département Pneumologie
    B.P. 426
    67091 STRASBOURG CEDEX
  • Des corridors écologiques...aussi à pa Robertsau

    L'État et la Région Alsace devront mettre en place d'ici fin 2012 un schéma régional de cohérence écologique et un comité d'orientation sur la biodiversité et le paysage. La trame verte, démarche initiée par la Région en 2003, constitue un bon travail préparatoire pour ce schéma.... Les espaces urbains sont autant concernés que les ruraux. « En ville, dit Françoise Buffet, adjointe au maire de Strasbourg, le problème est à la fois social et environnemental ; il faut d'abord recréer des liens entre les habitants et la nature ». Cela passe par le maintien des exploitations agricoles. Il en reste 200 dans la CUS, mais seul 1,3 % du territoire est cultivé en agriculture biologique. L'objectif est de passer à 7 % en 2014 et à 20 % en 2020.

    Reconnecter les espaces naturels

    Selon les études sur les milieux naturels, en plaine d'Alsace et dans les Vosges, un tiers des espèces animales et végétales sont menacées. En montagne, les principaux noyaux de la biodiversité se situent au-dessus de 800-900 mètres, dans les forêts et les chaumes d'altitude. Dans la plaine, les grands espaces naturels d'un seul tenant ne représentent que 15 % des surfaces. Il faudrait multiplier par cinq le nombre des connexions entre ces espaces naturels pour garantir le maintien de la biodiversité et la maîtrise de l'étalement urbain dans les vallées vosgiennes. C'est tout l'enjeu de la trame verte qui prévoit de créer 118 connexions écologiques supplémentaires dans la plaine et 62 dans les Vosges. La Région Alsace soutient entre autres la réhabilitation de haies et la création de vergers à haute tige, la renaturation de sites écologiques dégradés, le rétablissement de ceintures vertes autour des villages, la construction de passages à faune par-dessus les routes, etc.....

    extraits dna du 130410

    commentaire : Sachant que la région Alsace perd chaque année des dizaines hectares de bonne terre (lotissements, routes, etc.) pour une urbanisation galopante, faire des petits chemins de Poucet cela relève de haute couture écologique... Ce n'est pas tenable à ce rythme. A la Robertsau, il ne reste plus que 2 maraîchers...mais que d'immeubles et 24 000 habitants.

  • Strasbourg : Fabienne Keller veut "réveiller" la municipalité

    POLITIQUE - Fabienne Keller se défend d'être déjà en campagne. "Nous essayons surtout d'être une opposition constructive", assure l'ex-maire de Strasbourg, au nom de son groupe UMP et apparentés. Mais elle tisse déjà la toile de fond d'une éventuelle opération de reconquête, avec la publication d'un petit fascicule de 30 pages intitulé "2 ans...", imprimé à 10.000 exemplaires. Les illustrations résument le propos principal : Roland Ries, le maire PS, qui roupille bonnet de nuit sur la tête, et qui ronfle dans son fauteuil au 9e étage de la mairie de Strasbourg.

    "Depuis deux ans, Strasbourg s'endort, sans dessein, sans ambition", accuse la sénatrice du Bas-Rhin. "Il n'y a pas de projet structurant qui a été lancé. Nous sommes inquiets car une ville qui n'avance pas est une ville qui recule. Nous voulons porter l'exigence du dynamisme et encourager l'équipe actuelle (socialiste et verte, ndlr) à prendre des décisions pour mettre Strasbourg en mouvement. C'est un appel à l'action".
    "2 ans..." est parsemé de piques ("le budget 2010 ressemble à la RDA de 1989") et d'attaques (sur les voyages du maire à l'étranger notamment) qui ne manqueront pas d'irriter Roland Ries. Les membres du groupe les prolongent. Fabienne Keller s'en prend ainsi à la mise en oeuvre des conseils de quartier. "Ils (Roland Ries et son équipe, ndlr) réussissent à donner le sentiment qu'ils concertent beaucoup, mais ils concertent sur des projets secondaires". Elle reconnaît toutefois que pour la démocratie participative, "il n'y a pas de formule parfaite".
    Geneviève Werlé estime que "l'on ne peut pas chasser la voiture de façon sectaire" : "On ne pourra plus aller à la décharge autrement qu'avec une brouette ou un triporteur", s'alarme-t-elle. "Pour réduire la place de la voiture en ville, il faut offrir des alternatives. C'aurait été le sens d'une prolongation du tram à la Robertsau ou à Koenigshoffen plutôt que vers Kehl", en Allemagne, poursuit Pascal Mangin. Lequel critique aussi, en matière de relations internationales et de rayonnement européen, "une politique au fil de l'eau, faite d'effets d'aubaine, sans stratégie, sans ligne claire". Jean-Charles Quintiliani, pour sa part, développe son traditionnel plaidoyer pour la lutte contre l'insécurité : plus de vidéosurveillance, plus de moyens pour la police municipale, réclame-t-il. Il le dit clairement : son modèle, c'est l'action du maire UMP de Nice, Christian Estrosi. La barre est placée haut.

    T.C.

    Le livret "2 ans..."peut être téléchargé ici

    source .libestrasbourg

  • films produits localement entrée gratuite

    Deux séances à l'Odyssée

    Dans la jungle des villes - (c) Année zéro (2)

    Dans la jungle des villes, court métrage de Denis Eyriey et Stéphane Demoustier et L’épuration en Alsace, documentaire de Luis Miranda seront projeté au cinéma l'Odyssée (Strasbourg) le lundi 12 avril à 20h30 en présence des réalisateurs. Ces films ont reçu le soutien conjugué des fonds à la production de la CUS et de la Région Alsace et de leurs bureaux d’accueil des tournages.

    Durée de la projection : 1h25 - Entrée libre dans la limite des places disponibles.

    Dans la jungle des villes

    Un film de Denis Eyriey et Stéphane Demoustier - fiction - 29’

    Jérôme, arrivé depuis peu en ville, prétend avoir retrouvé un sac dans un jardin. Il a donné rendez-vous à son propriétaire pour le lui restituer. Jérôme rencontre ainsi Jean et un glissement pernicieux s’effectue : Jérôme consciemment ou non, va vouloir devenir Jean. Il plagie ses attitudes, copie son mode vestimentaire, s’identifie à son existence, s’immisce dans son intimité. Jusqu’au point de non retour.

    • Un film produit par Année Zéro
    • Prix de la réalisation au Festival du Cinéma Européen de Lille 2010
    • Prix CinéCinéma au Festival Itinérances d’Alès 2010

    L’épuration en Alsace

    Un film de Luis Miranda - documentaire - 52’

    A la libération, l’Etat français met en place cinq années durant une politique d’épuration douloureuse qui marquera jusque dans ses tréfonds la société alsacienne : arrestations massives, interdictions de séjour, abrogation des droits élémentaires… Des milliers de familles en seront bouleversées. Soixante ans après, une parole commence à surgir, sans haine ni passion ; elle dit l’incompréhension, l’injustice. Le grand tabou alsacien commence, enfin, à s’effriter. En croisant les sources et les témoignages, le film propose de retracer l’histoire inédite de l’épuration en Alsace mais également de montrer les plaies encore vivantes qu’elle a pu laisser.

    • Un film produit par Crescendo films
    • Diffusion sur France 3 Alsace le samedi 15 mai 2010
    Date et horaire
    Lundi 12 avril à 20h30
    Lieu
    Cinéma de la Ville – L’Odyssée
    3 rue des Francs-Bourgeois à Strasbourg

    En savoir plus sur ce film
  • Préparations physiques aux courses du 9 mai Dimanches 11, 18 et 25 avril

    Dimanches 11, 18 et 25 avril. Afin de répondre aux attentes des participants aux courses de Strasbourg-Europe qui se dérouleront le dimanche 9 mai, l'Office des sports de Strasbourg propose au public toute une programmation de préparations physiques les dimanche 11, 18 et 25 avril au parc de l'Orangerie avec notamment le concours du Comité départemental d'athlétisme. Le rendez-vous est fixé à 10 h sur le parking du Bowling.
    Au programme également, une journée « riche en surprises » le samedi 24 avril de 11 h à 17 h, à la boutique Adidas, rue des Grandes-Arcades à Strasbourg  ; les « rencontres de la forme » le dimanche 2 mai, au parc de l'Orangerie, de 10 h à 18 h : l'Office des sports propose une journée « Bouge-toi pour ta santé » avec le comité départemental, les médecins du Sport, RESOO, les associations de pratiques douces. Toutes les séances sont gratuites et ne nécessitent aucune inscription. Renseignements au Tél: 03 88 31 83 86, contact@ods67.com et sur le site internet www.ods67.com

    extraits dna

  • Le samedi 10 avril 14 h à la Robertsau: 'Osterputz

    Le samedi 10 avril, le rendez-vous est fixé à 14 h sur le parking du centre social et culturel l'Escale. Cette partie de lest ouverte au gran public. L'opération se terminera par un goûter collectif sur le principe de l'auberge espagnole dans un coin de nature du quartier.
    Pour participer à ces nettoyages ou visiter la déchetterie, contacter l'Escale au Tél: 03 88 31 45 00 ou se rendre sur place, 78 rue du Docteur-François.

  • robertsau : Le centre d’initiation à l’environnement de la ferme BUSSIERRE gratuit va devenir PAYANT !

    Courrier d'un fidéle lecteur qui fait l'actualité de la Robertsau. Ce que vous ne pourrez lire dans la feuille de choux locale. Merci à lui.

    "C’est en tant que parent et habitant de la Robertsau que je vous écris.

    Le centre d’initiation à l’environnement (CIE) de la ferme BUSSIERRE gratuit jusqu’à maintenant et régie par la CUS travaillant avec les associations (alsace-nature, LPO, alter alsace énergie, APPA, GEPMA……) va devenir payant pour les écoles avec l’arrivée et la gestion du site par l’association SINE qui au demeurant travaillera avec les mêmes partenaires à la différence prêt qu’elle établira des factures pour les écoles voulant bénéficier d’une initiation aux bons gestes à suivre pour notre environnement. Le payement de la facture sera imputé à l’école si elle en a les moyens, voire aux parents, en sachant qu’elle avoisine les 90 € sur une classe de 30 élèves cela ferait 3 € par tête.

    Pour ma part je serais d’avis de maintenir la gratuité pour les écoles, d’un enseignement capitale pour les générations futures.

    A noter que le SINE ainsi que les associations partenaires sont déjà subventionnées par la collectivité (lucrative ou non telle est la question)."

    Scoop Robertsau A signaler que la signature de la convention de mise à disposition du CIE pour le SINE sera signée ce 9 avril 2010 à la mairie avec les élus.

  • aujourd'hui : Strasbourg / Petite enfance La grève s'annonce très suivie

    Contrairement aux écoles, les structures de la petite enfance n'ont pas l'obligation de fournir les intentions de grève afin de mettre en place le fameux « service minimum ». C'est donc la ville qui fait le point et annonce que sept accueils de loisirs maternels sur seize sont fermés aujourd'hui. Il s'agit de Camille-Claus (Koenigshoffen), de Saint-Thomas (Petite-France-centre-ville), de la Musau (Neudorf), de l'école Jacqueline (Hautepierre), de Schulmeister (Meinau) d'Oberlin (Esplanade-Krutenau) et de Schwilgué (cité de l'Ill, Robertsau).
    D'autre part, six établissements de multi-accueil (0 à 4 ans) sur douze seront fermés. Il s'agit du 24 rue de Wasselonne, du jardin d'enfants Aloyse-Stoltz (centre-ville), de ceux de la rue de l'Abbé-Lemire, de la rue de Bâle, de la rue de Flandres et de la rue de Kolbsheim.
    Enfin, l'Association de loisirs éducatifs et de formation (ALEF), qui gère un certain nombre d'équipements, ont d'ores et déjà annoncé que les multi-accueils Bon-Pasteur, de la rue du Jeu-des-Enfants et la garderie de l'Elsau seront également porte close....

    extraits dna de ce jour

  • Drame de Pourtalès : la ville seule responsable civile

    Dans un premier dossier civil du drame de Pourtalès, évoqué le 4 mars devant le tribunal administratif, la ville de Strasbourg a été jugée hier responsable et devra indemniser seule la famille de cette première victime.

    « La ville de Strasbourg est exclusivement responsable, Alligator est hors de cause », indique Me Cyril Fergon, avocat d'Alligator, l'association qui a produit et animé le concert donné le 6 juillet 2001 dans le parc de Pourtalès. Un concert qui avait tourné en tragédie après la chute, en pleine tempête, d'un platane sur une tente. Le bilan était terrible : 13 morts et 102 blessés.
    Lors du procès pénal, la ville de Strasbourg avait été condamnée le 27 mars 2007 à 150 000 euros d'amende en tant que personne morale pour homicides involontaires et blessures involontaires en raison de « ses multiples négligences et du non-respect de la réglementation ». N'ayant pas fait appel, la ville avait proposé aux victimes et à leurs proches un accord-cadre d'indemnisations accepté par une majorité de victimes. Mais dix-sept d'entre elles avaient refusé cet arrangement et préféré porter l'affaire devant le tribunal administratif de Strasbourg.
    Quatorze dossiers ont ainsi été évoqués à partir du 4 mars devant le tribunal administratif qui a étudié les responsabilités et l'imputabilité, c'est à dire la répartition des payeurs. Un coupable pour la justice pénale n'étant pas automatiquement coupable pour la justice administrative. Le premier dossier ouvert par le tribunal était celui de Louis Motta qui avait perdu son épouse et avait été lui même blessé le soir du drame........

    extrait dna de ce jour

  • 7 avril, 20h - 22h : Strasbourg, salle de la Bourse, 1, place du Maréchal de Lattre de Tassigny

    Réunions de concertation autour de la réforme à venir des tarifs des services publics

    La Ville et la Communauté urbaine de Strasbourg engagent une grande réforme des tarifs de leurs services publics. Sont notamment concernés : les abonnements au transport collectif, la restauration scolaire, etc. 7 avril, 20h - 22h : Strasbourg, salle de la Bourse, 1, place du Maréchal de Lattre de Tassigny

  • ROBERTSAU "Osterputz2 nettoyage de printemps dans le quartier

    Le centre social et culturel de la Robertsau organise un nettoyage de printemps dans le quartier. Le mercredi 7 avril, le cortège d'éco-citoyens participant partira de l'Escale à 10 h avec pinces et sacs de ramassge. Le même jour à 14 h 30, une visite de la déchetterie rue de Lubeck est prévue.

    plus d'infos en cliquant ici sur escale

  • demain drame du parc de Pourtalès

    Strasbourg - Décision concernant les indemnités réclamées à la Ville dans le drame du parc de Pourtalès, survenu le 6 juillet 2001 (tribunal administratif)

  • robertsau Mardi 6 avril. : La pomme à portée de main au verger Mélanie

    communiqué : Dans le cadre de la semaine du Développement durable, la ville de Strasbourg propose une animation baptisée « la pomme à portée de main », le mardi 6 avril, de 13 h 30 à 16 h 30 au verger de la rue Mélanie à Strasbourg. La ville de Strasbourg a en effet mis en place divers dispositifs éducatifs : le pommier éducatif, les arbres fruitiers dans les espaces verts et les vergers fleuris. Ce sont des vergers pédagogiques, accessibles aux écoles, aux associations, pour sensibiliser chacun et initier enfants et amateurs de nature au cycle des saisons.

    commentaire : bravo pour cette initiative

  • facilité ddes déplacements en commun : 2 tickets uniques pour séduire les occasionnels

    A partir d'aujourd'hui, les dix autorités organisatrices des transports publics en Alsace lancent les deux premiers titres multiréseaux à l'attention des voyageurs occasionnels et des groupes jusqu'à cinq personnes.

    Dix ans après la création d'Alsa+Job et Alsa+Campus, les abonnements multi-réseaux destinés aux salariés et aux étudiants (13 000 abonnés au total en 2009), l'ensemble des autorités alsaciennes organisatrices des transports offre désormais une solution de déplacement simplifiée aux voyageurs occasionnels ainsi qu'aux mini-groupes, qui ne profitaient jusque-là d'aucune formule spécifique.
    Avec le ticket « Alsa+24 heures », les premiers peuvent à partir de ce jeudi voyager sur tous les réseaux (bus, tram, cars interurbains et trains régionaux) tous les jours et pendant 24 heures à compter de la validation.
    Le second ticket, dénommé « Alsa+Groupe Journée », permet à des mini-groupes de 2 à 5 personnes, donc des familles, d'en faire de même mais uniquement le samedi, le dimanche et les jours fériés et seulement à la journée (jusqu'à minuit). Pour chacun de ces deux titres, trois échelles géographiques ont été définies : zone urbaine, département et région.
    Les tarifs se déclinent en fonction de la zone choisie : pour les titres individuels, ceux-ci varient de 3,20 € (toutes les zones urbaines hors Strasbourg) à 20 € (département) et 33 € (Alsace). Pour les groupes, ils vont de 4,70 € (zone urbaine) à 34 € (région).........

    extrait dna de ce jour

    commentaire : trop cher. que nous sommes retardés... ce systéme copie celui existant chez nos voisins allemands depuis de nombreuses années....28 euros seulement. Alors encore un petit effort